LEÇON  A220

LEÇON  A220

JESUS PREDIT SA MORT ET SA RESURRECTION

Jean 12:20-36

 VERSET DE MEMOIRE:  » Et moi, quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi »

(Jean 12:32).

I  Le Désir des Grecs

  1. Certains Grecs vinrent à la fête et désirèrent voir Jésus: Jean 12:20, 21; 6: 40; Marc 7:25-30; Actes 16:1; Romains 1:16.
  2. Ils vinrent à Philippe avec leur demande; Philippe le dit à André, et ensemble ils le dirent à Jésus: Jean 12:21, 22.

II  Les Souffrances de Christ et la Gloire qui en Résulta.

  1. L’heure où le Fils de l’homme doit être glorifié était proche: Jean 12:23, 17:1-5; Esaïe 49: 6,7.
  2. Jésus indiqua qu’il devait souffrir la mort et l’enterrement avant cette victoire éternelle: Jean 12:24, 25, 27; Esaïe 53:10-12; 1 Corinthiens 15: 36-38; Hébreux 2: 9-10.
  3. Ceux qui servent Jésus doivent Le suivre: Jean 12:26; 10:26; 13:16; 14:15; Ephésiens 5:1-2; 1 Thessaloniciens 4:16,17.
  4. La voix du Père se fit entendre en réponse à la prière de Jésus: Jean 12:28-30; Matthieu 3:17; 17:5; 2 Pierre 1:17.

III  Le Grand  Aimant.

  1. Jésus annonça d’avance la défaite finale et absolue de Satan: Jean 12:31; Genèse 3:15; Esaïe 14:12-15; Apocalypse 12:9-11; 20:2, 3.
  2. Après que Jésus serait élevé, il attirerait à Lui l’humanité: Jean 12:32; 3:14,15; Romains 5:17-19; 1 Timothée 2:3-6; 2 Timothée 1:9.
  3. Le peuple entendit Jésus parler, mais ne discerna pas ce qu’Il voulait dire: Jean 12:33, 34; 8:53; Matthieu 16:13,14.
  4. Jésus montra clairement la valeur que procure la marche dans la lumière: Jean 12:35, 36; 1:9; 8:12; 11:10; Proverbes 4:19; 1 Jean 2:8-11.

COMMENTAIRE

L’Heure de la Glorification

 L’entrée Triomphale de Jésus dans la ville de Jérusalem avait causé une grande agitation parmi le peuple, à la grande consternation des souverains sacrificateurs et des Pharisiens. La fête de Pâque était naturellement un temps d’attente nationale parmi le peuple juif. Plusieurs d’entre eux sentirent que Jésus était le Messie, Celui qui avait été prophétisé; pour cela, il ne sera pas difficile d’amener ces hommes à prier Jésus d’installer son royaume afin qu’Il puisse les débarrasser du joug difficile du Gouvernement romain. Les Pharisiens eurent peur  que l’entrée de Jésus dans Jérusalem et Son acclamation par le peuple ne produisent cette étincelle. Ils devinrent plus résolus que jamais dans leur plan de mettre à mort le Fils de Dieu.

Presque à  chaque occasion antérieure à ce moment, Jésus avait découragé la foule nombreuse qui Lui demandait d’être leur roi. Jésus savait maintenant que Son heure était proche, et il semble que le Fils de Dieu était si disposé à payer le prix de la rédemption de l’homme, qu’Il hâta presque l’heure de son accomplissement.

Jésus savait très bien que Son entrée dans Sion sur l’âne humble serait reconnue comme l’application de cette Ecriture: « Voici, ton roi vient à toi; Il est juste et victorieux, Il est humble et monté sur un âne, sur un âne le petit d’une ânesse  » (Zacharie 9:9). Jésus savait aussi l’effet que cet acte aurait sur les Pharisiens et sur les Chefs des Juifs, mais Il ne faisait plus cas de sa vie bénie. Jésus savait que les écritures devaient être accomplies de point en point et Il alla calmement et humblement aux affaires de Son Père. Combien reconnaissant devait être le chrétien de ce que Jésus était disposé à payer le prix suprême pour sa rédemption!

L’Hommage des Grecs

Pendant que les pharisiens complotaient pour mettre à mort Jésus, un autre incident apparemment sans importance eut lieu, mais rien n’est insignifiant avec le Fils de Dieu. Un petit nombre de Grecs, qui étaient avec ceux qui vinrent adorer à la Fête de Pâques, apprirent la réputation de Jésus. Ils vinrent à Philippe avec la demande: « Seigneur, nous voudrions voir Jésus »; Philippe ne savait quoi faire de la demande, il la porta donc à André, un autre disciple de Jésus. Puis tous deux portèrent la demande à Jésus. Il est nécessaire aux disciples de Christ de travailler ensemble pour amener les âmes au Maître.

