Le Caractère Chrétien: Le Fruit de L’âme

Qui êtes-vous vraiment quand personne ne vous observe?


extrait d’un sermon de Joe Bishop

Nous vivons à la fin des temps quand Jésus peut venir à tout moment. Toutefois s’Il tarde, il y a des chances que l’église soit confrontée à une persécution intensifiée. Je crois que la capacité de résister à la persécution tournera autour de ce qu’on pourrait appeler « Le caractère chrétien ».

Notre caractère a quelque chose à voir avec qui nous sommes vraiment quand personne ne nous regarde. Notre réputation, d’un autre côté, dépend de la façon dont notre comportement est vu ou perçu par les autres. Un « bon » comportement sans caractère devient de l’hypocrisie. Cela fut révélé à Sardes, à l’église: « Et à l’ange de l’église qui est à Sardes écris: voici ce que dit Celui qui a les sept Esprits de Dieu et les sept étoiles: Je connais tes oeuvres, que tu passes pour être vivant, et tu es mort! » (Révélation 3:1).

Le Livre de la Révélation fut écrit, dans une certaine mesure, comme une prophétie de la fin des temps. Ce fut également un avertissement donné à l’église. Nous, chrétiens, nous sommes l’église. Puisque Jésus pourrait venir à tout moment, nous devrions faire attention aux avertissements. Le message de Dieu à Sardes voulait dire qu’ils avaient un nom- une bonne réputation- mais qu’ils étaient morts. Ils vivaient dans l’hypocrisie. Un bon nom est important; nous voulons avoir cela. Le fondement de notre réputation, quand même, devrait être le caractère chrétien. C’est ce qui nous aidera à résister à toute persécution à laquelle nous pourrions être confrontés.

Dieu se préoccupe de savoir qui nous sommes réellement. Nous pouvons parfois être dupés par quelque chose qui semble bon à l’extérieur, mais Dieu ne se laisse jamais duper. Ma famille vécut un moment à Woodlake en Californie. Fruits et légumes poussent en abondance dans cette région, et quelques fois nos voisins ou des gens de l’église déposaient un sac de ces produits à notre porte. Un soir, nous revenions de l’église et les gosses avaient faim. Quelqu’un avait laissé un sac de fruits devant notre porte, alors ma femme dit aux enfants qu’ils pouvaient manger quelques pommes. Dès qu’ils commencèrent à les croquer, ils manifestèrent leur déplaisir: « Bah! ce n’est pas bon ». Les enfants ne pouvaient pas nous dire exactement ce qui n’allait pas avec les fruits, mais ils savaient qu’ils n’étaient pas bons. Quand nous les examinâmes de plus près , nous nous rendîmes compte que ce n’était pas des pommes mais des coings! Vous voyez, l’apparence peut être trompeuse, mais Dieu ne s’y trompe pas.

Dans le Vieux Testament, nous lisons que le prophète Samuel fut chargé par Dieu d’aller chez Isaï et de consacrer roi un de ses fils. Quand Samuel rencontra le fils aîné d’Isaï, il vit que c’était un beau jeune homme et sentit que c’était bien lui l’envoyé du Seigneur. Le Seigneur répondit: “L’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au cœur”. Dieu sait ce qui est à l’intérieur, et il choisit le fils cadet à la place.

Nous ne pouvons fabriquer le fruit spirituel de notre vie, pas plus que le fermier ne peut fabriquer les fruits de ses arbres. Dieu est Celui qui a fait la graine. C’est Lui qui est la cause de la croissance de l’arbre, de l’apparition des branches et des feuilles, de l’épanouissement des boutons et de la formation des fruits. Le fermier ne peut pas faire tout cela; il ne fait que coopérer avec Dieu. C’est vrai aussi au niveau spirituel.

A la maison, nous aimons décorer un arbre à Noël. Généralement le genre de l’arbre que nous achetons n’a aucune importance, car on ne peut pas voir l’arbre- il y a tous ces trucs qui pendent! Mais je n’ai jamais vu un arbre où poussent des lumières électriques. Je n’ai jamais vu un arbre où poussent des décorations de verre. Toutes ces choses, on les met dans l’arbre.

La Bible nous dit spécifiquement, qu’en tant que chrétiens, nous devrions faire certaines choses. Cela implique l’action. Cependant, Dieu s’intéresse plus à qui nous sommes que à ce que nous faisons. Les bonnes actions ne nous sauveront pas. Même si nous faisions chaque bonne action dont nous entendons parler, ce ne serait pas suffisant. Nous pouvons contribuer consciencieusement aux fonds missionnaires. Nous pouvons donner quelques pièces de monnaie au sans-abri du coin. Nous pouvons servir à la soupe populaire locale. Mais si, en même temps, nous avilissons nos femmes et négligeons nos enfants, il y a quelque chose qui ne va pas. Le caractère est quelque chose qui vient du coeur. Un bon caractère produira un bon fruit, mais bâtir sur de bonnes actions quand le coeur n’y est pas, c’est comme suspendre des décorations à un arbre. Ça peut paraître joli, mais ce n’est pas réel. Nous ne réussirons pas à avoir le Seigneur dans notre vie en faisant de bonnes actions, mais une fois que le Seigneur y sera, il y aura de bonnes actions- un bon fruit.

