Doctrine

Doctrine

L’église La Foi Apostolique est conservatrice par nature, poursuivant une tradition de sainteté héritée de l’ère Wesley, enseignée et pratiquée par ceux qui furent revêtus du Saint-Esprit, lors du réveil d’Azusa Street (La rue Azusa). Nous croyons que la Bible tout entière forme la Parole infaillible de Dieu et qu’elle soutient les enseignements fondamentaux de la foi du Nouveau Testament.

Nos croyances fondamentales

Depuis l’édition des premières publications de La Foi Apostolique, dix-sept principes doctrinaux n’ont cessé de constituer les piliers de nos enseignements. Certes, nous considérons la Bible entière comme étant essentielle, mais nous retenons les principes suivants comme des vérités clés. On en présente les brèves explications ci-après :
LA TRINITÉ DIVINE

LA TRINITÉ DIVINE se compose de trois Personnes : Dieu le Père, Jésus-Christ le Fils et le Saint-Esprit, parfaitement unis comme une seule personne.           Jean 5:7.

Le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont des Personnes séparées et distinctes, possédant des personnalités et des qualités reconnaissables, parfaitement unies en Un. Ils ne doivent en aucun cas être considérés comme trois noms pour une personne.

La doctrine de la Trinité commence à se développer dans le premier chapitre de la Bible : « Et Dieu a dit : Faisons l’homme à notre image » (Genèse 1 :26). Les formes plurielles « nous » et « notre » indiquent que la Divinité se compose de plus d’un individu. Presque invariablement dans toute la Bible, le mot hébreu traduit par « Dieu » est Elohim, et c’est la forme plurielle.

Avec la venue de Jésus-Christ sur terre, l’humanité a pu observer la réalité mystérieuse du Dieu trinitaire comme jamais auparavant. Dans Matthieu 3 : 16-17, nous lisons la coopération des trois Personnes de la Divinité au baptême de Jésus dans ce qui est peut-être l’image la plus claire de la Trinité présentée dans l’Écriture.

Matthieu 28 : 19-20; Jean 14:26; 2 Corinthiens 13:14

LA REPENTANCE

LA REPENTANCE (ou le repentir) est un pieux chagrin pour les péchés associé à une renonciation aux péchés.                                                                 

La repentance est une tristesse profonde et sincère pour le péché avec un renoncement au péché. Quand quelqu’un vient au Seigneur pour être sauvé, il a désespérément besoin de pardon pour les péchés qu’il a commis. Si ces péchés ne sont pas pardonnés, ils emmèneront cette personne dans une éternité perdue. Sachant cela déplace une personne à un sentiment d’effroi et un désir d’être complètement pardonné, à tout prix.

Le changement radical qu’apporte le vrai salut signifie qu’on ne peut pas mélanger l’ancienne vie avec la nouvelle. Si quelqu’un s’accroche au passé, il n’est pas prêt à entrer dans le Royaume de Dieu. La repentance est la clé du pécheur vers le Ciel – la seule façon de s’approcher de Dieu et de recevoir la faveur divine. Mais quand on se tourne vers Dieu de tout son cœur, la vraie repentance apporte la joie abondante et la paix du salut dans la vie.

2 Chroniques 7:14; Esaïe 55: 7; Matthieu 4:17; Luc 13: 2-3; Actes 3:19; 2 Corinthiens 7:10

LA JUSTIFICATION

LA JUSTIFICATION ou LE SALUT est l’acte de grâce de Dieu par lequel nous recevons le pardon des péchés et apparaissons aux yeux de Dieu comme un individu n’ayant jamais péché. Romains 5:1; 2 Corinthiens 5:17.                                                                                                                                         

Le salut est l'acte de la grâce de Dieu par lequel nous recevons la rémission des péchés et nous tenons devant Dieu comme si nous n'avions jamais péché. Cette expérience est nécessaire pour hériter de la vie éternelle au Ciel. Pour le recevoir, nous devons nous repentir (avoir la tristesse selon Dieu pour les péchés que nous avons commis) et nous détourner de tout péché. Ensuite, par la foi, nous devons tendre la main vers Dieu pour la miséricorde et le pardon et réclamer sa promesse de pardon.

