Lecture Quotidienne : 02/10/2019

DÉVOTION JOURNALIÈRE

Du 2 octobre 2019.

ÉGLISE LA FOI APOSTOLIQUE

Lecture biblique : Actes 8: 1-40.

«Philippe accourut, et entendit l’Éthiopien qui lisait le prophète Ésaïe. Il lui dit: Comprends-tu ce que tu lis? Il répondit: Comment le pourrais-je, si quelqu’un ne me guide? » (Actes 8: 30-31)

Dans le texte d’aujourd’hui, l’évangéliste Philippe a demandé à l’eunuque éthiopien: «Comprends-tu ce que tu lis ? ».

Je peux pleinement m’identifier à la réponse de l’eunuque: «Comment le pourrais-je, si quelqu’un ne me guide? »

Je ne savais rien concernant le salut ni la possibilité d’être délivré du péché jusqu’à ce que j’ai rencontré les Olufsons ( les fils d’Oluf).

Âgé de dix-huit ans et n’ayant pas pu terminé les cours secondaires, ma vie se résumait essentiellement à éviter les postes de responsabilités et à toujours espérer quelque chose plaisant à faire.

J’étais le seul enfant d’un parent célibataire et ma mère avait déménagé dans un autre État dans le cadre d’une promotion dans son travail.

Notre relation était tendue, mais nous avions convenu que je finirais le lycée et j’irais vivre avec elle.

Cependant, personne n’obligeant à aller à l’école, mes notes en ont souffert et j’ai finalement abandonné mes études.

Je n’avais aucune envie de m’appliquer à quoi que ce soit, et de temps en temps, je pensais même au suicide.

Ma vie était en désordre, mais Dieu avait un plan pour moi.

Les Olufsons ( les fils d’Oluf), une famille chrétienne dont je venais de faire connaissance, ont observé ce qui se passait dans ma vie et m’ont invité à rester avec eux jusqu’à ce que je puisse me relever.

Cette famille vivait différemment par rapport à ce que j’avais connu des gens.

Ils m’ont traité avec un amour que je ne connaissais pas, surtout Joséphine, la mère de la famille. C’est chez eux que j’ai vu le vrai christianisme se manifester tous les jours.

Joséphine m’avait parlé de l’amour que Jésus a pour moi et du prix énorme qu’Il paya pour mes péchés.

La famille m’ emmenait à l’église avec elle et, cet été-là, ils m’avaient invité à assister à la convention annuelle de la Foi Apostolique à Portland, en Oregon.( Etats-Unis).

J’ai rencontré tout un groupe de personnes qui ressemblaient à Joséphine! La paix et la sérénité que j’avais ressenties pendant la convention m’ont profondément marqué. Je ne m’en rendais pas pleinement compte, mais le Seigneur avait affaire avec mon cœur.

Quand nous sommes rentrés chez nous après la convention, Dieu avait continué à me parler.

Un soir d’août, je revenais de mon travail du restaurant de hamburgers, et j’étais tellement fatigué de la vie et de son combat, que je sentais que je ne pouvais plus la supporter.

Mon péché pesait sur moi et je m’étais mis à pleurer. J’ai demandé à Dieu de me donner la paix, et Il ne m’avait pas déçu.

D’une manière très précise, il avait touché mon âme et avait lavé mes péchés.

Je me suis demandé si la paix pouvait durer cette nuit-là, mais quand je m’étais réveillé le lendemain matin, elle était toujours là. Je m’étais précipité pour dire à Joséphine: «J’ai été sauvé la nuit dernière!»

Quelle joie de savoir que Jésus serait avec moi tous les jours!

Cette joie est dans mon coeur depuis ce moment jusqu’à maintenant.

Dans notre texte, l’évangéliste Philippe avait vu que Dieu lui avait donné une porte ouverte et l’avait directement conduit vers un cœur qui recevrait la vérité.

Dieu avait clairement organisé la rencontre entre Philippe et l’eunuque éthiopien.

À une époque et d’une manière différentes, je crois que Dieu avait organisé mes relations avec la famille Olufsons ( les fils d’Oluf).

Dieu se soucie de chaque âme et Il fera tout ce qui est en Son pouvoir pour attirer les cœurs affamés et s’assurer qu’ils reçoivent les instructions dont ils ont besoin.

Aujourd’hui, soyez attentifs aux opportunités d’évangélisation que Dieu met devant vous. Suivez les directives de Dieu! Vous ne pouvez pas comprendre Ses plans au début, mais il y a des âmes autour de chacun de nous qui ont besoin du Seigneur.

Vous êtes peut-être celui qui apporte la vérité à un cœur affamé que Dieu a déjà préparé.

Contexte

Le chapitre 8 des Actes peut être divisé en trois parties.

Les versets 1 à 4 décrivent la dispersion des croyants juifs dans les régions de Judée et de la Samarie, à cause de la persécution, ce qui a engendré l’expansion de l’Église de Christ.

Le ministère de l’évangéliste Philippe en Samarie est décrit dans les versets 5 à 25; le reste du chapitre relate la rencontre de Philippe et ses instructions avec un eunuque éthiopien dans le désert de Gaza.

