LEÇON  A237

LEÇON  A237

LA  PROMESSE  DU  CONSOLATEUR

Jean 16:1-33

VERSET DE MEMOIRE : « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père »

(Jean 14:12)

Télécharger

I  Les Paroles d’Avertissement

  1. Jésus avertit Ses disciples afin qu’ils ne trouvent pas en Lui une occasion de chute à cause des difficultés futures: Jean 16:1; 15:11; Matthieu 11:6; 26:31; Marc 14:27; Zacharie 13:7.
  2. Des persécutions à mort dans l’avenir furent prédites par Jésus: Jean 16:2; Matthieu 10:17, 18; 24:9, 10; 1 Corinthiens 4:11-13; Apocalypse 2:10.
  3. Jésus dit à Ses disciples qu’ils seraient persécutés à cause des méchants qui ne connaissaient pas Dieu: Jean 16:3; 15:21; 2 Timothée 4:14, 15.

II  La Promesse du Consolateur

  1. Jésus promit qu’Il enverrait du Père, le Consolateur à Sa place, après son départ: Jean 16:7; 14:16, 17, 26; 15:26; Luc 24:49.
  2. Le Consolateur guiderait, consolerait et instruirait l’Eglise de Dieu, et poursuivrait le plan du salut de Dieu dans le monde: Jean 16:8-15.
  3. Le Consolateur prendra des choses de Dieu et les annoncera aux croyants: Jean 16:12-15; Ephésiens 1:13, 14, 17, 18; Néhémie 9:20; 1 Corinthiens 2:13; 1 Jean 2:27; Apocalypse 1:10; Luc 12:12.

III  Tristesse d’Adieu

  1. Les disciples furent embarrassés par les paroles d’adieu de Jésus: Jean 16:4-6, 16-19; 3:8 ; Ecclésiaste 11:5.
  2. Jésus promit que la tristesse de Ses disciples se changerait en joie: Jean 16:20-23; Luc 24:17-35; Psaume 45:15, 16; Esaïe 61:3.
  3. La consolation de Dieu fut promise pour les jours difficiles à venir: Jean 16:24-33; 2 Corinthiens 1:3-6.

COMMENTAIRE

Les Conseils d’Adieu

Comme l’apogée de la vie de Jésus approchait, c’est-à-dire Sa mort et Sa résurrection, il Lui fut nécessaire d’éclairer davantage Ses disciples au sujet de cet événement important. Il leur avait antérieurement dit qu’Il devait mourir, mais jusque-là, ils ne réalisèrent pas pleinement la signification de telles affirmations. Ils devinrent tristes d’une telle déclaration persistante de Jésus, à savoir qu’Il devait mourir; et par conséquent Jésus cherchait à adoucir quelque peu leurs inquiétudes et leur tristesse. C’est Lui qui leur avait exposé la doctrine du Royaume de Dieu; Il était leur Seigneur et Roi; et, en ce qui les concerne, sans Lui tout espoir et toute inspiration étaient impossible. Jésus connaissait la manière exacte de les aider; aussi, les instruisit-Il de ce qui devait bientôt arriver.

Il leur dit la vérité à propos de ce qui devait arriver, et ce qu’ils devaient endurer les jours à venir. « Un homme prévenu en vaut deux » et ce que Jésus rechercha, c’est que Ses disciples fussent prêts. Jésus alla jusqu’à leur dire ce à quoi il fallait s’attendre, et Il ajouta: « Je vous ai dit ces choses, afin que, lorsque l’heure sera venue, vous vous souveniez que je vous les ai dites » (Lisez Jean 16:4; 15:18-27).

Le marin en mer, averti par son baromètre d’une tempête à venir, apprête son bateau pour le mauvais temps. Sa préconnaissance lui permet d’être en mesure de se préparer contre toute tempête prochaine, alors que sans une telle connaissance, son manque de préparation pourrait lui coûter son bateau et sa vie. Il en est de même d’un enfant de Dieu. Averti par la Parole de Dieu de la colère de Dieu qui arrivera bientôt sur le monde, il se prépare pour ce qui arrivera.  

La préconnaissance et la vérité en ce qui concerne ce qui arrivera sur la terre tel qu’il est révélé à travers la Parole de Dieu, n’effraient pas le Chrétien. Au contraire, sa foi en Dieu augmente parce que Dieu lui a révélé la vérité, et il est enhardi et fortifié par elle. La vie peut même devenir extrêmement difficile, même pour le chrétien; cependant il sait que la Parole de Dieu est vraie, et que s’il demeure fidèle, Dieu le mettra dans un lieu sûr (Lisez Psaume 107:23-30).

