DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

février 18, 2020

ÉGLISE LA FOI APOSTOLIQUE

Lecture biblique : 2 Rois 1: 1-18

«Il lui dit: Ainsi parle l’Éternel: Parce que tu as envoyé des messagers pour consulter Baal Zebub, dieu d’Ékron, comme s’il n’y avait en Israël point de Dieu dont on puisse consulter la parole, tu ne descendras pas du lit sur lequel tu es monté, car tu mourras.» (2 Rois 1:16)

Un jour, dans un grand magasin, j’avais vu une femme que j’avais prise pour une vendeuse et j’avais posé des questions sur un produit spécifique. Elle m’avait regardé d’un air un peu évadé et avait dit: « Je ne suis pas une employée du magasin. » Après des excuses, j’avais continué mon chemin, mais un peu gêné.

Vous aviez peut-être fait la même chose. Ou peut-être aviez-vous été le destinataire d’une telle question.

Dans les deux cas, il peut s’agir d’une situation légèrement délicate et la personne qui a besoin d’une réponse doit continuer à la chercher.

Dans le texte d’aujourd’hui, le roi Achazia était sur son lit de mort et il s’était tourné vers un faux dieu pour savoir s’il allait vivre ou mourir.

La confusion à propos de l’employée dans le grand magasin était une erreur innocente, mais ce méchant roi savait bien quand il avait fait ce choix délibéré de consulter Baal-zebub.

En conséquence, Dieu avait envoyé Élie pour poser la question: « N’est-ce pas parce qu’il n’y a pas de Dieu en Israël pour s’enquérir de Sa parole? » (2 Rois 1:16) Il avait alors prophétisé la mort d’Achazia à cause de son péché.

Chaque jour, nous avons besoin de réponses aux situations auxquelles nous sommes confrontés.

Certaines sont sans conséquence. Quelques-unes sont si importantes qu’une réponse incorrecte puisse changer le cours même de nos vies.

La question du roi Achazia était une question de vie ou de mort.

Que nos questions soient grandes ou petites, à qui les posons-nous?

Portons-nous nos préoccupations au Seigneur?

Ou parfois, comme Achazia, cherchons-nous d’autres sources de réponses à nos problèmes?

Bien qu’il n’y ait rien de mal à demander des conseils pieux à ses compagnons chrétiens, nous ne devons pas manquer de poser nos questions à Dieu dans la prière.

Dieu veut montrer Sa puissance à travers nous.

Lorsque nous Lui apportons nos préoccupations, cela nous aide à nous rapprocher de Lui, et cela Lui donne également l’occasion, en répondant à nos prières, de construire notre foi afin que nous Lui rendions gloire.

Dieu est tout près aujourd’hui, attendant juste que nous demandions. Allons à la bonne source pour nos réponses!

Contexte

Quatre-vingts ans avant la clôture du Livre des 1 Rois, le pays d’Israël avait été divisé en deux royaumes, Israël et Juda.

Le Livre de 2 Rois s’ouvre avec Achazia, qui était aussi méchant que son père, Achab, qui a commencé son règne sur Israël.

Josaphat était roi de Juda. Plus d’informations sur Achazia se trouvent dans 2 Chroniques 20: 35-37. Cela donne le récit de Josaphat et Achazia formant une alliance pour construire des navires pour aller à Tarsis.

Le prophète Eliezer a dit à Josaphat qu’en raison de la méchanceté d’Achazia, leur entreprise ne serait pas fructueuse, et les navires seraient brisés. Cette prophétie était vraie et s’est réalisée.

Achazia n’a régné que deux ans sur Israël (1 Rois 22:51) et a ensuite subi un accident qui l’a finalement tué.

Le Livre des 2 Rois fournit le récit de cet accident et suit la confrontation finale d’Elie avec un roi d’Israël avant que le prophète ne soit emmené au ciel.

Après l’accident d’Achazia, il a voulu savoir s’il vivrait ou mourrait, alors il a choisi de chercher des réponses auprès de Baal-zebub, le dieu d’Ekron.

Baal-zebub était un dieu différent de Baal, le dieu Canaanée qu’Achab et Jézabel adoraient.

Le temple de Baal-zebub était dans une ville nommée Ekron, et ce dieu était censé avoir un pouvoir prophétique.

Certains érudits de la Bible disent que le mot Baal-zebub (qui signifiait «Seigneur des mouches», insectes qui causent la maladie et la mort) était une déformation délibérée par les Juifs du nom Baal-zebul (signifiant «seigneur prince»), qui était considéré comme un dieu de la santé et de la vie.

Achazia a montré son mépris total pour le vrai Dieu d’Israël quand il a choisi d’invoquer ce faux dieu pour obtenir des réponses.

Par conséquent, Dieu a prononcé un jugement de mort sur lui. Elie a confronté Achazia comme il avait précédemment affronté Achab, son père.

Au début, le message a été délivré par les serviteurs d’Achazia. Quand Achazia a découvert qu’Élie avait envoyé le message, il a ordonné à un capitaine et à cinquante hommes d’aller le chercher.

Les deux premiers capitaines et leurs bandes de cinquante soldats semblaient avoir autant de mépris pour Dieu et son prophète qu’Achazia lui-même.

Le feu de Dieu a été envoyé en punition pour leurs attitudes. Le troisième capitaine qui est venu vers Élie était un homme plus sage que ses prédécesseurs et a fait preuve d’une attitude de respect et d’humilité.

Sa vie et celles de son groupe ont été épargnées.

Achazia mourut comme Dieu l’avait dit, et son frère Jehoram (un autre des fils d’Achab) devint roi d’Israël.

Regarder de plus près

Dieu a ordonné à Élie de prononcer un message de jugement sur le roi Achazia. Quel était le message?
 
Sur la base de leurs actions, quelle était l’attitude d’Achazia et celle de ses commandants envers Elie et Dieu?
 
De quelle manière devons-nous approcher Dieu lorsque nous avons besoin d’une réponse à une question?

Conclusion

Au fur et à mesure que nous avançons dans notre vie quotidienne, nous pouvons avoir l’intention de porter toutes nos questions au Seigneur dans la prière.

Grand ou petit, Dieu travaillera pour nous lorsque nous choisirons de Le chercher en premier!