J 127

LA GUERISON DES DIX LEPREUX

Luc 17 : 11-19

LEÇON 127   – COURS DES JEUNES

VERSET DE MEMOIRE : “Lève-toi, va ; ta foi t’a sauvé” (Luc 17 : 19).

Par la Samarie

En se rendant à Jérusalem, Jésus n’avait pas l’habitude de passer par la Samarie. Le plus souvent, Il prenait une autre voie. Sans aucun doute, Il passa par la Samarie à cause de ceux qui avaient besoin de Lui – les lépreux qu’Il rencontra. “L’œil de l’Eternel est sur ceux qui le craignent, sur ceux qui espèrent en sa bonté” (Psaume 33:18).

Comme Jésus allait entrer dans un village, Il fut rencontré par un groupe de dix hommes. Ils se tinrent à distance, car ils étaient lépreux. Selon la Loi, ils ne pouvaient pas vivre dans la ville. Ils étaient bannis. Personne ne voulait les avoir tout près – c’est-à-dire personne, sauf Jésus.

La Lèpre

La lèpre fut, et demeure toujours une maladie terrible. On peut devenir lépreux par un contact continuel avec une personne qui a la maladie. C’est pour cela que les lépreux n’étaient pas acceptés dans la ville. Ils devaient habiter hors du camp (Lévitique 13:46). Quand une personne s’approchait d’eux, ils devaient l’avertir en criant : « Impur ! » (Lévitique 13:45).

La lèpre est un type de péché. Ils se ressemblent sous divers aspects. Une personne ne devient pas lépreuse par une simple exposition à la lèpre, pas plus qu’un enfant de Dieu ne devient pécheur lorsqu’il est exposé au péché. Mais la Bible nous met en garde contre les mauvaises compagnies, de peur qu’elles ne nous conseillent que le péché n’est pas si mauvais que ça pour briser la résistance que nous lui opposons. « N’entre pas dans le sentier des méchants, et ne marche pas dans la voie des hommes mauvais » (Proverbes 4:14). « Vous n’irez point chez elles, et elles ne viendront point chez vous ; elles tourneraient certainement vos cœurs du côté de leurs dieux » (1 Rois 11:2). « Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s’arrête pas sur la voie des pécheurs, et qui ne s’assied pas en compagnie des moqueurs » (Psaume 1:1). Il y a un chant populaire qui nous dit d’ »éviter les mauvaises compagnies. »

La Lèpre et le Péché

Ces dix lépreux étaient des exclus. Les gens ne voulaient pas s‘intéresser à eux et étaient presque méchants à leur égard. Jésus était bon envers eux. En leur montrant de la miséricorde, Il nous donna un bon exemple de bonté. Un Chrétien ne traite pas méchamment un pécheur, mais lui parle gentiment de Jésus qui peut guérir sa maladie de péché.

Nous avons appris que la lèpre commence par une simple tache. Elle s’élargit jusqu’à ce que tout le corps soit affecté quelquefois. Combien il est aussi dangereux pour quelqu’un de laisser le péché commencer par une petite tache dans sa vie ! Satan pourra essayer de lui faire penser que, puisque c’est une chose si petite, certainement Dieu ne le verra pas. Une fois que le péché commence, il se met à grandir. Dans une autre leçon nous avons appris que le levain aussi est comme le péché, et qu’ »un peu de levain fait lever toute la pâte » (Galates 5:9). Nous lisons dans la Parole de Dieu que Jésus aura une « église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible » (Ephésiens 5:27). « Appliquez-vous à être trouvés par lui sans tache et irrépréhensibles dans la paix » (2 Pierre 3:14).

Ignorant la Condition

Les dix hommes que rencontra Jésus savaient qu’ils étaient lépreux. De loin ils crièrent à Jésus pour avoir la miséricorde. Avant qu’un pécheur ne soit sauvé, il doit prendre conscience de sa condition. Nous avons appris qu’il y a une étape de la lèpre qui paralyse la victime. Elle est pareille au péché qui produit souvent une paralysie spirituelle au point que le pécheur ne reconnaît pas son péché. Si l’on pense que ce n’est pas si mauvais que ça, Jésus n’aidera pas. On peut être purifié quand on accepte qu’on est pécheur, et comme les lépreux, de loin on appelle Jésus pour avoir la miséricorde. De nombreux pécheurs ont été sauvés à travers la même prière que firent ces lépreux : « Aie pitié de nous ! »

