J195

SAMSON, JUGE D’ISRAËL

Juges 16 : 4 – 31

VERSET DE MEMOIRE : « L’Eternel est ma force et le sujet de mes louanges ; c’est lui qui m’a sauvé »
(Exode 15 : 2)


La paix et la prospérité des Israélites duraient aussi longtemps qu’ils servaient fidèlement Dieu.
Quand ils étaient pour le Seigneur, ils étaient braves et pouvaient conquérir d’autres nations. Dieu
avait promis que s’ils Lui obéissaient, Il ferait d’eux la tête et des autres nations la queue. Trop
souvent, Israël devenait la queue, assujetti aux nations païennes qui n’aimaient pas Dieu. Ils étaient
toujours sous le jugement à cause de leurs péchés.

Le Début de la Délivrance
Samson fut l’un des juges que Dieu suscita pour libérer les Israélites de l’esclavage. Dieu avait promis
à la mère de Samson que son enfant allait commencer à délivrer Israël de la main des Philistins.
Comme il grandissait, il devint très fort, et peut-être plus fort que tout autre homme ayant vécu sur
cette terre. Parfois l’Esprit de Dieu descendait sur lui, même quand il grandissait et faisait des choses
que d’autres personnes ne pouvaient faire.
Les philistins étaient pécheurs, et le jugement de Dieu était prononcé contre eux. Ils avaient eu
l’occasion de se repentir, mais avaient refusé de se soumettre à Dieu. À présent la punition
commença à venir sur eux par la main de Samson.

Le Combat Contre le Péché
Les enfants de Dieu de nos jours doivent toujours combattre le péché. Nous ne nous engageons pas
dans une bataille dans le but de détruire physiquement le pécheur, mais nous nous opposons aux
mauvaises actions partout où nous les trouvons. Nous essayons de conduire le pécheur à Jésus pour
qu’il se repente et soit sauvé, mais nous ne pouvons pas fermer les yeux sur ses péchés ni y
participer. Nous devons rester ferme sur les vérités de la Parole de Dieu, et déclarer la guerre au
mal. « La crainte de l’Eternel, c’est la haine du mal » (Proverbes 8 : 13).

Samson avait eu plusieurs occasions pour détruire certains Philistins et tout seul, il tuait plusieurs
ennemis. Les Philistins commencèrent à s’inquiéter au sujet de la force de Samson. Comment
parviendraient-ils à faire de lui un prisonnier ? Comment parviendraient-ils à anéantir sa force ?
Les Philistins envoyèrent une armée entière pour capturer le seul homme qui a occasionné une si
grande destruction parmi eux. Les Israélites eurent peur quand ils virent venir l’armée des Philistins.
Au lieu d’aller aider Samson, ils envoyèrent trois mille hommes de Juda pour le lier et le livrer aux
mains des Philistins. Ils dirent à Samson : « Ne sais-tu pas que les Philistins dominent sur nous ? Que
nous as-tu donc fait ? » Pourquoi les actions de Samson attireraient-elles sur eux la fureur de
l’ennemi, mettant en danger tous les Israélites?

La Compromission
C’était une manière lâche de voir le problème. Dieu avait suscité Samson pour commencer à délivrer
Israël ; et si les Israélites avaient combattu à ses côtés, ils auraient pu remporter une victoire rapide
sur les Philistins. Au contraire, les Israélites se contentaient de demeurer parmi les pécheurs dans
l’esclavage. Ils avaient peur de tenir ferme pour ce qu’ils savaient être juste.
On peut éviter certains embarras ou une persécution temporaire en se rangeant du côté des
pécheurs, mais Dieu observe. Le jugement qu’Il enverra finalement sur ceux qui compromettent
dans le péché, sera plus dur à supporter que la petite souffrance qu’on aura à endurer à présent en
soutenant la vérité.

La Mâchoire d’Ane
Les Israélites se retournèrent contre leur libérateur Samson et le lièrent avec des cordes neuves, puis
l’abandonnèrent comme prisonnier aux mains des Philistins. Mais Dieu avait suscité Samson pour
qu’il commençât à libérer Israël et Il donna à Samson la force de rompre ces cordes de lin comme si
elles avaient été brûlées.

Samson s’empara de la première chose qu’il trouva et en fit une arme contre les Philistins. Ce fut la
mâchoire d’un âne. Avec cet seul os, Samson tua mille Philistins. Dieu commença à délivrer Israël par
la force d’un brave homme. Nous avons entendu dire qu’avec Dieu à nos côtés, nous sommes une
multitude quoique nous soyons seuls.

