DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

octobre 10, 2019

Lecture biblique : Actes 15: 1-35

«Alors quelques-uns du parti des pharisiens, qui avaient cru, se levèrent, en disant qu’il fallait circoncire les païens et exiger l’observation de la loi de Moïse. Les apôtres et les anciens se réunirent pour examiner cette affaire. » (Actes 15: 5-6)


Un « croisement sur la route » est une métaphore d’un moment décisif de la vie ou de l’histoire, lorsqu’un choix important d’options est à faire.

En recherchant l’origine de cette phrase, j’ai découvert que la sagesse populaire suggère que la métaphore vient d’un ancien conte russe.

Dans ce document, un chevalier sur son cheval, s’approcha d’un point où la route se séparait, a vu une inscription: «Si tu montes à gauche, tu perdras ton cheval; si tu montes à droite, tu perdras ta tête. »

Ce n’était peut-être pas une décision difficile à prendre, mais c’était certainement une décision qui pourrait changer la vie!

Le poète américain Robert Frost a évoqué cette idée dans son poème bien connu: «La voie à ne pas prendre».

Il commence par «Deux voies se séparent dans un bois jaune. . . ”Et conclut avec : «  l’auteur spécifie que son choix a fait toute la différence. »

C’est un principe de vie, n’est-ce pas? Les décisions ont des conséquences. Parfois, un petit détour détermine la conséquence.

Nous trouvons dans le texte d’aujourd’hui un exemple de carrefour majeur sur la route de l’histoire chrétienne.

Les dirigeants de la première église ont été confrontés à la question de savoir si les croyants païens devaient obéir ou non aux exigences de la loi de Moïse, en particulier le rite de la circoncision, pour être sauvés.

Paul et ses partisans insistaient sur le fait qu’une personne est justifiée que par la foi seulement, tandis que la plupart des pharisiens convertis soutenaient que Dieu ne mettrait pas de côté la Loi pour recevoir un croyant non juif.

Tandis que les pharisiens ne pouvaient nier que les Gentils avaient été véritablement convertis par la prédication de Pierre, ils trouvaient difficile de renoncer à leur longue tradition pour obtenir la faveur de Dieu par l’observation de la loi.

Comme le cours de l’histoire chrétienne aurait pu être différent si le conseil de Jérusalem avait cédé aux pressions et choisi la voie de ceux qui insistaient de se conformer aux exigences de la loi !

Le christianisme aurait pu être limité à une secte du judaïsme, l’Église émergente aurait pu être de nouveau asservie à la loi et l’extension de l’Évangile aurait pu être entravée ou réalisée par une autre voie.

Au lieu de cela, la décision prise par l’Esprit, et qui était prédite dans les prophéties de l’Ancien Testament, a permis à l’Église de grandir sans entraves face aux différences culturelles entre Juifs et Gentils, et de remplir sa mission d’expansion ordonnée par Dieu dans le monde entier.

Il y a une leçon ici pour nous. Lorsque nous arrivons à la croisée des chemins dans notre vie personnelle, nous pouvons également être influencés au départ par des convictions personnelles.

Mais comme les anciens de Jérusalem, nous devons rechercher les conseils divins.

Nous devons nous tourner vers les Ecritures pour diriger les principes et confirmer la Parole de Dieu, tout en nous soumettant de tout cœur à la volonté de Dieu.

En outre, nous aurons peut-être besoin de demander conseil à des amis et à des dirigeants chrétiens pieux.

Nous voulons être certains que Dieu nous dirige!

Bien que nos décisions personnelles ne puissent pas influer sur le cours de l’histoire chrétienne, elles peuvent également déterminer notre destin éternel.

Contexte

Le texte d’aujourd’hui décrit la première séance de l’Église primitive organisée par les apôtres et les anciens à Jérusalem (souvent appelée le Conseil de Jérusalem), probablement autour de 50 ap. J.-C.

La décision prise par Jacques et les anciens de l’église à cette séance est l’une des déterminations les plus cruciales écrites dans le recueil des Actes.

Au début de l’Église primitive, la plupart des convertis au christianisme étaient des Juifs déjà circoncis conformément à la loi de l’Ancien Testament.

Cependant, à mesure qu’augmentaient les groupes de croyants païens à Antioche, dans toute la Galatie et dans d’autres régions, il devenait impératif de décider si les chrétiens païens devaient être tenus de respecter la loi juive, comme certains l’exigeaient.

Les versets 1 à 5 montrent qu’après la dispute entre Paul, Barnabas avec ceux qui estimaient que la circoncision était nécessaire, il fut décidé de porter l’affaire devant les apôtres et les anciens de Jérusalem.

Cela prouve que pendant que l’Eglise primitive en était encore à ses débuts, les groupes de croyants de divers endroits opéraient sous la direction des responsables de l’église.

Le fait qu’en cas de conflit au sein d’une assemblée locale, les autorités religieuses de Jérusalem aient réglé le problème, indique également qu’il existait une hiérarchie des pouvoirs au sein de l’église.

Les versets 6 à 12 racontent que Pierre, Paul et Barnabas ont rappelé aux personnes présentes à la réunion que Dieu avait accepté les Gentils uniquement sur la base de leur foi, et non sur le respect de la loi juive.

Pierre a répété que Dieu avait confirmé l’authenticité de la conversion des païens en «leur donnant le Saint-Esprit» (verset 8).

Il cite cela comme preuve que Dieu avait auparavant purifié leurs cœurs par la foi (verset 9), confirmant ainsi non seulement le baptême du Saint-Esprit, mais aussi la doctrine de l’entière sanctification.

L’apôtre Jacques était le frère de Jésus et modérateur du conseil, ainsi que pasteur de l’église de Jérusalem.

Aux versets 13-21, c’est lui qui déclara la conclusion selon laquelle seule la croyance en Christ est nécessaire au salut.

Il a enraciné sa déclaration dans les Écritures en se référant aux «prophètes» et en citant les paroles d’Amos qui avait prédit que l’intention de Dieu était d’appeler toute l’humanité à Lui (voir Amos 9: 11-12).

Les versets 22 à 35 racontent que la déclaration de Jacques était appuyée par «les apôtres et les anciens, avec toute l’église»; leur unanimité témoignant que la conclusion était inspirée par l’Esprit.

Les seules restrictions imposées aux Gentils étaient l’abstinence de certaines pratiques idolâtres qui enfreignaient la loi de Moïse et s’appliquaient spécifiquement aux «étrangers» habitant avec eux.

La décision a été confirmée par une lettre prise par une délégation aux croyants non juifs, qui a procuré une grande joie aux croyants d’Antioche.

Regarder de plus près

0. Selon le verset 7, la réunion du conseil a eu lieu après une période de «beaucoup de disputes». Qu’est-ce qui a amené la multitude à garder le silence et à rester en paix, comme indiqué aux versets 12-13?
0. Pourquoi pensez-vous que l’allocution de Pierre au conseil a eu un tel impact?
0. Que pouvons-nous apprendre de ce texte sur la manière appropriée de résoudre les problèmes et de préserver l’unité dans l’église?

Conclusion

Lorsque nous sommes confrontés à un dilemme majeur sur la route, demander conseil à Dieu est le seul moyen sûr de prendre la bonne décision.