LEÇON  J215  

LEÇON  J215  

DAVID  EPARGNE  LA VIE  DE  SAÜL

1 Samuel  26:1-25

VERSET DE MEMOIRE: « Ne dis pas je rendrai le mal. Espère en l’Eternel, et Il te délivrera »

(Proverbes 20:22). 


A la Recherche de David

Une fois de plus, les Ziphiens prirent des informations sur David et en rendirent compte à Saül (1 Samuel 23:19). Pour un moment, Saül avait cessé de chercher David. Le rapport des Ziphiens rappela au souvenir de Saül sa haine et sa jalousie pour David. Pour renouveler sa poursuite, Saül prit 3000 hommes choisis dans le but de chercher David à Ziph.

Peut-être Saül n’aurait jamais entrepris une autre poursuite de David si les Ziphiens n’avaient pas encouragé cette recherche par leur rapport. Leurs paroles ranimèrent le mal dans le cœur de Saül, qui s’endurcit « par la séduction du péché » (Hébreux 3:12,13). Les Ziphiens eux-mêmes n’étaient pas contre David; mais en trahissant David, les Ziphiens eux-mêmes prirent part au mauvais plan de Saül, qui consistait à tuer David. Puissions-nous ne jamais avoir part au péché en encourageant d’autres à pécher. Certains enfants peuvent ne pas commettre eux-mêmes une mauvaise action, mais ils poussent d’autres à le faire. Quand ils encouragent le mal et haïssent, ils sont coupables avec les autres.

Quand Saül entendit parler du lieu où se trouvait David, il alla sans tarder à sa poursuite. David agit différemment quand il eut des nouvelles de la présence de Saül dans les environs. David ne sortit pas pour se battre comme font certaines personnes à l’égard de leurs ennemis. David n’avait pas raison de se battre. David s’intéressait à sa propre sécurité et non à la défaite de Saül. En se gardant de se trouver sur la voie de Saül, David montrait qu’il était patient, et qu’il voulait « espérer en l’Eternel ». Il eut été plus facile de tuer Saül, alors David serait coupable du sang versé de Saül, l’oint de l’Eternel. Sans doute, c’était en ce moment-là que David écrivit le cinquante quatrième Psaume. Il dit: « Voici, Dieu est mon secours: car Il me délivre de toute détresse » (Psaume 54: 6,9). David croyait que Dieu le délivrerait aussi de ses difficultés.

Dans le Camp de Saül:

Il y a, en dehors du combat, d’autres façons de se conduire à l’égard des ennemis. David n’était pas un peureux. Quand le moment convenable vint, David alla dans le camp de Saül, et trouva l’armée ennemie endormie. Peut-être pour leur sécurité, Saül et Abner son chef d’armée (1 Samuel 17:55), étaient au milieu du camp, entourés par les autres hommes de guerre.

Abischaï, le neveu de David (1 Chroniques 2:15, 16), alla volontiers avec David quand celui-ci s’aventura dans le camp de Saül – au milieu du camp jusqu’à Saül. David et Abischaï allèrent la nuit. Ils ne furent pas aperçus par les sentinelles, ni par n’importe quelles autres personnes. Ils marchaient et parlaient au milieu des 3.000 soldats de Saül endormis. Ce n’était pas difficile de découvrir Saül, car son épée était fixée en terre près de son oreiller (ou tout ce qu’il utilisait comme oreiller). Il nous est dit que c’était l’habitude pour le chef en de pareil campement, d’occuper le milieu, et sa place serait indiquée par son épée fixée dans le sol.

Endormi

Quand David et Abischaï se glissèrent jusque près de Saül, ils étaient entourés par tous les soldats endormis. Abischaï demanda à David de lui permettre de tuer Saül. Peut-être Abischaï avait été avec David dans la caverne où David coupa le manteau de Saül. Il est très probable qu’il ait su que David ne tuerait pas Saül, bien qu’il ait eu l’occasion de le faire. Peut-être Abischaï discutait avec David de la première fois où David avait eu l’occasion de tuer Saül; mais cette fois-ci Dieu a certainement livré Saül entre les mains de David. Les soldats de Saül ne dormaient pas d’un sommeil ordinaire, car même les sentinelles et le chef d’armée de Saül dont le devoir était de veiller sur le roi, s’étaient profondément endormis. Le Seigneur avait permis à ce profond sommeil de venir sur Saül et sur tous ses 3.000 soldats.

Dans la Main de Dieu

Abischaï n’encouragea pas David à tuer Saül. Abischaï demanda qu’il lui fût permis de le faire. Mais David était loyal envers son roi. Quoique David ait été oint pour être roi, il voulait attendre le temps de Dieu. David ne voulait pas se précipiter et venir au trône par sa propre force. David mit en pratique les paroles de l’un de ses Psaumes: « Recommande ton sort à l’Eternel, mets en lui ta confiance, et il agira » (Psaume 37:5).