Quand Adam et Eve ont désobéi à Dieu dans le jardin, toute la famille humaine est devenue pécheuse dans la nature. Depuis ce jour, chaque personne née sur la terre est un pécheur de naissance et a besoin de se repentir des péchés qu'il a commis. La pénalité pour le péché est la mort (Romains 6 :23), mais Dieu a fourni le plan afin que nous puissions être sauvés. Jésus, le Fils de Dieu, est mort à la place de l'homme afin que nous puissions avoir le pardon des péchés par son sang (Colossiens 1 :14).                                                                                                                                                                       

L'homme est un agent libre, même s'il est pécheur dans la nature. En exerçant ce libre arbitre, nous pouvons atteindre Dieu et être sauvés du péché par la foi dans le plan rédempteur de Dieu. Nous pouvons avoir l'assurance que nous sommes sauvés (aussi appelé être né de nouveau). Quand l'œuvre du salut a été faite dans le cœur, l'Esprit de Dieu témoigne avec notre esprit que nous sommes enfants de Dieu (Romains 8 :16).

Jean 1 : 1-13 ; 3 : 3 ; Actes 2 :21 ; 10 : 43 ; 13 : 38-39 ; Romains 3 : 25-26 ; 5 : 1 ; Galates 3 : 11,24

LA SANCTIFICATION

LA SANCTIFICATION ou SAINTETÉ, l’acte de grâce de Dieu par lequel nous sommes rendus saints, est en fait la seconde œuvre précise, conséquente au salut. Jean 17 :15-21 ; Hébreux 13 :12.                                                                                                                              Le mot sanctifier signifie « faire saint, purifier, consacrer, consacrer, nettoyer et séparer ». Pour être sanctifié, le chrétien né de nouveau doit se consacrer, se dédier et se séparer de Dieu et de sa volonté. Alors Dieu fera sa part en purifiant le cœur et en le sanctifiant.

Après avoir été sanctifié, le chrétien a un cœur parfait envers Dieu, bien qu'il soit encore soumis aux limitations dues à son humanité et donc insensible à la possibilité d'erreurs de jugement ou d'imperfections dues à la fragilité humaine.

La croissance spirituelle se produit lorsque la personne sanctifiée continue d'appliquer la Parole de Dieu à son cœur et s'efforce de marcher chaque jour dans la volonté de Dieu.

Luc 1 : 74-75 ; Jean 17 : 15-17 ; 2 Corinthiens 7 : 1 ; Éphésiens 5 : 25-27 ; Hébreux 2 :11 ; 12 : 14 ; 13 : 12; 1 Pierre 1:16; 1 Jean 1: 7

LE BAPTÊME DU SAINT-ESPRIT

LE BAPTÊME DU SAINT-ESPRIT, c’est lorsque la puissance d’en-haut revêt une vie pure et sanctifiée, et cela se manifeste par le parler en langues tel que l'Esprit donne de s’exprimer. Luc 24 :49 ; Actes 1 : 5-8 ; 2 :1-4.   

Le baptême du Saint-Esprit est l'expérience de la Troisième Personne de la Trinité, le Saint-Esprit, qui vient dans la vie d'une personne pour donner du pouvoir au service de Dieu. Pour être rempli du Saint-Esprit, une personne doit d'abord naître de nouveau à travers l'expérience du salut. Une deuxième étape, la sanctification, se produit lorsque la personne sauvée approfondit sa consécration et que Dieu purifie le cœur de la nature intérieure du péché. Alors, le cœur est prêt pour le don du Saint-Esprit.