La Promesse du Père

Jésus savait qu’ il faudrait plus qu’un message de vérité pour encourager suffisamment Son peuple lors des épreuves prochaines; aussi leur parla-t-Il du « Consolateur » qui viendrait consoler le peuple de Dieu (Lisez Jean 16:7; 2 Corinthiens 3:6). Ce Consolateur – le Saint-Esprit – est la troisième Personne de la Divinité. Il serait la source de leur inspiration et de leur réconfort en l’absence de Jésus. Jésus dit à Ses disciples qu’il leur était avantageux qu’Il s’en allât, car s’Il ne s’en allait pas, le Consolateur ne leur serait pas envoyé. C’est pour cela que les disciples, attristés par la perspective de ne plus avoir avec eux pour longtemps l’amitié et la présence de Jésus, furent réconfortés par l’idée qu’ils ne seraient pas seuls. L’envoi du Consolateur promis, en plus de la connaissance de ce qui doit leur arriver, devinrent une grande source de force et d’inspiration qui leur permit de résister à toutes les persécutions et d’obtenir finalement la vie éternelle. La connaissance des choses dont Jésus leur avait parlé d’avance fut un rempart qu’aucun découragement ne pouvait arracher.

Le Divin Maître

La Parole de Dieu nous informe que le Saint-Esprit a la responsabilité de guider, de conduire, et d’instruire le corps de Christ par les conducteurs ordonnés par Dieu. Pas une église terrestre , pas un groupe, pas une organisation ou individu qui ait jamais institué l’un quelconque de ces enseignements divins qui soit jamais capable de le faire. Ceci a été la responsabilité et le privilège exclusifs du Saint-Esprit et non de personne d’autre. Le Saint-Esprit, est le Maître infaillible et le Révélateur du grand plan de salut de Dieu à Ses ministres et à Ses saints.

Jean le Bien-aimé dit de celui qui enseignerait le peuple de Dieu: « Pour vous, l’onction, que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne; mais comme son onction vous enseigne toutes choses, et qu’elle est véritable et qu’elle n’est point un mensonge, demeurez en lui selon les enseignements qu’elle vous a donnés » (Lisez 1 Jean 2:27; Esaïe 8:20; Néhémie 9:20; 1 Corinthiens 2:13).

On devrait se rappeler que la principale et la plus importante manière par laquelle le Saint-Esprit procède pour instruire le peuple de Dieu est la Bible. Dieu a élevé Sa parole au-dessus de Son Nom, et nous lisons à ce sujet: « Car la renommée s’est accrue par l’accomplissement de tes promesses » (Psaume 138:2). L’Esprit de Dieu n’est pas en contradiction avec la Parole de Dieu et les Ecritures soutiennent cela. « A la loi et au témoignage! Si l’on ne parle pas ainsi, il n’y aura point d’aurore pour le peuple » (Esaïe 8:20). D’ailleurs, l’Esprit et la  Parole doivent s’accorder « Car il y en a trois qui rendent témoignage: l’Esprit, l’eau et le sang, (le Père, la Parole, et le Saint-Esprit), et les trois sont d’accord » (1 Jean 5:7).

Le Consolateur est Celui qui explique la Parole de Dieu à la personne qui écoutera et ainsi encourage sa foi en Dieu afin qu’elle croie au salut. Les disciples avaient Jésus pour fortifier leur foi grâce à Ses conseils, à Ses encouragements et à Ses puissants miracles; de nos jours, le croyant a le Saint-Esprit qui agit de même à son égard.

Sans doute, la plupart des Chrétiens ont pensé à un moment ou à un autre, qu’ils auraient bien voulu vivre au temps de Jésus-Christ, et être témoins de ces grandes choses qu’Il accomplissait. Ils ont pensé à la grande inspiration qu’ils auraient obtenue d’un tel contact avec Jésus. Une telle inspiration n’a pas dû manquer aux jours qui suivirent l’ascension de Christ, Dieu ayant envoyé le Consolateur demeurer avec les hommes. Nous recevons, au temps de la dispensation chrétienne, l’inspiration de l’Esprit tout comme Jésus inspirait ceux de Son époque. Jésus dit du Consolateur: « Il prendra de ce qui est à moi et vous l’annoncera. Tout ce que le Père a est à moi; c’est pourquoi j’ai dit qu’il prendra de ce qui est à moi, et qu’il vous l’annoncera » (Jean 16:14, 15).

Thomas douta du témoignage des autres disciples, que Jésus était ressuscité de la tombe. C’est seulement après que Thomas eut rencontré Jésus face à face qu’il crut que Jésus était vraiment vivant. Jésus lui dit: « Heureux ceux qui n’ont pas vu, et qui ont cru » (Jean 20:29). Quoique nous ne voyions pas Jésus de nos yeux mortels, nous entendons la voix de l’Esprit de Dieu, et nous croyons ce que le Saint-Esprit nous révèle de Christ.

