Lecture biblique: GENÈSE 27:1-46

Lecture biblique: GENÈSE 27:1-46

septembre 15, 2021

Lecture biblique: GENÈSE 27:1-46

«Ensuite, Rebecca prit les vêtements d’Ésaü, son fils aîné, les plus beaux qui se trouvaient à la maison, et elle les fit mettre à Jacob, son fils cadet. Elle couvrit ses mains de la peau des chevreaux, et son cou qui était sans poil. Et elle plaça dans la main de Jacob, son fils, le mets et le pain qu’elle avait préparés.»
(Genèse 27:15 – 17)

Avez-vous déjà entendu dire : « La fin justifie les moyens » ?

Apparemment, c’était le point de vue de Rebecca dans ce triste segment de l’histoire de la famille choisie.

Lorsqu’elle apprit qu’Isaac se préparait à bénir Ésaü, elle prit les choses en main.

Puisque le droit d’aînesse avait déjà été promis à Jacob, Rebecca n’avait besoin de comploter.

Dieu avait la situation sous contrôle, quelle que soit l’intention d’Isaac concernant ses fils.

Peut-être Rebecca pensait que si elle n’intervenait pas, quelque chose entraverait ce que Dieu avait promis.

Quel que soit son raisonnement, elle a conçu son propre plan et a recouru à faire le mal pour essayer de réaliser ce que Dieu avait déjà dit qu’il arriverait.

Peu importe à quel point nous pensons que nos objectifs sont raisonnables, nous devons faire attention à la façon dont nous essayons de les atteindre.

Dieu a un plan parfait pour la vie de chacun d’entre nous, et si nous nous soumettons à Lui, Il mettra ce plan à exécution, d’une manière qui nous étonnera même plus tard !

Parfois, nous pouvons trouver difficile d’attendre que la volonté de Dieu s’accomplisse. Nous pouvons nous demander s’Il nous a oubliés (même si ce n’est que momentanément), et nous pouvons être tentés, comme cela a été apparemment le cas pour Rebecca, d' »aider » Dieu à le réaliser comme nous le pensons, ou selon notre emploi du temps.

Il n’y a rien de mal à agir pour atteindre un objectif, mais nous devons d’abord être certains que l’objectif fait partie du plan de Dieu pour nous. Ensuite, toute action que nous entreprenons pour atteindre cet objectif doit être dirigée par Dieu.

Nous ne pouvons jamais nous en sortir par nous-mêmes, en estimant que, parce que le but est si bon, tout effort fait dans cette direction doit être justifiable.

ll n’est jamais bon de « s’arranger  » de la morale ou de l’éthique.

Dieu approuve-t-Il les objectifs que vous vous fixez ? Approuve-t-Il les méthodes que vous utilisez pour les atteindre ?

 

 

 

CONTEXTE

 

 

Bien que Jacob et Esaü soient jumeaux, ils étaient très différents, non seulement en apparence, mais aussi en style de vie et en caractère.

Ésaü, le chasseur, était le favori de son père. Jacob, que la Bible décrit comme un « homme tranquille qui restait sous les tentes » (Genèse 25 :27), était clairement le favori de sa mère.

Rébecca a entendu qu’Isaac avait l’intention de bénir Ésaü, et a poussé Jacob à s’assurer, par les moyens humains d’une tromperie élaborée, qu’il recevrait la bénédiction, comme Dieu l’avait promis.

Comme c’était la coutume à l’époque, avant qu’Isaac ne quitte ce monde, il appela son fils aîné pour le bénir.

Isaac avait 137 ans à cette époque et pensait apparemment qu’il était proche de la mort, bien qu’il ait vécu encore après, pendant quarante ans (voir Genèse 35:28). Ésaü et Jacob avaient soixante-dix-sept ans.

Il ne fait aucun doute qu’Isaac savait qu’avant la naissance de ses fils, Dieu avait dit à Rebecca : « Le plus grand sera assujetti au plus petit » (Genèse 25 :23).

On ne sait pas si Isaac était au courant qu’Ésaü avait auparavant vendu son droit d’aînesse à Jacob pour du potage.

La bénédiction s’accompagnait de la direction de la famille; et la bénédiction d’Isaac incluait de riches récoltes (verset 28) et la domination sur les nations (verset 29).

La déclaration se terminait par : « Maudit soit quiconque te maudira, et béni soit quiconque te bénira. »

Une fois la bénédiction accordée, elle ne pouvait plus être reprise. Quand Ésaü a découvert que Jacob avait reçu le droit d’aînesse, il a plaidé pour une bénédiction.

Isaac lui dit : « Ta demeure sera privée de la graisse de la terre» (verset 39).

Les commentateurs (comme version Louis Segond) indiquent que cela pourrait en fait se lire « privé de la graisse ».

Les Édomites, qui sont les descendants d’Ésaü, vivaient dans une région qui n’était pas aussi productive que Canaan, et plus tard, Israël a souvent gouverné Édom.

Sans aucun doute, cette déclaration a ajouté à la haine et au désir de vengeance d’Ésaü contre son frère.

Pour délivrer Jacob de la colère d’Ésaü, Rébecca a développé un autre plan.

Même si elle pensait que Jacob ne serait parti que pour «quelques temps » (verset 44), il s’écoula vingt ans avant qu’il ne retourne à Canaan.

La plupart des étudiants de la Bible pensent que Rebecca était décédée pendant cette période, car il n’y a aucune référence sur le fait que Jacob l’ait revue.

 

 

 

REGARDER DE PLUS PRÈS

 

 

1. Qu’est-ce qu’Isaac voulait qu’Ésaü fasse pour lui ?

2. À votre avis, qu’aurait dû faire Rébecca lorsqu’elle a entendu les instructions d’Isaac pour Ésaü ?

3. Quel est le danger d’essayer d' »aider » Dieu dans les situations auxquelles nous sommes confrontés ?

 

 

 

CONCLUSION

 

 

L’homme ne peut jamais améliorer la manière et le calendrier de Dieu. Nous devons nous rappeler que nous pouvons Lui faire confiance pour régler les détails de notre vie.