LEÇON  J203 

LEÇON  J203 

LES  ISRAÉLITES  DEMANDENT  UN  ROI

1 Samuel 8 : 1 – 22

VERSET DE MEMOIRE : « N’entre pas dans le sentier des méchants, et ne marche pas dans la voie des hommes mauvais » (Proverbes 4 : 14).


La Fidélité de Samuel

Parmi ceux dont nous lisons dans l’histoire dans la Bible, le prophète Samuel était l’un des hommes qui avaient un très bon caractère. Jamais rien de mauvais n’a été dit à son sujet. Quand il était encore enfant, il consacra sa vie et son service au Seigneur ; et quand il était devenu grand, toute son ambition était de plaire à Dieu. Il n’avait jamais rompu ses vœux.

Samuel aimait les Enfants d’Israël d’un amour paternel, et il était profondément chagriné chaque fois qu’ils désobéissaient. Le désir de son cœur, c’était de voir les Enfants d’Israël sauvés, et il priait ardemment pour eux.

Le peuple aimait Samuel pour sa bonté et sa justice ; et quand il fut vieux et demanda : « Qui ai-je opprimé, et qui ai-je traité durement ? De qui ai-je reçu un présent, pour fermer les yeux sur lui ? » Le peuple répondit : « Tu ne nous as point opprimés, et tu ne nous as point traités durement, et tu n’as rien reçu de la main de personne » (I Samuel 12 : 3, 4). Il n’y a pas eu beaucoup de leaders dans l’histoire qui aient été capables de laisser un tel témoignage.

Un Changement dans le Gouvernement

Pendant la plus grande partie de la vie de Samuel, le peuple était content de le laisser être son juge, et il vivait selon les commandements de Dieu qu’il lui enseignait. Mais quand Samuel devint vieux, et que ses fils manquaient d’être bons comme avait été leur père, les Israélites décidèrent de prendre les choses en main et n’attendirent pas que Dieu leur suscitât un autre bon juge.

Les Israélites voulaient un roi. Ceci était contraire aux souhaits de Dieu parce qu’Il voulait être leur Roi. A travers toutes les générations, depuis qu’Israël a quitté l’Egypte – pendant leurs marches dans le désert et la conquête de Canaan – Dieu les avait conduits. Toutes les fois que  le besoin se faisait sentir, Dieu leur accordait un juge pour régner sur eux et leur apprendre la justice. Dans tout ceci, Dieu avait été leur Roi.

Dieu comme Roi

Dieu était pour le peuple un Roi, de loin meilleur à toute autre personne. Dieu connaît toute chose, et pouvait voir les épreuves qui leur arriveraient avant même qu’elles ne surviennent ; Il pouvait donc aider le peuple à les surmonter. Dieu est tout-puissant, et Il pouvait apporter la victoire aux Israélites quand ils ne l’espéraient pas. Dieu leur avait pourvu de la nourriture, des vêtements et des maisons qu’aucun roi  terrestre ne pouvait leur accorder. Tout ce que Dieu avait fait pour Israël avait été pour leur bien.

Le Rejet

Maintenant les Israélites tournaient le dos à leur Roi gracieux, tout-puissant, céleste, le Donateur de toute grâce excellente et de tout don parfait, et demandaient qu’un homme du milieu d’eux fût leur souverain. Les nouvelles concernant les ambitions vaines des Israélites attristèrent le cœur  de Samuel. Dieu était leur meilleur Ami, et Samuel voulait qu’ils L’aiment comme lui-même L’aimait. Au contraire, les Enfants d’Israël rejetèrent le Saint d’Israël et demandèrent à faire leur propre volonté.

Dieu savait que Samuel avait fait de son mieux pour les Israélites, et que ce n’était pas de sa faute s’ils avaient demandé un roi. Dieu dit à Samuel : « Ce n’est pas toi qu’ils rejettent, c’est moi qu’ils rejettent, afin que je ne règne plus sur eux ».

Il y avait d’autres moments où le peuple de Dieu Lui avait tourné le dos, et les conséquences avaient toujours été les mêmes : l’homme ou la nation qui rejette Dieu doit souffrir pour cela.

Les Israélites avaient atteint le niveau le plus élevé de rejet quand ils crucifièrent Jésus. Il s’était écrié : « Jérusalem, Jérusalem… combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu ! » (Matthieu 23 : 37). Pense à la noblesse de cœur de notre Sauveur pleurant sur la Jérusalem rebelle ! Et écoute leur réponse : « Que Son sang retombe sur nous et sur nos enfants ! » (Matthieu 27 : 25). Peu de temps après, les Juifs souffrirent extrêmement, et le jugement qui a suivi s’est étendu sur eux jusqu’à ce jour. Voilà ce qui découle du rejet du Seigneur ; et un plus grand jugement attend au dernier jour.

