Leçon J222

Leçon J222

JESUS DENONCE LES SCRIBES ET LES PHARISIENS

Matthieu 23:1- 39

VERSET DE MEMOIRE: « Enfin, soyez tous animés des mêmes pensées et des mêmes sentiments, pleins d’amour fraternel, de compassion, d’humilité »

(1 Pierre 3:8).

S’aimant les Uns les Autres

Il y a des gens bons dans le monde qui sont bons et pensifs, et qui aiment leurs voisins comme eux-mêmes. Ils s’efforcent d’obéir aux enseignements de Christ: « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux » (Matthieu 7:12). Et Jésus ajouta à cela: « Car c’est la loi et les prophètes ».

Il y a d’autres personnes, toutefois, qui n’aiment personne, mais elles-mêmes. Quand elles font quelque bonne action, c’est pour leur propre profit, ou celui de leur famille ou de leurs amis intimes. Elles peuvent donner de la monnaie pour la charité, mais seulement avec l’intention de recevoir la louange des hommes pour leur générosité. Elles veulent paraître aimables aux yeux d’autres hommes malgré leur égoïsme.

Les Scribes et les Pharisiens, au sujet desquels nous étudions maintenant, étaient de tels hommes. Ils allaient souvent à l’église, mais ils s’assuraient qu’ils obtenaient les meilleurs sièges. Ils se tenaient aux coins des rues et faisaient de longues prières pour être vus par des gens. Ils rasaient leurs têtes lorsqu’ils jeûnaient, afin que tous connussent combien ils étaient pieux. Pourtant ces personnes avaient peu d’amour dans leur coeur pour leurs compagnons.

Le Législateur

C’était par Moïse que Dieu avait donné la Loi aux Israélites, et Moïse était quelquefois appelé le législateur. Il avait aussi expliqué aux Enfants d’Israël ce que les paroles de la Loi signifient, ainsi ils pouvaient connaître ce qu’il fallait faire pour plaire à Dieu.

Maintenant Jésus dit aux Scribes et aux Pharisiens qu’ils étaient assis dans la chaire de Moïse et qu’ils étaient supposés faire ce que Moïse avait une fois fait. C’était leur devoir d’enseigner aux hommes et aux femmes ce qu’il fallait faire pour être prêt à rencontrer Dieu. Mais les Scribes et les Pharisiens n’avaient pas la compassion que Moïse avait eue. Ils aimaient se tenir debout dans les synagogues et publier rudement: « Tu ne … Tu ne » mais ils n’aimaient pas les pauvres. L’amour de Dieu devrait être la chose la plus importante dans leur vie. L’Apôtre Paul écrivit: « L’amour est donc l’accomplissement de la loi » (Romains 13:10).

Quand Jésus dit que nous devions traiter les autres comme nous voulons qu’ils nous traitent, Il expliqua: « C’est la loi et les Prophètes », et non un nouvel enseignement. C’était la Loi que Dieu avait donnée à Moïse et que les Scribes et les Pharisiens avaient étudiée et connue.

La Loi dans le Coeur

Dieu avait donné aux Israélites des instructions pour qu’ils lient Sa Loi sur leur main et qu’ils l’aient comme des fronteaux entre leurs yeux. Les Pharisiens firent cela. Ils portent des phylactères composés de quatre bandes de papier avec un verset ou deux de la Loi écrits sur chacune, et soigneusement placées dans un petit sac en cuir. Celles-ci étaient attachées au poignet gauche et sur le front, et étaient spécialement portés au moment de la prière. Les Pharisiens obéissaient à cet ordre dans la forme, mais négligeaient la partie dont Dieu avait aussi parlé: « Tu aimeras l’Eternel, ton

Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme et de toute ta force. Et ces commandements, que je te donne aujourd’hui, seront dans ton coeur » (Deutéronome 6:5, 6). Il était plus important d’avoir l’amour de Dieu dans leur coeur que de l’avoir écrit sur des bandes de papier et lié à leur poignet.

Pas de Miséricorde

Parce que les Pharisiens avaient la Parole de Dieu seulement sur leurs fronteaux et leurs poignets, et non dans le coeur, ils étaient sans amour, et ils pouvaient lier de lourds fardeaux sur d’autres personnes, pendant qu’eux-mêmes ne les soulevaient jamais d’un doigt pour aider. Ils pouvaient dévorer les maisons des veuves, ce qui signifie qu’au nom de leur religion ils taxaient les veuves si lourdement que le peu qu’elles avaient, leur était pris.