Philippe et André ne savaient quelle attitude aurait Jésus vis à vis de la demande de ces Grecs. Sans doute, ils se souvinrent du moment où la Syrophénicienne, une Grecque aussi, vint à Jésus pour de l’aide. Il avait répondu à ce moment-là: « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël » (Matthieu 15:24); mais ils se souvinrent aussi que la femme l’importunait dans sa prière, et que Jésus lui avait accordé le désir de son cœur. Philippe et André ont dû discuter entre eux de la meilleure voie à suivre, ils firent part alors de la demande au Fils de Dieu. Discuter d’un problème avec un ministre constitue souvent de l’aide, mais cela ne doit empêcher personne d’apporter son problème à Jésus aussi. L’union fait la force. La seule raison pour laquelle quelqu’un pourrait dire son problème à une autre serait que son frère l’aide à porter avec lui l’affaire à Jésus, car en Lui est la réponse à tous les problèmes.

Une audience a dû être accordée à ces Grecs, car  la réponse que Jésus donna semble leur être adressée. Le Fils de Dieu pouvait voir en ces hommes les précurseurs de la dispensation de l’Evangile et ces myriades de païens qui répondraient à l’appel de Christ et à sa rédemption. Ces Grecs ont dû venir à peu près dans le même esprit que la plupart des Juifs, désirant voir l’homme qui établirait bientôt un trône terrestre; mais Jésus leur révéla en peu de mots le vrai secret de Sa mission sur cette terre.

Le Grain de Blé.

« Si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul; mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jean 12:24 ). Jésus se servit d’une illustration de la nature pour amener  à la lumière les vérités cachées de Dieu. Lorsqu’une graine est mise en terre dans les conditions appropriées, elle germera bientôt: « D’abord l’herbe, puis l’épi, puis le grain tout formé dans l’épi » (Marc 4:28). Jésus se servit d’un grain de blé pour illustrer le mystère de Sa mission, parce que le blé contient le germe de vie en lui-même. De même Jésus avait la vie éternelle en Lui-même.

Jésus est la seule personne qui vécut sur la terre dont on a pu écrire: « En lui était la vie » (Jean 1:4). Dieu souffla vraiment le souffle de vie dans le premier homme Adam. Il devint une âme vivante, et avait la vie transmise en lui; mais Jésus avait la vie inhérente. Si Adam était demeuré dans la condition sans péché dans laquelle il était créé, il aurait vécu éternellement. Mais le péché apporta la mort.

L’édit de Dieu était: « Mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras » (Genèse 2:17). Adam désobéit à Dieu et mangea le fruit défendu. Il mourut spirituellement ce jour-là, et plus tard il mourut aussi physiquement. L’élément de la vie éternelle que Dieu avait communiqué à l’homme fut perdu dans le péché d’Adam, et l’homme coupable vint  sous la sentence de la mort éternelle.

Le Grand Mystère

Ce ne sont pas tous les hommes qui ont péché « Par une transgression semblable à celle d’Adam » (Romains 5:14); cependant, « tous ont péché, et sont privés de la gloire de Dieu » (Romains 3:23). Le péché fondamental a été introduit en l’homme depuis la chute d’Adam jusqu’à nos jours. Aussitôt que l’homme atteint l’âge de responsabilité où il connaît la différence entre le bien et le mal, le péché est son choix inévitable. « Celui donc qui sait faire ce qui est bien, et qui ne le fait pas, commet un péché » (Jacques 4:17). Il est impossible à l’homme de se sauver lui-même du péché, et, par conséquent, de la destruction éternelle; cette transformation merveilleuse est apportée par le Sang de l’Agneau et la puissance de Dieu.

Ici s’est fait clair le grand mystère de la mission de Jésus sur la terre. Le fils de Dieu donna le sang de sa vie pour faire l’expiation pour le genre humain pécheur. Le corps de Jésus était placé  dans la tombe, mais cette vie inhérente ne pouvait pas être détruite. Tôt il ressuscita des morts pour produire beaucoup de fruits. Une grande provision était faite afin que l’homme pût prendre part à cette victoire des âges. Lorsqu’un homme se repent de ses péchés, et croit au fils de Dieu de tout son cœur et de toute son âme, cet homme sera sauvé de la destruction éternelle et sera fait participant de la vie éternelle à travers les mérites de son Sauveur.

