Lecture Quotidienne : 18/09/2019

Lecture Quotidienne : 18/09/2019

septembre 18, 2019

LA DÉVOTION JOURNALIÈRE

Du 18 septembre 2019.

ÉGLISE LA FOI APOSTOLIQUE

Lecture biblique : Luc 22: 1-38

«Ensuite il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous. » (Luc 22: 19-20)

En avril 1968, j’étais assistant de l’aumônier à bord d’un navire de transport de troupes se dirigeant vers la zone de combat au Vietnam. La Pâque juive aurait eu lieu pendant ces vingt et un jours que nous serions en route à travers le Pacifique, et certains membres juifs du personnel militaire à bord ont exprimé leur désir d’organiser un seder, un festin rituel juif, qui marque le début de la Pâque.

L’autorisation a été accordée et je me suis porté volontaire pour participer à l’activité car je souhaitais en savoir plus sur la manière dont le peuple juif observait ce rituel religieux célébré couramment.

Bien que je n’étais pas autorisé à entrer dans la salle pendant ce rituel, je pouvais entendre et voir à travers plusieurs fenêtres.

Une partie de l’observance consistait à répéter comment Dieu avait accompli Ses promesses de délivrance et avait fait sortir les Israélites de l’esclavage en Égypte.

Un livre dont le titre « Haggadah » signifie littéralement «le récit» est traditionnellement utilisé pour raconter les points saillants de l’exode.

Quatre coupes sont distribuées, représentant les quatre expressions de délivrance promises par Dieu dans Exode 6: 6-7: «Je vous affranchirai», «Je délivrerai», «Je sauverai» et «Je prendrai». Les aliments symboliques sont partagés et placés sur la plaque de Seder.

En regardant et en écoutant, je me suis rappelé que la nuit précédant la crucifixion de Jésus, le Seigneur a exprimé Son désir de célébrer un dernier repas de la Pâque avec Ses disciples.

Le Seder est généralement observé par une communauté ou par plusieurs générations d’une famille et lors de ce dernier Souper avec ses disciples, Jésus était vraiment avec Ses plus proches compagnons terrestres.

En plus de partager un temps précieux de communion avec eux, Jésus savait la signification religieuse que ce soir aurait pour Ses disciples dans les siècles à venir.

Mes pensées revinrent aux nombreux services d’ordonnances auxquels j’avais assistés pendant des années, des moments spéciaux où les croyants sont encouragés à réfléchir à la mort sacrificielle de Jésus au Calvaire pour la délivrance de l’homme du péché.

Le verset d’aujourd’hui porte sur le fait qu’à la fin du repas de la Pâque avec Ses disciples, Jésus «prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous. »

Plus tard, cette distribution délibérée et cérémoniale du pain et du fruit de la vigne allait devenir une des plus grandes expressions de foi et adhésion aux doctrines du christianisme.

En effet, la mort et la résurrection de Christ sont le fondement de la foi chrétienne.

Quand Jésus est mort sur la croix, son corps a été brisé et son sang a été versé; c’était le prix qu’il a payé pour la rédemption de l’humanité.

Tandis que la Pâque juive renvoie à la délivrance des Israélites de l’esclavage physique, la Sainte Cène du Seigneur rappelle la mort de Christ qui a rendu possible notre délivrance de l’esclavage spirituel.

Comme il est vital que les chrétiens prennent périodiquement le temps de réfléchir à Son grand sacrifice pour nous!

Prendre le repas du Seigneur nous offre cette opportunité. Profitons des occasions que nous avons pour observer cette ordonnance avec le peuple de Dieu et, à mesure que nous recevons les emblèmes symboliques, commémorons ensemble le temps où Dieu a donné Sa vie pour nous.

Contexte

Dans cette partie du texte, Luc poursuit le récit des événements qui ont conduit au procès et à la crucifixion de Christ, décrivant le complot de Judas pour trahir Jésus (versets 1-6), le dernier repas de Jésus avec Ses disciples (versets 7-30), Sa prédiction du reniement de Pierre (versets 31 à 34) et de Sa prédiction d’opposition à Ses disciples (versets 35 à 38).

Pendant la période de la Pâque, les hommes juifs âgés de plus de douze ans devaient se rassembler à Jérusalem pour la «fête des pains sans levain» de sept jours (verset 1) et commémorer la grande délivrance d’Égypte qui avait eu lieu des siècles auparavant.

Avant le repas de Pâque, les maisons étaient nettoyées du levain de haut en bas et la nourriture symbolique était préparée avec soin.

Un agneau a été servi à la fête de la Pâque en mémoire de l’agneau immolé dans chaque ménage juif la nuit précédant l’Exode (voir le chapitre 12 de l’Exode). C’était un rappel que le sang d’un agneau était appliqué sur les poteaux de la porte des maisons pour que les premiers-nés soient épargnés lorsque le Seigneur traverserait la terre, apportant la mort aux Égyptiens.

Le commentaire de Jésus, « je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, jusqu’à ce que le royaume de Dieu soit venu. » (verset 18), était une façon figurative d’affirmer que, avant la prochaine Pâque, il mourrait, ressusciterait et la descente du Saint-Esprit à la Pentecôte se produirait, inaugurant une ère nouvelle et glorieuse du Royaume de Dieu.

Au cours de cette dernière fête sacrée de la Pâque avant la mort de Jésus, les disciples se sont disputés :  « Il s’éleva aussi parmi les apôtres une contestation: lequel d’entre eux devait être estimé le plus grand dans le royaume de Christ? » (verset 24).

Dans la plupart des sociétés de cette époque, la personne du rang le plus élevé était assise à droite de l’hôte et la suivante à gauche. La succession de positions continuerait d’alterner droite et gauche jusqu’à ce que tout le monde soit assis.

Au verset 25, Jésus a fait allusion à la coutume des dirigeants du monde se désignant comme des «bienfaiteurs» dans le but de gagner une bonne réputation basée sur des actes de générosité publique. Souvent, toute bienfaisance était inspirée par des aspirations politiques ou par un intérêt personnel plutôt que par une préoccupation sincère pour les nécessiteux. Jésus voulait que Ses disciples sachent que dans le royaume de Christ, la grandeur serait plus que la position ou les éloges. un service humble serait la marque de distinction.

Jésus a prédit le reniement de Pierre au verset 31, indiquant que Satan essaierait de vous «pour vous cribler comme le froment». Cette métaphore consistant à tamiser pour éliminer la paille ou les particules étrangères du blé aurait été facile à comprendre pour Pierre. Satan « tamise » en présentant la tentation de retirer les disciples de Christ de son « blé ». Il voulait expulser Pierre comme une paille inutile, mais Christ a indiqué qu’Il avait prié pour Pierre.

Il savait que, même si Peter le renierait, il serait plus sage et plus fort à cause de l’expérience et serait alors capable d’aider d’autres frères qui subiraient également la tentation.

Regarder de plus près

1. Avec qui Judas s’est-il entretenu au sujet de son complot pour trahir Jésus?
2. Selon le verset 24, les disciples se disputaient entre eux pour savoir «lequel d’entre eux devrait être considéré comme le plus grand». Pourquoi le désir de grandeur ou le fait d’acclamer la position est un danger pour les chrétiens?
3. Quelles mesures pouvons-nous prendre pour nous assurer de réfléchir régulièrement au prix que Christ a payé pour notre salut?

Conclusion

La Pâque a été célébrée pour rappeler aux Juifs leur grande délivrance d’Égypte; nous observons la Sainte Cène du Seigneur en souvenir de reconnaissance de notre délivrance du péché.