DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

novembre 19, 2019

Lecture Biblique : Romains 16: 1-27.

«Je vous recommande Phoebé, notre soeur, qui est diaconesse de l’Église de Cenchrées, afin que vous la receviez en notre Seigneur d’une manière digne des saints, et que vous l’assistiez dans les choses où elle aurait besoin de vous, car elle en a donné aide à plusieurs et à moi-même même. »

(Romains 16: 1-2).


Peut-être pour amuser un petit enfant, vous vous êtes entrelacés les doigts en disant: «Voici l’église, et voici le clocher. Ouvre les portes et vois tout le monde. »

C’est une rime amusante.

Cependant, cela reste un argument valable: pour avoir une église, il doit y avoir des gens qui font ce qu’ils peuvent pour partager l’évangile.

Phoebé était l’une de telles personnes.

L’apôtre Paul a déclaré: «elle a donné aide à plusieurs »

«Aide » signifie une assistance. Nous savons donc que Phoebé avait tendu la main pour aider les autres.

Nous connaissons tous de telles gens. Edna Janzen était l’une de celles qui aidaient les autres de nombreuses manières.

Elle témoignait: «J’ai été élevée dans une bonne maison. Cependant, avoir une bonne éducation et aller à l’église n’avaient pas fait automatiquement de moi une chrétienne.

Pendant des années, je m’étais rebellée contre tout ce que mes parents m’avaient appris.

J’étais une bonne élève, première de ma classe à l’école et je lisais beaucoup de livres.

J’avais commencé à lire des choses qui me faisaient douter de la véracité de la Bible et des fondements que j’avais appris.

Triste à dire, j’étais arrivée à un point où j’avais refusé d’aller à l’église.

À l’âge de quinze ans, j’étais tombée gravement malade. Ma gorge était si enflée que je pouvais à peine respirer et j’étais douloureusement consciente de chacune de mes respirations.

«Une fois que j’allais mieux, j’avais réalisé la dette que j’avais envers Dieu pour m’avoir épargné la vie.

Je ne m’attendais pas à aimer être une chrétienne, mais je m’étais rendue à Dieu.

Quelle surprise quand le fardeau du péché s’était envolé! Une toute nouvelle vie s’est ouverte pour moi. J’avais de nouveaux désirs, de nouveaux amis et une nouvelle disposition. Comme j’ai aimé le Seigneur à partir de ce moment!

Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, Edna avait travaillé pour le gouvernement de l’État à Salem, en Oregon.

Ensuite, elle avait senti que le Seigneur l’appelait à travailler dans le bureau de l’église à Portland. Ce fut un peu difficile de faire cette consécration au service à plein temps, mais elle l’avait faite.

Elle avait également trouvé une place dans l’orchestre de l’église et l’école du dimanche, ainsi que dans tout autre lieu de service qu’elle pourrait servir.

Elle était fidèle à prier avec les autres, devenait la photographe officielle des événements religieux, transportait des sœurs âgées à des offices religieux, correspondait avec des gens du monde entier, faisait office de conseillère pour le camp des jeunes et aimait se rendre dans des églises branches pour partager de moment de convivialité avec les autres chrétiens.

Elle avait travaillé dans notre siège pendant plus de cinquante ans et avait été la responsable du bureau pendant ce temps.

Edna avait déclaré lors de sa vieillesse: «La vie a été merveilleuse. Bien sûr, il y a eu des moments difficiles, des périodes d’autodiscipline, de soumission à la constitution de Dieu, mais si je devrais le refaire, je le ferais encore. Et le meilleur reste à venir: j’ai hâte de voir Jésus et je veux l’entendre dire: « Bien fait »

Nous pouvons être sûrs qu’Edna a entendu ces paroles maintenant qu’elle est allée au paradis.

Nul doute que Phoebé ait entendu le Seigneur lui donner la même louange.

Cela peut être la récompense de chacun de nous.

Dieu n’exige pas que nous soyons dramatiques, exceptionnellement doués, riches ou superbement qualifiés.

Il demande seulement que nous nous soumettions à Sa volonté et soyons fidèles dans ce que nous pouvons trouver à faire. Son église est composée de telles personnes!

Contexte

Dans cette dernière partie de son épître, Paul a envoyé des instructions, des salutations, des avertissements et une bénédiction finale aux Romains. L’abondance et la variété des salutations adressées aux Juifs et aux Gentils, aux esclaves et aux libres, aux hommes et aux femmes, ainsi qu’aux membres des classes supérieures et inférieures, illustrent le lien unificateur de l’Évangile de Jésus-Christ.

Bien que Paul ne soit jamais allé à Rome, c’étaient des personnes avec lesquelles il avait aimé fréquenter et partagé des œuvres spirituelles dans le passé.

À un moment donné, ils s’étaient installés à Rome et avaient rejoint le groupe de croyants chrétiens de cette ville.

