Leçon A216

Leçon A216

SAÜL  SE  RENDIT  CHEZ  UNE  SORCIÈRE

1 Samuel 28:3-25

VERSET DE MEMOIRE: « A la loi et au témoignage! Si l’on ne parle pas ainsi, il n’y aura point d’aurore pour le peuple »               (Esaïe 8:20).


I  La Position Désespérée de Saül Lorsqu’il Fut Rejeté

  1. Samuel le prophète de Dieu, qui avait été le conseiller de Saül, était mort: 1 Samuel 28:3; 25:1; 9:27.
  2. Les Philistins s’étaient encore rassemblés contre Israël: 1 Samuel 28:4.
  3. La peur de Saül fut le commencement de la rétribution envoyée à cause de son rejet par Dieu, et de sa désobéissance: 1 Samuel 28:5; 13:13; 15:26-29.
  4. Saül n’a pas reçu une réponse de Dieu: 1 Samuel 28:6.

II  Saül Visite la Sorcière d’En-Dor

  1. La loi de Dieu contre les sorciers et les magiciens était claire et nette: Exode 22:18; Lévitique 19:31; 20:27; Deutéronome 18:9-12; Esaïe 8:19, 20.
  2. Saül avait préalablement pris une position ferme contre la sorcellerie: 1 Samuel 28:3, 9.
  3. En quête d’un sorcier, Saül une fois encore devint un transgresseur volontaire de la loi de Dieu: 1 Samuel 28:7-10; 15:23.

III  L’Apparition de Samuel, l’Homme de Dieu

  1. La sorcière accepta de faire usage de sa puissance diabolique, et entendit la demande de Saül de faire monter Samuel: 1 Samuel 28:11.
  2. Son étonnement, lorsque Samuel apparut, prouve qu’il n’est pas venu par sa force ou à son ordre: 1 Samuel 28:12; Ezéchiel 14:7, 8.
  3. Saül reconnut Samuel selon la description de la sorcière: 1 Samuel 28:13, 14.
  4. Saül essaya d’honorer Samuel comme dans le passé: 1 Samuel 28:14; 13:10; 15:13.

IV  Le Message de Dieu Donné par Samuel

  1. Saül demanda conseil et avis, puisque Dieu ne répondait plus à ses prières:1 Samuel 28:15.
  2. Le message que Samuel donna à Saül n’était pas nouveau, du moins pas selon son souhait, mais il fut une répétition d’une ancienne dénonciation: 1 Samuel 28:16-18; 13:13, 14; 15:26-29.
  3. Il fut dit à Saül que lui et ses fils mourraient le lendemain, et qu’Israël serait vaincu: 1 Samuel 28:19.
  4. Saül, autrefois l’élu de Dieu, était tombé à terre de toute sa hauteur, désespéré mais toujours et délibérément non repentant: 1 Samuel 28:20-25.

COMMENTAIRE

Le Désespoir d’un Apostat

L’histoire de la vie de Saül, premier roi d’Israël, est véritablement une biographie de manque de fermeté. Alternativement cruel et tendre, Saül montra une clémence peu raisonnable envers ses ennemis et poursuivit ses meilleurs amis avec la colère d’un démon. Au commencement il fut un humble serviteur de Dieu, mais très tôt il devint un exemple d’entêtement, de rébellion, et d’amour propre. Au début de son appel, il obéissait à la voix de Dieu même dans les plus petits détails, mais peu après son accession au pouvoir, il commença à se rebeller contre Dieu à tel point qu’il  est difficilement égalable à tout homme, et qu’il est finalement rejeté par Dieu et par l’homme.

Le trompeur des hommes a pris quelques passages bibliques qui enseignent spécifiquement certaines vérités et, par des arguments adroits et astucieux, amena ceux qui n’aiment pas la vérité à penser que l’on enseigne le côté opposé de la vérité réelle. Certains disent que le texte de cette leçon enseigne la possibilité de contact avec les morts; mais lorsque nous examinons le passage avec ouverture de cœur et d’esprit, nous pouvons clairement voir que c’est tout à fait le contraire qui est vrai. Assez d’évidences s’offrent dans cet incident pour réfuter complètement chaque enseignement faux sur ce sujet particulier.

Saül était en crise. Les ennemis d’Israël serraient de près. Saül n’avait pas de conseiller humain ou divin pour le guider. Tout semblait être silencieux, mais la vérité poignante est qu’il était abandonné par Dieu. Les seules choses qui nous justifieraient, lorsque nous disons que le Seigneur n’avait pas complètement et absolument abandonné Saül sont, dans cet incident de l’intervention divine, le fait que Dieu prononça sur Saül un jugement solennel, et qu’il ne permit pas au diable d’intervenir comme Samuel dans le but de faire valoir la prétention de la sorcière au pouvoir surnaturel.

