LEÇON A201

LEÇON A201

L’ARCHE PRISE ET RETOURNEE
1 Samuel 4 : 1 – 18 ; 5 : 1 – 5 ; 6 : 1 – 3, 7 – 15, 19, 20

VERSET DE MEMOIRE : « L’Eternel est dans son Saint Temple. Que toute la terre fasse silence devant lui ! »

(Habacuc 2 : 20).

I Châtiment sur Israël
1. Les Philistins tuèrent 4.000 hommes lorsque les Enfants d’Israël essayèrent d’ôter le joug de l’esclavage : 1 Samuel 4 : 1, 2 ; Josué 7 : 4, 5 ; Psaume 44 : 10, 11.
2. Les anciens d’Israël cherchèrent à savoir la cause de leur défaite : 1 Samuel 4 : 3 ; Josué 7 : 6 – 12.
3. L’Arche de Dieu fut apportée dans le camp : 1 Samuel 4 : 4, 5.
4. Les Philistins se fortifièrent et triomphèrent à nouveau d’Israël : 1 Samuel 4 : 6 – 10.
II L’Ecrasante Défaite d’Israël
1. L’Arche de Dieu fut prise, et les fils d’Eli furent tués : 1 Samuel 4 : 11 ; Psaume 78 : 59 – 64.
2. La nouvelle du désastre fut portée à Silo : 1 Samuel 4 : 12, 13.
3. Lorsqu’Eli apprit que l’Arche de Dieu avait été prise, il tomba de son siège et mourut : 1 Samuel 4 : 14 – 18.
III Le Soin de Dieu Pour l’Arche et Son Retour
1. L’idole des Philistins tomba devant l’Arche : 1 Samuel 5 : 1 – 5 ; Esaïe 19 : 1.
2. Après sept mois de grandes afflictions, les Philistins décidèrent de renvoyer l’Arche à Israël : 1 Samuel 6 : 1 – 3.
3. Un test fut fait pour savoir si c’était la main de Dieu qui avait causé les afflictions survenues aux Philistins : 1 Samuel 6 : 7 – 12.
4. Le peuple d’Israël reçut son Arche dans l’allégresse : 1 Samuel 6 : 13 – 15.
5. Les hommes de Beth-Schémesch regardèrent dans l’Arche et furent frappés par le Seigneur : 1 Samuel 6 : 19, 20 ; 2 Samuel 6 : 6,7.


COMMENTAIRE:
La Servitude et Ses Causes
« La parole de Samuel s’adressait à tout Israël ». Cette parole était probablement la révélation de Dieu à Samuel selon laquelle la maison d’Eli serait jugée parce que le péché et l’iniquité s’y trouvaient (1 Samuel 3 : 11 – 14). Les fils d’Eli, Hophni et Phinées, qui exerçaient la fonction de sacrificateur à la place de leur père, ne connaissaient pas le Seigneur ; ainsi, ils se rendirent très méprisables. Le Seigneur dit qu’Il apporterait un changement dans le sacerdoce (1 Samuel 2 : 35), et des événements survinrent rapidement pour occasionner ce changement.

Les Enfants d’Israël avaient été longtemps sous la domination des Philistins. Sans doute le joug de servitude fut tyrannique, car les Philistins reconnurent, dans une certaine mesure, que leur domination sur Israël avait été sévère (1 Samuel 4 : 9). L’armée des Enfants d’Israël essaya, de toutes les manières possibles, de libérer leur pays de la domination des Philistins. Les troupes d’Israël furent rangées en ordre de bataille avec de grands espoirs, mais elles essuyèrent sous peu une défaite cuisante devant leurs ennemis. Quatre mille hommes de leur armée tombèrent sur le champ de bataille. Ce soir-là, dans le camp d’Israël, la question suivante fut posée : « Pourquoi l’Eternel nous a-t-il laissé battre aujourd’hui par les Philistins » ? Il y avait une raison : le Seigneur s’était éloigné des Enfants d’Israël parce qu’ils avaient péché contre Lui.

