LEÇON   J209

LEÇON   J209

LES  VŒUX  A  DIEU

Deutéronome  23 : 21 – 23 ; Ecclésiaste 4 : 17 ; 5 : 1 – 6; Juges 11 : 30 – 39

VERSET DE MEMOIRE : « J’ai fait un vœu à l’Eternel, et je ne puis le révoquer »

(Juges 11 : 35).

 


Une Promesse

Dieu ne veut pas que nous soyons ignorants au sujet des vœux. La plupart des gens font des vœux à Dieu à des moments donnés de leur vie. Un vœu est une promesse par laquelle on déclare son intention d’offrir quelque chose, ou de s’abstenir de faire une certaine chose, ou encore de faire quelque chose en l’honneur de Dieu et pour Son service. Un vœu dépasse ce qui est exigé. Il provient du libre-arbitre.

Il y a une différence bien précise entre un vœu et une consécration. Un vœu est une promesse spécifique qui lie une personne à Dieu et qui ne fait pas nécessairement partie de sa consécration. Dieu exige la consécration de notre vie, de nos talents et de notre temps. Quand Dieu nous appelle pour un meilleur et plus grand service, nous nous consacrons pour faire Sa volonté. Une consécration est aussi contraignante qu’un vœu.

Les vœux sont souvent faits en temps de difficulté. On fait une promesse à Dieu disant que s’Il ôte la difficulté, l’on fera une certaine chose. Parfois, en cas de maladie, des promesses sont faites à Dieu. Il y a encore des fois où, par amour pour Dieu et par reconnaissance pour ce qu’Il a fait, on promet à Dieu une partie de son temps, ou une certaine bonne chose de sa vie.

Dieu peut ne pas exiger de toi de faire un vœu, mais une fois que le vœu est fait, Dieu te demande d’exécuter jusqu’au bout ce que tu as promis. La Bible ne dit pas grand chose au sujet des vœux, mais la Parole de Dieu est claire quant à l’accomplissement de nos vœux. C’est une chose grave que de ne pas accomplir un vœu fait à Dieu. En effet, « tu te chargerais d’un péché » (Deutéronome 23 : 21). Si le vœu n’a pas été fait, ce n’est pas un péché. Le péché vient de ce que le vœu n’a pas été accompli et non de ce que la promesse n’a pas été faite.

Une Contrevérité

Quand quelqu’un n’accomplit pas ses vœux faits à Dieu, cela veut dire qu’il n’avait pas dit la vérité. C’est un trompeur. Que dit la Bible au sujet des mensonges et de la tromperie ?  « Les lèvres fausses sont en horreur à l’Eternel, mais ceux qui agissent avec vérité Lui sont agréables » (Proverbes 12 : 22). David, le psalmiste, pria que Dieu le délivre « de la lèvre mensongère, de la langue trompeuse ! » (Psaume 120 : 2). David ne voulait chez lui aucune personne qui ne dise pas la vérité. Il dit : « Celui qui se livre à la fraude n’habitera pas dans ma maison ; celui qui dit des mensonges ne subsistera en ma présence » (Psaume 101 : 7). La Bible nous fait savoir la punition réservée à ceux qui ne disent pas la vérité. « Mais pour les lâches, les incrédules… et tous les menteurs, leur part sera l’étang ardent de feu et de soufre » (Apocalypse 21 : 8). Ce n’est pas étonnant que le psalmiste dise : « J’accomplirai mes vœux envers toi : pour eux mes lèvres se sont ouvertes, et ma bouche les a prononcés dans ma détresse » (Psaume 66 : 13, 14).

L’Accomplissement

« Tu ne tarderas point à l’accomplir ». Ne tarde pas par insouciance ou par négligence à accomplir tes vœux. L’on peut aussi tarder, par nonchalance, à accomplir son vœu. Il y a certaines personnes qui ne veulent pas le faire après que Dieu a accompli Sa part. En temps de besoin, ils sont prêts à tout faire ; mais après que Dieu leur est venu en aide et que les choses ne paraissent plus si graves que ça, ils ne sont plus tellement désireux d’accomplir leur vœu. « L’Eternel, ton Dieu, t’en demanderait compte » (Deutéronome 23 : 21).

