Leçon A193:

Leçon A193:

LA TROUPE DE GUERRIERS DE GEDEON SELECTIONNES

Juges 7 : 1 – 8.

VERSET DE MEMOIRE : « Il n’est pas de soldat qui s’embarrasse des affaires de la vie, s’il veut plaire à celui qui l’a enrôlé »

(2 Timothée 2 : 4).

I L’Armée Rejetée
1. Au petit matin, Gédéon et tout le peuple se levèrent pour se préparer au combat :  Juges 7 : 1; Josué 3 : 1 ;6 : 12.
2. Dieu rejeta la plupart des hommes de l’armée de Gédéon de peur qu’ils ne se vantent : Juges 7 : 2 ; 1 Samuel 14 : 6 ; 2 Chroniques 14 : 11 ; 1 Corinthiens 1 : 27 – 29 ; 2 Corinthiens 4 : 7.
3. Tous ceux qui avaient peur retournèrent chez eux : Juges 7 : 3 ; Deutéronome 20 : 8 ; Apocalypse 21 : 8.

II La Troupe Choisie par Dieu
1. Le Seigneur dit que les 10.000 soldats restants étaient encore beaucoup trop nombreux : Juges 7: 4 ; 1 Samuel 16 : 7 ; Psaume 33:16.
2. Le Seigneur procéda à une réduction de l’armée : Juges 7 : 5, 6.
3. La victoire leur était accordée à travers les 300 hommes : Juges 7 : 7 ; Esaïe 41 : 14 – 16.
4. La troupe des 300 hommes se prépara au combat : Juges 7 : 8 ; Nombres 10 : 9.

COMMENTAIRE:

Trente Deux Mille Hommes:
L’Esprit du Seigneur était sur Gédéon, et il sonna de la trompette de guerre pour qu’Israël pût se rassembler autour de lui contre les Madianites envahisseurs. Les Enfants d’Israël avaient beaucoup souffert entre les mains de cet ennemi, et beaucoup semblaient vouloir répondre à l’appel de Gédéon. Les 32.000 soldats s’étaient rassemblés auprès de leur chef d’armée et avaient établi un camp près de la source de Harod ; ce lieu était une position élevée qui leur permettait d’avoir la vue sur les armées des Madianites qui campaient dans la vallée. Cependant, quelque chose n’allait pas dans le camp de Gédéon. Dieu le sut sans tarder, et sans nul doute, Gédéon aussi s’en rendit compte : une grande crainte s’était emparée de beaucoup de gens, et le Seigneur savait que beaucoup de soldats se vanteraient contre Lui. La source de Harod, un nom qui signifie tremblement ou terreur, fut sans doute connue sous cette dénomination en raison de la crainte qui s’était emparée des Enfants d’Israël.

Il n’y a pas une terreur continuelle dans le cœur des hommes qui se disent soldats de Dieu. L’œuvre de Dieu exige la foi en Dieu et l’obéissance. La foi en Dieu est beaucoup plus précieuse pour l’âme humaine que toute richesse, influence, connaissance, ou puissance que le monde donne. La crainte est l’opposée directe de la foi ; par conséquent, elle doit être écartée de notre chemin. Si un homme ne peut pas chasser la crainte de son cœur par l’aide de Dieu, alors il se verra écarté de l’œuvre de Dieu. La crainte verrouille la porte du cœur de l’homme en sorte qu’en voulant œuvrer, Dieu trouve obstrué le seul canal par lequel Il peut opérer dans l’homme. Plus la crainte est grande dans un cœur plus la porte de la foi est hermétiquement fermée à Dieu.

Le Bataillon Rejeté:

Alors, il n’est guère étonnant que Dieu ait ordonné à Gédéon de publier aux oreilles du peuple : « Que celui qui est craintif et qui a peur s’en retourne et s’éloigne de la montagne de Galaad ». Cette proclamation était selon la Loi de Moïse : « Les officiers continueront à parler au peuple, et diront : Qui est-ce qui a peur et manque de courage ? Qu’il s’en aille et retourne chez lui, afin que ses frères ne se découragent pas comme lui » (Deutéronome 20 : 8). La crainte, la terreur, et le manque de courage sont autant contagieux dans les rangs des soldats Chrétiens que dans n’importe quel autre milieu social. Dieu les extirpera pour cette seule raison. Soldats Chrétiens, ne vous exposez pas à ces éléments destructeurs de l’âme.

