LEÇON J201 

LEÇON J201 

L’ARCHE  PRISE  ET  RETOURNEE

1 Samuel 4 : 1 – 18 ; 5 : 1 – 5 ; 6 : 1 – 3, 7 – 15, 19, 20

VERSET DE MEMOIRE : « Qui peut subsister en présence de l’Eternel, de ce Dieu saint ? »

(1 Samuel 6 : 20).


La Guerre Contre les Philistins

Eli continuait la fonction de sacrificateur jusqu’à ce que Samuel eût grandi. Eli n’avait pas le souci d’enseigner le peuple en ce qui concerne Dieu, et la Parole du Seigneur était très rare. Eli manquait aussi d’exhorter les Enfants d’Israël à prier et à chercher Dieu. Peut-être Eli les reprochait, mais il n’insistait pas sur l’obéissance à Dieu.

Nous n’avons pas lu que les Enfants d’Israël ont consulté Dieu quand ils allaient combattre contre les Philistins. Rien n’indique que le peuple ait prié. Les Enfants d’Israël furent massacrés par les Philistins, et environ 4.000 hommes furent tués.

Le Péché dans le Camp

Plusieurs années auparavant, la promesse de Dieu aux Enfants d’Israël avait été : « Un seul d’entre vous en poursuivait mille ; car l’Eternel, votre Dieu, combattait pour vous, comme Il vous l’a dit » (Josué 23 : 10). Les Enfants d’Israël n’obéissaient plus à Dieu et ne Le servaient plus ; aussi, Il ne combattait plus pour eux.

Le peuple se demandait pourquoi il avait été frappé par les Philistins. Apparemment, les Israélites blâmèrent Dieu pour avoir permis aux Philistins de remporter la victoire ; pourtant, ils n’avaient ni jeûné, ni prié, ni demandé à Eli de prier pour eux.

Quoiqu’Eli eût manqué d’enseigner aux Enfants d’Israël les voies du Seigneur, quelques-uns parmi eux avaient certainement entendu parler de comment Dieu s’était conduit avec eux dans des circonstances pareilles au cours des temps passés. Au temps de Josué, ils furent battus à Aï parce qu’il y avait le péché parmi eux quand Acan prit des choses dévouées par interdit (Josué 7 : 1). Josué, leur leader, déchira ses vêtements et, ensemble avec les anciens du peuple, se couvrit la tête de poussière en signe de repentance devant Dieu. Josué pria devant l’Arche du Seigneur jusqu’au soir. Dieu dit à Josué qu’ils avaient péché, raison pour laquelle ils ne pouvaient pas tenir devant leurs ennemis. De plus, Dieu dit qu’Il ne serait plus avec les Enfants d’Israël, à moins que le péché soit détruit du milieu d’eux et le coupable puni. (Josué 7 : 12). Les Enfants d’Israël découvrirent le péché. Les choses dévouées par interdit furent brûlées en dehors du camp, et le coupable fut puni. Quand les Enfants d’Israël avaient ainsi obéi à Dieu, ils partirent encore en guerre contre Aï, et Dieu leur donna la victoire.

Le Conseil

En ce moment-là les Enfants d’Israël tinrent conseil. Ils agirent d’une manière très insensée en essayant d’obtenir la faveur de Dieu sans la prière et la repentance. Les Enfants d’Israël décidèrent d’emporter l’Arche de l’Alliance de Silo. L’Arche de l’Alliance était le symbole de l’Esprit de Dieu et de Sa présence au-dessus du Propitiatoire.

Auparavant, l’Arche avait été transportée une seule fois au cours d’une bataille. En ce moment-là, le Seigneur avait donné des instructions quant à la manière dont les Enfants d’Israël allaient prendre Jéricho.  L’Arche de l’Alliance fut portée par les Enfants d’Israël pendant qu’ils marchaient autour de la ville. Dieu leur avait ordonné en ce moment-là de prendre l’Arche.

Le Lieu choisi par Dieu

Dieu leur avait aussi dit de mettre l’Arche dans le « Lieu très Saint » (Exode 26 : 34) du Tabernacle, leur centre d’adoration. Il leur avait été dit d’adorer à l’endroit choisi par Dieu (Deutéronome 12 : 5) à leur arrivée sur la terre de Canaan. Le Tabernacle fut dressé à Silo (Josué 18 : 1), et aucune instruction n’était venue de Dieu pour qu’il fût ôté. Il serait dangereux de faire déplacer l’Arche sans l’autorisation de Dieu; mais les fils d’Eli, Hophni et Phinées, les sacrificateurs, se déplacèrent avec l’Arche.

