J 135

LA PRIERE DE DAVID POUR LA PUISSANCE DE  DIEU QUI SOUTIENT

PSAUME 17 : 1-15

LEÇON   135   –   COURS DES JEUNES

VERSET DE MEMOIRE : « Il me protégera dans son tabernacle au jour du malheur » (Psaume 27 : 5).

 La Jalousie de Saül

David avait été oint pour être roi d’Israël quand il était très jeune ; mais Dieu ne lui a pas permis de prendre le trône jusqu’environ sept ans plus tard. Saül continuait à être roi pendant ce moment-là ; et quoiqu’il ait été une fois un humble serviteur de Dieu, il avait perdu l’amour de Dieu de son cœur, et il était maintenant très méchant. Il était jaloux de David à cause de sa bonté, et voulait le tuer.

David avait prouvé qu’il était un bon soldat, et Saül avait fait de lui le chef de ses armées, et lui avait demandé d’habiter dans le palais royal. Un jour, alors que David revenait d’un combat victorieux contre les Philistins, les gens sortirent pour rencontrer Saül, en chantant : « Saül a frappé ses mille, et David ses dix mille, « . Cela  rendit Saül très fâché et amena  les gens à remarquer combien David était plus grand ; et il essaya encore  de le tuer.

Jonathan, le fils du roi, était l’un des innombrables amis de David. Il aimait tellement David qu’il voulait le laisser régner à sa place. Il n’était pas jaloux, mais faisait tout ce qu’il pouvait pour aider son ami ; et il promit de l’aimer jusqu’à la mort.

L’Armée de David

Quand David abandonna la cour du roi, beaucoup de soldats le suivirent. Ils voulaient combattre le roi Saül et amener David à établir immédiatement sa royauté, mais David attendait toujours le Seigneur et Lui demandait de guider ses pas. Saül vint avec son armée contre l’armée de David, mais Dieu ne le laissait jamais gagner. Un jour, David aurait pu tuer Saül ; il s’était bien approché  de lui pour couper un bout de son manteau. Mais David sentit que bien que Saül fût un pécheur à ce moment, il avait été une fois oint roi par Dieu ; il devait donc attendre que Dieu l’enlevât avant qu’il ne prît le trône.

La Bataille du Seigneur

Durant toutes les années que  Saül combattait David, David priait Dieu de l’aider. C’est pourquoi Dieu ne laissa jamais Saül gagner. David avait sans nul doute lu au sujet des  batailles des enfants d’Israël que Dieu avait gagnées pour eux, et il savait que Dieu ferait la même chose pour lui. Quand il n’était qu’un petit berger avec une fronde, il n’avait pas eu peur de combattre le géant. En ce moment-là, il avait déjà connu Dieu ; et quand il sortit pour rencontrer Goliath, il dit : « Toute cette multitude saura que ce n’est ni par l’épée, ni par la lance que l’Eternel sauve. Car la victoire appartient à l’Eternel. Et il vous livre entre nos mains »     (I Samuel 17 : 47).

Jamais, depuis ce jour, David n’avait oublié de prier. Il ne prit pas Dieu pour un acquit et crut qu’il serait aidé sans l’avoir demandé, juste parce qu’il avait été une fois aidé. Dans l’une de ses prières, il dit : « Le soir, le matin, et à midi, je soupire et je gémis, et il entendra ma voix » (Psaume 55 : 18). Il parla des choses que les méchants faisaient ; mais il dit : « Et moi, je crie à Dieu, et l’Eternel me sauvera » (Psaume 55 : 17).

Combien heureux nous serions si nous pouvions toujours croire en Dieu pour de l’aide! Lorsque les difficultés surgissent, nous devons les dire à Dieu et Lui demander de nous aider. Au contraire, beaucoup de gens les diront à leurs amis, et peut-être murmureront au sujet des temps  difficiles qu’ils traversent. Jésus veut que nous lui apportions tous nos soucis, « Car lui-même prend soin » de nous. Il nous réconfortera dans nos douleurs, et nous aidera à en tirer avantages. Quand nous sommes heureux, Il veut que nous partagions notre joie avec Lui. Lorsque nous Le louons pour les bénédictions qu’Il nous a données, Il nous en donnera de plus grandes.

Jésus a habité une fois sur la terre comme un homme, et Il comprend notre joie et nos soucis, notre douleur et labeurs. Il veut que nous marchions tout près de Lui. Alors Il écoutera ce que nous disons. « Si vous demeurez en moi, et que mes Paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé » (Jean 15 : 7). « Et maintenant, petits  enfants, demeurez en lui, afin que, lorsqu’il paraîtra, nous ayons de l’assurance, et qu’à son avènement nous ne soyons pas confus et éloignés de lui » (I Jean 2 : 28).