Dans un moment très récent, un tel homme alla à la maison d’une femme dont le mari venait de mourir. Elle supposa qu’il était venu pour la réconforter et l’aider avec ses petits orphelins de père; mais tout ce qu’il voulait était de demander une certaine somme d’argent pour l’église. Elle n’avait rien à lui donner, excepté une vache laitière qui était son seul moyen de soutien. Quand il revint la seconde fois et insista pour avoir quelque somme d’argent, elle lui dit qu’il pouvait prendre la vache – sans jamais penser qu’il serait si impitoyable, jusqu’à prendre la dernière chose qu’elle avait. Il s’en alla avec la vache, et la famille devait être séparée, les enfants envoyés dans de différentes maisons pour qu’on s’occupe d’eux.

Les Pharisiens étaient de ce groupe d’hommes dur de coeur – ils n’avaient pas de miséricorde. Jésus dit qu’ils payaient les dîmes selon la Loi, mais qu’ils avaient abandonné « ce qui est plus important dans la loi, la justice, la miséricorde et la fidélité ».

L’Amour de Dieu pour le Pécheur Honnête

Jésus appelait les Scribes et les Pharisiens hypocrites, des aveugles conducteurs d’aveugles, une génération de vipères (serpents). Jamais Il ne parla de pécheurs honnêtes de cette manière. Il les appelait: « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos » (Matthieu 11:28). « Et que celui qui a soif vienne; que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie, gratuitement » (Apocalypse 22:17). Il ouvrit largement ses bras, et souhaita la bienvenue à quiconque voulait être sauvé.

Mais aux hypocrites qui se tenaient aux coins de rue et disaient de longues prières, Il dit: « Malheur à vous Scribes et Pharisiens, hypocrites! … vous serez jugés plus sévèrement ». Il les appela « sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors, et qui, au-dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute espèce d’impuretés ». Imaginez Jésus regardant leurs coeurs – en dehors de leurs longues robes sacerdotales, de leurs phylactères, de leur pieux regard, de leur visage grave – et trouvant des péchés tels que cela fit rappeler à Jésus des ossements de morts, et de toute espèce d’impuretés ».

Jésus dit aussi qu’ils étaient comme des plats dont le dehors a été lavé, mais dont l’intérieur était sale. Il est plus important d’avoir le plat nettoyé au-dedans, là où la nourriture sera mise, afin que personne ne devienne malade de microbes. L’on peut s’habiller modestement, ressembler à un Chrétien, et faire fidèlement le service de l’église; mais s’il dit des choses peu aimables au sujet de son prochain, et a de mauvaises pensées à l’endroit de son ami, son coeur n’est pas pur. « Car il est tel que sont les pensées dans son âme » (Proverbes 23:7). C’est l’homme pur de coeur, propre intérieurement qui verra Dieu.

Notre Père dans les Cieux

Les Pharisiens étaient des gens qui allaient à l’église fidèlement, lisaient la Bible, et prétendaient être si saints, que les hommes les appelaient Rabbi, Maître, ou Père. Ils allaient la tête haute, et se comportaient comme s’ils étaient meilleurs que toute autre personne. Mais Jésus dit: « Vous êtes tous frères. Et n’appelez personne sur la terre votre père; car un seul est votre Père celui qui est dans les Cieux ». Cela ne signifie pas que les enfants ne doivent pas considérer leur parent comme leur père, mais qu’ils ne doivent pas honorer un prêtre comme Dieu, et l’appeler père. Il n’y a pas de prêtre pouvant se tenir entre nous et Dieu, intercéder pour nous ou pardonner nos péchés. Jésus est notre Souverain Sacrificateur, et Il enseigna à Ses disciples à prier Dieu le Père, et Lui demander de leur donner en Son nom, le désir de leur coeur. Il promit que s’ils priaient ainsi, ils recevraient ce qu’ils demanderaient.

