DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

octobre 18, 2019

Lecture biblique : Actes 23: 1-35

«La nuit suivante, le Seigneur apparut à Paul, et dit: Prends courage; car, de même que tu as rendu témoignage de moi dans Jérusalem, il faut aussi que tu rendes témoignage dans Rome.»

(Actes 23:11)


À un moment de la vie, chaque personne est confrontée à des situations difficiles.

Dans de telles circonstances, il est réconfortant de se rappeler que Dieu sait exactement où nous sommes et ce dont nous avons besoin pour encourager nos cœurs.

Dixie Matthieu en est un exemple. Elle raconte: «Quand mon mari, Hal, et moi étions mariés, nous nous sommes entendus que quand nous nous promenons qu’on ne doit pas avoir d’intermédiaire, et qu’on doit être côte à côte. Il pouvait parfois me dépasser mais c’était quand même amusant d’essayer. Nous aimions souvent aller nous promener ensemble, mais un jour il est allé là où je ne pouvais pas aller avec lui. Il a traversé la vallée de la mort, et ensuite j’étais veuve, et il n’y avait plus d’autres empreintes que les miennes .»

Au cours des premiers jours qui ont suivi la mort de Hal causée par le cancer, tout semblait irréel à Dixie.

La famille, les amis et les voisins ont fait de leur mieux pour l’aider et la réconforter.

Les démarches mortuaires ont été faites et les funérailles ont eu lieu. Ensuite, Dixie a dû faire face à la réalité de vie quotidienne.

Elle était alors une jeune mère de trois enfants en bas âge et elle avait confié: «J’ai été surprise de constater que la vie continuait toujours comme d’habitude, même si la meilleure partie de moi était partie. J’étais débordée par toutes les responsabilités qui me revenaient d’un coup. »

Cependant, quelques jours seulement après la mort de Hal, Dieu lui apporta une consolation très concrète.

Elle avait raconté : «Debout devant ma porte, j’ai remarqué un crochet sur l’un des piliers de notre porche, puis j’ai dit: ‘Seigneur, tu sais que des gens vont nous envoyer des fleurs. S’il te plaît, mets dans le coeur de quelqu’un de nous donner une plante pour ce crochet. Puis j’ai oublié ma prière.

Quelques jours plus tard, nous sommes rentrés d’un dîner avec l’un de mes frères, et j’ai vu, là, accroché à ce crochet, un grand et beau panier de fuchsia( Ce sont des arbrisseaux à fleurs pendantes).

Les larmes ont coulé sur mes joues quand je me suis souvenue que ma brève prière est exaucée, que Dieu l’avait entendue, qu’Il se soucie de moi!

Dans notre texte d’aujourd’hui, l’apôtre Paul faisait face à un type de défi différent, mais dans sa situation également, Dieu apporta le réconfort et l’encouragement de manière incontestable.

Un jour plus tôt, la foule, dans une synagogue juive où Paul était en train de parler, s’était éclatée de colère lorsqu’il avait déclaré qu’il se tournait vers les Gentils avec le message du salut.

Quand la colère de la foule s’intensifiait, Paul n’avait pu être tué que grâce à l’intervention du capitaine en chef romain.

Bien qu’il soit à l’abri des agressions physiques pour le moment, nous pouvons imaginer les pensées qui traversaient son esprit cette nuit-là quand il gisait dans la caserne romaine.

Est-ce que son vif désir de longue date de prêcher l’Évangile dans la grande capitale de l’empire romain était brisé?

Sans doute, s’était il demandé ce qui allait se passer. Mon travail pour Dieu serait-il abrégé? Est-ce que je serai réduit au silence pour toujours à cause de la malice des juifs?

Son avenir étant menacé et sa vie en jeu, Paul avait besoin d’un soutien inhabituel.

D’où, le Seigneur que Paul aimait, et pour qui il souffrait, se tint à ses côtés et prononça de simples mots d’encouragement, les mots consignés dans notre verset de réflexion du jour.

Non seulement que le message divin le rassura qu’il vivrait, mais aussi que Dieu avait encore un champ de travail plus vaste devant lui.

Rome doit entendre son témoignage aussi bien que Jérusalem!

Il pourrait y avoir du retard, de la souffrance et une longue épreuve de patience; mais la fin était certaine: il devait atteindre l’objectif d’aller à Rome avec le message de Jésus-Christ.

Quel encouragement cela avait dû être!

Il y a de précieuses leçons à tirer de l’expérience de Paul.

Premièrement, bien que des circonstances difficiles se présenteraient à chacun de nous, nous pouvons être sûrs que le Seigneur les connaît bien.

Quelle que soit la détresse à laquelle nous sommes confrontés et quels que soit la personne ou la chose qui se dresse contre nous, si nous servons le Seigneur, Il sera avec nous.

Remarquez que le Seigneur se tint à côté de Paul dans la nuit!

Nous ne pourrons pas voir une manifestation physique de Jésus jusqu’à ce qu’Il revienne ou nous nous tenions devant Lui après la mort.

Mais, Il est présent avec nous spirituellement et comprend ce que nous ressentons dans toutes nos circonstances difficiles.