Une Mauvaise Procédure
Les anciens d’Israël proposèrent un remède pour leur défaite, et il semble que le peuple apprécia la suggestion. « Allons chercher à Silo l’Arche de l’alliance de l’Eternel ; qu’elle vienne au milieu de nous, et qu’elle nous délivre de la main de nos ennemis ». Le peuple savait que le Seigneur ne combattait pas pour lui et qu’Il avait permis à ses ennemis de le vaincre. Cependant, il ne chercha pas à gagner une fois de plus, et de la meilleure façon, la faveur de Dieu. Les anciens d’Israël ont semblé penser que s’ils avaient l’emblème de Dieu avec eux, Sa présence leur serait garantie, bien que les péchés des sacrificateurs et du peuple eussent obligé Dieu à s’éloigner complètement. Lorsque Dieu sut leur infidélité, « Il fut irrité ; Il repoussa fortement Israël. Il abandonna la demeure de Silo, la tente où Il
habitait parmi les hommes » (Psaume 78 : 59, 60).

Il n’y a qu’une seule chose, le péché, qui puisse amener Dieu à se détourner de Son peuple. Une fois le péché commis, le seul moyen par lequel l’homme peut gagner la faveur de Dieu, c’est de se repentir de ce péché, de revenir à Dieu pour chercher Sa miséricorde. C’est de cette façon que les Enfants d’Israël auraient dû agir lorsqu’ils virent qu’ils étaient battus par l’ennemi. La façon dont Josué avait agi lors de la défaite des Israélites à Aï devait leur servir d’exemple. Josué s’humilia, tomba sur sa face devant Dieu, jusqu’à ce que la source du malheur fût révélée. Aussitôt que les choses dévouées par interdit et le péché furent ôtés du camp, Dieu fut en mesure de visiter à nouveau Son peuple et lui donner la victoire. Dieu est toujours miséricordieux envers ceux qui viennent à Lui avec un coeur contrit et repentant, mais Il jugera ceux qui persistent dans leurs péchés contre Lui.

Pas de Puissance dans les Emblèmes
A ce moment-là, les Enfants d’Israël étaient de peu meilleurs aux païens qui les entouraient. Ils ont semblé penser que les choses sacrées de Dieu pouvaient être utilisées comme des sortilèges afin d’amener Dieu à défendre leur cause, tout comme les païens qui, de façon superstitieuse, faisaient usage de leurs fétiches et de leurs talismans pour invoquer l’aide de leurs dieux. Le fait que l’Arche de l’Alliance fut amenée dans le camp n’était pas une garantie que le Seigneur ne tiendrait pas compte des péchés du peuple, et viendrait avec Elle. Au contraire, ceux qui font mauvais usage des choses sacrées et saintes de Dieu et de l’Evangile s’attirent une plus grande condamnation.

L’époque où nous vivons est appelée temps modernes, mais des millions de personnes n’ont pas évolué au-delà de pareilles fausses suppositions. D’innombrables personnes ont une copie de la Bible dans leurs maisons, et l’utilisent comme une sorte de charme porte-bonheur. Il semble qu’elles pensent que la conservation de la Parole de Dieu à portée de main les préservera du malheur. La Bible peut être considérée comme quelque chose de démodé, ou peut être négligée ; mais cela ne leur fait rien parce qu’elles n’en tiennent aucun compte. D’autres personnes pensent qu’assister au service religieux une ou deux fois l’an apaisera le Dieu de l’univers. Le reste de l’année, ils agissent
selon ce que leur mauvais coeur leur dicte. D’autres jusqu’à présent assistent au service religieux dans le but de nouer des relations en vue de faire marcher leurs affaires, ou de consolider leur position au sein de la communauté. Dieu, en aucune manière, ne voit d’un oeil favorable ces types d’adorateurs. Il cherche la catégorie de personnes qui L’adoreront en esprit et en vérité.