Nous voyons le roi d’Israël une fois, la tête et les épaules au-dessus de tous en Israël, maintenant abaissé dans un déguisement minable, le visage hagard et les yeux enfoncés, fatigué par la faim et la nervosité et consultant une sorcière. Il avait dégénéré si loin spirituellement qu’il crut réellement qu’une sorcière pouvait ramener Samuel du royaume des morts. Il était allé si loin qu’il ne réalisa plus que quel que soit ce que ces serviteurs de Satan puissent faire de surnaturel, ce ne serait que par la puissance du diable ou par la tromperie.

Rien de bon ne vient de la source du mal. La vérité ne sera jamais dite par le père des mensonges, à moins qu’il puisse, par son usage, faire une autre tromperie offensive et acceptable. Dans ce cas particulier, il y a peu de doute que Satan voulait établir un précédent qui se révèlerait être la ruine de beaucoup de gens dans les jours suivants, mais Dieu Tout-Puissant l’en empêcha. Ceux qui n’aiment pas la vérité peuvent choisir de contourner cet incident pour essayer d’appuyer leur prétention, mais ceux qui aiment Dieu et Sa vérité voient ici la contradiction nette de chaque prétention diabolique.

Le Rejet Final et la Réponse de Dieu

Il fut nécessaire à Saül de parcourir environ dix miles          (18 kilomètres) à travers les lignes ennemies, sous déguisement pour atteindre En-Dor. Après avoir trouvé la femme, il dut la persuader à violer non seulement la loi divine mais encore ses propres décrets qui prescrivaient la punition de ceux qui violaient la loi divine. En faisant ceci il viola la loi de Dieu aussi bien que sa propre loi. Cette action était délibérée, car il contrecarra les arguments de la femme et la persuada de ce que rien de mal ne lui arriverait si elle obéissait à sa demande. Il savait qu’il agissait mal, la femme le lui ayant de ce fait rappelé; mais il agit délibérément selon ses propres désirs. Il savait que sa voie était en rébellion absolue contre tout ce qui est divin; néanmoins il poursuivit sa course avec une détermination ferme. Il était entièrement résolu à faire le mal.

Il n’y avait rien dans la nature de sa demande qui suscitât de l’étonnement ou de la frayeur en la sorcière, mais il y en eut assez dans ce qu’elle vit immédiatement, et qui suscita à la fois de la frayeur et de l’étonnement en elle. Ceci est une preuve évidente qu’elle n’avait rien à dire avec les événements qui suivirent rapidement la demande faite par Saül dans le but de parler à Samuel.

La sorcière d’En-Dor, à cause de son diabolique pouvoir de divination, pouvait dans une certaine mesure, entrer dans le royaume des esprits. Mais dans cette circonstance, Dieu la laissa voir, en outre, ce qui était ordinairement au-delà du gouffre, car elle manifesta une surprise complète et irrésistible, quand elle vit un « dieu monter de la terre ». Ce n’était pas ce qu’elle avait prévu. Ce n’était pas ce quelle avait espéré. Elle n’avait pas eu l’occasion de se servir de ses enchantements jusqu’ici, elle n’eut pas non plus le temps de se servir de sa tromperie ou de son recours à sa puissance diabolique. Ce qu’elle vit n’était pas selon son ordre. Ce fut une révélation plus grande, et qui eut lieu suivant une ligne différente de tout ce qu’elle avait vu auparavant. La raison était que ceci était donné par la puissance de Celui qui était plus grand qu’elle et son maître, le diable.

En considérant ce tragique événement, nous pouvons voir   que Dieu travaillait extraordinairement à cause d’une situation extraordinaire. Saül était un homme exceptionnel, un roi exceptionnel, dans une position unique dans l’histoire d’une nation qui est, elle-même, sans égale parmi les nations du monde.

Les traditions, les règles ou les coutumes n’empêchent pas Dieu d’agir. Si Dieu veut adopter une méthode de ce genre, Il peut le faire et s’écarter de la voie ou du modèle dans lequel et par lequel Il travaille habituellement. Mais cela ne veut pas dire qu’Il est en train d’établir un principe qui sera toujours la règle. Si Dieu a choisi de ramener Samuel pour prononcer une condamnation sur Saül, l’apostat, Il pouvait le faire sans instituer une règle que les morts peuvent être rappelés par n’importe qui. Et le fait qu’Il le fit une fois ne signifie pas qu’Il fera encore la même chose à n’importe quel autre moment. Dieu fit des lois pour l’homme, mais pas pour Lui-même. Il opère selon Sa sagesse infinie et Sa volonté souveraine. Nous avons absolument raison lorsque nous disons que Dieu fit revenir Samuel du royaume des morts – qu’Il intervint dans cette affaire, en écartant la sorcière et en écartant aussi et d’une certaine manière Saül – car c’est pour Ses propres raisons et pour accomplir Ses desseins.

