DÉVOTION DU 10 OCOTBRE 2021 Lecture biblique : Exode 12 : 1 – 36.

DÉVOTION DU 10 OCOTBRE 2021 Lecture biblique : Exode 12 : 1 – 36.

octobre 10, 2021

Lecture biblique : Exode 12 : 1 – 36.

« Le sang vous servira de signe sur les maisons où vous serez ; je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous, et il n’y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai le pays d’Égypte. Vous conserverez le souvenir de ce jour, et vous le célébrerez par une fête en l’honneur de l’Éternel ; vous le célébrerez comme une loi perpétuelle pour vos descendants »

(Exode 12 : 13,14)

Quand j’étais au lycée, je nettoyais la maison d’une famille juive et en faisant leur connaissance, j’en avais appris sur leurs coutumes religieuses.

La préparation de la Pâque, un événement célébré en souvenir de la délivrance de leur nation de l’esclavage en Égypte, est une partie importante de leur tradition.

Pendant la semaine de Pâque, j’ai remarqué qu’ils nettoyaient soigneusement leurs placards pour s’assurer qu’il n’y avait pas de nourriture contenant du levain dans la maison.

Le point culminant de la Pâque est le « seder » (qui signifie « ordre » en hébreux). Le service “d’ordre”, a lieu à la table à manger dans la plupart des foyers, et c’est à ce moment que l’histoire de l’Exode d’Égypte est racontée.

Une assiette spéciale d’ordre est placée sur la table qui contient plusieurs aliments symboliques.

Un os d’agneau symbolise l’agneau sacrificiel qui a été utilisé pour protéger les maisons juives de la dernière plaie.

Les herbes amères (généralement du raifort) rappellent la vie amère vécue par les esclaves.

Un bol d’eau salée, dans lequel les légumes sont trempés, symbolise les larmes versées par les esclaves.

Lors de la dernière plaie sur l’Égypte, décrite dans le texte d’aujourd’hui, un agneau sans défaut a dû être tué et son sang appliqué sur les poteaux et les linteaux de la porte des maisons.

La mise à mort de l’agneau nécessitait l’effusion de sang innocent, et ce sang épargnait la vie du premier-né de chaque foyer.

Ce n’est pas une coïncidence que Jésus ait été sacrifié pendant la période de la Pâque.

En tant que chrétiens, nous ne commémorons pas l’Exode. Cependant, nous reconnaissons que la Pâque préfigurait une rédemption beaucoup plus grande à venir, le sacrifice de l’Agneau Parfait pour la rédemption des péchés de l’humanité.

Dans le Nouveau Testament, Jean-Baptiste a proclamé que Jésus-Christ est l’Agneau de Dieu, qui est venu ôter le péché du monde. Aujourd’hui, nous pouvons avoir le Sang du Christ appliqué à notre cœur, qui est notre maison spirituelle.

Considérez la beauté du mot délivrance. Grâce au Sang de Jésus, nous sommes délivrés de l’esclavage du péché.

Grâce au Sang de Jésus, nous serons épargnés du jugement de Dieu, tout comme tous les Israélites qui avaient le sang appliqué sur leurs maisons ont été épargnés de la mort physique lors de cette nuit mémorable il y a si longtemps.

Comme nous devrions être reconnaissants pour la délivrance du péché qui fait de nous de nouvelles créatures en Christ !

 

CONTEXTE

Le texte d’aujourd’hui retranscrit les instructions de Dieu pour les Hébreux concernant la Pâque et raconte la dernière plaie sur les Égyptiens: la mort des premier-nés.

Après 430 ans passés en Egypte, Dieu était prêt à conduire les Enfants d’Israël vers la Terre Promise. Il avait envoyé neuf plaies qui avaient dévasté l’Égypte, et cette dixième et dernière plaie amènerait les Égyptiens à supplier les enfants d’Israël de partir.

Dieu ne voulait pas que les enfants d’Israël oublient Sa délivrance, alors Il a établi une cérémonie religieuse commémorant l’événement que le peuple devrait célébrer chaque année. Cette célébration, appelée Pâque, fait toujours partie de la coutume juive.

Moïse a donné aux Israélites des instructions sur la façon dont cette fête commémorative devait être célébrée. Le premier jour, ils devaient enlever tout levain de leurs maisons, et pendant sept jours ils ne devaient manger que du pain sans levain.

Cela reflétait le fait que les enfants d’Israël ont quitté l’Égypte si rapidement que les femmes n’ont pas eu le temps de laisser lever leur pain et, à la place, ont fait des pains sans levain (Exode 12:34,39). Aujourd’hui, le peuple juif mange encore du pain sans levain appelé matsa pendant la Pâque.

Avant cette époque, la plupart des cultures anciennes avaient des calendriers agricoles. Le calendrier agricole d’Israël commençait au début de la saison des pluies. Cependant, après leur délivrance, la fête de la Pâque devait marquer le début de leur année civile religieuse (Exode 12:2).

Il y a une progression dans la révélation Biblique du sacrifice d’un agneau. Dans la Genèse, l’agneau a été immolé pour une personne. (Genèse 4:4).

Dans le texte d’Exode d’aujourd’hui, le sang d’un agneau a servi à une famille ou à un foyer.

Dans Lévitique, l’agneau a été immolé pour la nation (Lévitique 16).

Dans le Nouveau Testament, l’Agneau Parfait a été immolé pour le péché du monde entier (Jean 1:29).

 

REGARDER DE PLUS PRÈS

Pourquoi les Israélites étaient-ils censés mettre du sang sur les poteaux et les linteaux des portes de leurs maisons ?

Pourquoi pensez-vous que Dieu a demandé aux enfants d’Israël de prendre des mesures pour se protéger de cette dernière plaie au lieu de les exempter automatiquement comme Il l’avait fait lors des plaies précédentes ?

Que signifie pour vous la délivrance de Dieu ?

 

CONCLUSION

Tout comme le sang de l’agneau Pascal a protégé les enfants d’Israël du jugement de Dieu, nous pouvons échapper au jugement divin en ayant le Sang de Jésus appliqué à nos cœurs.