A 141

LA MISERICORDE ET LA VENGEANCE DE DIEU

Deutéronome 31 : 16-22 ; 32 : 1-47

LEÇON 141 – Cours des Adultes

VERSET DE MEMOIRE : « S’ils étaient sages, voici ce qu’ils comprendraient, et ils penseraient à ce qui leur arrivera » (Deutéronome 32 : 29).

 

I- Le Chant de Moïse, un Témoignage contre Israël.

  1. Le Seigneur prédit l’idolâtrie d’Israël et la violation de son alliance dans la Terre Promise : Deutéronome 31 : 16-18.
  2. Il ordonna que Moïse écrivît le cantique et l’enseignât comme un témoignage contre Israël : Deutéronome 31 : 19.
  3. Lorsqu’Israël prospérera, il se tournera vers d’autres dieux, et le malheur viendra sur lui : Deutéronome 31 : 20-22.

II Une Attribution à Dieu et la Chute imminente d’Israël

  1. Sa doctrine est comme la pluie, et Sa parole comme la rosée qui tombe sur l’herbe : Deutéronome 32 : 1-3 ; Ésaïe 44 : 3, 4.
  2. Il est le ROCHER d’Israël qui le soutenait à travers le désert comme l’aigle porte son enfant : Deutéronome 32 : 4 -12 ; Exode 19 : 4.
  3. Il l’a fait monter sur les hauteurs du pays, mais Israël regimba et servit d’autres dieux : Deutéronome 32 : 13 -17.

III La Colère du Seigneur fut Enflammée contre l’Idolâtrie d’Israël

  1. Israël oublia le Dieu qui l’engendra et fut rejeté par Lui à cause de ses mauvais actes : Deutéronome 32 : 18-21.
  2. Un feu est allumé et brûlera jusqu’au fond du séjour des morts, et des maux sont accumulés sur lui : Deutéronome 32 :22-25 ; Lévitique 26 : 14 – 19 ; Psaume 9 : 18.
  3. Il sera dispersé et on ne se souviendra plus de lui, tandis que ses ennemis se feront une gloire de lui : Deutéronome 32 : 26, 27.

IV        La Vengeance de Dieu les Menacera Lorsque leurs Dieux les Lâcheront

  1. Israël est un peuple qui a perdu le bon sens ; leur rocher n’est pas comme notre Rocher : Deutéronome 32 : 28-34.
  2. Le Seigneur jugera Son peuple, et se repentira Lui-même lorsqu’Il verra qu’il n’a plus de force : Deutéronome 32 : 35-39.
  3. Cependant, le Seigneur aiguisera Son épée et se vengera de Ses ennemis et sera miséricordieux envers Israël : Deutéronome 32 : 40-43 ; Genèse 12 : 3.

V         Le Cantique de Moïse Enseigné aux Israélites

  1. En guise d’avertissement, Moïse et Josué enseignèrent les paroles du cantique au peuple : Deutéronome 32 : 44, 45.
  2. Moïse leur ordonna de prendre à cœur ces paroles, et d’enseigner à leurs enfants à garder la Loi : Deutéronome 32 : 46.
  3. Ce n’est pas une chose sans importance, mais c’est par leur vie qu’ils prolongeront leurs jours dans le pays : Deutéronome 32 : 47.

 

