Leçon A217

Leçon A217

DAVID  BAT  LES  AMALECITES

1 Samuel 27:1, 2; 29:1-11; 30:1-25

VERSET DE MEMOIRE: « Car l’Eternel connaît la voie des justes, et la voie des pécheurs mène à la ruine »

(Psaume 1:6).

 


I  David Chez les Philistins

  1. La peur d’être tué par Saül conduisit finalement David dans la terre des Philistins: 1 Samuel 27:1, 2; 21:10-15; 1 Rois 19:1-3.
  2. Le roi Akisch fit de David son garde corps, mais les princes des Philistins ne considéreraient pas les Hébreux: 1 Samuel 28:1, 2; 29:1-11.

II  Destruction à Tsiklag

  1. Les Amalécites avaient envahi le Sud et brûlé Tsiklag: 1 Samuel 30:1.
  2. Tous les hommes qui étaient à Tsiklag avaient été emmenés en captivité: 1 Samuel 30:2, 3.
  3. L’armée de David pleura leur perte et dit qu’elle allait lapider David, mais ce dernier s’encouragea dans le Seigneur: 1 Samuel 30:4-6; Psaumes 34:5; 56:3, 4, 12; Romains 8:31; Hébreux 13:6.

III  Poursuite et Victoire

  1. En réponse à la demande de David, le Seigneur l’instruisit à poursuivre l’ennemi: 1 Samuel 30:7, 8; Psaume 91:15; Proverbes 3:5, 6.
  2. Deux cents hommes furent laissés au torrent de Besor: 1 Samuel 30:9, 10.
  3. Un serviteur Egyptien fut trouvé et il conduisit David et son armée dans le camp des Amalécites: 1 Samuel 30:11-15.
  4. Les Amalécites se livraient à la réjouissance; ainsi David et ses hommes eurent l’occasion de remporter une victoire facile: 1 Samuel 30:16-19; Daniel 5:1-4, 30; Luc 12:19, 20; 17:27-30.

IV  Partage du Butin

  1. David réserva pour lui-même le menu et le gros bétail des Amalécites: 1 Samuel 30:20.
  2. Les 400 hommes qui allèrent avec David ne voulurent pas partager le butin avec les 200 hommes qui s’étaient arrêtés au torrent: 1 Samuel 30:21, 22; Nombres 31:27.
  3. La proclamation de David devint un décret pour tout Israël: 1 Samuel 30:23-25; Psaume 68:13.

COMMENTAIRE

Des Moments Difficiles

« Et comme aujourd’hui ta vie a été d’un grand prix à mes yeux, ainsi ma vie sera d’un grand prix aux yeux de l’Eternel et Il me délivrera de toute angoisse » (1 Samuel 26:24). C’était la dernière déclaration que David fit à Saül et elle indiquait que David serait satisfait de laisser le Seigneur résoudre tous les problèmes; mais alors, la peur entra par la suite. « Je périrai un jour par la main de Saül ». Ceci fut une conclusion irréfléchie. Dieu était  si souvent intervenu en faveur de David, qu’il ne devait pas avoir peur.

Quand la peur rentre dans un cœur, la foi faiblit; car la peur et la foi sont exactement opposées comme le sont le jour et la nuit. Quand la lumière paraît, les ténèbres disparaissent. Mais quand la lumière est enlevée, le résultat inévitable, c’est l’obscurité; il en est ainsi de la peur et de la  foi. La peur ne gagne le dessus que lorsque la foi faiblit et que l’amour devient imparfait « L’amour parfait bannit la crainte » (1 Jean 4:18).

Quelle ruine spirituelle l’homme fait vite venir sur lui-même lorsqu’il est abandonné à ses propres voies et moyens! Il n’y a aucune évidence que David aie invoqué Dieu ou qu’il aie pris conseil de Lui concernant son départ pour le pays des Philistins. Un grand malheur survint aussitôt.

Il semble que David a suivi sa propre voie jusqu’à ce qu’il se retrouvât dans un embarras très particulier. Akisch, roi de Gath et protecteur de David, désigna ce dernier à être son garde de corps. Peu de temps après, les Philistins se préparèrent à envahir par les armes, la terre d’Israël. Akisch demanda à David et à ses hommes d’aller avec les Philistins. Si David refusait d’aller contre les Israélites, il trahirait l’amitié qui lui avait été faite, et la fidélité qu’il avait témoignée à Akisch. D’un autre côté, si David allait avec les Philistins pour combattre les Israélites, il trahirait ses propres compatriotes; de plus, il se battrait contre Dieu. Cet embarras a dû être ce qui le fit tirer de sa léthargie et qui l’amena à prier. David a dû donc prier, car Dieu le délivra de façon évidente de cette situation affreuse.