Le Bon et le Mauvais
Lorsque l’Arche de l’Alliance fut portée dans le camp, l’armée d’Israël poussa un cri si grand que la terre trembla. Ce fut probablement un cri de délire d’une armée incertaine qui essayait de ranimer son courage, plutôt qu’un cri de victoire d’une armée dont la foi et la confiance en Dieu étaient complètes. Auparavant, l’Arche avait été amenée sur le champ de bataille, mais pas de la manière dont les Enfants d’Israël essayèrent d’en faire usage à cette occasion. Au cours de la bataille de Jéricho, l’Arche avait conduit pendant six jours l’armée dans sa marche autour de la muraille de la ville ; et le septième jour, elle avait été devant la procession au cours des sept marches périphériques.

Cependant, aucun cri n’avait été poussé au cours de cette bataille jusqu’au dernier jour et pendant la dernière marche entreprise autour de la muraille. En outre, l’Arche avait été soigneusement préparée pour cette oeuvre : elle avait été entièrement enveloppée des nappes du Tabernacle, afin que personne ne regardât sa structure. Seul, le souverain sacrificateur devait entrer là où était l’Arche sacrée ; et cela, une seule fois l’an – au Jour de l’Expiation ; mais ici, c’est l’armée entière qui se tint debout et la regarda. Au lieu de crier, elle devrait pleurer à cause de la tournure
que prenaient les événements !

Retiens Fermement
Ceux qui prennent les bénédictions de Dieu à la légère, se rendront bientôt compte que ces bénédictions sont ôtées de leur vie. L’armée d’Israël ne continua pas à posséder pour longtemps l’Arche de Dieu une fois qu’elle l’avait ôtée de sa place légitime. Les Philistins entendirent le cri que poussèrent les Enfants d’Israël ; ils s’armèrent de courage pour engager le dur combat à venir, et remportèrent la victoire. Ils prirent l’Arche qu’ils considérèrent comme un butin de guerre, et tuèrent 30.000 hommes de l’armée d’Israël. Hophni et Phinées, les deux fils d’Eli, moururent aussi,
selon la parole que le prophète avait prononcée. L’armée d’Israël s’enfuit du champ de bataille dans un grand déshonneur, chacun fuyant pour sauver sa vie. Ce fut une journée triste pour le peuple qui se disait enfants de Dieu, mais il devait s’imputer le tort. Israël connaissait bien les conséquences du péché. « L’Eternel te fera battre par tes ennemis ; tu sortiras contre eux par un seul chemin, et tu t’enfuiras devant eux par sept chemins » (Deutéronome 28 : 25).

« Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne » (Apocalypse 3 : 11). Dieu exige des hommes l’usage de façon correcte des choses qui ont été confiées à leur garde, sinon, le Seigneur les ôtera. Jésus illustra ce fait par la parabole du serviteur qui reçut le talent, et qui alla cacher l’argent de son maître dans la terre. Le serviteur savait ce qui aurait dû être fait avec l’argent, mais il était peu disposé à faire l’effort nécessaire. Lorsque le maître, de retour de son voyage, trouva que le talent n’avait rien rapporté parce qu’il n’en avait pas fait usage, il ordonna : « Otez-lui donc le talent » (Matthieu 25 : 28). Il perdit non seulement le talent mais encore toutes les récompenses, ainsi que
sa vie.

L’Arche de l’Alliance contenait la Parole de Dieu. Lorsque les Enfants d’Israël firent mauvais usage de l’Arche, ils souffrirent à cause de sa perte. De nos jours, la Bible est l’ouvrage le mieux vendu (bestseller) dans le monde, mais combien les hommes font terriblement mauvais usage de la Parole de Dieu ! Les hommes devraient faire attention, car la Parole déclare que le jour vient où cette même Parole sera ôtée du monde. « Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, l’Eternel, où j’enverrai la famine dans le pays, non pas la disette du pain et la soif de l’eau, mais la faim et la soif d’entendre les paroles de l’Eternel. Ils seront alors errants d’une mer à l’autre, du septentrion à l’orient, ils iront
çà et là pour chercher la parole de l’Eternel » (Amos 8 : 11, 12).