COMMENTAIRE

L’Avertissement  Contre  l’Idolâtrie

Les deux premiers commandements du Décalogue sont une interdiction de toute forme d’idolâtrie : « Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face. Tu ne te feras point d’image taillée, ni de représentation quelconque des choses qui sont en haut dans les cieux, qui sont en bas sur la terre, et qui sont dans les eaux plus bas que la terre. Tu ne te prosterneras point devant elles, et tu ne les serviras point » (Exode 20 : 3-5). Et une peine est attachée à la violation de ces deux commandements : « Car moi, l’Eternel, ton Dieu, je suis un Dieu jaloux, qui punis l’iniquité des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération de ceux qui me haïssent » (Exode 20 : 5). Mais Il prononce aussi une bénédiction sur ceux qui observent Ses commandements : « Et qui fait miséricorde jusqu’en mille générations à ceux qui m’aiment et qui gardent mes commandements  » (Exode 20 : 6). Le Seigneur ouvre aussi les dix Commandements par un rappel à Israël de sa délivrance du pays d’Egypte : « Je suis l’Eternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Egypte, de la maison de la servitude ». Et ces commandements étaient gravés « du doigt de Dieu » sur des pierres et donnés à Israël au Mont Sinaï environ 50 jours après leur départ de l’Égypte. La plus jeune génération aussi savait ce qui était arrivé à leurs pères pour avoir fabriqué et adoré le veau d’or. Tout Israël savait alors dès le commencement que l’idolâtrie était une grande offense envers Dieu dont la pénalité était la mort.

Il était défendu à Israël dans la Terre Promise d’avoir une quelconque alliance avec les nations tout autour d’eux. Ces races idolâtres devaient être exterminées, leurs arbres verts abattus, et leurs images taillées détruites. « Voici, au contraire, comment vous agirez à leur égard : vous renverserez leurs autels, vous briserez leurs statues, vous abattrez leurs idoles, et vous brûlerez au feu leurs images taillées. Car tu es un peuple saint pour l’Eternel, ton Dieu ; l’Eternel, ton Dieu, t’a choisi, pour que tu fusses un peuple qui lui appartînt entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre » (Deutéronome 7 : 5, 6). Et plus tard, le Seigneur leur rappela : « Mais si vous ne chassez pas devant vous les habitants du pays, ceux d’entre eux que vous laisserez seront comme des épines dans vos yeux et des aiguillons dans vos côtés, ils seront vos ennemis dans le pays où vous allez vous établir » (Nombres 33 : 55).

La Prédiction de la Chute d’Israël dans l’Idolâtrie

            Malgré ces sévères commandements et instructions contre l’idolâtrie enseignés aux Israélites, Dieu connaissait leur cœur et prédit qu’ils se tourneraient vers d’autres dieux lorsqu’ils arriveraient dans la Terre Promise. Le cantique de Moïse est une révélation étonnante de leur chute éhontée dans l’idolâtrie, et de leur apostasie à l’égard du Dieu d’Abraham, d’Isaac, et de Jacob – le Dieu qui les avait choisis comme Son peuple, un sacerdoce royal, et une nation sainte, le Dieu qui les avait conduits par la main hors de l’esclavage Égyptien et qui, à présent était sur le point de les amener dans un pays où coulent le lait et le miel.

« Car la portion de l’Eternel, c’est Son peuple, Jacob est la part de son héritage.

« Il l’a trouvé dans une contrée déserte, dans une solitude aux effroyables hurlements ; il l’a entouré, il en a pris soin, il l’a gardé comme la prunelle de son œil,

« Pareil à l’aigle qui éveille sa couvée, voltige sur ses petits, déploie ses ailes, les prend, les porte sur ses plumes.

« L’Eternel seul a conduit son peuple, et il n’y avait avec Lui aucun dieu étranger.

            « Il l’a fait monter sur les hauteurs du pays, et Israël a mangé les fruits des champs ; Il lui a fait sucer le miel du rocher, l’huile qui sort du rocher le plus dur,

            « La crème des vaches et le lait des brebis, avec la graisse des agneaux, des béliers de Basan et des boucs, avec la fleur du froment ; et tu as bu le sang du raisin, le vin. 

            « Israël est devenu gras, et il a regimbé ; tu es devenu gras, épais et replet ! Et il a abandonné Dieu, son créateur, il a méprisé le rocher de son salut » (Deutéronome 32 : 9-15).