Des Prétextes

Certaines personnes voudront donner des prétextes pour avoir manqué d’accomplir les vœux qu’elles ont faits à Dieu. Elles pourraient dire qu’il leur est impossible ou déraisonnable d’accomplir de tels vœux. Mais, elles en avaient fait la promesse à Dieu. Elles l’avaient faite de plein gré. Dieu ne l’avait pas exigée. « Accomplis tes vœux envers le Très-Haut » (Psaume 50 : 14).

L’Imprudence

Dieu avertit par les paroles de Salomon : « Ne te presse pas d’ouvrir la bouche, et que ton cœur ne se hâte pas d’exprimer une parole devant Dieu » (Ecclésiaste 5 : 1). Un vœu imprudent est un vœu fait par témérité, par insouciance et sans réflexion. C’est une promesse faite sans précaution ou sans se soucier des conséquences. Quand tu te présentes devant Dieu dans Sa maison ou ailleurs, dans la prière et la méditation, « approche-toi pour écouter » plutôt que de prononcer des vœux avec empressement – de vaines paroles, même des faussetés et des péchés (Ecclésiaste 4 : 17). Dieu exige l’accomplissement d’un vœu, qu’il soit prononcé avec empressement ou non. Un tel vœu ne peut pas être annulé sous prétexte que « c’est une inadvertance » (Ecclésiaste 5 : 5). Il est préférable de s’abstenir de faire un vœu, que d’en faire un et manquer de l’accomplir (Ecclésiaste 5 : 4).

Jephté

Dans la Bible se trouve un exemple qui met en relief le caractère sérieux d’un vœu fait à Dieu. Un juge d’Israël était un homme du nom de Jephté. De toute apparence, il mettait sa confiance en Dieu, et ne voulait pas céder devant les ennemis, les Ammonites. Jephté dirigea les Enfants d’Israël lors d’une bataille contre les Ammonites afin que les Israélites gardent la terre que Dieu leur avait donnée comme héritage dans le pays de Canaan. Dans son zèle et son anxiété, Jephté émit ce qu’on peut appeler un vœu imprudent. Jephté n’était pas poussé par des ordres donnés par Dieu quand il fit le vœu ; c’était sa propre idée. Les Enfants d’Israël pouvaient avoir confiance en Dieu, et avoir la possibilité de remporter la victoire sans le vœu.

Un Vœu

Jephté dit au Seigneur : « Si tu livres entre mes mains les fils d’Ammon, quiconque sortira des portes de ma maison au-devant de moi, à mon heureux retour de chez les fils d’Ammon, sera consacré à l’Eternel, et je l’offrirai en holocauste » (Juges 11 : 30, 31).

Ce qu’il y avait d’impressionnant au sujet de Jephté et l’exemple de sa vie, était le fait qu’il avait accompli ce vœu, quoique cela lui eût causé assez de chagrin et d’amertume. Il dit : « J’ai fait un vœu à l’Eternel, et je ne puis le révoquer » (Juges 11 : 35). Jephté aurait préféré souffrir plutôt que d’être infidèle à Dieu.

Ce vœu était entre Dieu et Jephté. Peut-être personne d’autre ne connaissait rien à propos, mais Jephté ne pouvait pas manquer d’accomplir sa promesse à Dieu. La fille de Jephté ne blâma pas son père, ni ne se plaignit pas. Quoique l’accomplissement de ce vœu lui causât du chagrin et de la souffrance, elle aida son père. Elle l’encouragea en disant : « Traite-moi selon ce qui est sorti de ta bouche ».

Cette leçon n’est pas donnée pour te décourager de faire des vœux à Dieu. Elle est plutôt donnée pour te mettre en garde contre des vœux peu sages, et t’encourager à accomplir les vœux et les promesses que tu as faits à Dieu. Cette leçon montre l’importance que Dieu accorde au vœu ; il est sacré à Ses yeux, et doit l’être aussi pour nous.

QUESTIONS

  1. Qu’est-ce qu’un vœu ?
  2. Qu’est-ce qu’un vœu imprudent ?
  3. Dieu a-t-Il jamais fermé les yeux sur un vœu ?
  4. De quelle manière néglige-t-on d’accomplir un vœu ?
  5. Comment le fait de manquer d’accomplir un vœu peut-il devenir un mensonge ?
  6. Au lieu de manquer d’accomplir un vœu, que devons-nous faire ?