Quand on reçoit le don du Saint-Esprit, Il vient vivre dans le cœur sanctifié. Lorsque ce remplissage se produit, il est accompagné par le même signe que les disciples le jour de la Pentecôte - le fait de parler « d’autres langues, comme l'Esprit leur a donné l’expression » (Actes 2 : 4). Les "autres langues" sont un langage auparavant illettré et reconnaissable.

Matthieu 3 :11 ; Marc 16 :17 ; Luc 24:49; Jean 7: 38-39; Actes 1: 5-8; 2: 4; 10: 45-46; 19: 6

LA GUERISON DIVINE

La guérison de la maladie et de la maladie est fournie dans l’Expiation. La maladie, la douleur et la mort sont entrées dans le monde quand Adam et Eve ont péché. Cependant, avec la malédiction qui a suivi le péché, Dieu a donné une promesse de délivrance. Esaïe a dit : « Nous sommes guéris par ses meurtrissures » (Ésaïe 53 : 5), en anticipant le jour où cette promesse s’accomplira dans la mort de Jésus sur la croix. Avec Son Sang, Jésus a fourni non seulement pour le salut et la guérison spirituelle, mais aussi pour la guérison physique. Voir Matthieu 8 : 16-17.                                     

Quand Jésus a vécu sur la terre, des multitudes sont venues à lui et ont été guéries de toutes sortes de maladies et d’afflictions. Dans Hébreux 13 : 8, nous lisons que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Son pouvoir de guérison n’est jamais épuisé. En tant que créateur du corps humain, il est capable de le réparer et de le restaurer. Il n’existe aucune forme de maladie ou de maladie qu’Il ne puisse guérir, à condition que ce soit Sa volonté de le faire et que nous ayons la foi pour croire.

Exode 15 :26 ; Matthieu 8 :16 ; Marc 16 :18 ; Jacques 5: 14-16; 1 Pierre 2:24

LA SECONDE VENUE DE JÉSUS

LA SECONDE VENUE DE JÉSUS sera aussi littérale et visible que Son départ. Actes 1 :9-11. Il y aura deux apparitions en une venue : tout d’abord, pour venir chercher Son Epouse qui l’attend ; Matthieu 24 :40-44 ; 1 Thessaloniciens 4 :15-17 ; ensuite, pour exécuter son jugement à l’encontre des impies. 2 Thessaloniciens 1 :7-10 ; Jude 14, 15.                                                                                                                                                                  

La seconde venue de Jésus sera aussi littérale que son départ. Voir Jean 14 : 3; Actes 1: 9-11. Le terme général, la « seconde venue de Christ », englobe deux événements distincts.

Le premier est l’Enlèvement de l’Eglise quand Jésus vient pour attraper Son Epouse en attente. Le mot ravissement signifie « être emporté dans le corps ou l’esprit », et c’est littéralement ce qui va arriver. Cela ne sera expérimenté que par ceux qui font partie de l’Epouse de Christ (Apocalypse 19 : 6-9).

L’Écriture est très claire sur le fait que personne ne connaît le jour ni l’heure de l’Enlèvement. Ce sera un événement instantané, et de nombreux avertissements sont donnés dans l’Écriture concernant les dangers de négliger de se préparer à cet événement.

La deuxième partie est la révélation du Christ, quand il revient avec ses saints pour exécuter le jugement sur les impies et pour établir son royaume millénaire sur terre.

Matthieu 24 : 40-44 ; 1 Thessaloniciens 4 : 15-17 ; Zacharie 14 : 3-4 ; 2 Thessaloniciens 1: 7-10; Jude 14-15

LA GRANDE TRIBULATION

LA GRANDE TRIBULATION aura lieu entre l’arrivée de Christ pour Son Epouse et Son retour pour le jugement. Esaïe 26 :20, 21                                                           