La première phrase du chapitre 8 pourrait être incluse dans le chapitre précédent, car elle fait référence au martyre d’Étienne. Le mot traduit par « meurtre » dans cette phrase implique en réalité un acte de meurtre, plutôt qu’un décès résultant de causes naturelles.

Dans l’affirmation que Saul «ravageait l’église» (verset 3), les mots sont traduits d’un verbe qui signifie «détacher, dissocier et détruire», par exemple lorsqu’un sanglier déchire une vigne. Le mot haling signifie «tirer violemment».

Selon le verset 4, un effort commun aux disciples du Christ dispersés à cause de la persécution est qu’ils «allaient partout prêcher la bonne nouvelle de la parole ».

Le mot grec traduit par «prédication» est évangelizo (d’où provient notre mot anglais «évangéliser»). ”), Et il pourrait également être traduit par“ annoncer la bonne nouvelle ”. C’est un mot que Luc a beaucoup utilisé; environ la moitié des fois où il apparaît dans le Nouveau Testament lui est attribuée.

À l’époque de l’Ancien Testament, la Samarie était la capitale du royaume du Nord d’Israël. Dans le Nouveau Testament, le mot faisait généralement référence à la zone située entre la Judée au sud et la Galilée au nord.

La référence au verset 5 à la «ville de Samarie» est historiquement exacte; L’historien Josèphe rapporte que le village de Sebaste avait été reconstruit par Hérode le Grand sur l’ancienne colline de Samarie et que l’on l’appelait parfois «Samarie».

Alors que la prédication de Philippe apportait une «grande joie» dans la ville, le récit du faux magicien, Simon, aux versets 9 à 24, révèle que tous ne continuèrent pas dans la foi.

Bien que Simon y ait cru (voir le verset 13), son engagement n’était que temporaire. Le désir de Simon d’acheter le pouvoir de Dieu est à la base du mot anglais «simony», qui fait référence à l’achat ou à la vente d’une autorité, de privilèges ou de prestige religieux.

Les versets 14 à 17 décrivent ce que certains étudiants de la Bible appellent la «Pentecôte samaritaine».

Le fait que les apôtres aient prié pour que les Samaritains reçoivent le Saint-Esprit (verset 15) indique que cette expérience d’une Pentecôte personnelle était considérée comme une partie vitale des croyants.

Au beau milieu d’un réveil réussi, Philippe fut appelé par Dieu à une nouvelle tâche: il devait se lever et aller à Gaza (verset 26). Les temps de ces deux verbes impliquent une commande d’action immédiate.

Gaza était une région désertique située à environ 90 km de Samarie, près de la frontière égyptienne. La déclaration dans le verset suivant qui « il se leva et partit » montre son prompte obéissance.

L’eunuque que Philippe a rencontré venait d’Éthiopie, un royaume du Nil situé entre Assouan dans l’Égypte contemporaine et Khartoum au Soudan, plutôt que le pays identifié aujourd’hui sous le nom d’Éthiopie, situé plus au sud.

La déclaration selon laquelle cet homme était «d’une grande autorité» indique qu’il était un prince. Candace était le titre traditionnel des souveraines éthiopiennes (semblable à Pharoah pour désigner les rois égyptiens).

La position honorable de l’eunuque est mise en évidence par le fait qu’il montait dans un char, qui était le meilleur moyen de transport de l’époque.

Le passage que l’eunuque lisait à haute voix de l’Écriture était Ésaïe 53: 7-8, l’un des chapitres messianiques les plus remarquables de l’Ancien Testament.

Sa question dont le prophète a parlé a donné à Philippe une occasion parfaite de présenter Jésus.

Il ne fait aucun doute que la discussion entre les deux hommes s’est poursuivie pendant un certain temps alors que le char suivait la route du désert et a finalement abouti à la profession de foi de l’eunuque en Christ (verset 37).

L’emplacement précis de l’eau où Philippe a baptisé le nouveau converti est inconnu, bien que plusieurs plans d’eau suffisamment profonds pour le baptême existent dans la région.

Le verset 40 indique que Philippe « se trouva dans  » Azot, la ville d’Ashdod dans l’Ancien Testament, qui se trouvait à environ vingt kilomètres au nord de Gaza.

De là, il se dirigea vers le nord jusqu’à Césarée, prêchant l’Évangile dans les villes côtières tout au long du chemin.

La distance parcourue aurait été presque la longueur d’Israël.

Regarder de plus près

0. D’après le verset 6, qu’est-ce qui a poussé le peuple de Samarie à croire les paroles de Philippe?
0. Qu’est-ce que l’expérience de Philippe avec l’eunuque nous enseigne sur la valorisation par Dieu d’une seule âme?
0. Dans le texte d’aujourd’hui, la persécution aboutit à un bon résultat: la diffusion de l’Évangile. Quelles sont certaines des bénédictions et des résultats positifs que Dieu a accomplis dans votre vie à travers des périodes d’épreuves ou d’adversité?

Conclusion

Manifestement, Dieu a organisé la rencontre entre Philippe et l’Éthiopien et cet événement nous fournit un bel exemple de la manière dont Dieu ouvre les portes de l’évangélisation.

Faisons-nous notre part pour franchir les portes ouvertes que Dieu place sur nos chemins?