Voici quelque chose auquel les Israélites devaient penser lorsqu’ils arriveraient dans la Terre Promise. Durant ces quarante années passées dans la « solitude aux effroyables hurlements », Dieu les conduisait, les instruisait, et les gardait « comme la prunelle de son œil « . Il prenait soin des Israélites comme l’aigle prend soin de ses petits quoiqu’à plusieurs reprises, ils fussent rebelles contre leur Dieu. Et maintenant, Dieu allait les faire traverser le Jourdain pour les conduire dans la terre d’abondance où beaucoup de bénédictions leurs seraient accordées. Et que ferait Israël ? Le cantique de Moïse est la réponse : « Israël est devenu gras, et il a regimbé … Il a abandonné Dieu, son créateur, il a méprisé le rocher de son salut « . « Jeshurun » (dans la Bible anglaise) est un nom tendre donné par Dieu à Israël. Mais en dépit de son amour pour ce peuple rebelle, et des bénédictions qui lui étaient accordées, il se tourna vers d’autres dieux.

Israël s’Attira la Colère du Seigneur

Il est écrit : « Ils ont excité sa jalousie par des dieux étrangers, ils l’ont irrité par des abominations ; ils ont sacrifié à des idoles qui ne sont pas Dieu, à des dieux qu’ils ne connaissent point, nouveaux, venus depuis peu … L’Eternel l’a vu, et Il a été irrité, indigné contre ses fils et ses filles ».(Deutéronome 32 : 16-19). L’alliance fut violée, le lien rompu, et Il était résolu à envoyer des souffrances sur eux. Il dit : « Le feu de ma colère s’est allumé, et il brûlera jusqu’au fond du séjour des morts… J’accumulerai sur eux les maux, j’épuiserai mes traits contre eux. Ils seront desséchés par la faim, consumés par la fièvre et par des maladies violentes ; … S’ils étaient sages, voici ce qu’ils comprendraient, et ils penseraient à ce qui leur arrivera » (Deutéronome 32 : 22-29).

La Prophétie contre Israël Accomplie

            Avaient-ils pensé à ce qui leur arriverait ? Non. Moïse enseigna le cantique aux Enfants d’Israël, mais leur histoire qui a suivi a raconté les faits. Tout ce qui fut prophétisé était accompli. De grands prophètes furent suscités en Israël, la Vérité fut proclamée, et l’adoration dans le temple continua ; mais petit à petit, leur amour pour Dieu se refroidissait, et leur adoration n’était qu’une formalité. Finalement, la nation fut divisée. Dix des tribus allèrent en Samarie où des idoles étaient érigées et où elles étaient entraînées dans les pratiques abominables des nations tout autour d’eux par « les péchés de Jéroboam « . Baal devint leur dieu, et l’heure vint où elles furent emmenées en captivité et dispersées dans l’Assyrie.

 

A Jérusalem, l’adoration dans le temple avait continué pour un temps, mais sans tarder, Juda et Benjamin se tournèrent vers d’autres dieux. Il fut écrit d’eux : « Car mon peuple a commis un double péché : ils m’ont abandonné, moi qui suis une source d’eau vive, pour se creuser des citernes, des citernes crevassées, qui ne retiennent pas l’eau » (Jérémie 2 : 13). Et un peu plus tard eux aussi furent emmenés en captivité à Babylone. Le Temple fut détruit, les murailles de Jérusalem furent renversées, et la ville fut brûlée.

L’Amour de Dieu  non Récompensé

Dieu aimait Israël, non pas parce qu’il était une grande nation, ni parce qu’il avait en lui une quelconque vertu. Il prouva par sa conduite qu’il n’y avait rien de bon en lui. Dieu l’aimait à cause de l’Alliance  faite avec leur père Abraham des centaines d’années auparavant. Dans la Parole de Dieu, il est rapporté : « Ce n’est point parce que vous surpassez en nombre tous les peuples, que l’Eternel s’est attaché à vous et qu’il vous a choisis, car vous êtes le moindre de tous les peuples. Mais, parce que l’Eternel vous aime, parce qu’il a voulu tenir le serment qu’il avait fait à vos pères, l’Eternel vous a fait sortir par sa main puissante, vous a délivrés de la maison de servitude, de la main de Pharaon, roi d’Egypte. Sache donc que c’est l’Eternel, ton Dieu, qui est Dieu. Ce Dieu fidèle garde son alliance et sa miséricorde jusqu’à la millième génération envers ceux qui l’aiment et qui observent ses commandements » (Deutéronome 7 : 7-9).