Dans le Mauvais Lieu

« Que font ici ces Hébreux? » demandèrent les princes des Philistins au roi de Gath. Ces hommes d’Israël n’avaient pas du tout leur place dans cette armée des Philistins. Les princes furent prompts à discerner le manque de logique de la situation et amenèrent Akisch à renvoyer David de leurs rangs. Il n’y eut pas de doute que Dieu amenât les princes à agir ainsi.

N’est-ce pas la même voix que l’on entend de la bouche des hommes mondains lorsque le chrétien essaie de s’allier trop étroitement aux choses de ce monde? La plupart des hommes     font dans leur cœur, grand cas de leur christianisme. Lorsque le monde voit un soi-disant chrétien se livrer à  toutes sortes de poursuites et de plaisirs mondains, ne peut-il pas dire avec insistance: « Que fait ici cet homme? » Lorsqu’un homme prétend être un enfant de Dieu, le monde a parfaitement raison de s’attendre à ce que cet homme marche en nouveauté de vie selon les commandements du Père Céleste. Dieu change le cœur d’un sincère repentant en le purifiant de tout péché et en lui donnant le pouvoir de vivre sans péché dans le siècle présent. Le vrai chrétien se préserve des souillures du monde (Jacques 1:27). « C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur , et je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant » (2 Corinthiens 6:17, 18).

Encouragement de David

Lorsque David et ses hommes retournèrent dans leur ville, ils trouvèrent qu’une troupe d’Amalécites avaient envahi le sud du pays et brûlé entièrement Tsiklag. Tous ceux qui étaient restés dans la ville lorsque David alla avec les Philistins avaient été emmenés en captivité. Les douleurs que ces robustes soldats sentirent ont dû être grandes, car ils pleurèrent « jusqu’à ce qu’ils n’eussent plus la force de pleurer ». Les gens parlèrent de lapider David,  chose possible parce que celui-ci avait laissé tous les hommes quitter la ville, sans laisser personne pour  la protéger. En vérité les peines et les ennuis de David augmentaient.

« Mais David reprit courage en s’appuyant sur l’Eternel, son Dieu ». Ceci est la première fois que l’Ecriture fit mention de l’endroit où David chercha l’aide de son Dieu dans le pays des Philistins. Dieu était là pour aider David à surmonter ses difficultés même dans cette terre païenne. « Approchez-vous de Dieu et Il s’approchera de vous » (Jacques 4:8). David pleura donc avec ses hommes au sujet de la destruction de Tsiklag; mais sans aucun doute, le chagrin de David n’était pas uniquement causé par la perte de ses possessions terrestres.

David a dû se rappeler maintenant combien de fois Dieu a été son aide en temps de danger. Il est possible qu’il se souvînt du jour où le lion et l’ours vinrent du désert voler des brebis du troupeau de son père, et de la force que Dieu lui donna ce jour-là de venir à bout de ces animaux féroces. Le souvenir du géant Goliath a dû traverser la pensée de David. Il se rappela comment le Seigneur avait livré le provocateur du Dieu d’Israël entre ses mains, ôtant ainsi l’opprobre jeté sur les hommes de Dieu. Les pleurs de David furent probablement aussi des pleurs de repentance relatives à la récente peur qui s’empara de son cœur.

Le Dieu d’hier est exactement le Dieu de demain, ainsi David reprit courage en s’appuyant sur Dieu. Le Chrétien trouvera que le moyen le plus rapide de traverser la vallée du doute ou de la peur consiste à s’arrêter pour compter les bénédictions que Dieu a, auparavant, déversées sur lui.

La Voie du Succès

David ne prit plus en considération ses propres voies. A partir de ce moment, il était prêt, et désireux de prendre conseil de Dieu. A peine David commença-t-il à demander conseil à Dieu que       ses revers furent changés en succès. Abiathar, le sacrificateur     (qui apparemment était avec David pendant tout ce temps), fut appelé, et David consulta le Seigneur. Le Seigneur chargea David et ses hommes de poursuivre les Amalécites, car ils réussiraient à reprendre toutes leurs possessions.

Dans le monde, des hommes suivent leurs propres voies jusqu’à ce qu’ils perdent tout. Quand ce qui leur reste leur est arraché, ils sont, à ce moment-là désireux de faire appel à l’aide de Dieu. C’est grâce à Sa miséricorde que Dieu, à ce moment-là, répond à une prière semblable, mais Il le fait. Les hommes ne pourraient-ils pas parvenir à leurs meilleures fins si, de leur vivant et très tôt, ils priaient et laissaient Dieu les diriger à chaque pas? « Reconnais-le dans toutes tes voies, et Il aplanira tes sentiers » (Proverbes 3:6). N’essayez pas de suivre Dieu à certains points de vue, et de vous fier ensuite à votre propre entendement, car vous n’en tirerez pas profit. Dieu doit être reconnu dans toutes les phases de la vie d’un chrétien.

