LEÇON  A239

LEÇON  A239

L’ORIENTATION  DE  DIEU

Psaume 32:1-11

VERSET DE MEMOIRE: « Beaucoup de douleurs sont la part du méchant, mais celui qui se confie en l’Eternel est environné de sa grâce »

(Psaume 32:10).

Télécharger

I  La Condition Bénie et Heureuse de l’Homme Pieux

  1. Le pardon des transgressions (transgresser signifie littéralement faire ce qui est défendu) apporte le vrai bonheur: Psaumes 32:1; 1:1-6; Esaïe 43:25; 44:22; 55:1-3, 6, 7; Jérémie 31:34; 50:20; 1 Jean 1:9; Romains 8:1.
  2. Le recouvrement du péché (pécher signifie littéralement manquer le but ou ne pas faire ce qui est ordonné) apporte aussi le vrai bonheur: Psaume 32:1; 1 Jean 1:7; 2:1, 2; 3:5, 8; Lévitique 17:11; Hébreux 8:12.
  3. Lorsque l’iniquité (iniquité signifie littéralement perversion, ou changement de sa propre course ou de sa situation) n’est pas imputée à un homme, il est vraiment heureux: Psaume 32:2; Michée 7:18-20; Hébreux 8:12.
  4. La délivrance de la fraude (fraude signifie littéralement supercherie ou tromperie) apporte le vrai bonheur: Psaumes 32:2; 101:7; Jean 1:47; 1 Pierre 2:22; Apocalypse 14:5.
  5. Le remords qui surpassait les larmes et la forte conviction du péché, amenèrent la contrition et le plein pardon à David: Psaumes 32:3-5; 51:3-21.

II Les Bénédictions Présentes et Eternelles s’accumulent pour l’Homme Pieux

  1. L’homme pieux recherchera les bénédictions de Dieu, Sa provision et Sa protection: Psaume 32:6; Habacuc 2:4; Hébreux 10:38.
  2. Dieu protège les Siens: Psaumes 32:6, 7; 91:1-16.
  3. L’orientation est promise à tous ceux qui suivent Dieu: Psaumes 32:8; 25:9; 48:15; 73:24; Jean 14:26; 16:13-15; Esaïe 30:21.
  4. L’homme obstiné et l’homme opiniâtre n’ont pas les assurances données au pieux: Psaume 32:9, 10; Proverbes 3:32; 2 Pierre 2:9-17.
  5. Par conséquent, l’homme pieux a un cœur plein de gratitude pour les bienfaits qu’il reçoit: Psaumes 32:11; 103:1-22.

COMMENTAIRE

La Justice Qui Provient de la Foi

Il est mentionné que Martin Luther fut une fois interrogé sur les Psaumes qui étaient les meilleurs, et que sa réponse fut: « Les Psaumes de Paul ». Etonné de ce qu’une autorité telle que Luther ait voulu attribuer quelques-uns des anciens Psaumes à la plume de l’Apôtre Paul, l’interrogateur demanda ce qu’il voulait dire par cette réponse. On a dit que Luther a répondu qu’il appelait les Psaumes de repentance – les Psaumes 32, 51, 130 et 143 – Psaumes de Paul parce qu’ils ressemblaient tellement aux écrits de l’Apôtre, faisant valoir la vérité que celui qui croit reçoit le pardon sans la Loi et sans les œuvres. Il ajouta que ces Psaumes enseignent, comme le fit Paul dans ses écrits dans le Nouveau Testament, en sorte que personne ne doit, avec raison, se glorifier de sa propre justice; le pardon du péché qu’un homme reçoit est dû à la miséricorde de Dieu et non à un mérite quelconque de lui-même.

Ce Psaume s’ouvre avec la déclaration que la personne qui a été délivrée de tout mal est bénie, ou est vraiment heureuse. Le Psalmiste a analysé et résumé les maux qu’il y a en nous, et ceux qui se manifestent dans nos actes extérieurs en les classant en quatre catégorie; qui sont les transgressions, les péchés, l’iniquité et la fraude. Il déclare que l’homme dont les transgressions sont pardonnées grâce à la faveur et la miséricorde non méritées de Dieu; l’homme dont le péché est couvert, étant jeté dans les profondeurs de la mer par Dieu, – non pas pour y flotter comme le liège, mais sombrer dans une obscurité totale; l’homme qui est ainsi changé par la  puissance régénératrice de Dieu au point que son iniquité passée ne lui sera plus imputée; l’homme dont la fraude et la tromperie du passé sont ôtées et dont le cœur est au contraire rempli de justice – cet homme, affirme David, est vraiment heureux!