Des Lèvres sans Tromperie               

Au début de la prière que nous étudions aujourd’hui, David nous montre qu’il savait que Dieu pouvait voir son cœur, et qu’il serait inutile pour lui de faire semblant. Il dit que sa prière ne  venait pas de « lèvres trompeuses ». Cela signifiait qu’il ne disait pas une chose avec ses lèvres tandis que son cœur disait  quelque chose d’autre.

Jésus réprimanda les scribes et les Pharisiens pour leurs longues prières lorsqu’ils se trouvaient sur la place du marché où les gens pouvaient les entendre prier. Il leur dit qu’ils faisaient pour l’apparence de longues prières, prétendant juste qu’ils adoraient Dieu pendant que leurs cœurs étaient pleins de péchés. Jésus pouvait directement sonder leur cœur et voir que ces prières ne venaient pas du tout du cœur.        Ils dirent leurs prières au lieu de prier du fond du  cœur.

Même si Jésus pouvait sonder notre cœur et voir ce que nous voulons, et bien qu’Il sache ce dont nous avons besoin, Il veut toujours que nous le Lui demandions. Nous avons lu : « Vous ne possédez pas, parce que vous ne demandez pas  » (Jacques 4 : 2). L’Apôtre Paul écrivit aux Philippiens : « Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose, faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces » (Philippiens 4 : 6). Mais nos prières doivent  venir des lèvres non trompeuses et être selon Sa volonté si nous voulons avoir une réponse. Nous citons encore dans Jacques : « Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions » (Jacques 4 : 3).

Eprouvé par Dieu 

David n’avait pas peur de laisser Dieu éprouver son cœur pour voir de lui-même que ce qu’il disait était vrai. Il avait la force de vivre sans péché ; et comme son cœur était pur, il savait que Dieu lui répondrait. Il dit : « Si tu m’éprouves, tu ne trouveras rien » – rien d’anormal, pas de tromperie cachée, pas d’orgueil recouvert. Quelle joie cela apporte dans notre cœur quand nous pouvons prier avec une conscience pure, sachant qu’il n’y a rien de mauvais dans notre vie que Jésus ne peut voir ! « Si notre cœur ne nous condamne pas, nous avons de l’assurance devant Dieu. Quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce  qui lui est agréable » (I Jean 3 : 21,22).

David s’était séparé des  méchants. Il ne se mettait pas en compagnie des pécheurs. Il choisit pour amis les gens qui aimaient Dieu. Ces soldats qui étaient venus se joindre à lui après son départ de la cour du Roi Saül voulaient voir la cause du juste triompher. Ils aimaient aussi le Dieu que servait David.

Sous ses Ailes   

Dieu a promis de prendre bon soin de Ses enfants. Il disait une fois aux Israélites : « Vous avez vu ce que j’ai fait à l’Egypte, et comment je vous ai portés sur des ailes d’aigle et amenés vers moi » (Exode 19 : 4). Peut-être David avait la même expression dans sa pensée quand il priait : « Il me protégera dans son tabernacle au jour du malheur, il me cachera sous l’abri de sa tente » (Psaume 27 : 5 ).

Quel merveilleux réconfort pour le Chrétien d’avoir cette assurance de sécurité en temps de trouble ! Non seulement nous marcherons maintenant sous la protection, mais aussi, quand viendra sur la terre la Grande Tribulation, les élus de Dieu seront emmenés au-dessus de toute difficulté, et passeront un bon moment avec le Seigneur. Esaïe prophétisa sur ce temps quand il dit : « Va, mon peuple, entre dans ta chambre, et ferme la porte derrière toi ; cache-toi pour quelques instants, jusqu’à ce que la colère soit passée » (Esaïe 26 : 20).

L’armée de Saül était bien équipée, et ses soldats étaient bien nourris. Ils avaient des familles à la maison, et des enfants qui avaient tout ce  dont ils avaient besoin. Les hommes de David n’étaient qu’un petit groupe, et il n’avait  pas de provisions à leur donner. Ils se cachaient dans les montagnes et dans les cavernes et prenaient la nourriture des bœufs. Parfois ils allaient combattre les païens, et le butin de la bataille qu’ils gardaient les aidait à se maintenir.

David sentait que l’armée de  Saül les entourait  et était prête à les attaquer comme un lion traque sa proie. Mais il avait Dieu à ses côtés, et il pria : « Lève-toi, Eternel, marche à sa rencontre, renverse-le ! ». Nous savons que Dieu entendit sa prière parce que David voulait plaire au Seigneur.

David ne se souciait d’aucun gain mondain, ni d’aucune richesse sur cette terre. Après avoir parlé de la richesse de ses ennemis, il dit : « Pour moi, dans mon innocence, je verrai ta face ; dès le réveil, je me rassasierai de ton image ».

 

QUESTIONS

  1. Comment David arriva-t-il à se battre contre Saül ?
  2. A qui David croyait-il que la bataille appartenait ?
  3. Quelles furent les premières batailles livrées par David lorsqu’il était un garçon ?
  4. Comment avait-il gagné ?
  5. Quel était le désir de David lorsqu’il mourrait ?