UN MINISTÈRE DE DONNER – DÉVOTION JOURNALIÈRE DU 18 NOVEMBRE 2020

UN MINISTÈRE DE DONNER – DÉVOTION JOURNALIÈRE DU 18 NOVEMBRE 2020

novembre 18, 2020

UN MINISTÈRE DE DONNER
« Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement. »
Matthieu 10: 8

Avez-vous déjà pensé d’annoncer l’évangile qu’en «faisant des dons»?

C’est possible! Le désir de donner aux autres fait certainement partie d’avoir le cœur d’un serviteur.

J’ai vu de mes propres yeux comment le Seigneur bénit le fait de donner. Je suis le plus jeune de neuf enfants. L’aîné de notre famille, mon frère Lem, avait vingt-six ans de plus que moi.

Il était un handicapé dans sa démarche et dans son langage dès sa naissance.

Quand il était adolescent, Dieu l’avait sauvé et personne ne se demandait si Lem aimait le Seigneur ou pas.

À chaque fois qu’il était dans l’église, son «Amen» était le plus fort à entendre; ce n’était peut-être pas très clair, mais cela venait vraiment du cœur.

Quand j’avais déménagé à Woodlake, en Californie, pour devenir pasteur de notre église là-bas, Lem était venu vivre près de nous, et j’avais commencé à comprendre pourquoi il avait tant de joie.

Il n’avait jamais eu de gros revenus; quand il était devenu une personne âgée, il recevait une petite pension de la sécurité sociale et du régime de retraite.

Quand j’étais devenu son pasteur, j’avais découvert ce qu’il faisait avec son argent. D’une part, il payait la dîme, et non simplement la dîme, mais une double portions.

De temps en temps, il venait me voir et me demandait: «Avez-vous déjà envoyé le chèque pour la Corée?» ou, «Avez-vous envoyé mon offrande pour l’Afrique? »

Une conférence annuelle des jeunes avait été lancée dans notre église de Brooklyn, New York, et Lem demandait: «Avez-vous déjà envoyé ma contribution à la conférence des jeunes de Brooklyn?»

Comment avait-il pu faire tout cela avec un si maigre revenu? Je ne puis le dire. Beaucoup d’entre nous ont du mal à donner de notre abondance, mais Lem avait un esprit de donner.

Certains jeunes de notre congrégation d’église voulaient servir le Seigneur en jouant un instrument dans l’orchestre de l’église, mais leurs parents ne pouvaient pas se permettre de les inscrire au cours de musique.

Lem me demandait: «Pensez-vous que si je payais, ils pourraient avoir des cours?» Il ne voulait pas qu’ils sachent qui fournissait les fonds, mais lorsqu’un de ces jeunes s’était levé à l’école du dimanche et avait joué « Jésus M’Aime», Lem était ravi.

Avez-vous une attitude de faire des dons? Avez-vous le cœur d’un serviteur? Il n’y a pas de plus grande joie ou privilège en faisant ainsi.