Samson avait gagné une grande bataille. Maintenant, il avait soif. Que lui arriverait-il s’il ne trouvait
pas d’eau à boire ? Sa victoire serait-elle vaine, et devrait-il mourir de soif ? Samson appela Dieu à
son secours, et le secours vint sous forme d’eau dans une mâchoire. Samson en but et la force lui
vint pour plus de batailles.

L’Epée de l’Esprit
Nous pouvons comparer cette mâchoire à la Parole de Dieu, l’épée du chrétien dans son combat
contre le péché. L’apôtre Paul écrivit : « Prenez aussi le casque du salut, et l’épée de l’Esprit, qui est la
Parole de Dieu » (Ephésiens 6 : 17) ; et encore : « Car la Parole de Dieu est vivante et efficace, plus
tranchante qu’une épée quelconque à deux tranchants » (Hébreux 4 : 12). Dieu veut que nous
fassions usage de Sa Parole pour combattre le mal. Si Satan nous tente à faire quelque chose, nous
pouvons lui répondre : « La Parole de Dieu me dit de ne pas faire cela. Donc, je ne le ferai pas » Quand
Jésus fut tenté par le diable, sa défense fut : « Il est écrit ». Satan est impuissant devant les
commandements de Dieu.

Non seulement nous avons une arme dans la Parole de Dieu, mais de la Parole nous gagnons aussi la
force. Une fois lorsque le Prophète Jérémie sentit qu’il était presque le seul dans ce monde, à aimer
Dieu et à Lui obéir, il trouva une partie de la Bible, et il dit : « J’ai recueilli tes Paroles, et je les ai
dévorées ; tes paroles ont fait la joie et l’allégresse de mon cœur » (Jérémie 15 : 16). Il n’avait pas
mangé le papier sur lequel étaient écrites les Paroles, mais ce qu’il avait lu, il s’en était souvenu, et
l’avait emmagasiné dans son cœur. Cela lui donna un courage nouveau pour continuer à vivre pour
Dieu.

Un Naziréen
Nous n’aurions pas pu dire combien plus grandes les victoires de Samson auraient été, s’il avait
toujours vécu pour plaire à Dieu. Sa mère l’avait consacré au service de Dieu en tant que Naziréen
avant sa naissance ; et s’il avait accompli de telles consécrations, il aurait vécu une vie sainte, utile
pour Dieu et pour l’homme. Pense aux bénédictions qui auraient été déversées sur lui s’il avait gardé
cette force à la fois spirituelle et physique !

Les enfants de parents pieux ont un héritage merveilleux, mais aussi une immense responsabilité. Si
nos parents nous ont consacrés au Seigneur, nous avons un bon départ vers le salut et la vie pieuse.
Ces bénédictions commencent au moment où nous naissons de nouveau. Mais si nous refusons de
marcher sur la voie que Dieu a tracée pour nous, nous souffrirons la plus dure punition même plus
que ceux qui ne connaissent pas l’Evangile. Dieu enverra certainement la conviction aux enfants en
réponse aux prières de leurs parents, mais Il ne peut sauver personne contre son gré. Chaque
personne doit se repentir elle-même ; et si elle refuse de faire ainsi, elle sera éternellement perdue
en dépit des prières de ses parents.

Un aspect du vœu de Naziréat était de laisser pousser les cheveux, et Dieu fit une recommandation
spéciale dans le cas de Samson que le rasoir ne devait point passer sur sa tête. Ce n’était pas tous
ceux qui, laissaient pousser leurs cheveux par un vœu, qui avaient la force de Samson ; mais c’était
comme s’il y avait un rapport entre ses cheveux et sa force. Aussi longtemps que ses cheveux
restaient longs, les Philistins ne pouvaient pas le dominer.

Se Liant d’Amitié avec une Philistine
Samson ouvrit la porte à l’attaque de l’ennemi quand il alla parmi les Philistins et rencontra Délila.
Quand ils apprirent qu’il se trouvait parmi eux, les Philistins corrompirent Délila pour le trahir et le
livrer entre leurs mains : Prétendant l’aimer, elle le supplia de lui dire le secret de sa force. Samson
lui dit que si on le liait avec sept cordes fraîches (des brindilles solides comme celles des saules) il
serait aussi affaibli que tout le monde. L’ennemi était là en embuscade, prêt à le lier immédiatement
avec des cordes ; mais quand Délila s’exclama : « Les Philistins sont sur toi, Samson ! », il se leva et
rompit les cordes comme si elles étaient brûlées par le feu, et il s’échappa.