Le Gage de Notre Héritage

Il faudrait réaliser que la connaissance des péchés pardonnés – un état de justification devant Dieu; et aussi la bénédiction de l’entière sanctification – la seconde œuvre de grâce dans le cœur du croyant, n’amènent pas le Consolateur que Jésus promit d’habiter en nous. L’Esprit de Dieu est un témoin qui annonce au croyant qu’il est sauvé, et qu’il est adopté au sein de la famille des croyants. (Lisez Romains 8:14-16; 2 Corinthiens 1:22; 1 Jean 5:6-10). De même, l’Esprit de Dieu rend témoignage de notre sanctification et nous possédons alors davantage de la puissance et de la présence de l’Esprit avec nous (Lisez 1 Corinthiens 2:12, 13; 2 Thessaloniciens 2:13; 1 Pierre 1:12). Mais c’est au moment de l’expérience Biblique du baptême du Saint-Esprit que le Consolateur vient demeurer dans le temple du corps et de l’âme humains. Ceci est clairement exprimé dans le commandement que Jésus donna à Ses disciples après Sa résurrection: « Et voici, j’enverrai sur vous ce que mon Père a promis; mais vous, restez dans la ville jusqu’à ce que vous soyez revêtus de la puissance d’en haut » (Luc 24:49). Les disciples obéirent à ce commandement; et pendant qu’ils se mettaient à prier au jour de la pentecôte, ils reçurent le Consolateur. (Lisez Actes 2:1-21)

La réception du Saint-Esprit par les 120 rassemblés dans la chambre haute fut en accord avec la prophétie de Joël. (Lisez Joël 2:28, 29) Jésus dit qu’il viendrait à tous ceux qui Le chercheraient et Pierre réaffirma ceci dans le sermon qu’il prêcha le Jour de la Pentecôte, et dans lequel nous lisons: « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera » (Actes 2:38, 39).

C’est à cette réception du Saint-Esprit que Paul se référait lorsqu’il écrivait: « En lui vous avez cru et vous avez été scellés du Saint-Esprit qui avait été promis, lequel est un gage de notre héritage, pour la rédemption de ceux que Dieu s’est acquis, à la louange de sa gloire » (Ephésiens 1:13, 14).

Promesse de Retour

Jésus ne quitta pas Ses disciples sans l’espoir de Le revoir après Sa mort. Il les réconforta en déclarant: « Vous donc aussi, vous êtes maintenant dans la tristesse; mais je vous reverrai, et votre cœur se réjouira, et nul ne vous ravira votre joie » (Jean 16:22). Cette déclaration peut être appelée une double prophétie ou une promesse. Non seulement les disciples devaient revoir Jésus après Sa résurrection, mais ils Le reverront aussi lorsqu’Il apparaîtra au grand jour de la résurrection.

Ils devaient avoir en effet de la tristesse et cela très tôt, car Jésus devait bientôt souffrir la mort sur la croix. Cet événement qui leur fut si tragique, plongea leurs cœurs dans beaucoup de chagrin comme cela devait arriver et Il les avait avertis; mais ils avaient déjà reçu Sa promesse qu’ils retrouveraient cette joie que personne ne leur ravirait. Cette promesse fut accomplie; car lorsqu’ils virent la réalité de Sa résurrection, ils furent remplis d’une joie extrême à cause de Sa victoire sur la mort. Cette joie a été, depuis, l’Espérance et l’épine dorsale de l’Evangile.

Aucun homme ne peut ôter cette joie à un enfant de Dieu, car ce dernier sait que son Seigneur vit. Il reviendra vers les Siens qui sont, encore en vie et vers les saints qui sont morts. De toutes les religions qu’il y a dans le monde aujourd’hui, l’Evangile de Jésus-Christ seul s’affirme dans la preuve irréfutable de la résurrection de son Fondateur. L’infaillible preuve de la véracité de la Parole de Dieu et de la vie et le résurrection de Jésus-Christ est donnée par Dieu à travers le Saint-Esprit à ceux qui croiront. Voici donc la joie qu’auront tous ceux qui croiront à l’Evangile, tout comme les disciples de Jésus la reçurent telle qu’Il la leur avait été promise.

Demander, et Recevoir

Jésus dit: « Ce que vous demanderez au Père, Il vous le donnera en mon nom ». Aussi, avons-nous le merveilleux privilège d’aller à Dieu dans la prière, et au nom de Jésus, demander et recevoir de Lui la réponse à nos pétitions. Ce discours merveilleux et inspirateur fut clôturé par les paroles qui ont été une grande source d’espérance et de force pour les hommes de Dieu: « Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde, mais prenez courage, j’ai vaincu le monde ».

QUESTIONS

  1. Pourquoi Jésus avertit-Il Ses disciples afin qu’ils ne trouvent pas en Lui une occasion de chute?
  2. De quelle sources, selon Ses dires, les persécutions viendraient-elles contre eux?
  3. Pourquoi était-il nécessaire que Jésus s’en allât?
  4. Qui est le Consolateur? Et que fait-Il?
  5. A qui viendra le Consolateur?
  6. Pourquoi les disciples étaient-ils tristes?
  7. Quand retrouveraient-ils leur joie? Et pour quelle raison?