Lecture Quotidienne :

Lecture Quotidienne :

septembre 16, 2019

DÉVOTION JOURNALIÈRE

Lecture biblique : Luc 20: 1-47

«Un de ces jours-là, comme Jésus enseignait le peuple dans le temple et qu’il annonçait la bonne nouvelle, les principaux sacrificateurs et les scribes, avec les anciens, survinrent, et lui dirent: Dis-nous, par quelle autorité fais-tu ces choses, ou qui est celui qui t’a donné cette autorité? »(Luc 20: 1-2).

Lorsque les enfants de ma belle-sœur étaient jeunes, elle assurait également le service de garde d’autres enfants dans son domicile.Un jour, la mère d’un des enfants est venue chercher son fils. Cependant, Billy jouait avec mon neveu et ne voulait pas partir; alors il a ignoré sa mère quand elle a dit qu’il était temps de partir.

Elle l’appela pour la deuxième fois, affirmant d’un ton plus ferme: “Billy, tu dois venir maintenant .”L’enfant continuait à jouer et, ne voulant pas se soumettre, défia sa mère en répondant: “Tu n’es pas ma patronne!”Il y eut un moment de silence absolu, puis sa mère lui a demandé sur un ton lent et calme, “Que . . . viens . . . tu . . . de dire ? ”

Billy, réalisant son erreur, répondit nerveusement:” Non, je veux dire toi et papa, vous êtes tous les deux mes patrons”Je ne sais pas si Billy s’est tiré d’affaire, mais sa réponse rapidement corrigée montre qu’il existe des réponses appropriées pour les personnes ayant autorité, et des réponses non appropriées à leur égard.L’autorité est un concept accepté par la plupart des gens, car sans elle, la société serait chaotique.

Cependant, certaines personnes choisissent de rejeter l’autorité. Elles en payent généralement le prix: les prisons dans le monde entier sont pleines de tels rebelles.Dans le verset d’aujourd’hui, les prêtres et les scribes ont défié l’autorité de Jésus en tant que Fils divin, en essayant de Le prendre au piège.Si Jésus avait répondu à leur question sur l’origine de Son autorité en affirmant que c’était de Dieu, ils l’auraient accusé de blasphème.

Cependant, Sa réponse fut de leur poser une question à laquelle Il savait qu’ils ne répondraient pas pour des raisons politiques. Comme ils ne voulaient pas répondre à Sa demande, Il n’était pas non plus tenu obligé de répondre à la leur, selon la tradition.

Ensuite, Jésus a raconté la parabole de la vigne, dans laquelle les hommes qui avaient la responsabilité de prendre soin d’elle n’avaient pas voulu donner le retour sur investissement au propriétaire. De toute évidence, ces cultivateurs avaient rejeté l’autorité du propriétaire et considéraient le vignoble comme le leur.

Les prêtres et les scribes étaient furieux lorsqu’ils ont entendu cette parabole. Ils savaient que Jésus soulignait leur incapacité à bien s’occuper du bien-être spirituel d’Israël et leur rejet de Son autorité en tant que Messie attendu depuis si longtemps.

Les prêtres et les scribes du temps de Jésus ne sont pas les seuls à qui cette parabole s’adresse. Dans la société d’aujourd’hui, plusieurs personnes contestent l’autorité de Jésus.

La divinité de Christ et l’autorité de Ses enseignements sont continuellement attaquées par notamment : des professeurs athées des universités, des producteurs de films antireligieux, des auteurs impies et des activistes culturels immoraux.

Toutefois, même une opposition généralisée ne change pas les faits.

La divinité de Christ est le fondement de notre foi.

Le rejet de l’autorité de Jésus-Christ élimine le fait que toute l’humanité est née dans le péché, qu’il existe une condamnation éternelle pour le péché et que nous avons une responsabilité envers Dieu.

Bref, chaque principe biblique s’effrite si Jésus n’est pas le Fils de Dieu, s’Il n’est pas venu sur la terre pour donner Sa vie pour le salut de l’humanité.

Honorons et respectons l’autorité de Jésus, le Fils de Dieu. Il en est digne!

Contexte

Luc accordait une grande attention aux détails, y compris aux dates et aux événements qui se sont produits tout au long de la vie de Christ.

Le texte d’aujourd’hui, le chapitre 20 de Luc donne un autre aperçu fiable de l’opposition des chefs religieux juifs au ministère de Jésus.

Cette partie de l’Écriture rapporte trois occasions au cours desquelles les principaux sacrificateurs et les scribes ont contesté Son autorité.

Premièrement, nous avons lu leur question concernant la source de Son autorité, à laquelle Jésus a répondu par Sa propre question et la parabole des hommes vicieux (versets 1 à 19). Ensuite, ils L’ ont interrogé sur le paiement des impôts (versets 20-26). Enfin, ils ont posé des questions sur la résurrection (versets 27 à 47).

En ce qui concerne la parabole de la vigne et des cultivateurs, il était de coutume, à l’époque de Jésus, que les propriétaires terriens fassent travailler leurs terres avec des fermiers. Le fait que des propriétaires soient absents étaient courants et, dans ce cas, les paiements au propriétaire terriens étaient effectués au moment de la récolte.

En règle générale, les relations entre les locataires et les propriétaires étaient bonnes et les locataires étaient reconnaissants du travail accompli.

La mention par Jésus de «la pierre que les bâtisseurs ont rejetée» (verset 17) était une citation de Psaume 118: 22. Il faisait remarquer aux chefs religieux que Son rejet par eux était un accomplissement de la prophétie.

Tandis que les paroles de Jésus auraient pu être obscures pour ceux qui écoutaient, les principaux sacrificateurs et les scribes n’auraient eu aucun mal à reconnaître que Jésus se référait à eux.

La question des chefs religieux au verset 22 était conçue pour piéger Jésus.

S’Il avait répondu qu’ils devaient payer des impôts, ils prévoyaient que Ses auditeurs se retourneraient contre Lui à cause de leur haine envers les oppresseurs romains.

S’Il répondait qu’ils n’avaient pas besoin de payer d’impôts, les chefs religieux pourraient Le dénoncer en tant que traître à Rome.

Cependant, encore une fois, Jésus les écarta par Sa réponse.

Les Sadducéens qui ont interrogé Jésus sur la résurrection ne croyaient pas en la résurrection, ni aux anges ni aux esprits (voir Actes 23: 8).

Encore une fois, le motif de leur question était de piéger Jésus.

Cependant, Jésus a évité leurs pièges en fondant Sa réponse sur les écrits de Moïse, le seul auteur parmi les anciens, et qui a écrit que les Sadducéens sont reconnus comme une source d’autorité.

Regarder de plus près

1. Quelle a été la réponse des chefs des prêtres et des scribes à la question que Jésus leur a posée au verset 4?
2. Selon vous, quel verset de la parabole de Luc 20: 9-16 révèle le plus les motivations et le caractère des pharisiens?
3. Comment pouvons-nous montrer que nous respectons l’autorité de Dieu?

Conclusion

Comme les chefs religieux du temps de Jésus, beaucoup rejettent aujourd’hui l’autorité de Christ.

Cependant, nous voulons faire partie de ceux qui Le reconnaissent, Le respectent et Lui obéissent.