Samson devrait rompre avec Délila, surtout après avoir su qu’elle l’avait trahi. Pourtant, il retourna
chez elle ; elle essaya encore de connaître son secret. Cette fois-ci, il lui dit que s’il était lié avec des
cordes neuves, il serait sans force. Les Philistins le lièrent avec des cordes pendant qu’il dormait ;
mais, quand il se réveilla, il les rompit comme si elles étaient du fil. Samson semblait aimer berner
les Philistins par de telles histoires étranges, mais en réalité, il jouait avec le danger, et allait bientôt
se mettre dans les mains de l’ennemi à cause de son jeu.

Jour après jour, Délila le suppliait de lui dire son secret. Enfin, ses larmes prévalurent. Il lui dit la
vérité qu’il était sous le vœu de Naziréat, qu’aucun rasoir n’avait jamais passé sur sa tête et que si on
lui rasait la tête, il serait comme n’importe quel autre homme. Elle lui fit couper les cheveux et la fois
suivante que l’ennemi vint sur lui, il était sans force.

Cédant à la Tentation
Toute personne qui joue avec la tentation peut s’attendre à être finalement vaincue par elle. La
Parole de Dieu nous avertit : « Résistez au diable, et il fuira loin de vous » (Jacques 4 : 7). Samson céda
à la tentation, au lieu de s’en détourner. Il fut donc capturé par les Philistins et condamné à un dur
labeur dans la prison. Ses yeux furent crevés, et il vécut dans l’obscurité.
Nous pouvons voir la détresse qui survient à un rétrograde parce qu’il se détourne de Dieu.
L’homme qui plaît au Seigneur triomphe de son ennemi ; mais s’il se détourne du Sauveur, Satan
devient son maître et le fait travailler durement pour qu’il gagne son salaire : la mort éternelle. Le
rétrograde perd la glorieuse lumière de l’Evangile et s’assied dans les ténèbres du péché, aveugle
aux bonnes choses que Dieu réserve à ceux qui L’aiment.

La Repentance
Samson avait le temps de penser au sujet de Dieu pendant qu’il était esclave dans la prison. Il était
semblable à l’enfant prodigue qui était « rentré en lui-même » quand il se trouvait dans la porcherie
sur une terre étrangère, après avoir dissipé ses biens dans le péché. Samson sut que ses péchés
avaient attiré ces problèmes sur lui, et il tourna son cœur vers Dieu.
Les cheveux de Samson commencèrent à pousser, et avec cela revint la force de la part de Dieu. Un
jour, quand les Philistins louaient leurs faux dieux pour leur avoir livré Samson, ce dernier fut conduit
devant eux pour les divertir. Plusieurs personnes s’étaient rassemblées dans le grand auditorium où
la fête allait être célébrée, et il se trouvait sur le toit trois mille hommes. Au sein de cette foule
païenne, Samson éleva son cœur vers le Dieu d’Israël, et pria : « Seigneur Éternel ! Souviens-toi de
moi, je te prie ; ô Dieu ! Donne-moi de la force seulement cette fois ». Dieu entendit sa prière et
honora sa foi. Dans le onzième chapitre d’Hébreux, nous lisons que c’est par la foi que Samson, dans
sa faiblesse « fut vaillant ».

Un Retour à l’Appel de Dieu
Samson demanda à être conduit près des colonnes centrales de cette grande maison, faisant croire
qu’il allait s’appuyer sur ces colonnes. Mais Dieu l’avait appelé à la destruction des Philistins et à
cette dernière heure, Samson prit encore sur lui le fardeau de ce travail. Il appela Dieu pour avoir la
force, et par un puissant effort, il fit écrouler l’édifice sur cette grande foule de personnes. Des
milliers de gens furent tués. Samson mourut avec eux, mais à sa mort, il tua plus de gens que durant
sa vie, et Israël fut vengé de ses ennemis.

QUESTIONS
1. Qu’est-ce qui était inhabituel chez Samson ?
2. Pour quel but fut-il établi juge ?
3. Comment Samson faisait-il ce travail ?
4. Comment savons-nous que les Israélites n’avaient pas soutenu Samson ?
5. Qu’est-ce qui amena Samson à perdre sa force ?
6. Que firent les Philistins de Samson après sa capture ?
7. Décris le dernier jour de la vie de Samson.
8. Pourquoi Samson recouvra-t-il sa force ?