DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

février 21, 2020

ÉGLISE LA FOI APOSTOLIQUE

Lecture biblique : 2 Rois 4: 1-17

«Faisons une petite chambre haute avec des murs, et mettons-y pour lui un lit, une table, un siège et un chandelier, afin qu’il s’y retire quand il viendra chez nous.» (2 Rois 4:10)

Ça commençait toujours par un appel téléphonique à mon mari, Jerry.

« Sam (abréviation de Samson ou » homme fort « , et sa façon de dire qu’elle avait besoin de quelqu’un avec des bras forts), pourriez-vous passer à la maison après l’école? »

Immédiatement, mon mari sait que la sœur Miller allait avoir des invités et qu’il y aurait des meubles à déplacer.

Sa maison n’était pas grande, mais elle était toujours ouverte aux ministres en visite, aux évangélistes, aux amis, aux proches, à ceux qui se remettaient d’une maladie ou d’un accident, à un étudiant en vacances de Noël ou à un prisonnier récemment réformé et libéré.

Mon mari rigole quand il se rappelle d’un moment particulier: une famille avec plusieurs enfants est venue manger et dormir à la maison. En même temps, un groupe de jeunes est venu de l’extérieur de la ville pour dîner dimanche, et bien sûr, les jeunes de notre église locale devaient manger avec eux. Vingt-deux places étaient nécessaires à table! Cela signifiait mettre une table à manger supplémentaire dans l’une des chambres. Avec dévouement, « Sam » avait déplacé les lits des jumeaux au sous-sol afin que tous les invités puissent s’asseoir.

Une de mes meilleures amies depuis le début de ma vie chrétienne, a fait de sa maison celle des meuniers, donc moi aussi, j’avais participé aux travaux des modifications pour la transformation de cette maison en « une Auberge» bien avant de devenir «Mme Samson. »

Récemment, alors que mon mari et moi étions en train de nous rappeler l’hospitalité de la sœur Miller, aucun de nous ne pouvait se souvenir qu’elle ait jamais déduit de quelque manière que la compagnie était gênante, ou qu’elle était mécontente de servir une personne en particulier. À quelques reprises, elle disait après l’événement qu’elle était fatiguée. Cependant, nous pouvions dire que c’était une fatigue «satisfaisante ».

Elle mettait autant d’amour dans la cuisine pour les étudiants insatiables qu’elle en mettait pour un pasteur en visite.

Elle voulait que sa maison soit très propre, les lits confortables et la nourriture saine et abondante. Et il y avait toujours un endroit calme avec une Bible, une lampe de lecture et un bureau ou une autre surface disponible pour écrire pour ses invités.

Sœur Miller me rappelle la femme Sunamite dans le texte d’aujourd’hui, qui a reconnu Élisée comme prophète de Dieu.

Cette Sunamite transmettait un merveilleux exemple, car la Bible encourage l’hospitalité gracieuse.

Elle ne cherchait pas de récompense mais était seulement soucieuse d’aider le prophète. Et en regardant en arrière, je peux voir que la sœur Miller avait également cette attitude.

L’hospitalité peut être une condition contagieuse. Mon mari et moi avons découvert la bénédiction de partager notre maison avec d’autres, en particulier ceux de la famille de la foi.

Même si ces invités peuvent être des connaissances récentes, ils font partie de notre réseau de prière.

Dieu a béni la femme Sunamite, et Il nous bénira également si nous cherchons à avoir un cœur hospitalier.

Contexte

Les événements des chapitres 4-7 ont eu lieu sous le règne de Joram du Royaume du Nord, mais ils ne sont pas nécessairement enregistrés dans l’ordre chronologique.

Aux versets 1 à 7 du texte d’aujourd’hui, l’un des fils des prophètes était décédé et sa femme et ses fils avaient une dette qu’ils ne pouvaient pas payer. Selon la loi de Moïse, les dettes pouvaient être payées par des personnes qui se vendaient elles-mêmes ou leurs enfants pour être des serviteurs jusqu’à l’année du jubilé. (Voir Lévitique 25: 39-40).

Avant que cette veuve n’aille voir Élisée, le créancier était prêt à forcer ses fils à être esclaves.

Le pot d’huile était la seule possession de la famille et Élisée a donné des instructions précises à propos.

Ils devaient emprunter de nombreux contenants. Après avoir récupéré les récipients, ils vont fermer la porte sur eux-mêmes , et dans l’intimité de leur maison, Dieu a fait le miracle.

La veuve et ses fils ont fait preuve d’obéissance et de foi, et avec la vente de l’huile, ils ont payé leur dette et il leur restait de l’argent pour survivre.

Le deuxième incident, enregistré aux versets 8-17, a eu lieu à Sunem, un village de la tribu d’Issacar. Il surplombait la vallée de Jezreel, avec le mont Carmel à environ vingt-quatre kilomètres à l’ouest.

Le village était presque à mi-chemin entre la maison du prophète Élisée à Abel-mehola et le mont Carmel, où il est allé prier et méditer. Par conséquent, Élisée était régulièrement sur ce trajet.

La femme dans cette partie du texte était socialement remarquable et jouissait d’une certaine richesse.

Elle donnait de la nourriture à Elisée lors de son passage dans la ville, puis a compris qu’une chambre privée sur le toit de sa maison lui serait utile.

Son hospitalité généreuse était sans motivation égoïste, et elle a été récompensée d’une manière qui lui était complètement inattendue.

Elle avait été bénie avec un fils quoique son mari soit âgé.

Ici, nous avons la première mention de Guéhazi, le serviteur d’Elisée. Il est possible qu’il ait rempli la même fonction auprès d’Élisée comme Elisée l’avait fait pour Élie.

Regarder de plus près

Qu’est-ce que vous pensez que la veuve pensait quand elle ramassait des vases vides?
 
Le miracle de la veuve était proportionnel à son obéissance dans le nombre de récipients qu’elle avait ramassés. Quelles mesures pouvons-nous prendre qui donneront lieu à d’abondantes bénédictions du Seigneur?
 
Pourquoi la femme Sunamite a-t-elle suggéré à son mari de construire une chambre pour Élisée?

Conclusion

Dieu nous bénira si nous recherchons des occasions pour offrir de la gentillesse et l’hospitalité aux autres.