Dans les versets 1 et 2, Paul a présenté Phoebé, diaconesse de l’église de Cenchrées, la ville portuaire située à l’est de Corinthe.

Puis que Phoebé voyageait de façon autonome, elle était probablement une veuve.

Son nom est grec et reflète un arrière-plan idolâtre, mais elle s’était convertie au christianisme et était devenue une ouvrière bien-aimée dans l’église corinthienne.

Elle était vraisemblablement la porteuse de l’épître de Paul aux Romains, car seuls les fonctionnaires du gouvernement étaient autorisés à transmettre des lettres via le système postal impérial.

L’apôtre a salué Priscille et Aquilas (versets 3 à 5), un couple qui a grandement contribué à la diffusion de l’Évangile.

Ce couple a rencontré Paul pour la première fois à Corinthe, où ils avaient fui à cause de la persécution romaine, car Aquilas était un Juif (voir Actes 18: 2-3).

Tout en exerçant leur métier de faiseurs de tentes, ils devinrent amis avec Paul.

L’Apôtre vécut et travailla avec eux tout en fondant l’église de corinthe

Quand Paul a quitté Corinthe pour Ephèse, il a pris Aquilas et Priscille avec lui, et ils y ont établi une église chez eux (voir 1 Corinthiens 16: 9) et ont servi le prédicateur éloquent Apollos (Actes 18: 24-26).

Les circonstances auxquelles Paul a fait allusion lorsqu’il a dit qu’ils «ont exposé leur tête »(verset 4) étaient inconnues.

Plus de salutations sont données dans les versets 5-16. Parmi celles-ci, notons les paroles de Paul aux familles d’Aristobule et de Narcisse (versets 10 à 11).

La référence aux «familles » signifie probablement que les chrétiens auxquels Paul s’adressait étaient des esclaves, et le libellé indique que seule une partie de chaque famille était chrétienne.

Aucun des deux maîtres n’est inclus dans le message d’accueil, donc ils n’étaient vraisemblablement pas croyants. (Les historiens suggèrent qu’Aristobule pourrait être le petit-fils d’Hérode le Grand et le frère d’Hérode Agrippa I; Narcisse pourrait être le riche affranchi nommé Tibère Claude Narcisse qui fut exécuté plus tard par la mère de Néron.)

Ces faits indiquent que le grand message de L’Évangile de Jésus-Christ avait trouvé sa place à tous les niveaux de l’empire romain, et la foi chrétienne était capable de prospérer même dans des conditions d’esclavage.

Tryphène et Tryphose, mentionnées au verset 12, étaient probablement des soeurs et peut-être des jumelles, en se basant sur le fait que l’apôtre avait associé leurs noms similaires. Leurs noms signifient «luxueux» et «délicat» et peuvent indiquer le style de vie de ces femmes.

Au verset 12, le nom de Perside indique une origine de la Perse; elle a peut-être été amenée à Rome comme esclave. On sait peu de chose d’elle au-delà du commentaire de l’apôtre selon lequel elle a «beaucoup travaillé dans le Seigneur».

Le mot «travaillé » est traduit par «épuisé » dans la description de Jésus assis près du puits à Samarie.

Cela se traduit par «peiné» dans le récit des pêcheurs au bord de la mer de Galilée qui ont travaillé toute la nuit sans rien attraper.

Les trois mots combinés donnent une image descriptive d’une femme qui a travaillé avec dévouement à la limite de son pouvoir.

Le «saint baiser» mentionné au verset 16 était une manière habituelle de saluer les chrétiens. L’adjectif descriptif «saint» établit que ce baiser était différent du signal d’affection commun entre amis et le distinguait également du baiser diabolique de trahison que Judas avait donné à Jésus (voir Luc 22:48).

Paul a donné un dernier avertissement contre ceux qui causeraient des divisions entre frères chrétiens, car l’apôtre voulait avant tout veiller à ce que les chrétiens de Rome aient leur obéissance dans le Seigneur (versets 17-20).

Les compagnons de Paul à Corinthe ont ajouté leurs salutations aux versets 21-24.

Puis Paul clôtura son épître en louant Dieu pour la révélation de l’Évangile qui était en train de conduire toutes les nations à l’obéissance de la foi (versets 25-27).

Regarder de plus près
0. Pourquoi Paul a-t-il remercié Priscille et Aquilas (versets 3-4)?
0. Que pensez-vous signifie être: «sages en ce qui concerne le bien et purs en ce qui concerne le mal. » (verset 19)?
0. Comme la congrégation à Rome, chaque église a de différents personnages. Comment ceux-ci peuvent-ils être canalisés ensemble pour apporter la gloire à Dieu?

Conclusion

En tant que membres de l’Église de Dieu, nous voulons fidèlement faire notre part, quelle qu’elle soit. Cela peut sembler petit ou sans importance pour nous, mais Dieu note ceux qui tendent la main et aident les autres.