L’Obéissance

Tout comme un lépreux était écarté des gens qui n’avaient pas la maladie, de même un pécheur est spirituellement séparé de Dieu et de la famille des croyants. Aux yeux de Dieu il est souillé en tant que pécheur, et il n’est pas un membre de la congrégation des justes. Lorsque les lépreux obéirent à Jésus, il leur fut permis de rester avec les autres. Selon la Loi, ils devaient se montrer aux sacrificateurs avant de rentrer chez eux. Il fut alors demandé aux dix lépreux de faire quelque chose – ils obéirent à Jésus ainsi qu’à la Loi. Ils montrèrent l’obéissance, la révérence, et la foi en Jésus. Ils se dirigèrent vers les sacrificateurs ; mais avant qu’ils ne s’éloignent, ils furent guéris ! Un pécheur aussi, par la foi, peut être guéri dès qu’il entreprend de faire ce que Jésus lui dit.

Peut-être vous avez lu l’histoire d’un autre lépreux appelé Naaman. Bien qu’il fût chef de l’armée du roi, un homme grand et honorable, riche et courageux – il était pourtant un lépreux (2 Rois 5:1). On peut avoir beaucoup de bonnes choses à sa disposition, mais si on ne vient pas à Jésus pour être pardonné, on a le péché dans sa vie. Certains, comme Naaman vont d’abord vers la mauvaise personne pour chercher de l’aide. Confesser ses péchés à un homme, et se joindre à une église n’apportent pas le pardon des péchés. Jésus est le seul qui peut pardonner nos péchés. « Il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes 4:12).

Il fut dit à Naaman de se plonger sept fois dans le Fleuve Jourdain pour qu’il fût guéri de sa lèpre. Il pensa qu’il serait guéri d’une autre manière et il refusa d’obéir. Naaman s’en alla, enragé. Il se demanda pourquoi il ne se plongerait pas dans les fleuves propres de son pays natal au lieu de se laver dans les eaux troubles du Jourdain. Finalement ses serviteurs le persuadèrent d’essayer le remède, puisque ce n’était pas une chose difficile. Il s’humilia, car il entra dans le fleuve comme on lui avait dit. Il n’était pas guéri graduellement. L’œuvre fut accomplie quand il se plongea la septième fois. Un pécheur a la même expérience. Ses péchés sont pardonnés quand il s’humilie dans une vraie repentance et obéit à la Parole de Dieu. Il trouve que tous ses péchés sont partis, et qu’aucun ne reste. Il est guéri, et il peut dire comme Naaman : « Voici, je reconnais » (2Rois 5:15).

La Gratitude

Des dix lépreux qui furent guéris en obéissant à Jésus, un seul retourna pour le remercier. Les autres surent qu’ils étaient guéris, mais manquèrent de donner gloire à Dieu. Sans aucun doute leur cœur était si dur et si indifférent qu’ils n’avaient aucune pensée pour remercier le Seigneur. Certains banalisent ce genre de miracles. Ils aimeraient être guéris de leur maladie, mais veulent continuer dans leurs péchés. Peut-être les neuf lépreux s’étaient préoccupés de la guérison de leurs corps, mais non de celle de leurs âmes. Le seul montra la preuve de son double rétablissement : la guérison et le salut.

Cela peut ne pas être toujours le cas, mais souvent la guérison et le salut vont ensemble. « La prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera ; et s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné » (Jacques 5:15). Le lépreux qui retourna fut celui qui fit l’expérience des deux. A travers la foi, la guérison toucha même son âme. De son cœur et de ses lèvres sortirent des louanges à Dieu pour les grandes choses qui avaient été faites pour lui. « Offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c’est-à-dire, le fruit de lèvres qui confessent son nom » (Hébreux 13:15).

 

QUESTIONS

  1. Pourquoi Jésus passa-t-Il par la Samarie ?
  2. De quoi la lèpre est-elle un type ?
  3. Pourquoi les lépreux se mettaient-ils à l’écart ?
  4. Que firent-ils pour être guéris ?
  5. Comment une personne peut-elle être guérie de ses péchés ?
  6. De quelle manière la lèpre et le péché se ressemblent-ils ?
  7. Pourquoi un seul retourna-t-il glorifier Dieu ?
  8. En obéissant à Jésus, que reçut cet homme ?