Il semble qu’ils ne se rendirent pas compte, que quoique l’Arche soit toujours avec eux, l’Esprit de Dieu se fut éloigné d’eux à cause de leur péché. Les Enfants d’Israël  mirent plus leur confiance en l’Arche qu’en le Seigneur qu’elle représentait. Ils auraient dû avoir leur regard sur Dieu, car c’est Sa puissance qui allait disperser les ennemis. Aujourd’hui, certaines personnes ont l’apparence de la piété, mais elles renient ce qui en fait la force. Elles s’intéressent plus aux apparences qu’à un cœur pur.

L’Arche et l’Ennemi

Quand l’Arche arriva au camp, les Enfants d’Israël poussèrent un grand cri comme si déjà ils avaient la victoire. L’ennemi entendit le cri, et vit l’Arche. Les Philistins savaient que l’Arche était un signe de la présence du Seigneur. Le grand cri des Israélites et la présence de l’Arche mirent une crainte dans le cœur des Philistins. Etant des idolâtres, ils savaient que l’Arche, c’était Dieu Lui-même. Ils se souvinrent des miracles accomplis par Dieu pendant le voyage des Enfants d’Israël dans le désert, quand l’Arche était avec eux. L’ennemi savait que l’Arche n’avait jamais été ainsi amenée sur le champ de bataille contre eux auparavant. Les Philistins ne se rendirent pas, mais plutôt s’armèrent de courage afin d’agir comme des hommes et de combattre.       

La Défaite et la Mort

L’histoire de la bataille est courte. Israël fut vaincu, et dans une grande panique, chacun s’enfuit dans sa tente. Trente mille hommes de pied furent tués, y compris Hophni et Phinées, les fils d’Eli. L’Arche du Seigneur fut saisie par les Philistins. Les Enfants d’Israël avaient eu du courage et une certaine confiance, mais il y avait aussi le péché dans leur vie. Ils avaient placé leur foi en l’Arche plutôt qu’en le Seigneur. Un homme, dans sa croyance, peut être courageux et sincère, mais sa confiance doit être basée sur le droit chemin, sur le Dieu vrai et vivant.

Un homme de l’Armée d’Israël, témoin oculaire, accourut à Silo pour apporter les nouvelles de la défaite. Au bord du chemin, était Eli qui attendait les nouvelles de la bataille. Son cœur tremblait pour la sécurité de l’Arche du Seigneur. Sachant bien que le peuple avait péché, il n’avait pas eu le courage de l’empêcher d’emporter l’Arche de Silo.

 Apparemment, Eli ne manifesta aucune émotion quand il reçut les nouvelles de la défaite et de la mort de ses deux fils, comme s’il s’attendait à ce que la prophétie de Dieu sur eux s’accomplît en ce moment-là. Mais quand il entendit la nouvelle de la prise de l’Arche, il tomba de son siège à la renverse, près de la porte, et sa nuque se rompit. A l’âge de 98 ans, et après avoir été juge pendant 40 ans, Eli mourut ainsi sans dire un mot.

La Perte de l’Arche

Un grand jugement vint sur les fils d’Eli comme Dieu l’avait prononcé : « Ils mourront tous les deux le même jour » (1 Samuel 2 : 34). Hophni et Phinées ont failli à leurs responsabilités et se sont ainsi retrouvés loin de la protection de Dieu. Ils n’avaient pas leur place sur le champ de bataille. Ils eurent connaissance de leur sottise et de leur faute, mais tardivement ; nous pouvons néanmoins tirer leçon de leur expérience.

Comme Dieu l’avait dit, quand les Enfants d’Israël apprirent  les nouvelles de la bataille, leurs oreilles furent étourdies (1 Samuel 3 : 11). La défaite fut une calamité. La perte de l’Arche par Israël ne fut pas un honneur pour Dieu. Elle apporta la perte à Israël et le déshonneur à Silo, car plus jamais, cette ville ne reçut l’Arche du Seigneur.

