LEÇON  A245

LEÇON  A245

L’ETERNEL NOTRE LUMIERE ET NOTRE SALUT

Psaumes 23:1-6;  27:1-14

VERSET DE MEMOIRE: « L’Eternel est non berger: je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, Il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, Il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de son nom. Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: ta houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires; tu oins d’huile ma tête, et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie, et j’habiterai dans la maison de l’Eternel jusqu’à la fin de mes jours »

(Psaume 23:1-6).

Télécharger

Le Psaume du Berger

  1. Le soin de l’amour de Dieu pour Son peuple ressemble au soin attentif dont un berger entoure son troupeau: Psaume 23:1; Esaïe 40:11; Jean 10:11-16; Hébreux 13:20; 1 Pierre 2:25.
  2. Le Bon Berger conduit Son troupeau vers une provision abondante, vers la paix et le bien-être: Psaume 23: 2, 3; Esaïe 49:10; Ezéchiel 34:22-31.
  3. La force et la présence du Berger détruisent le pouvoir et la terreur de la mort et de la calamité: Psaumes 23:4; 72:12-17; 91:1-14; Hébreux 2:14, 15.
  4. Dieu entoure Son peuple d’un amour et d’un soin divins, malgré les ennemis qui l’assaillent: Psaumes 23:5; 31:20-25; Job 36:15, 16.
  5. Dieu donne la coupe de bénédiction pleine et débordante à ceux qu’Il aime: Psaumes 23:5; 45:8; 92:11; Malachie 3:10.
  6. La vie éternelle est la possession du troupeau du pâturage de Dieu: Psaumes 23:6;16:11; 2 Corinthiens 5:1; Apocalypse 21:3, 4

Le Psaume de David

  1. La confiance de David en le salut de Dieu est forte et sûre: Psaume 27:1-3; Exode 15:2; Psaume 46:3.
  2. David désirait demeurer dans la Maison de Dieu pour toujours, car c’est en cela qu’est la vie éternelle: Psaumes 27:4-6; 31:20, 21; Jean 14:2, 3; Hébreux 12:22.
  3. David pria pour que l’aide de Dieu soit continuelle tout au long de son existence: Psaume 27:7-9, 11, 12; Deutéronome 4:31; Psaume 50:15.
  4. David témoigna avec confiance de la miséricorde et du salut de Dieu: Psaume 27:10,13,14; Nombres 14:8; Psaume 3:6,7; Esaïe 12 2.

COMMENTAIRE

Le Bon Berger

Le vingt-troisième Psaume est l’un des plus amplement connus, et l’une des parties de l’Ecriture les mieux préférées. Ses paroles pleines d’amour et de beauté ont réconforté d’innombrables foules à travers plusieurs générations en proie à toutes sortes de difficultés, d’épreuves et  en face même de la mort. Sa simplicité l’a rendu à jamais cher aux cœurs des hommes.

« L’Eternel est mon berger, je ne manquerai de rien« , est un exposé compréhensible qui donne la signification de tout le Psaume 23. Dieu est le berger du juste et Ses gens sont Ses brebis. Les hommes sont dans un besoin désespéré d’une main pour les guider à travers toute leur vie ; et Dieu est tout cela, et Il l’est davantage à l’âme qui le cherchera pour Son guide, Son amour et Sa protection.

La sécurité et la protection du troupeau sont de la responsabilité du berger, parce que ses brebis ne sont personnellement pas capables de se chercher de la pâture et du breuvage. Les brebis ne sont pas non plus capables de se défendre contre les bêtes sauvages, ni d’être à l’abri des dangers qui les environnent dans les dures épreuves du chemin. Il est du devoir du berger de conduire sain et sauf ses brebis à travers tous les obstacles qui menacent de nuire et de blesser son troupeau. Il est celui qui défendra son troupeau au prix de sa vie contre toutes les attaques des méchantes bêtes, des ravisseurs, des brigands ou des assassins.