La Grande Tribulation est un court intervalle de temps précédant immédiatement la Révélation du Christ et le début du Règne Millénaire de Christ sur terre. On pense que sa longueur totale ne dépasse pas sept ans (Daniel 9 :27). À ses débuts ou presque, l’Enlèvement de l’Église aura lieu. À sa fin, la révélation de Christ se produira, ce qui est lorsque Jésus revient sur terre avec dix mille de ses saints. La période de temps entre l’Enlèvement et la Révélation, la Grande Tribulation, est également appelée le « temps de la peine de Jacob » (Jérémie 30 : 7) parce que les Juifs souffriront dans une plus grande mesure que jamais auparavant. La sévérité de leur souffrance les amènera à crier que leur Messie viendra et les livrera. Voir Zacharie 13 : 9.                                                                                                                                                                                                              La figure dominante de la Tribulation sera l’Antéchrist, un être personnel aux pouvoirs surnaturels et sataniques, qui prendra place à Jérusalem. Tous ceux qui habitent sur la terre dont les noms ne sont pas écrits dans le Livre de Vie l’adoreront (Apocalypse 13 : 8).                                                         

De grandes plaies seront envoyées sur la terre pendant cette période terrible. Ceux-ci comprendront les guerres, les soulèvements civils, les émeutes, la famine, la mort, les pestilences, le déchirement de l’univers, les tremblements de terre et les bouleversements géographiques. La colère de Dieu sera répandue sur cette terre dans un temps de peur et de terreur, et de ténèbres et de tourments sans description. Pendant ce temps, une grande partie de la population de la planète sera détruite.

Apocalypse 6 : 1-17 ; 8 : 6-13 ; 9 : 1-21 ; 16 : 1-21

LE RÈGNE DE MILLENAIRE DE CHRIST

LE RÈGNE DE MILLENAIRE DE CHRIST correspond littéralement aux 1000 ans de règne pacifique de Jésus sur terre. Esaïe 11 et 35.                                                           

Le règne littéral millénaire de Jésus sur la terre sera inauguré par la révélation du Christ – la venue de Jésus sur la terre avec dix mille de ses saints à la fin de la Grande Tribulation.

En ce moment, Il jugera les nations qui habitent sur la face de la terre et Satan sera lié. Ce sera un règne de paix et de bénédiction. La malédiction, qui est tombée quand Adam et Eve ont transgressé le commandement de Dieu, sera levée de toute la création et le monde jouira du gouvernement juste de Christ. Les saints de Dieu qui reviendront avec Jésus du ciel après le repas du mariage de l’Agneau régneront et régneront avec Lui sur la terre.

Le règne millénaire se terminera avec le jugement final du Grand Trône Blanc.

Esaïe 2: 2-4; 11: 6-9; 65:25; Osée 2:18; Zacharie 14: 9-20; 1 Corinthiens 6: 2; 2 Thessaloniciens 1: 7-10; Jude 14-15; Apocalypse 3:21; 20: 2-3

LE JUGEMENT DU GRAND TRÔNE BLANC

LE JUGEMENT DU GRAND TRÔNE BLANC c’est le jugement final où tous les morts méchants se tiendront devant Dieu.                                           

Au Jugement du Grand Trône Blanc, qui se produit à la fin du Règne Millénaire de Christ, Dieu rassemblera les vivants méchants et les méchants morts (les morts pieux sont apparus à la Première Résurrection) pour se tenir devant Lui. Bien que ceux-ci aient pu être morts depuis des milliers d’années et que leurs corps physiques soient restés depuis longtemps dans la poussière et la cendre, le Dieu Tout-Puissant rassemblera les fragments une fois de plus dans un corps. Alors cette personne se tiendra sur ses pieds devant le juge qui siège sur le grand trône blanc. Dieu prononcera le jugement final sur les vivants et les morts selon leurs œuvres accomplies pendant leur vie terrestre. Puisqu’aucun de leurs noms ne se trouve dans le Livre de Vie, ils seront jetés dans l’étang de feu.

Daniel 12 : 2 ; Actes 10 :42 ; Apocalypse 20 : 11-15

LE NOUVEAU CIEL ET LA NOUVELLE TERRE

LE NOUVEAU CIEL ET LA NOUVELLE TERRE remplaceront le ciel et la terre actuels, qui seront détruits après le jugement du Grand Trône Blanc.           

