Lecture Quotidienne : 21/09/2019

Lecture Quotidienne : 21/09/2019

septembre 21, 2019

DÉVOTION JOURNALIÈRE

Du 21 septembre 2019.

ÉGLISE LA FOI APOSTOLIQUE.

Lecture biblique : Luc 23: 26-56

«Et il dit à Jésus: Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne.Jésus lui répondit: Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. »(Luc 23: 42-43)

Quand mon grand-père vivait, je priais toutes les nuits pour qu’il soit sauvé.

Mes parents m’accompagnaient dans mes prières nocturnes quand j’étais enfant et on citait toujours le mon grand-père pendant toutes ces prières.

En grandissant, j’ai continué à supplier mon Père céleste pour le salut de mon grand père.

Cependant, année après année, mon grand-père n’était toujours pas sauvé.

Un jour, après une réunion pendant la convention de Portland, j’ai ressenti un vif besoin de prier pour mon grand-père. Pendant longtemps, j’ai pleuré et prié avec ferveur devant l’autel de prière, sans compter les heures.

Enfin la paix a rempli mon cœur et j’ai su que Dieu m’avait exaucé; j’avais une assurance certaine que mon grand-père serait sauvé.

Quelques années après cette prière, le moment était enfin venu où mon grand-père s’était donné à Dieu.

Deux semaines plus tard, ma famille chantait des cantiques à son chevet quand il rendait son âme.

Bien qu’il ait passé presque toute sa vie dans le péché, dans ses derniers jours, il s’est repenti et Dieu l’a accueilli à bras ouverts.

Dans le texte d’aujourd’hui, nous lisons une autre conversion en fin de vie: celle du voleur sur la croix.

Dans ses derniers moments sur la terre, l’un des deux malfaiteurs crucifiés à côté de Jésus s’est tourné vers Lui et s’est écrié: «Souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton règne. »

Bien qu’il souffrait atrocement, il se tourna vers Dieu avec foi et Jésus répondit: « Aujourd’hui, tu seras avec moi au paradis. »

Quand ce voleur a reconnu qu’il avait fait de mauvaises choses dans sa vie et qu’il méritait sa peine de mort, il n’a pas eu le temps de restituer son passé avant de demander la grâce.

Il n’avait pas besoin de la compréhension complète de la théologie, ni de comprendre pourquoi Christ devait mourir.

Tout ce dont il avait besoin était un cœur contrit et une conviction que Jésus était le Fils de Dieu; et Jésus lui a pardonné en un instant ses péchés.

Quelle grâce incroyable!

Il n’est jamais trop tard pour prier; mon grand-père et le voleur sur la croix sont tous deux témoins du fait que des conversions peuvent se faire même juste avant la fin de notre vie sur la terre.

Même si une personne a passé toute sa vie dans le péché et l’incrédulité, Dieu est prêt à pardonner. Il étend l’offre de salut et de vie éternelle à chaque individu.

Un cœur repentant et une simple demande adressée à Dieu avec foi pour le salut, sont tout ce qu’il faut pour être accepté par Dieu.

Nous ne devons jamais prendre le pardon de Dieu pour un acquis ni supposer que nous pouvons négliger le salut de notre âme jusqu’à la fin de notre vie et venir à Dieu juste sur notre lit de mort pour être sauvé.

Nous ne savons pas quand notre vie sur terre prendra fin.

Cependant, nous devons reconnaître que quiconque, même ceux qui se trouvent à deux pas de la mort, peuvent venir à Jésus et faire du Ciel leur demeure éternelle!

Contexte

Le texte d’aujourd’hui décrit la crucifixion de Jésus, la conversion du voleur crucifié à côté de Lui, les événements entourant la mort de Jésus et son enterrement.

Simon, le Cyrénéen qui a été contraint de porter la croix de Jésus (verset 26), était probablement un disciple de Christ. Marc a écrit que Simon était le père d’Alexandre et de Rufus (voir Marc 15:21).

Luc est le seul écrivain de l’Évangile à avoir mentionné les femmes pleurant pour Jésus quand Il était conduit dans la rue pour être crucifié (versets 27 à 31). À elles, Jésus a prédit ce qui se passerait dans environ quarante ans, lorsque les Romains détruiraient le Temple et Jérusalem.

Les Romains se partageaient souvent les vêtements des criminels exécutés. En tirant au sort les vêtements de Jésus, ils accomplissaient la prophétie du Psaume 22:18, qui dit: «Ils se partagent mes vêtements, Ils tirent au sort ma tunique.»

En grec, en latin et en hébreu étaient les trois langues dans lesquelles le signe au-dessus de Jésus, Le proclamait roi des Juifs (verset 38) était écrit.

Le grec était la langue universelle à cette époque, le latin était la langue officielle de l’empire romain et l’hébreu était la langue officielle des Juifs.

Le signe était censé se moquer de Jésus et a été présenté en trois langues afin de garantir sa lecture par un maximum de personnes.

Jésus a dit au voleur qui croyait en Lui qu’il sera au paradis avec Lui.

C’est l’une des trois fois où la Bible mentionne le mot «paradis», la destination céleste où les justes se rendent après la mort.

Le voile (ou le rideau) déchiré de haut en bas (verset 45) était symbolique de ce que Christ a fait pour l’humanité par sa mort.

Le voile séparait le Saint des Saints, un lieu sacré où seul le grand prêtre pouvait entrer une fois par an, du reste du Temple.

Quand Jésus est mort, la barrière empêchant les hommes d’entrer dans le Saint des Saints a été déchirée, ce qui signifie que tous les hommes peuvent maintenant venir directement à Dieu.

Joseph était originaire d’Arimathée, à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Jérusalem. Il était un membre riche du Conseil juif, le Sanhédrin. Joseph a audacieusement demandé le corps de Jésus (verset 52), montrant une dévotion qui aurait pu lui coûter très cher: il a risqué sa carrière et peut-être sa vie par cet acte.

La tombe où fut déposé le corps de Jésus était probablement une grotte creusée dans les collines calcaires des environs de Jérusalem.

Joseph et Nicodème (mentionnés dans les autres évangiles) ont enveloppé le corps de Jésus dans de longues bandes de tissu recouvertes d’un mélange collant et résineux de myrrhe et d’aloès. Nicodème a fourni environ soixante-dix kilos de ces épices (voir Jean 19:39), une somme si coûteuse qu’elle n’aurait généralement été utilisée que pour la redevance.

Regarder de plus près

1. Quelle était la prière de Jésus pour ceux qui l’ont crucifié ?
2. Pourquoi pensez-vous que les disciples de Jésus se sont tenus à distance pendant la crucifixion?
3. Comment pouvons-nous montrer notre gratitude pour le grand prix que Jésus a payé au Calvaire pour notre salut?

Conclusion

Toute personne peut venir à Jésus, peu importe combien de temps il a attendu ou le mal qu’il a fait.

Ceux qui se repentent, prient pour leur salut et croient, pourront faire du paradis leur demeure éternelle.