DÉVOTION DU 30 DECEMBRE 2021 Lecture biblique: 1 Samuel 17:1-58

DÉVOTION DU 30 DECEMBRE 2021 Lecture biblique: 1 Samuel 17:1-58

décembre 30, 2021

Lecture biblique: 1 Samuel 17:1-58

“Et toute cette multitude saura que ce n’est ni par l’épée ni par la lance que l’Éternel sauve. Car la victoire appartient à l’Éternel. Et il vous livre entre nos mains.” (1 Samuel 17:47)

 

Nous savons qu’il existe des degrés de peur ; elle peut aller de l’inquiétude anxieuse à la terreur pure et simple. La peur associée au danger de mort imminente est sans doute l’une des plus terrifiantes.

Mon frère racontait un incident qui s’était produit lorsqu’il était au Vietnam. Il servait dans un bataillon de reconnaissance des Marines et avait été parachuté derrière les lignes ennemies.

Une nuit, son équipe de six personnes a été prise en chasse par un régiment de l’armée nord-vietnamienne.

Toute la nuit, ils ont été ” cloués au sol ” dans un fourré de la jungle, les troupes ennemies les recherchant, parfois à moins de 15 mètres de leur position.

Pendant sept longues heures, mon frère était convaincu qu’il allait être tué. Son esprit se tourmentait à l’idée de mourir. Il avait visualisé ses funérailles, et avait pensé à ceux qui y assisteraient. C’était la terreur: sept heures de terreur.

Cependant, le fait de se concentrer sur le fait que “la bataille est celle du Seigneur”, peut faire une différence dans l’état d’esprit d’une personne face à la mort.

Un ancien combattant de la Seconde Guerre mondiale qui a servi comme tirailleur en première ligne, a témoigné : «J’ai découvert que Dieu était là pour prendre soin de tous ceux qui Lui faisaient confiance. Des éclats d’obus sont passés si près de moi qu’ils ont brûlé le côté de ma tête parallèlement à la tige de mes lunettes, mais ils n’ont même pas fait couler de sang.

J’ai rampé dans des fossés de drainage boueux jusqu’à ce que mes genoux soient à vif, avec des balles de mitrailleuses sifflant au-dessus de ma tête, et pourtant Dieu m’a fait traverser tout cela. »

Les enfants d’Israël connaissaient la peur de la mort. Dans le texte d’aujourd’hui, le roi Saül et l’armée israélite étaient d’un côté de la vallée ; l’ennemi philistin était de l’autre.

Cependant, les deux forces n’étaient pas égales. Face au géant Goliath, vêtu de son armure militaire, les Israélites furent remplis de peur. Le verset 11 dit qu’ils ont eu “une grande crainte”.

En fait, ils étaient terrifiés ! Apparemment, ils faisaient face aux circonstances par leurs propres moyens, et ils étaient dans la terreur depuis quarante jours.

David, probablement le plus jeune Israélite de la vallée des térébinthes, avait une perspective différente. Il avait sans doute moins d’expérience militaire que Saül ou l’armée israélite, mais David avait une expérience qui lui donnait la confiance nécessaire pour surmonter la peur qui paralysait les Israélites.

Il avait prouvé que Dieu était à la hauteur des circonstances qui peuvent susciter la peur ; il avait compris que “la bataille est au Seigneur” et il s’en remettait à Dieu pour sa protection.

Combien il est plus facile d’affronter les situations de peur lorsque nous comprenons ce principe !

Des circonstances telles que la persécution pour la foi d’une personne, une crise de santé, un terrible accident de la route ou le fait de marcher dans un quartier dangereux, peuvent provoquer la peur.

Cependant, le Dieu Tout-puissant mènera nos batailles même si nous avons peur. En outre, Il peut calmer nos craintes, comme Il l’a fait dans la situation de David.

S’en remettre à Dieu et à Sa protection est le moyen – le seul moyen – de vraiment surmonter la peur.

 

 

CONTEXTE

 

Cette bataille entre les Israélites et les Philistins a eu lieu vers 1025 avant J.-C. Les Philistins étaient un peuple marin agressif qui avait envahi la côte méditerranéenne orientale et s’était installé sur la côte de la Palestine vers 1200 avant J.-C.

Ils étaient le principal ennemi d’Israël depuis l’époque de Samson. Au cours de ces années, les Israélites avaient perdu de nombreuses batailles et subi des défaites importantes face aux Philistins. Forts de leurs nombreuses victoires passées, et avec Goliath comme champion, les Philistins étaient persuadés qu’ils seraient également victorieux cette fois-ci. Pour minimiser les effusions de sang, les armées de l’époque choisissaient le guerrier le plus fort de chaque camp pour s’affronter.

Au moment de cette bataille, David, le plus jeune des huit fils d’Isaï, n’était pas un guerrier. Cela ne veut pas dire qu’il n’avait pas montré qu’il était courageux et capable de gérer les conflits. Il avait tué un ours et un lion alors qu’il s’occupait des moutons de son père.

Les récits historiques de 1 Samuel ne sont pas censés être présentés dans un ordre chronologique. Ce récit est donné ici pour montrer que Dieu avait l’intention d’utiliser David pour délivrer Israël. De plus, Dieu a utilisé cet événement pour répandre la renommée du nom de David dans toute la nation. David peut avoir été le porteur d’armure de Saül à une date ultérieure, ou le titre peut avoir été honorifique.

Goliath mesurait plus de deux mètres. La cotte de mailles était faite de plaques de laiton superposées, et l’armure de Goliath pesait probablement entre 125 et 150 livres (soit entre 56 et 68 kgs). Les jambières étaient une armure pour les tibias. La cible d’airain était une lance qu’il portait en bandoulière sur son dos. Son fer de lance pesait entre quinze et dix-huit livres (soit entre 6 et 8 kgs).

Le camp du verset 20 désigne les bagages et armures en bordure du camp. “L’armée sortait pour combattre” signifie que l’armée d’Israël était en marche pour se mettre en formation en vue d’une bataille.

S’il peut sembler étrange que Saül n’ait pas reconnu David, il est possible que David ait été avec Saül lorsqu’il avait besoin de la musique apaisante de la harpe, puis qu’il soit rentré à Bethléem lorsque Saül se sentait mieux. Peut-être l’état mental de Saül lui a-t-il fait oublier David, ou peut-être David était-il rentré à Bethléem depuis un certain temps.

 

 

 

REGARDER DE PLUS PRÈS

 

1. Quelles sont les déclarations de David, qui montrent sa confiance dans la capacité de Dieu à le protéger contre Goliath ?

2. Qu’est-ce que l’attitude et la perspective de David nous apprennent sur sa relation avec Dieu ?

3. Vous êtes peut-être confronté à un événement qui vous fait peur. Que pouvez-vous faire pour vous encourager à être comme David et à attendre la délivrance de Dieu ?

 

 

 

CONCLUSION

 

David dit : « L’ Éternel, qui m’a délivré de la griffe du lion et de la patte de l’ours, me délivrera aussi de la main de ce Philistin. » Cela montre où il a placé sa confiance. Tout comme David n’a pas eu peur en affrontant le géant, nous pouvons être protégés de la peur lorsque nous affrontons les Goliaths dans nos vies, en regardant vers le Seigneur pour notre délivrance et notre protection.