Le Désir Accordé

Dieu dit à Samuel de faire savoir aux Israélites qu’ils pouvaient avoir un roi selon leur souhait. Ce n’était pas Sa volonté, mais s’ils insistaient, Dieu leur permettrait de faire comme bon leur semble. Si nous demandons avec instance quelque chose à Dieu, Il peut nous laisser faire notre volonté, quoiqu’Il sache que quelque chose d’autre serait meilleur pour nous. Nous pourrons nous sentir très reconnaissants quand notre demande est acceptée ; mais nous nous sentirons sous peu mal à l’aise, ou nous pourrons même en souffrir ; et alors nous allons commencer à nous rendre compte qu’on aurait dû demander à Dieu de faire Sa volonté. Nous devrions constamment prier comme le faisait Jésus, et selon la manière qu’Il avait enseignée à Ses disciples : « Que Ta volonté soit faite ».

Les Israélites ne voulaient pas connaître la volonté de Dieu. Ils voulaient un roi, et ils n’étaient pas prêts à céder jusqu’à ce qu’ils en eussent un. Ils voulaient être semblables aux autres nations voisines. En d’autres termes, nous pourrions dire qu’ils voulaient être semblables au monde. Et cependant, en sollicitant un roi auprès de Samuel, il paraît qu’ils désiraient que Dieu approuve leur propre voie.

Se conformant au Monde

Nous voyons des gens aujourd’hui, qui veulent aller au Ciel. Ils aimeraient être Chrétiens, mais ils ne veulent pas être différents de leurs amis pécheurs. Certaines filles permettront à une  petite chose comme le maquillage de les empêcher de donner leur cœur à Jésus. Elles ont peur des moqueries de certaines amies d’école indisciplinées. D’autres jeunes gens pensent qu’ils ont à fumer des cigarettes tout juste parce que « tout le monde le fait ». Ils sont semblables au peuple qui voulait un roi parce que ses voisins en avaient.

Le Tribut du Roi

Samuel avertit les Israélites que le roi qu’ils sont en train de choisir exigerait d’eux de grands sacrifices. Il allait prendre la dixième partie de leurs troupeaux ; il allait faire de leurs meilleurs fils des soldats ou des serviteurs dans le palais. Leurs filles allaient devenir des cuisinières et des boulangères. Il allait vivre dans une splendide demeure, allait manger les meilleures nourritures ; en outre, il allait dépenser de grandes sommes d’argent qu’ils allaient lui donner dans leur misère.

Certainement cela n’était pas un avenir gai auquel il faut s’attendre, mais Samuel y ajouta encore un avertissement plus terrible. Quand l’heure où ils auraient à souffrir d’une telle oppression sonnerait, Dieu ne les écouterait pas quand ils L’appelleraient pour qu’Il leur vînt en aide. Tout le monde a besoin d’aide de la part de Dieu. Pense à ce que cela peut signifier si Dieu ne répondait pas à tes prières quand tu te trouves en difficulté, s’il n’y avait personne pour réconforter celui qui est éploré, ni personne pour guérir le malade, ni personne pour calmer le cœur brisé.

Mais les Enfants d’Israël étaient résolus à faire ce qu’ils voulaient. Ils voulaient un roi, quel qu’en fût le coût. « Non ! Dirent-ils, mais il y aura un roi sur nous ».

La Volonté Accordée

Ne voyons-nous pas en tout temps autour de nous de telles personnes entêtées ? Elles savent qu’elles souffriront de la destruction éternelle si elles désobéissent à Dieu, mais elles semblent ne pas s’en soucier. Le peu de jours qu’elles ont à passer ici leur semblent plus importants que leur destin quand cette vie prendra fin. Elles ne prennent pas la peine de considérer qu’un petit moment de persécution ici – un petit moment pour « être différent » – sera oublié en un instant quand nous verrons Jésus. En outre, après qu’une personne est sauvée, elle ne prend plus en considération les railleries de ses compagnons sur sa vie chrétienne. Quand bien même des gens ont eu à souffrir des douleurs physiques ou bien à mourir pour avoir tenu ferme dans la foi, Jésus a toujours été à leurs côtés pour les aider à triompher ; et des pécheurs ont été gagnés pour le Sauveur en voyant la joie avec laquelle des martyrs ont fait face, à la mort plutôt que de renier le Seigneur qui les a sauvés.

Y a-t-il un sacrifice trop grand pour gagner la vie éternelle ? Grande sera la joie du Chrétien qui peut se tenir devant le Juge, sachant que sa prière a été : « Que Ta volonté soit faite ».

QUESTIONS

  1. Décris le caractère de Samuel.
  2. Quelle était la position de Samuel en Israël ?
  3. Pourquoi les Enfants d’Israël voulurent-ils un roi ?
  4. Qu’est-ce que Samuel a ressenti à propos des désirs mondains d’Israël ?
  5. Que dit Dieu à Samuel concernant la demande des Israélites ?
  6. Qu’est-ce qui arrive aux gens qui rejettent Dieu ?
  7. Que dit Samuel au peuple au sujet de leur vie quand elle sera dirigée par un roi ?
  8. Quelle partie de la prière du Seigneur les Israélites auraient dû faire en ce moment ?