Une autre raison pour laquelle Dieu renvoya ces hommes était de les empêcher de s’attribuer le mérite de la victoire que le Seigneur était sur le point de leur accorder. Les hommes qui n’ont pas le courage moral d’affronter l’ennemi dans le combat n’auraient pas de scrupule à s’attribuer le mérite de la victoire après que la guerre serait terminée avec succès. Dieu voulait que l’honneur dû à cette bataille Lui fût réservé, afin que le monde pût le savoir et Le respecter ; pour cela Il sépara de latroupe ceux qui ne Lui donneraient pas gloire. L’orgueil et la vanité de l’homme sont en abominationà Dieu, et Il ne peut ni ne veut employer l’homme orgueilleux et vaniteux.

Des Victoires Remportées par la Foi

Dans le passé tout comme aujourd’hui encore, les ennemis du christianisme ont souvent utilisé l’arme de la crainte pour tenter de détruire la foi dans la vie des enfants de Dieu. Bien des soldats de la croix sont tombés à cause de leur cœur craintif ; mais les pages de l’histoire chrétienne sont aussi marquées par des triomphes glorieux que d’autres ont remportés en maintenant leur position à cause de leur foi en Dieu. Le chrétien a un Chef d’Armée qui ne perd jamais de bataille quels que soient le lieu et le temps ; Il a souvent renversé la voie des méchants devant les Siens.

Pour gagner la bataille de la vie, il vous faut la foi individuelle, mais Dieu a bien envie de vous inculquer cette foi et de la faire grandir à mesure que les jours passent. On estime à 50 millions le nombre de ceux qui ont souffert le martyre pour Christ plutôt que de renoncer à la foi en Lui. Leur foi parle avec conviction de l’intégrité que l’Évangile est capable de mettre dans le cœur de l’homme, et elle parle aussi éloquemment de la honte de ceux qui désertent le Camp des Rachetés avant que la bataille ne commence ou que le bruit du combat ne parvienne à leurs oreilles. Ne prenez pas la fuite, mais combattez ; car c’est la seule voie pour gagner. Venez à Dieu pour le renouvellement de votre courage, de votre force, de votre espérance et de votre foi. Il a promis de ne pas renvoyer les affamés à vide.

Toujours Trop Nombreux

Quand Gédéon vit les 22.000 soldats déposer leur matériel de guerre et rentrer, il considéra probablement les 10.000 soldats restants très restreints. Cependant, il ne perdit pas courage. Barak et Débora ne délivrèrent-ils pas Israël de la main de Sisera avec un nombre semblable ? (Juges 4 :14). Comme Gédéon passait la situation en revue, le Seigneur lui dit que le peuple était toujours trop nombreux. Dieu ordonna à Gédéon de conduire l’armée au bord du fleuve afin qu’Il choisît ceux qui pourraient prendre part au combat. Les voies du Seigneur sont très élevées.

Le signal que Dieu donna à Gédéon pour savoir qui devaient partir et qui resteraient chez eux n’était pas un signal ordinaire : « Tous ceux qui laperont l’eau avec la langue comme lape le chien, tu les sépareras de tous ceux qui se mettront à genoux pour boire » (Juges 7 : 5). Le nombre des hommes qui lapèrent l’eau en portant la main à la bouche, était de 300. Le Seigneur dit à Gédéon que c’est par ces 300 hommes qu’Il livrerait les Madianites entre les mains d’Israël.