La Parole enseigne que cette terre qui a été polluée par le péché, et les cieux existants, seront détruits par le feu après le Jugement du Trône Blanc. Alors Dieu créera un nouveau ciel et une nouvelle terre dans laquelle les justes habiteront.

Le nouveau ciel et la nouvelle terre surpasseront tout ce que l’homme est capable de décrire. La douleur, le chagrin, les larmes, les pleurs et même la mort seront pour toujours abolis dans ce lieu où les rachetés demeureront avec Dieu pour toujours. Le nouveau ciel et la nouvelle terre ne passeront jamais.

Esaïe 65 :17 ; 66 :22 ; Matthieu 24 :35 ; 2 Pierre 3 : 12-13 ; Apocalypse 21 : 1-3

LE PARADIS ETERNEL ET L’ENFER ÉTERNEL

LE PARADIS ETERNEL ET L’ENFER ÉTERNEL sont littéralement des lieux de destination finale, chacun étant aussi éternel que l’autre. Matthieu 25 :41-46 ; Luc 16 :22-28.                                                                                                                                                               

La Bible enseigne que l’enfer est aussi éternel que le ciel. Après la vie sur terre, le Ciel ou l’Enfer sera la demeure éternelle, en fonction de la façon dont chaque personne a répondu à l’appel de Dieu au salut. Il ne peut y avoir de préparation pour l’éternité après la mort, car Dieu a ordonné que le choix soit fait dans cette vie.

Le ciel est la demeure de Dieu, où le Rédempteur est parti et d’où il viendra un jour pour les siens. L’enfer a été préparé pour le diable et ses anges, et est un lieu de flamme brûlante littérale où les méchants morts passeront l’éternité coupée de la présence de Dieu.

Matthieu 25 : 41-46 ; Marc 9 : 43-44 ; Luc 16 :24 ; Apocalypse 14 : 10-11

LE MARIAGE EST A VIE

LE MARIAGE EST A VIE. C’est une institution sainte qui lie un couple devant Dieu, et qui ne donne à aucun des partenaires le droit de se remarier tant que le(la) premier (e) compagnon (compagne) est encore en vie. Marc 10 :6-12 ; Romains 7 :1-3.   

La Bible enseigne que le mariage est obligatoire pour la vie. Selon les enseignements du Christ dans le Nouveau Testament, il n’y a qu’une seule cause autorisée pour la séparation, et c’est la fornication (une relation sexuelle avant le mariage). Cette disposition était liée à la tradition juive des fiançailles. Si, au cours de la période de fiançailles d’un an qui a précédé la consommation physique du mariage, l’une des parties a commis une fornication, l’autre partie peut résilier l’entente de mariage. Cette allocation de divorce ne s’applique pas à ceux qui ont consommé leur mariage aujourd’hui, puisqu’une telle infidélité est considérée comme un adultère plutôt que comme une fornication.

Dans Matthieu 19 : 4-6, Jésus a réitéré le plan de Dieu pour le mariage, tel qu’il a été mentionné pour la première fois dans Genèse 2 :24. Il a souligné le caractère sacré de cette union avec l’instruction, « Que Dieu a donc uni, que l’homme ne sépare pas. » Alors qu’il peut y avoir des occasions où un chrétien est séparé ou divorcé, aucune allocation n’est faite pour qu’une personne se remarie pendant que le premier compagnon vit.

Matthieu 5 : 31-32; 19: 9; Marc 10: 11-12; Luc 16:18; Romains 7: 2-3

LA RESTITUTION

LA RESTITUTION est conséquente au salut. Grâce à elle, nous réparons nos mauvaises actions commises envers nos semblables afin d’avoir une conscience pure devant Dieu et les hommes. Ezéchiel 33 :15 ; Matthieu 5 :23, 24.                                                                                                                              

La Bible enseigne que les torts contre notre prochain, pour lesquels on peut se racheter, doivent être redressés. Il faut « toujours avoir une conscience sans reproche envers Dieu et envers les hommes » (Actes 24 :16).