Saül demanda conseil. Il demanda plus d’instructions. Mais il n’en reçut aucune. Il n’est pas écrit qu’il vit réellement Samuel. La description que la sorcière donna était suffisante pour qu’il sût que Samuel était là, et que la voix qu’il entendait était celle de Samuel. L’attitude de la sorcière montre clairement que Samuel apparut réellement, et qu’il n’était pas simplement personnifié par elle comme il est de coutume chez ces trompeurs diaboliques. Cet incident ne prête aucun soutien à la croyance erronée que l’information peut être reçue par le recours à l’esprit du monde, car, même dans ce cas divinement ordonné, nous voyons que Saül n’a reçu que des mots de sa condamnation qui ne lui sont répétés qu’avec une finalité d’exécution. Ceux qui s’écartent du plan de Dieu pour chercher la consolation et le réconfort qui ne sont pas justement les leurs, à travers l’esprit du monde ou n’importe quel autre agent du diable n’entendront pas une réelle consolation, mais simplement la voix d’un jugement imminent prononçant leur condamnation. Il n’y a qu’une voie, et cette voie, c’est celle de Dieu!

Les Conséquences du Rejet

Il n’y a pas de doute que ceci est l’une des plus tristes leçons qui puissent être trouvées dans la Bible. Il n’y a certainement pas de joie en ce qu’une âme humaine non encore morte soit en train de se noyer dans une éternité sans fin. Voici un homme qui avait connu l’amour de Dieu, et qui avait goûté aux riches bénédictions de la bonté de Dieu. Maintenant nous le voyons découragé et au-delà de tout espoir, parce qu’il ne fut pas trouvé, même en ce moment d’extrême crise, un grain de repentance dans son cœur pour son rejet de Dieu.

La seule chose que Saül avait devant lui était d’entrer dans l’éternité. Les seules paroles supplémentaires qu’il entendit des lèvres de Samuel furent: « Demain, toi et tes fils, vous serez avec moi ». Ceci signifiait qu’il serait bientôt enlevé du pays des vivants, où il y a de l’espoir, et se retrouverait dans le royaume de la seconde-mort, où l’espoir n’est plus. Il ne serait pas réellement dans le royaume de la joie et du bonheur extrême avec Samuel, car nous avons lu dans le cas de l’homme riche et de Lazare qu’il y avait un grand gouffre entre les morts pécheurs et ceux qui iront vivre avec le Seigneur. Combien fondamentalement les paroles de Samuel condamnant Saül étaient différentes de l’espoir qui était contenu dans les paroles que le voleur mourant entendit prononcer par Jésus: « Aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis ». Le voleur s’était repenti; Saül ne le fit pas.

Saül était tombé à terre de toute sa hauteur dans un véritable désespoir, dans la douleur et dans le remords. Par la persuasion il se leva finalement, s’assit sur le lit, et mangea de la nourriture préparée à la hâte. Il ne le fit pas parce qu’il désirait de la nourriture, car son espoir était parti ainsi que tout ce qui est bon et agréable dans sa vie. On peut difficilement imaginer l’horreur du silence qui a dû dominer le groupe qui attendait là. Il n’y avait en eux aucune trace de raillerie, de vantardise, ou de nervosité poussant à la lutte ou au combat, qu’on trouve habituellement parmi les soldats à la veille d’un engagement. Sans doute ils mangèrent en silence, le cœur lourd des paroles du jugement qui fut prononcé cette nuit prophétique.

Le lendemain approchait. L’homme que Dieu avait choisi pour un appel élevé – celui qui, une fois, avait reconnu l’effet du pur et immaculé esprit de Dieu qui était sur lui pour parler à travers lui et pour le guider, – sombra  dans la nuit.

QUESTIONS

  1. Pourquoi Saül fut-il rejeté par Dieu?
  2. Qui a été le conseiller de Saül?
  3. A quelle crise étaient confrontés à ce moment Israël et Saül leur leader?
  4. Quels conseillers Saül avait-il en ce moment?
  5. Que fit Saül en ce moment de crise?
  6. Que montra la réaction de Saül en ce qui concerne sa condition spirituelle?
  7. Quelle était la loi de Dieu en ce qui concerne les sorciers?
  8. Qu’elle attitude Saül adopta-t-il à l’égard de cette loi de Dieu dans le passé? Cette attitude a-t-elle changé en ce moment de crise?
  9. Le texte de cette leçon donne-t-il à certains faux prophètes un quelconque fondement pour leur doctrine?
  10. La demande de Saül pour avoir une information lui a-t-elle été accordée? Quel profit tira-t-il de la course qu’il entreprit à ce moment?