L’Arche et une Idole

Pendant cet intervalle de temps, les Philistins étaient contents et fiers de leur victoire. Ils n’avaient causé aucun dommage à l’Arche mais la portèrent à un lieu de sûreté dans un temple d’idole, qui est la maison de Dagon à Asdod, l’une de leurs villes. Dieu n’est pas du tout adoré s’Il n’est pas adoré, Lui seul. L’Arche triompha de Dagon dans son propre temple. Dieu ne sera pas adoré avec un autre dieu, mais Il le sera au-dessus de tous les dieux. L’idole tomba sur sa face, dans la position d’un ennemi conquis, devant l’Arche du Seigneur. Les prêtres de Dagon se hâtèrent de relever l’idole et de la remettre à sa place. Le lendemain matin, Dagon n’était pas seulement tombé, mais il s’était brisé. Sa tête et ses mains furent détachées, et il ne resta que le tronc. On aurait pensé que les Philistins allaient reconnaître que Dagon n’était qu’une simple idole exposée, que l’idole n’avait pas de puissance, donc qu’elle était indigne d’être invoquée ou de recevoir des honneurs ; mais, les Philistins n’étaient pas convaincus que le Seigneur Dieu d’Israël était Le seul vrai Dieu. Leur cœur était endurci dans leur idolâtrie.

L’Arche au Milieu des Ennemis

Sept mois durant, les Philistins étaient frappés à cause de l’Arche du Seigneur ; cependant, ils ne voulaient pas la retourner. D’une ville à l’autre l’Arche était transportée, et partout il y avait « une terreur mortelle ». Ceux qui n’étaient pas morts étaient frappés d’une plaie.

Après que les Philistins apprirent qu’ils n’avaient ni paix ni sécurité avec l’Arche en leur possession, ils se réunirent pour décider de ce qu’il y avait lieu de faire. Ils furent forcés par la douleur et la crainte de retourner l’Arche. Ils construisirent un char neuf tiré par deux vaches, et l’Arche fut retournée aux Enfants d’Israël. Les Philistins ne reçurent ni rançon, ni argent pour cela. Ils furent contents d’être débarrassés de l’Arche, et donnèrent des perles à titre d’offrande, pour que la main du Seigneur cessât de s’appesantir sur eux.

Le Manque de Révérence

Apparemment, les Enfants d’Israël ne firent aucune tentative pour reprendre ou racheter l’Arche, ou même pour se renseigner à son sujet. Ils se réjouirent du retour de l’Arche et la placèrent sur une grande pierre dans le champ de Josué de Beth-Schémesch. Là, l’Arche était laissée sans protection et exposée aux regards indiscrets. Bien que cela fût contraire aux exigences de la loi, les Israélites se servirent du char pour faire le feu, et des vaches pour des holocaustes. Ceci n’était pas le vrai sacrifice, et n’était même pas offert au Tabernacle par les sacrificateurs. Les hommes de Beth-Schémesch étaient contents de voir l’Arche – mais ils n’avaient pas le droit de regarder l’intérieur. Les sacrificateurs eux-mêmes n’avaient pas le droit de jeter le regard dans l’Arche de l’Alliance. Pour cette raison, ils furent frappés par la main de Dieu, et plusieurs furent tués. Leur manque de respect et de révérence à l’Arche fut une offense contre Dieu. Les Enfants d’Israël comprirent que l’homme doit faire attention à la manière dont il traite les choses saintes de Dieu, les choses sacrées appartenant à la maison du Seigneur, ainsi qu’aux offices sacrés et que l’on ne doit pas se permettre le luxe de faire sa volonté, en paroles ou en actions ; car toute élévation vient de Dieu. « Mais Dieu est celui qui juge : Il abaisse l’un, et Il élève l’autre » (Psaume 75 : 7, 8).

Les hommes de Beth-Schémesch reconnurent la puissance et la sainteté de Dieu. Ils s’écrièrent : « Qui peut subsister en présence de l’Eternel, de ce Dieu saint ? » Lisez Psaume 1 et Psaume 15 pour avoir la réponse.

QUESTIONS

  1. Pourquoi l’Arche fut-elle emmenée sur le champ de bataille ?
  2. Qu’est-ce que les Enfants d’Israël ont manqué de faire avant de partir en guerre ?
  3. Comment la bataille prit-elle fin ?
  4. Qu’arriva-t-il à Eli et à ses fils ?
  5. Qu’arriva-t-il à l’Arche du Seigneur ?
  6. Qu’arriva-t-il à l’idole ?
  7. Pourquoi les Philistins retournèrent-ils l’Arche ?
  8. Pourquoi Dieu frappa-t-Il les hommes de Beth-Schémesch ?