David était content de confier son cas entre les mains de Dieu. David dit à Abischaï qu’il serait coupable aux yeux de Dieu s’il portait la main sur l’oint du Seigneur. Au contraire, David raisonnait que le Seigneur tuerait Saül, ou qu’il périrait au cours d’une bataille, ou que le jour de sa mort viendrait. David savait que tôt ou tard, Saül et toute autre personne mourraient; mais David ne voulait pas être responsable de la mort de Saül. Il dit: « Loin de moi, par l’Eternel! De porter la main sur l’oint de l’Eternel ! » C’est ainsi que David épargna la vie de Saül, son ennemi.

Une Epée et une Cruche d’Eau

David ordonna à Abischaï de prendre l’épée et la cruche d’eau de Saül comme preuve qu’ils avaient été dans le camp de Saül. L’épée de Saül devait le protéger quand il se trouverait en danger; la cruche d’eau devait servir à le rafraîchir quand il aurait soif.       Il perdit les deux. C’est ainsi  qu’une personne peut perdre à la fois sa force et son confort spirituels par sa négligence et en ne veillant pas aux choses spirituelles. Il doit « veiller et prier » constamment (Marc 13:33).

David et Abischaï se glissèrent silencieusement sains et saufs, hors du camp de Saül. Quand ils avaient atteint une distance où ils pouvaient être entendus sans être atteints, David appela à haute voix. Saül reconnut la voix de David comme celui-ci accusait Abner, le chef d’armée, d’avoir été infidèle et négligent, parce qu’il avait laissé le roi sans protection. Dans un tel cas, une personne est considérée comme digne de mourir.

David dit encore que tandis que Abner dormait, l’un des  gens alla à Saül pour le détruire, mais que lui David ne l’avait pas voulu. Pour prouver cela, David leur fit savoir que l’épée de Saül ne se trouvait plus à côté du roi, mais qu’elle était maintenant avec David. Peut-être David leur rappela que celui qui prit l’épée pouvait aussi tuer Saül. David dit que l’épée serait renvoyée si Saül envoyait pour cela l’un de ses jeunes hommes.

Chassé de la Maison et de l’Adoration

David insista qu’il était celui à qui on avait fait du mal. David fut chassé de sa maison, de son occupation et de son adoration. Son héritage fut emporté, et il lui était dit: « va servir les dieux étrangers ».

Dans son humilité, David paraissait à ses propres yeux comme une perdrix, un oiseau de jeu qui s’envole quand il peut, mais n’a pas d’autres défenses. Saül fut forcé à confesser son péché et sa faute. Il invita David à revenir, et promit qu’il ne lui ferait plus du mal. Peut-être à ce moment, Saül voulait faire ce qu’il a promis; mais sa confession et sa promesse ne venaient pas d’une vraie repentance.

Dieu le juge

David rappela à Saül que Dieu « rendra à chacun selon sa justice et sa fidélité ». L’Eternel est juge et Il « rendra à chacun selon ses œuvres » (Matthieu 16:27), et selon ses actes.

David ne donna plus aucune autre raison pour laquelle il avait préservé la vie de Saül, à l’exception du fait qu’il était l’oint du Seigneur . En ce qui concerne David, cette raison était suffisante. Cela aura dû être une raison suffisante pour Saül aussi, car David était aussi l’oint du Seigneur (2 Samuel 23:1). Cela devrait être une raison suffisante aujourd’hui pour amener une personne à faire attention à ce qui est dit et ou fait contre l’un des ministres de Dieu. Dieu dit: « Ne touchez pas à mes oints » (Psaume 105:15). Sans aucun doute, Dieu voulait parler de tous ses enfants et non seulement des ministres oints pour prêcher. La Bible nous dit qu’une onction vient (1 Jean 2:27), qui enseigne et conduit dans toute la vérité (Jean 16:13). Dieu prend note de ceux qui blessent par paroles ou actions, Son peuple – les disciples du Seigneur. Ceci était la promesse de Dieu à Abraham et à tous les enfants d’Israël: « Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront » (Genèse 12:3; 27:29; Exode 23:22; Nombres 24:9). Il a été prouvé que Dieu est bon pour ceux qui sont bons à l’égard de Son peuple, et que Dieu permet des revers à ceux qui maltraitent et injurient les disciples du Seigneur.

Avec ces paroles de Saül: « Tu réussiras dans tes entreprises ». David et Saül se séparèrent comme des amis. Autant que nous sachions, c’était la dernière fois que David avait vu Saül. Jusqu’à la mort de Saül, David demeura en exil, dépendant de la protection de Dieu plutôt que de compter sur la promesse de Saül.

QUESTIONS

  1. Qui poussa Saül à chercher de nouveau David?
  2. Combien de gens étaient avec Saül?
  3. Pourquoi était-il possible à David et à Abischaï d’entrer dans le camp de Saül?
  4. Quelle preuve avaient-ils, qui indiquait qu’ils y avaient été?
  5. Que peut-il arriver à un chrétien qui ne « veille et ne prie pas »?
  6. Quelle raison David donna-t-il pour n’avoir pas tué Saül?
  7. Comment l’épée de Saül fut-elle retournée?
  8. Comment Abner, le chef d’armée de Saül, avait-il manqué de faire son devoir?
  9. 9-De quelle manière le tort fut-il fait à David?
  10. Quelle sorte de confession Saül fit-il?
  11. Que dit la prophétie de Saül concernant David?
  12. Comment David et Saül se séparèrent-ils?