Un merveilleux discours nous est présenté dans le Nouveau Testament, discours dans lequel Jésus dit aux gens qu’Il est le Berger des brebis. Il dit de Lui-même: « Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour Ses brebis » (Jean 10:11). C’est exactement ce que Jésus fit pour les siens – les brebis de Son pâturage. Il donna Sa vie pour elles, afin qu’elles pussent échapper aux terribles risques du péché et à son salaire final – la mort éternelle! Le Sang de Jésus versé sur la croix du Calvaire est l’expiation faite pour nos péchés, et nous avons reçu la vie éternelle en croyant à l’efficacité de cette Source purifiante.

Le Pâturage Bienfaisant

On nous enseigne ici que nous ne souffrirons ni le besoin, ne connaîtrons ni la pénurie des bonnes choses, si nous avons le regard sur Dieu pour obtenir Sa provision. De même que le berger conduit son troupeau près des eaux paisibles et dans de verts pâturages où les brebis sont nourries et abreuvées en abondance,  de même Dieu conduit Son peuple à la source d’un approvisionnement de bien éternel, à savoir la Source d’Eau Vive, Jésus-Christ. « Mais les hommes intègres héritent le bonheur » (Proverbes 28:10), et « Il a rassasié de biens les affamés » (Luc 1:53). Esaïe dit du Berger d’Israël: « Ils n’auront pas faim et ils n’auront pas soif; le mirage et le soleil ne les feront point souffrir; car celui qui a pitié d’eux sera leur guide, et il les conduira vers des sources d’eaux » (Esaïe 49:10). Jésus dit à celui qui a soif: « Si quelqu’un a soif, qu’il vienne à moi et qu’il boive » (Jean 7:37).

Les promesses de Dieu sont pertinentes, non seulement pour le monde actuel en ce qui concerne les besoins du corps et de l’âme au cours de notre pèlerinage terrestre, mais aussi pour ce qui concerne notre bien-être et notre jouissance dans les grands âges éternels avec Dieu. Il fut accordé à l’Apôtre Jean une vision de la grande Ville de Dieu, afin que nous connaissions un peu des félicités dont les saints de Dieu hériteront. Il écrivit: « Et j’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu » (Apocalypse 21:3, 4). Alors il n’est guère étonnant que le Psalmiste, à la vue de telles choses, et lorsqu’il écrivait le Psaume 27, ait résumé son désir ainsi: « Je demande à l’Eternel une chose, que je désire ardemment: je voudrais habiter toute ma vie dans la maison de l’Eternel, pour contempler la magnificence de l’Eternel et pour admirer son temple » (Psaume 27:4).

David désirait demeurer dans le Temple de Dieu – la Nouvelle Jérusalem – avec Dieu à travers toute l’éternité. Son désir, pendant qu’il passait son temps dans le monde présent c’était qu’il pût méditer sur la beauté et la perfection de Dieu à travers la prière et l’adoration. C’est le droit et le privilège de l’enfant de Dieu de s’informer auprès de Dieu dans Son saint Temple, par le moyen de l’adoration et de la louange à Dieu. Celui qui a goûté et vu que Dieu est bon perd tout désir terrestre des possessions de ce monde, et veut uniquement pouvoir demeurer avec Dieu pour toujours. Peut-être que le Psalmiste avait une telle chose à l’esprit lorsqu’il écrivait: « Sentez et voyez combien l’Eternel est bon! Heureux l’homme qui cherche en lui son refuge! » (Psaume 34:9).

La Présence Réconfortante

Dans les Psaumes 23 et 27 fut exposée la grande confiance que le Psalmiste avait. Il ne craint pas le mal qui pourrait lui arriver. Il est au comble de sa force lorsqu’il dit: « Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi: ta houlette et ton bâton me rassurent ».

Pour les rachetés, la mort a perdu sa terreur et son aiguillon à cause de la résurrection victorieuse de Christ. Il conquit la mort, l’enfer et la tombe par cette résurrection. Au moment de la mort, le ciel de la vie peut être assombri, la douleur peut être ressentie momentanément, mais pour le Chrétien, les craintes et la terreur de la mort ont disparu, parce qu’il regarde au grand Berger des brebis qui le conduit.