Victoire pour David

La victoire sur les Amalécites était totale. Deux cents hommes avaient été laissés derrière au torrent de Besor parce qu’ils étaient trop fatigués pour passer le torrent; cependant, les 400 hommes qui continuèrent à se mettre en marche avec David étaient suffisants pour remporter  avec l’aide de Dieu, une victoire complète. Les Amalécites furent retrouvés dans leur camp, en train de se réjouir au milieu  du butin qu’ils avaient enlevé. Ils se sentaient en sécurité mais malheur à tout mondain qui se sent en sécurité dans ses voies! « Quand les hommes diront: Paix et sûreté! Alors une ruine soudaine les surprendra » (1 Thessaloniciens 5:3).

Non seulement David et ses hommes retrouvèrent leurs femmes, leurs enfants, et leurs propres possessions, mais ils prirent aussi une quantité considérable du butin que les Amalécites avaient enlevé des autres pays au cours de leur invasion. A la tristesse succéda tout à coup la joie, et aux pleurs succédèrent le rire et le chant, parce qu’un homme se fortifia en le Seigneur, son Dieu. L’événement qui suivit prouva que ce n’était pas tous ces soldats qui priaient.

Lorsque la troupe victorieuse retourna au torrent où avaient été laissés les 200 hommes près des « bagages », les 400 soldats se proposèrent de remettre à chacun de ces 200 hommes sa femme et ses enfants, et de les renvoyer ensuite. Toutefois, David n’accepta pas cette proposition. Il fit une loi qui fut observée par les Enfants d’Israël durant tout le reste de leur histoire. « La part doit être la même pour celui qui est descendu sur le champ de bataille et pour celui qui est resté près des bagages: ensemble ils partageront ».     Ce principe est gardé par les Chrétiens.

Ce n’est pas tous les Chrétiens qui sont appelés à aller au service d’évangélisation dans les champs missionnaires ou à d’autres occupations relatives au service actif du Royaume de Dieu; mais chaque Chrétien est appelé à prier. Jésus a besoin aussi bien de combattants qui prient que de tout autre type de soldats. Le Chrétien qui demeure à sa place et qui prie avec ferveur pour celui qui œuvre dans le champ de Chrétiens recevra une récompense. « Quiconque donnera seulement un verre d’eau froide à l’un de ces petits parce qu’il est mon disciple, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense » (Matthieu 10:42).

L’Obscurité Avant l’Aube

Ce temps que David passa au pays des Philistins fut probablement l’un des intervalles les plus sombres de sa vie. David traversa des moments très difficiles dont il en était cause en grande partie. S’il était demeuré dans le champ d’action de Dieu, aucun de ces malheurs ne lui serait survenu. Cependant, Dieu était miséricordieux et fidèle à l’égard de l’homme qu’Il avait appelé à être le roi d’Israël. « Car il sait de quoi nous sommes formés, il se souvient que nous sommes poussière » (Psaume 103:14).

Le Seigneur désirait que David retourne au pays d’Israël pour que les Enfants d’Israël puissent le couronner roi. Tsiklag fut incendiée, les femmes et les enfants de David furent emmenés en captivité, et toutes ses possessions terrestres emportées; mais cette heure sombre précéda le jour où David allait être couronné. A travers ces événements, David fut encore conduit à l’endroit où il pouvait se fier à Dieu en toutes circonstances avant que le jour de succès ne vînt. Les moyens que Dieu emploie peuvent paraître durs, mais le Seigneur connaît le cœur et fait ce qui est nécessaire pour amener un homme au  lieu où il peut être utile dans Son service.

Le jour de couronnement des pleins vainqueurs n’est pas loin. Il semble que Dieu est en train de brûler la dernière petite impureté qui se trouve dans le cœur de Ses saints, afin de  les préparer pour cet événement. Il peut paraître que les « Tsiklag » s’envolent nécessairement comme une fumée, ou que les possessions mondaines disparaissent soudainement. Tout ce que le Seigneur trouve dans la vie de ses enfants qui les rend indignes du Ciel, Il l’ôtera d’eux, s’ils Lui permettent de faire ainsi. Le temps d’épreuve peut être sombre, mais la lumière est juste au-delà pour ceux qui mettent leur pleine confiance en Dieu, et qui passent par les épreuves. La couronne de justice est réservée pour tous ceux qui aiment l’apparition de Christ (2 Timothée 4:8).

QUESTIONS

  1. Pourquoi David et ses hommes s’enfuirent-ils au pays des Philistins?
  2. David prit-il conseil de Dieu au sujet de ce départ?
  3. Dans quel embarras David et ses hommes se trouvèrent-ils?
  4. Comment David sortit-il de cette situation difficile?
  5. Que constata David lorsqu’il retourna dans sa ville?
  6. Que voulait faire l’armée? Que fit David?
  7. Comment la bataille avec les Amalécites fut-elle couronnée de succès?
  8. Comment David décida-t-il que le butin fût partagé?