Certains ont douté que Dieu pouvait ou voudrait opérer un changement dans la nature humaine, ou qu’Il accorderait une expérience que reconnaîtrait et retiendrait une personne tirée de l’état de péché et amenée à l’état de droiture. Malheureusement il y a plusieurs qui limiteraient ainsi le pouvoir de Dieu et qui réduiraient Son plan à leur propre convenance. Mais le plan de Dieu demeure inchangé!

Le salut de Dieu délivre de la culpabilité du péché, de la puissance du péché, et du salaire du péché. Cette œuvre merveilleuse de la grâce apportera naturellement un état de bonheur parce que le remords du péché est parti, la culpabilité est ôtée, et « l’attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu » fera place à la « grande paix » qui est donnée à ceux qui aiment la Loi de Dieu. Le monde et tout ce qu’il peut offrir à une personne ne peut ni contrefaire ni même approcher un tel bonheur.

 Le Vrai Bonheur, Une des Assurances du Salut

L’on ne peut pas douter si ses péchés sont pardonnés sans que tout de suite la pensée même du péché ne provoque en soi un grande peur, à moins que sa conscience soit endurcie par un fer ardent. Une telle personne aura à la mémoire la crainte de la mort éternelle et l’horreur du jugement de Dieu. Il n’y a certainement pas de bonheur dans un tel état.

Il n’y a de vrai bonheur que celui dont on jouit, et on ne peut jouir du bonheur sans l’avoir senti. Mais le bonheur ne peut-être senti que par celui qui le connaît et qui le possède. C’est pour cela qu’un doute quelconque de la rémission des péchés est contraire au vrai bonheur; et la présence du vrai bonheur est l’une des assurances de la grâce salvatrice de Dieu.

David avait péché. Il avait senti le poids de la conviction et le jugement de Dieu sur lui, et il s’était repenti de son péché. Nous lisons ici que Dieu l’ avait pardonné. Dans ce Psaume, David nous dit que la joie du salut lui fut rendue lorsque la grâce de Dieu qui pardonne lui fut de nouveau manifestée. David avait d’abord prié pour une restauration de cette joie; et nous pouvons voir à partir d’une comparaison de cette prière en vue du pardon (Psaume 51) avec ce Psaume, que la prière pour la restauration de la joie de son salut était, à vrai dire, une prière en vue de la restauration de son salut. Certains diront que David n’a jamais perdu son salut, étant seulement privé temporairement de la joie à cause de ses actes peu sages. Mais ce Psaume, aussi bien que notre étude de sa prière pour le pardon, prouvent qu’il priait en tant qu’homme sans assurance présente ou sans espérance en Dieu. Il était perdu – éternellement perdu – sans ce pardon pour lequel il priait. Les privilèges de l’adoption, et l’héritage du juste  ne lui furent restaurés que lorsque la salut lui fut accordé.

Les Bénédictions qui Suivent la Repentance

La faveur de Dieu lui ayant été restaurée, David rentra en possession de l’héritage du juste. Connaissant les bénédictions qui seraient pour « tout homme pieux », il n’hésita pas à prier que Dieu fit de lui un homme qui ait part à ces bénédictions. Dieu est content lorsque nous mettons notre confiance en Lui. Il a dit que: « Le juste vivra par sa foi » (Habacuc 2:4). Il veut que nous dépendions de Lui. Il veut que nous nous appuyions de tout notre poids sur Lui. Il veut que nous mettions toute notre confiance en Lui.

Les bénédictions de Dieu en notre faveur augmentent considérablement au fur et à mesure que nous réalisons davantage nos propres insuffisances et la pleine suffisance de Dieu. Ceux qui viennent devant le Trône de Grâces sont ceux qui sont le plus souvent bénis. Ceux qui placent leur confiance et leur espoir en Celui qui est Eternel sont ceux qui profitent le plus de Sa sagesse et de Sa providence infinies.