Un Petit Nombre

A plusieurs reprises, c’est une petite distinction qui marque la différence entre les hommes. L’Apôtre Paul recommanda aux Éphésiens : « Prenez donc garde de vous conduire avec circonspection, non comme des insensés, mais comme des sages ; rachetez le temps car les jours sont mauvais » (Ephésiens 5 : 15, 16). Dieu n’exige pas toujours qu’un grand nombre de personnes soient à Son service, mais Il demande que ceux qui œuvrent pour Lui soient spirituellement qualifiés. John Wesley dit : « Donnez-moi cent prédicateurs qui ne craignent rien, sauf le péché, et qui ne désirent rien en dehors de Dieu ; qu’ils soient des hommes sans valeur, ou des pasteurs ou des laïcs, je ne m’en soucie pas ; ceux-là suffisent pour ébranler les portes de l’enfer et établir le Royaume des Cieux sur la terre ».

Ce n’était pas difficile de faire la distinction entre la troupe de 300 hommes choisis et les 9.700 hommes rejetés. Il y a une grande distinction entre les 22.000 hommes craintifs et les 10.000 personnes qui étaient restés lors du premier tri. Il peut sembler que Dieu rejetait la volonté de l’homme dans cette mise à part des 300 parmi les 10.000, mais après un examen minutieux, nous noterons qu’il restait encore quelque chose d’individuel chez tous les hommes concernés. Il y a des moments, où quelques petits traits de caractère se trouvant dans l’homme et ne paraissant pas mauvais, occasionnent son écartement du groupe choisi de Dieu. Nous ne pouvons pas être assez prudents dans notre conduite et dans nos actes devant Dieu.

Les neuf mille sept cents hommes arrivèrent à la rivière et s’agenouillèrent pour boire. L’ennemi était directement en face de l’armée d’Israël, cependant, ces soldats pouvaient oublier toute autre chose pour le moment, et se rafraîchir. Il n’en était pas ainsi des 300 hommes qui lapèrent l’eau. Ils n’avaient pas oublié les années de souffrances qu’ils avaient endurées entre les mains des Madianites. C’était pour eux une occasion d’être délivrés, et ils aspiraient à s’occuper de leur affaire. Ils n’avaient pas le temps de boire traquillement pour étancher leur soif ; ils mirent la main dans l’eau et burent tout ce qu’ils pouvaient obtenir de cette manière, sans détourner leur regard et leur attention de l’action qui bientôt les occuperait. Dieu dit que c’est par ces 300 hommes vigilants, déterminés, et prudents qu’Il délivrerait Israël.

La Modération

Il y a beaucoup de choses dans ce monde qu’il est permis à l’enfant de Dieu s’en servir mais dont l’usage immodéré pourra entraîner le mécontentement de Dieu. Cette leçon est enseignée très clairement par la vie des soldats de Gédéon. Nul ne peut dire que boire de l’eau est un péché, cependant, la façon dont les 9.700 hommes prirent leur temps et burent l’eau à leur aise montra la condition spirituelle dans laquelle ils se trouvaient, ce qui causa leur renvoi des rangs de la troupe choisie par Dieu.

Dans le monde des affaires, l’homme qui consacre tout son temps, tous ses talents, et toute son énergie à ses affaires est considéré par le monde comme celui qui a le plus de succès. Il considère la vie d’abord au sens de l’effort assidu et il ne prend qu’occasionnellement le temps pour se détendre. Il cherche toutes les opportunités pour étendre ses affaires ou développer son métier et tant qu’il conserve cette disposition d’esprit, ses affaires prospèrent.

Tout ce qui peut être dit du succès dans une affaire temporelle peut être aussi dit au sujet de l’appel à être un soldat chrétien. Une telle personne doit prendre en compte premièrement le devoir et ensuite le plaisir, et ceci est un penchant naturel de celui qui sert réellement Dieu. Son plaisir se trouve dans l’exécution de la volonté et le commandement de son chef d’armée. Le plaisir et le devoir de l’enfant de Dieu sont une et même chose. Plus un homme ou une femme sert Dieu, plus cette vérité conduit à la lumière. « Soit que vous fassiez quelque autre chose, faites tout pour la gloire de Dieu » (1 Corinthiens 10 : 31).