Demandez à Dieu de vous ouvrir les yeux sur les détails de vos situations, qui prouvent Sa présence avec vous.

Prenez note des preuves des soins de Dieu et Sa présence dans votre vie.

Dixie le fit et cela lui apporta du réconfort!

Plus nous reconnaissons que même les plus petites bénédictions sont des dons de Dieu, plus nous réalisons à quel point Il est présent dans nos vies.

Dans tous les conflits, stress et circonstances déchirantes, nous pouvons nous appuyer sur Dieu.

Il est prêt et disposé à nous donner la force, l’encouragement, l’espoir, le conseil et la capacité de supporter tout ce qui pourrait nous faire face.

Contexte

Le chapitre 23 peut être divisé en trois parties principales: la comparution de Paul devant le Sanhédrin, qui a entraîné une dispute acharnée entre les pharisiens et les sadducéens (versets 1 à 10); le complot déjoué de tuer Paul (versets 11-24); et le transfert en toute sécurité de Paul à Césarée pour comparaître devant Félix (versets 25 à 35).

Le «conseil» où Paul a comparu au début de ce chapitre était le Sanhédrin, la plus haute instance judiciaire juive de Jérusalem, qui fonctionnait sous la direction du souverain sacrificateur.

Le but de cette séance était de déterminer s’il y avait lieu d’instituer une procédure judiciaire contre Paul.

Tandis que les Romains respectaient les décisions prises par le conseil juif, ils ne leur permettaient pas de condamner à mort une personne sans l’approbation des Romains.

Les archives historiques indiquent qu’Ananias était un homme brutal, au caractère impétueux et dominateur, qui se distinguait par sa cruauté et sa violence.

Il a servi en tant que grand prêtre de 48-58 ap J C.

Lorsque la révolte contre Rome éclata en l’an 66 de notre ère, son propre peuple l’assassina.

Ananias, ordonnant à ceux qui se tenaient près de Paul de le frapper, était un acte illégal, car il était illégal de frapper un prisonnier avant sa condamnation.

Dans le cas de Paul, il n’avait même pas été inculpé. Au verset 3, Paul a qualifié Ananias de «muraille blanchie», qui était une métaphore d’un hypocrite.

Une personne qui piétinait sur une tombe devenait cérémonieusement impure et, pour cette raison, les tombes ont été blanchies à la chaux afin de les rendre visibles la nuit.

Ainsi, alors que les tombes semblaient propres, à l’intérieur, elles étaient sales et pourries.

Lorsque Paul a réalisé l’identité de celui qui avait ordonné la frappe, il s’en est excusé pour ses paroles (verset 5), citant Exode 22:28.

En raison du tumulte dans le Sanhédrin et l’incertitude quant à l’avenir de Paul, Il reçut des paroles de réconfort, de gaieté quand «le Seigneur le soutint» dans la nuit (verset 11) , en plus de la promesse qu’il réaliserait son objectif de témoigner pour le Seigneur à Rome.(ce but se trouve dans Actes 19:21).

Le conflit entre les croyances des pharisiens et des sadducéens concernant la résurrection a été bien documenté par l’historien juif Josephus.

Le point de vue des pharisiens, basé sur Daniel 12: 2, était celui du courant dominant de l’orthodoxie juive.

Certains historiens suggèrent que les conspirateurs qui se sont unis dans un pacte pour tuer Paul appartenaient probablement aux Zélotes, qui ont ensuite été responsables de la révolte contre Rome.

Le verset 12 déclare qu’ils «firent des imprécations contre eux-mêmes, ». Il s’agissait d’une pratique consistant à invoquer l’exécution du jugement sur eux-mêmes si leurs promesses s’avéraient fausses.

Prêter un tel serment était la preuve d’un fanatisme religieux extrême et indiquait le danger très réel que courait Paul.

À la suite de l’avertissement du neveu de Paul, l’apôtre fut transféré dans l’obscurité de la nuit à Césarée où il devait se présenter devant Félix, le gouverneur.

Il était accompagné d’une escorte de 470 soldats armés. Claude Lysias, l’officier en chef ou tribune qui a préparé le document officiel qui accompagnait Paul, était un officier militaire de haut rang responsable de 600 à 1 000 hommes.

Il a probablement rédigé la lettre avec le plus grand soin pour présenter ses actions à l’égard d’un citoyen romain sous le meilleur jour possible.

Regarder de plus près

0. Pour quelle action Paul a-t-il réprimandé le grand prêtre Ananias? Pourquoi l’a-t-il fait?
0. Dans le texte d’aujourd’hui, quels exemples trouvez-vous pour illustrer cette affirmation: «Les voies de Dieu ne sont pas les nôtres»?
0. Lorsque nous sommes confrontés à des circonstances troublantes ou stressantes, quelles mesures pouvons-nous prendre pour nous rappeler que Dieu est avec nous et est au contrôle?

Conclusion

Tout comme Dieu a réconforté Paul au milieu de circonstances pénibles, Il fournira les encouragements dont nous avons besoin en période d’épreuve.