Ces paroles furent enseignées aux Enfants d’Israël avant même qu’ils n’entrent dans la Terre Promise. Et quoiqu’ils eussent traversé plusieurs dures épreuves dans le désert, et qu’ils eussent été nourris de la manne pour les humilier (Deutéronome 8 : 2, 3), ils ne répondirent point à Son amour, et ne gardèrent point Ses commandements comme Il les leur avait enseignés, lorsqu’ils commencèrent à prospérer dans le pays d’abondance. Ils ne pensèrent plus au Rocher qui les avait engendrés et ils oublièrent le Dieu qui les avait créés.

 

« Le Petit Troupeau »

            Lorsque l’Enfant Jésus naquit à Bethlehem, un nouvel âge parut comme cela avait été souvent annoncé exactement. L’Ancienne Alliance établie avec Israël au Mont Sinaï était sur le point de disparaître parce qu’Israël l’avait violée et s’était détourné du Dieu qui l’aimait. Et la Nouvelle Alliance promise à Abraham (Genèse 12 : 3) était accomplie, lorsque Jésus porta Sa croix, et versa Son Sang sur le Calvaire. Sa dernière parole sur la croix fut : « Tout est accompli ». Et Il aurait pu ajouter : « Maintenant, puisse le monde entier être libre, » car le prix de la rédemption était payé, et la porte de la miséricorde largement ouverte à une humanité perdue. Sur le Calvaire fut révélée la profonde signification de Jean 3 : 16 « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle ».

Comme Israël, le monde n’a pas répondu à cet amour, mais il y a un petit nombre qui l’a fait. Même du temps d’Israël, il y eut une petite troupe qui fut fidèle au Seigneur et refusa de se tourner vers d’autres dieux. Le Seigneur rappela à Elie : « Mais je laisserai en Israël sept mille hommes, tous ceux qui n’ont point fléchi les genoux devant Baal, et dont la bouche ne l’a point baisé ». Et il en est ainsi de nos jours ; pendant que des multitudes se sont tournées vers d’autres dieux et suivent la voie spacieuse qui mène à la destruction, il y a encore un « petit troupeau » à qui le père a trouvé bon de donner le Royaume.

 

« Seigneur, je marche dans la lumière

Qui du ciel m’éclaire de sa lueur ;

J’ai dit adieu aux folies du monde,

En Jésus, j’ai commencé à passer.

 

« Beaucoup ont bien commencé la course,

Mais ils refusent d’être éclairés ;

D’autres acceptent la voie nouvelle,

Mais ils ne croient pas qu’ils peuvent y marcher ».

 

QUESTIONS

  1. Les « cantiques  » sont fréquemment des chants de louange ; mais dans quelle intention le Cantique de Moïse fut-il écrit ?
  2. Quel genre de péché est défendu dans les deux premiers commandements du Décalogue ?
  3. Quelle relation avec les nations de la Terre Promise Israël avait-il reçu l’ordre d’éviter ?
  4. Quel danger attendait Israël lorsqu’il établirait une alliance avec ces nations ?
  5. Certaines critiques de la Bible disent que la destruction de ces nations par Dieu était injuste. Pourquoi n’était-elle pas injuste ?
  6. La Terre Promise abondait de troupeaux, de fruits et de céréales. Quel effet cette prospérité produisit-il sur Israël ?
  7. Quelle était la prophétie de Dieu concernant Israël lorsqu’il allait traverser le Jourdain ? Qui était « Jeshurun » ?
  8. Parlez d’un événement marquant de cette prophétie relative à Israël, qui fut accompli.