C’est la seule voie par laquelle cet homme peut encore gagner une partie de cette vie éternelle qui était perdue dans le jardin d’Eden en prenant contact avec le donneur de vie à travers le sang de l’agneau. « Mais maintenant, Christ est ressuscité des morts, il est les prémices de ceux qui sont morts. Car, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts . Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ » (1 Corinthiens 15:20-22). Pour se lever triomphalement pour la vie éternelle ce matin de la résurrection, l’homme doit avoir eu la communication de cette vie éternelle en lui avant de quitter ce monde.

En Servant Jésus

Jésus sortit clairement une autre pensée ici: pour aimer et servir Christ un chrétien doit suivre Christ. Rien ne pouvait être plus logique; mais des gens, qui prétendent être serviteurs de Christ, peuvent être trouvés partout alors que leurs œuvres et actions contredisent leur témoignage. Le chemin de Christ sur la terre conduisit à la croix. Si un homme veut arriver à destination de Jésus, il doit nécessairement suivre le même chemin que son Maître parcourut; car Jésus dit: « Si quelqu’un me sert, qu’il me suive; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, le Père l’honorera » (Jean 12:26). Beaucoup trop de gens veulent aller au ciel sans se charger de la croix de Christ.

Que signifie suivre Christ? Est-ce à dire littéralement cloués à la croix comme le fut leur sauveur? Plusieurs des premiers martyrs trouvèrent ceci vrai, mais les disciples du Christ dans ce pays n’ont pas été appelés à mourir pour leur foi. Cependant Jésus enseigna que son amour pour les hommes et le sacrifice extrême de Sa personne étaient le secret de son influence sur les hommes. » Le disciple n’est pas plus que le maître, ni le serviteur plus que son Seigneur. Il suffit au disciple d’être  traité comme son maître, et au serviteur comme son seigneur » (Mathieu 10:24, 25).

Tout homme qui veut faire quoi que ce soit ou qui veut être de quelque utilité pour son Maître, doit avoir cette volonté dans son cœur de mourir, soit littérairement, soit par la voie moins difficile de l’abnégation de soi et de la suppression des ambitions et des plans mondains. Aucun homme ne peut être un chrétien porteur de fruit à moins qu’il se sacrifie lui-même. « S’il meurt, il porte beaucoup de fruit ».

Tout Gain

L’homme ignorant pouvait dire que le chemin de la croix  est une perte entière et sans gain. Mais, en réalité il ne pouvait  y avoir rien de plus faux. Tout autre chemin, excepté le chemin de la Croix, est une perte. Jésus dit: « Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle » (Jean 12:25). Jésus montre le chemin qui mène à une vie qui continuera éternellement dans les âges de l’éternité. Aucun autre code ou système de vie ne peut donner cette assurance: « La piété est utile à tout, ayant la promesse de la vie présente et de celle qui est à venir  » (1 Timothée 4:8).

Jésus conduit tout chrétien par amour et combien glorieux est le chemin! Le Fils de Dieu trouva que le chemin de la Croix était supportable, parce que c’était la voie selon la volonté du Père, et voie conduisait à Sa glorification. Avec la même certitude dans les cœurs des serviteurs de Jésus, le vrai Chrétien se réjouit de chaque pas sur la route que son Maître a suivie. Le compositeur du chant a habilement exprimé l’attitude du Chrétien:

« Le parcours sera très insignifiant, lorsque nous parviendrons à la fin ».

Jésus pouvait voir que dans sa mort se trouvait la victoire complète sur Satan. Le fils de Dieu sur la croix serait le grand aimant qui attirerait les hommes. Les hommes sont attirés par amour. Ils peuvent être conduits par d’autres moyens, mais, seul l’amour attirera les hommes. Le Christ sur la croix est la plus noble, la plus grande manifestation d’amour que le monde ait jamais connue, parce qu’Il y alla de son propre gré pour payer la rédemption du monde.

QUESTIONS

  1. Qui vint demander à voir Jésus pendant la Fête de Pâques?
  2. A qui ces hommes dirent-ils qu’ils voulaient voir Jésus?
  3. Quelle réponse Jésus donna-t -il à ces hommes?
  4. Comment est-il possible d’obtenir la vie éternelle?
  5. Si un homme sert vraiment Jésus, que doit-il vouloir faire?
  6. Qu’arriva-t-il à ce moment lorsque Jésus pria son Père?
  7. Qui est le grand Aimant du monde? Pourquoi?
  8. Citez les grands bénéfices que procure la marche dans la lumière.
  9. Qu’arrivera-t-il aux gens qui marchent dans l’obscurité?