Un Message de Désastre
Le message de la défaite désastreuse parvint sans tarder dans la ville de Silo. Eli était assis au bord de la route, et attendait les nouvelles de la bataille, car son coeur était inquiet pour l’Arche de Dieu. Il semble que le messager avait dépassé exprès le vieux sacrificateur, peut-être pour éviter de lui dire les mauvaises nouvelles qui l’attendaient. Lorsqu’à son arrivée dans la ville, l’homme raconta l’ignominieuse défaite, le peuple poussa des cris. Eli entendit les cris et en demanda les raisons. Le messager se hâta de venir vers lui, et lui raconta les événements du jour. Le message fut bref, mais chaque phrase augmentait la tristesse de l’auditeur et le malheur s’accroissait. Eli a pu supporter le message y compris la mort de ses deux fils, jusqu’à ce que la dernière exclamation fût prononcée :
« L’Arche de Dieu a été prise ! » ; alors, son courage l’abandonna. Il tomba de son siège à la renverse ; et, étant un homme très vieux et très lourd, il se rompit le cou et mourut.

Le Témoin de Dieu
Dieu ne retire pas sa présence d’un lieu sans y avoir laissé de témoin. Lorsque les Enfants d’Israël manquèrent de glorifier Dieu à travers la vie qu’ils menaient, le Seigneur reçut alors la gloire par d’autres moyens. Les Philistins considéraient le Dieu d’Israël comme un simple autre dieu, mais ils comprirent sans tarder qu’Il était le puissant Dieu de l’univers. Ils prirent l’Arche qu’ils avaient saisie, et la mirent dans le temple à côté de leur dieu Dagon. Le lendemain matin, les Philistins trouvèrent Dagon prosterné devant l’Arche de Dieu. Croyant que c’était juste un incident, les Philistins remirent leur dieu à sa place ; mais le lendemain quand ils revinrent voir, ils trouvèrent Dagon tombé une fois encore la face contre terre. A ce moment là, seul le tronc lui restait, car ses mains et sa tête en
furent séparées.

La main du Seigneur s’appesantit sur les Philistins. Partout où l’Arche était emportée, les hommes  étaient frappés d’une plaie particulière, jusqu’à ce qu’ils commencent à crier pour leur délivrance. Après sept mois de souffrance, le peuple fit venir les prêtres et les devins pour savoir ce qui pouvait être fait pour renvoyer l’Arche de Dieu à sa place. Une méthode fut proposée, et un test fut fait pour savoir si c’était le Seigneur qui avait en réalité causé toute cette détresse. « Maintenant, faites un char tout neuf, et prenez deux vaches qui allaitent et qui n’aient point porté le joug ; attelez les vaches au char, et ramenez à la maison leurs petits qui sont derrière elles. Vous prendrez l’Arche de
l’Eternel, et vous la mettrez sur le char ; … puis vous la renverrez, et elle partira. Suivez-la du regard : si elle monte par le chemin de sa frontière vers Beth-Schémesch, c’est l’Eternel qui nous a fait ce grand mal ; sinon, nous saurons que ce n’est pas sa main qui nous a frappés, mais que cela nous est arrivé par hasard » (1 Samuel 6 : 7 – 9).

Les vaches prirent directement le chemin de Beth-Schémesch en mugissant. Elles ne se détournèrent ni à droite, ni à gauche. C’est ainsi que le Dieu d’Israël se révéla aux Philistins d’une manière dont on ne pouvait pas douter. C’est de la même façon, que Dieu se révélera à tout homme s’il est désireux de Lui offrir, de façon sincère, l’occasion.

QUESTIONS
1. Pourquoi les Enfants d’Israël furent-ils battus par les Philistins ?
2. L’Arche de Dieu aurait-elle dû être emportée sur le champ de bataille ?
3. Que se produisit-il lorsque la seconde bataille fut engagée ?
4. Qu’est-ce que les Philistins firent de l’Arche de Dieu ?
5. Qu’est-ce qui poussa les Philistins à renvoyer l’Arche au pays d’Israël ?
6. Comment l’Arche de Dieu fut-elle retournée ?
7. De quelle manière les Philistins prouvèrent-ils que Dieu avait causé leur souffrance ?
8. Les Enfants d’Israël furent-ils contents de recevoir leur Arche ?
9. Pourquoi le Seigneur trouva-t-Il qu’il était nécessaire de frapper quelques hommes de Beth- Schémesch ?