Peu Nombreux mais Puissant Dieu n’a pas besoin d’une grande multitude pour accomplir son œuvre. La multitude peut être utilisée d’une façon merveilleuse si leur cœur était droit à Ses yeux, et si le peuple voulait bien obéir à Ses ordres. Le triste fait qui demeure est que Dieu ne peut pas trouver beaucoup de gens qui se laissent modeler dans Ses mains. Mais Dieu ne s’intéressait pas tant à la quantité de travailleurs dans Son vignoble lorsqu’Il cherche la qualité des ressources qu’Il peut employer. Le succès dans laplupart des efforts déployés dépend plus de la qualification des individus que du nombre depersonnes employées. Il en est de même dans l’œuvre du Seigneur.

Au cours du ministère de Jésus sur la terre, le Fils de Dieu trouva onze hommes à qui Il pouvait Se fier et qu’Il chargea de la commission d’aller dans le monde entier et de prêcher l’Evangile à toute la création. Onze hommes contre le monde entier cela semblait démesurément effrayant, mais Jésus promit qu’Il serait avec eux tous les jours, jusqu’à la fin du monde. L’Evangile échoua-t-il à cause du nombre peu élevé des messagers ? Pas du tout. Il se répandit avec une rapidité incroyable durant ces anciens temps apostoliques, et continue de se répandre dans le monde. L’influence de l’Evangile est sans mesure, mais, on nous dit que les jugements d’un Dieu en colère sont retenus par sa seule puissance. Le soldat chrétien est en lutte jusqu’à la fin, et ses principaux ennemis sont « les princes de ce monde de ténèbres et les esprits méchants dans les lieux célestes » (Ephésiens 6 : 12). Satanfait tout son possible pour établir son royaume et sa puissance par l’antéchrist, mais l’Esprit de Dieu dans le cœur des enfants de Dieu retient sa puissance et l’oblige à être aux abois. Un jour l’Eglise sera enlevée ; alors le monde sera placé sous le commandement du souverain le plus despotique jamais connu.

Le Groupe Choisi par Dieu.

Il y a de grandes armées de religieux dans le monde aujourd’hui, et tous se réclament appartenir à l’armée de Dieu. Que ce serait merveilleux si chaque soi-disant soldat de Christ était un étalon de la troupe de Gédéon ! La triste réalité c’est que la proportion entre les vrais soldats qui veulent risquer tout ce qu’ils ont et sont prêts à le faire à cause de Christ et ceux qui sont peureux et craintifs ou ceux qui préfèreraient être à l’aise plutôt que de faire face à l’ennemi est encore presque identique à celle du temps de Gédéon. Un homme sur cent soutint l’épreuve obligatoire à laquelle Dieu les a soumis. Quelle idée effrayante ! « Et qui peut être sauvé ? » fut la question que les disciples posèrent à Jésus lorsqu’ils entendirent parler des choses obligatoires à accomplir pour entrer dans le Royaume des Cieux. Le fait d’être sauvé ou non, demeure un choix personnel. D’amples provisions de la grâce et de la gloire ont été faites pour chaque voyageur sur la grande voie de la sainteté. « Vouloir c’est pouvoir », est une devise que beaucoup de chrétiens ont exploitée pendant des années, et elle est dans votre vie une réalité comme elle le fut dans la vie de ceux à qui cela fut dit premièrement : « Ne crains point, petit troupeau ; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume » (Luc 12 : 32).

QUESTIONS.

1. Combien de personnes répondirent à l’appel de Gédéon pour combattre les Madianites ?
2. Pourquoi Dieu dit-Il à Gédéon que le peuple était trop nombreux ?
3. Quel était le premier test auquel Dieu soumit l’armée ? et combien d’hommes retournèrent ?
4. Qui éprouva l’armée lors de l’épreuve suivante ? Quelle était l’épreuve ?
5. Combien de personnes réussirent la seconde épreuve ?
6. Quelle importante leçon doit-on apprendre de l’épreuve à laquelle Dieu soumit les soldats de Gédéon ?
7. De nos jours comment Dieu éprouve-t-Il Ses soldats ?