Pour devenir chrétien, une personne se repent et confesse à Dieu tout acte répréhensible. Dieu, à son tour, lui pardonne. L’une des preuves d’une expérience de salut est le désir de redresser le passé dans la mesure du possible. La restitution comprend le rétablissement de l’endroit où l’on a fraudé, volé ou calomnié ; rembourser des dettes ; et faire la confession.

Lévitique 6 : 4 ; Ézéchiel 33 :15 ; Luc 19 : 8-9

LE BAPTÊME D’EAU

LE BAPTÊME D’EAU se fait en une immersion « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, » comme Jésus nous l’a ordonné. Matthieu 3 :16 ; 28 :19. 

Le baptême d’eau est une étape importante pour la personne qui est née de nouveau. En tant qu’image symbolique du monde de la nouvelle naissance, le baptême est fait «au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit », comme Jésus l’a ordonné dans Matthieu 28 :19. Quand un croyant est baptisé dans l’eau, il montre au monde par un acte extérieur qu’il est mort en ce qui concerne sa vieille vie pécheresse, et qu’il s’est levé comme une nouvelle création en Christ Jésus, libéré de l’esclavage de péché.

Les Écritures montrent que le baptême par immersion était la méthode prévue. Le mot baptême dérive du mot grec baptizo qui signifie « immerger, rendre complètement humide ». Le baptême de l’eunuque éthiopien enregistré dans Actes 8 en est un exemple.

Le baptême d’eau n’apporte pas le salut, car il est impossible qu’un lavage extérieur effectue un travail intérieur. Alors que tout nouveau chrétien devrait être baptisé le plus tôt possible, l’exemple du voleur sur la croix révèle que si une personne meurt en Christ avant de pouvoir être baptisée, elle ne sera pas privée du Ciel.

Matthieu 3 :16 ; Actes 8 : 38-39 ; Romains 6 : 4-5 ; Colossiens 2 :12

LA SAINTE CENE

LA SAINTE CENE est une institution ordonnée par Jésus afin que nous nous souvenions de Sa mort jusqu’à Son retour. Matthieu 26 :26-29 ; 1 Corinthiens 11 :23, 26.                                                         

Jésus a institué la Cène du Seigneur afin que ses disciples puissent « montrer la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’il vienne » (1 Corinthiens 11 :26). Cette observance rappelle la mort de Christ sur la croix, et avance vers Son retour sur terre.

La Bible nous enseigne que nous devons nous examiner avant de prendre part aux emblèmes qui représentent son corps et son sang brisés. Celui qui prend part à cette ordonnance doit permettre à Dieu de chercher dans son cœur, et donc de mesurer sa vie par la Parole, de peur qu’il « mange ce pain et boit cette coupe du Seigneur, indignement ».

Matthieu 26 : 26-29 ; Luc 22: 17-20; 1 Corinthiens 11: 23-26

LE LAVAGE DES PIEDS DES DISCIPLES

LE LAVAGE DES PIEDS DES DISCIPLES est pratiqué selon l’exemple et le commandement donnés par Jésus. Jean 13 :14, 15.                                                      La pratique des croyants qui se lavent les pieds est un enseignement clair de Jésus. En instituant cette ordonnance avec ses disciples, il dit : « Si donc je me suis lavé les pieds, votre Seigneur et Maître, vous devez aussi vous laver les pieds les uns aux autres, car je vous ai donné un exemple, afin que vous fassiez comme je l’ai fait. C’est fait pour vous “ (Jean 13: 14,15).

Cette ordonnance, et celle du Repas du Seigneur, qui a été établie en même temps, sont pour ceux qui sont nés de nouveau chrétiens. En obéissant au commandement du Christ, nous constatons que l’Esprit témoigne de l’approbation de Dieu et apporte une grande joie, comme Jésus l’a dit dans Jean 13 :17