Analysons la vertu- un des traits de caractère que nous allons posséder. Dans le deuxième Epître de Saint Pierre, on nous dit: « Faites tous vos efforts pour joindre à votre foi, la vertu…. ». Comment ajouter la vertu? En faisant quelque chose de vertueux? Nous pouvons peut-être décider de s’habiller intentionnellement modestement. Peut-être pouvons-nous faire toujours cela d’une façon très vertueuse, puis changer complètement et critiquer, se disputer ou se plaindre. Si c’est le cas, alors il y a quelque chose qui ne va pas! Quoi que nous disions, quelles que soient nos bonnes actions, ou quelle que soit l’opinion des gens sur nous, il y a quelque chose qui ne va pas si nous n’avons pas un coeur qui tient à bien faire les choses . Nous voulons avoir ce fruit qui vient de l’âme, parce que c’est ça qui nous fait tenir dans des moments périlleux. L’aspect extérieur ne fera rien pour nous quand l’épreuve arrivera.

Parmi nous, des gens vieillissent et affrontent la douleur, les souffrances et la solitude- circonstances qui les abattraient s’ils n’avaient pas quelque chose de réel dans leur coeur. Au lieu de se plaindre, ils disent plutôt: « J’ai toujours le Seigneur! ». Parfois la maladie arrive et détruit le corps ou l’esprit, mais elle ne peut pas prendre de leur coeur ce que Dieu a fait. Ça, c’est le caractère chrétien. Quand tout disparaît, ce qui est dans notre coeur demeure.

Quand nous aurons le caractère chrétien, il se manifestera dans notre comportement. Quand une personne est sauvée, il y a évidence de salut. Si quelqu’un dit: « Je suis sauvé », mais continue à mentir, voler et vivre d’une façon immorale, il est évident que cette personne n’est pas sauvée. Si vous êtes sauvé, votre changement de comportement prouvera que quelque chose a changé en vous, dans votre coeur. On peut lire dans la IIème Epître aux Corinthiens 5-17: « Ainsi donc, si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes chose sont devenues nouvelles. ». S’il n’y a pas de changement de comportement, alors le coeur n’a pas changé.

La sanctification aussi est une expérience déterminée qui a un impact sur notre vie. La Parole de Dieu nous enseigne que la sanctification nous purifie de la nature du péché avec laquelle nous sommes nés. Il y aura la preuve dans votre vie que vous avez été sanctifié- la pureté intérieure qui apparaîtra dans votre vie quotidienne.

Quand vous recevrez le baptême du Saint Esprit, vous le saurez et les autres le sauront aussi. Le baptême aura un impact sur vous. Il y aura une nouvelle force dans votre vie. Vos relations avec Dieu se passeront à un autre niveau, parce que le Réconforteur habitera en vous. Ça se verra!

Les traits d’un bon caractère ne sont pas enseignés dans un programme en dix étapes, ni dans un manuel. C’est bien plus que d’essayer de mieux faire. Ça passe par le travail de Dieu dans le coeur. Ce qui nous fera tenir bon dans cette époque de persécution et de danger sera quelque chose que Dieu nous aura donné et non pas quelque chose que nous aurons essayé de développer nous-mêmes. Le secret se trouve dans la IIème Epître de Pierre qui dit: « Comme Sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété ».

Dieu a dit: « Soyez saint ». Il ne nous a pas dit de faire quelque chose dans le but de paraître saint. Il a dit « soyez » saint. Vous ne pouvez pas plus vous faire saint que vous sauver vous-même, mais quand vous possédez en vous la sainteté de Dieu, votre vie et votre comportement seront saints et satisferont Dieu.

Saint Pierre nous enseigne dans ce même chapitre: « Faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la science, à la science la tempérance, à la tempérance la patience, à la patience la piété, à la piété l’amour fraternel, à l’amour fraternel la charité » (2 Pierre 1:5-7). Il ne nous dit pas de faire quelque chose de vertueux ou de divin ou de gentil. Il nous enseigne à être vertueux, divin et gentil intérieurement. Ça c’est le caractère. Dieu nous aidera à être ainsi si nous prions et le Lui demandons.

Le deuxième Livre de Saint Pierre n’est pas le seul endroit dans la Bible où nous voyons cet enseignement qui consiste à être plutôt qu’à faire. Oui, il y a des choses que Dieu nous dit de faire, mais il y en a plus pour lesquelles il nous demande d’être. L’Epître aux Philippiens 2:15 dit: « Soyez irréprochables et purs ». La Révélation 2:10 dit: « Sois fidèle ». La Révélation 3-2 dit: « Sois vigilant ».

Est-ce votre désir d’être ce que Dieu veut que vous soyez? L’aide du Seigneur vous est disponsible. La barre est très haute, et Dieu veut que nous la visions. Nous avons besoin de cette sécurité pendant ces périodes finales. Nous en avons besoin si nous voulons être prêts pour l’avènement de Jésus. Nous en avons besoin pour brandir la vérité et la fidélité à travers cette époque de persécution et de danger.

Votre caractère chrétien passera-t-il l’épreuve?

 

Joe Bishop est un ministre de l’Eglise de la Foi Apostolique à Woodlake en Californie