Il y a suffisamment de provisions pour nos besoins physiques dans le Magasin divin. Il y a la guérison pour nos infirmités dans le Sang qui fut versé et à travers le Corps qui fut frappé pour nous. Le Consolateur béni nous apporte la sagesse et nous conduit dans les problèmes et les embarras de la vie. La Parole de Dieu sera révélée à ceux qui recherchent la direction du Saint-Esprit. Il y a la foi à recevoir de la vraie perception de la Parole de Dieu. Une espérance éternelle est donnée à ceux qui suivent l’Humble Nazaréen. Il y a du réconfort et la paix pour toute personne qui vient au Père compréhensif. Il y a la protection et de la sécurité pour tous ceux qui viennent sous l’Aile protectrice et qui sont suivis par l’œil d’amour. Ces bénédictions et beaucoup d’autres viennent à ceux qui mettent leur assurance et leur confiance en Celui qui a dit qu’Il ne nous délaisserait ni ne nous abandonnerait jamais.

« Son serment, Son Alliance, Son Sang,

Me soutiennent dans le déluge;

Lorsque tout, autour de mon âme, cède,

Il est alors tout mon espoir et mon appui ».

Mais il y a une note d’avertissement qui a retenti dans le Psaume, car Dieu connaît la fragilité de la nature humaine et les restrictions de notre charpente de poussière. La phrase: « Ne soyez pas comme un cheval ou un mulet sans intelligence » nous dit qu’il y a ceux qui ne seront pas conduits, qui ne se soumettront pas à la direction et à la volonté de Dieu. Ces gens jouissent peu ou pas des sublimes bénédictions que le juste reçoit. « Beaucoup de douleurs sont la part du méchant », est ce qui peut leur être donné comme consolation pour les difficultés qu’ils affrontent et endurent continuellement. Mais il y a une petite consolation dans le fait facilement reconnaissable, que de pareils peines sont dans le résultat de leur opiniâtreté à leur obstination et de leurs désirs égoïstes. D’autre part, le juste a l’assurance et la consolation éternelles qu’il est « environné de sa grâce ».

Louange et Gratitude

Pourquoi le juste ne chanterait-il pas? Pourquoi le racheté ne louerait-il pas Dieu? Pourquoi ne serait-il pas heureux? La réponse à ces questions est claire et on peut la trouver dans la vie des chrétiens de tous les âges.

La musique naquit dans l’adoration de Dieu. Les chants … débutèrent et se développèrent dans la louange de Dieu. On ne trouve la vraie fraternité que là où l’unité prévaut et où les cœurs battent à l’unisson. Les cercles familiaux les plus heureux ont été ceux où Dieu a été l’Hôte bienvenu. Les plus vraies amitiés sont celles qui ont été activées et prospérées par Dieu et par Son service. « Toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut » (Jacques 1:17). Les « grandes eaux … ne l’atteindront nullement, » celui qui place sa confiance en Dieu – celui ou celle qui connaît la justice qui vient de la foi.

« Justes, réjouissez-vous en l’Eternel et soyez dans l’allégresse! Poussez des cris de joie, vous tous qui êtes droits de cœur! ».

QUESTIONS

  1. Définissez les quatre classifications de maux mentionnées dans les premiers versets de notre texte.
  2. Dites quelles provisions Dieu a faites pour nous libérer de chacun de ces maux mentionnés dans ces versets.
  3. Comment ce Psaume réfute-t-il la doctrine populaire de « la sécurité éternelle »?
  4. Quelles sont les bénédictions promises à l’homme pieux?
  5. Quel avertissement est donné dans la dernière partie de ce Psaume?
  6. Qu’est-ce qui est promis au méchant?
  7. Faites le contraste entre l’espérance du juste et celle du méchant.
  8. Quelle est la base de la louange de Dieu?
  9. Pourquoi Luther a-t-il appelé ce Psaume le « Psaume de Paul »?
  10. Quelle grande vérité de l’Evangile est enseignée ici et dans le Psaume 51, et qui est commune à la plupart des écrits du Nouveau Testament?