Humilité

Jamais Jésus ne S’était exalté. Il dit qu’Il était venu comme un serviteur parmi eux pour faire de bonnes choses pour eux. Il leur dit que s’ils voulaient obtenir une récompense dans le Ciel, ils devraient agir comme Il avait fait. S’ils s’humiliaient, Il les élèverait et les honorerait devant Son Père dans le Ciel. Mais ce sont les gens qui s’exaltent, essayent de faire croire à d’autres qu’ils sont grands et saints que Jésus condamnera; et ils auront beaucoup honte quand ils se tiendront devant Dieu, en jugement.

Vaines Traditions

Plusieurs des traditions des Pharisiens étaient sans signification. Ils dirent que si quelqu’un jure par le Temple, ce n’est rien; mais si quelqu’un jure par l’or du temple, c’est mauvais. Jésus leur demanda pourquoi ils faisaient cette différence. Le Temple, n’est-il pas plus grand que n’importe quelle chose qui est en lui? N’est-il pas la maison de Dieu, et ne devrait-elle pas être honorée comme telle? Et s’ils juraient par le Temple, la Maison de Dieu, ne juraient-ils pas par Dieu Lui-même, Le déshonorant ainsi? Jésus dit qu’ils ne devaient pas jurer par n’importe quoi. S’ils disaient la vérité, ils n’auraient pas besoin de dire plus que oui ou non. Beaucoup de paroles rendraient leur discours inconsidéré, vain. Notre gouvernement a pris les dispositions afin qu’un Chrétien n’ait plus besoin de « jurer dans un tribunal, mais d’ »affirmer » que ce qu’il dit est vrai.

Jésus dit que les Pharisiens étaient même en train de fermer le Ciel, de sorte que d’autres ne puissent pas être sauvés. Comment pouvaient-ils faire cela? Tout d’abord, ils ne crurent pas que tous pouvaient être sauvés, et ceci était ce qu’ils prêchaient. Naturellement ceci découragerait plusieurs de chercher même à être sauvés. Et d’autres pourraient devenir découragés en observant les hypocrites, et en disant que si les disciples de Dieu étaient si méchants et si impitoyables, il vaudrait mieux ne pas en être membres; et de cette manière, par leurs péchés, les Pharisiens fermèrent le Ciel pour eux-mêmes, et empêchèrent aussi d’autres d’être sauvés.

Jésus Rejeté

Les Pharisiens dirent que s’ils avaient vécu dans les jours des prophètes, ils n’auraient jamais été coupables du meurtre des Prophètes comme Esaïe, Jérémie, Zacharie, et Osée, comme avaient fait leurs ancêtres. Mais Jésus, qui était beaucoup plus grand que les prophètes, était maintenant au milieu d’eux, et ils complotaient de Le tuer. Les gens religieux, ceux qui dirent qu’ils étaient les enfants d’Abraham, et à qui la Loi de Dieu avait été donnée, haïssaient Jésus d’une haine si intense qu’ils se préparaient à Le crucifier. Ce faisant, ils voulaient remplir leur coupe d’iniquité, et le jugement suivrait bientôt.

Jésus était peiné de ce que le peuple ne voulait pas se repentir. Il ne voulut pas qu’ils souffrissent, même s’ils avaient mal agi envers Lui. Peu de temps avant qu’Il ne soit condamné à mourir, Il pleura sur Jérusalem : « Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu! Voici, votre maison vous sera laissée déserte ».

Ceci était leur dernière occasion pour Le recevoir. Ils ne Le verraient plus, jusqu’au moment où ils diront: « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ». Quelques-uns des Juifs, descendants de ces méchants Scribes et Pharisiens, se tourneront cependant vers Jésus, leur Messie, et crieront pour la miséricorde. Ils confesseront leurs péchés, et demanderont pardon. Alors ils jouiront des bénédictions de Dieu comme font les vrais enfants en qui est l’amour pour n’importe qui.

QUESTIONS

  1. Apprends la Règle d’Or (Matthieu 7:12).
  2. Qui était appelé le législateur? Et qui avait cette place dans cette leçon?
  3. Où Dieu avait-Il dit aux Israélites de mettre Sa Loi?
  4. Où les Scribes et les Pharisiens avaient-ils la Loi?
  5. Les Pharisiens payaient les dîmes, mais qu’avaient-ils oublié de faire?
  6. Comment Jésus appela-t-Il les Scribes et les Pharisiens?
  7. Que dit Jésus aux pécheurs honnêtes?
  8. Comment les Pharisiens « fermaient-ils le royaume des Cieux? »