« L’Eternel est ma lumière et mon salut: de qui aurais-je crainte? L’Eternel est le soutien de ma vie; de qui aurais-je peur? » Il n’y a pas de réponse à de telles questions, car il n’y a pas un autre qui soit plus grand que le Roi des rois, et le Seigneur des seigneurs. « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? » (Romains 8:31). Car « j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 8:38, 39).

La Coupe de Bénédictions

David pensa aux risques qu’il avait pris dans sa vie passée, aux nombreux ennemis qui avaient tenté de le tuer, et il loua Dieu pour les grandes délivrances qu’Il avait opérées à son profit. Dieu lui avait littéralement dressé une table de bénédiction et de protection en présence de ses ennemis. Il a semblé que, plus son engagement devenait difficile, plus la présence de Dieu demeurait avec lui. David compara le grand amour et le grand dévouement de Dieu pour Ses brebis à une coupe qui débordait à cause de sa plénitude. Ce même thème similaire est présenté davantage dans le vingt-septième Psaume où le Psalmiste dit: « Car mon père et ma mère m’abandonnent, mais l’Eternel me recueillera ». L’affection paternelle vient de Dieu; et de tous les liens humains, ces liens paternels et ces affections sont les plus difficiles à rompre. Mais le Psalmiste dit que, quand bien même une telle calamité l’atteindrait – si même ses parents l’abandonnaient – Dieu le réconforterait et le garderait.

Le vingt-septième Psaume poursuit le thème de la protection divine en affirmant avec insistance que Dieu protégera les Siens dans Son Tabernacle et en Sa présence. Ce passage de l’Ecriture met un accent sur le grand intérêt personnel que Dieu a pour les Siens, et rappelle l’incident et la leçon où Jésus compara l’intérêt de la protection de Dieu sur son peuple à une poule rassemblant ses poussins sous ses ailes. Jésus dit à ce moment-là: « Combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu! » (Matthieu 23:37). Dans les Psaumes nous voyons la même pensée, car il y est écrit: « Il te couvrira de ses plumes et tu trouveras un refuge sous ses ailes » (Psaume 91:4).

La Bonté du Seigneur

Les Psaumes 23 et 27 s’achèvent avec une note de confiance de la bonté et de la miséricorde de Dieu, qui est la part réservée aux Siens. La confiance de David que le bonheur et la grâce l’accompagneraient tous les jours de sa vie fut justifiée, parce que celui qui vit pour la gloire de Dieu reçoit de Lui des récompenses. Ces récompenses comprennent la joie, la paix et la vie éternelle – tout est rendu possible par la bonté et la miséricorde du Dieu Tout-Puissant. La promesse de Dieu est: « N’oublie pas mes enseignements, et que ton cœur garde mes préceptes; car ils prolongeront les jours et les années de ta vie, et ils augmenteront ta paix (Proverbes 3:1, 2).                  

David avait une ample occasion de prouver la puissance salvatrice et la grâce infinie de Dieu dans sa vie, parce que son âme et sa vie avaient été en péril plusieurs fois dans le passé. Il dit de tels moments: « Oh! si je n’étais pas sûr de voir la bonté de l’Eternel sur la terre des vivants » (Psaume 27:13). Voici une solide accusation et un vibrant témoignage contre tous les paresseux qui continuellement ajournent leur légitime service à Dieu. Le jour du malheur arrivera, et n’ayant pas de Sauveur, ceux qui diffèrent l’accomplissement de leur devoir périront comme la fleur des champs. Mais il n’en était pas de même de David. Sa confiance avait été en le Dieu vivant, et il conseilla en ces termes ceux qui sont moins confiants en le salut de Dieu: « Espère en l’Eternel! fortifie-toi et que ton cœur s’affermisse! Espère en l’Eternel! (Psaume 27:14).

QUESTIONS

  1. Qui est le Berger des brebis?
  2. Quelle est la responsabilité d’un berger?
  3. Pourquoi les brebis ont-elles besoin d’un berger?
  4. Pourquoi David désirait-il habiter dans la Maison du Seigneur jusqu’à la fin de ses jours?
  5. Comment le vingt-septième Psaume met-il l’accent sur l’intérêt personnel de Dieu pour les Siens?
  6. Comment l’amour paternel est-il comparable à l’amour de Dieu?