DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

novembre 13, 2019

Lecture du jour : Romains 10: 1-21

«Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. Comment donc invoqueront-ils celui en qui ils n’ont pas cru? Et comment croiront-ils en celui dont ils n’ont pas entendu parler? Et comment en entendront-ils parler, s’il n’y a personne qui prêche? »

(Romains 10: 13-14)


Plusieurs d’entre nous ont la chance de vivre dans des pays où la liberté de religion est une valeur fondamentale et où le droit de chacun de vivre selon sa conscience est protégé.

Nous avons de la peine à entendre les nouvelles des frères et sœurs chrétiens du monde entier qui pourraient bien être passibles d’exécution pour avoir pris la décision de devenir disciples du Christ.

Lorsque nous lisons à propos d’endroits où l’Évangile est interdit de gré, nous pouvons supposer qu’il y a peu d’espoir d’accepter l’Évangile de Jésus-Christ dans ces régions.

Récemment, cependant, j’ai lu un livre qui m’a ouvert les yeux sur la façon dont le Saint-Esprit réveille les cœurs des gens dans certaines des régions les plus sombres spirituellement du monde.

Un récit qui m’a fasciné, est l’histoire de Hassan, un chrétien du Caire, en Égypte, qui portait un lourd fardeau pour ses amis et voisins musulmans.

Pendant plusieurs années, Hassan avait essayé de parler de Christ avec eux lors de leurs conversations, mais cela semblait ne susciter aucun intérêt.

Une nuit, il avait été réveillé brutalement par une arme à feu qu’on lui avait mise sur le front.

Un kidnappeur masqué lui avait sévèrement ordonné de se lever et l’avait précipité dans les rues sombres du Caire.

Hassan était sûr d’être sur le point de mourir, car malgré ses efforts d’être discret dans l’évangélisation, quelqu’un a dû l’avoir dénoncé.

Arrivé dans un bâtiment à l’abandon, le ravisseur de Hassan l’avait contraint à monter cinq marches d’escalier à l’arrière, puis à sauter sur le toit d’un entrepôt adjacent aussi à l’abandon, dont la chaussée était à une cinquantaine de mètres en dessous.

Ensuite, son ravisseur l’avait poussé brutalement vers une ouverture.

Alors qu’il traversait cette ouverture, Hassan pensa que c’était son dernier instant sur la terre. Il murmura une brève prière en disant: « Jésus, je remets mon esprit entre tes mains. »

Hassan s’était retrouvé dans une pièce sombre éclairée par une seule bougie. Dix hommes musulmans se tenaient en cercle autour de lui et il s’attendait à être exécuté immédiatement.

L’homme qui l’avait kidnappé avait pris la parole en premier et avait expliqué qu’ils étaient tous des imams, des chefs religieux des communautés musulmanes mandatés de faire respecter le Coran.

Puis, à la grande surprise de Hassan, il avait poursuivi en affirmant que chacun des imams avait eu un rêve sur Jésus et était devenu chrétien dans la discrétion.

L’imam avait poursuivi: «Chacun de nous avait prié Jésus de l’aider à apprendre ce que signifie être Son disciple. Au fil du temps, Il nous a réunis et vous pouvez imaginer notre émerveillement lorsque le Saint-Esprit a révélé qu’il existe d’autres imams qui ont également accepté Jésus.

À présent, nous nous réunissons ici trois fois par semaine la nuit pour prier pour nos familles et pour que les gens des mosquées trouvent également Jésus.

Nous savons que vous suivez Christ. Il nous a conduits vers vous. »

Il a poursuivi:« Je suis vraiment désolé d’avoir dû vous effrayer avec le masque et le pistolet, mais je savais que c’était le seul moyen de vous amener ici. C’était trop dangereux par une autre manière. Je m’excuse. Mais maintenant, notre question est la suivante: allez-vous nous apprendre la Bible? ” 1

Quelle merveille que dans une société si farouchement opposée au christianisme, les gens bravent la mort pour se détourner de leurs croyances initiales et embrasser les enseignements de Jésus-Christ!

En réfléchissant à cela, je me rends compte que ma réaction est probablement similaire à celle des chrétiens du temps de Paul qui étaient étonnés d’apprendre que des Gentils (des «païens» ), qui ne croyaient même pas en un Messie, pourraient recevoir l’Évangile de Jésus-Christ.

Bien que toute l’humanité soit coupable devant Dieu, Paul a clairement affirmé que « quiconque invoquera le nom du Seigneur Jésus Christ sera sauvé».

Les gens n’appelleront pas le nom du Christ à moins d’avoir été poussés à croire en Lui, mais Dieu est fidèle à tendre la main à chaque individu.

Comme il est réconfortant de savoir que même dans les zones les plus obscures de la spiritualité, la lumière de Jésus pénètre!

Laissons le Seigneur augmenter notre foi, élargir nos perspectives et nous aider à prier avec ferveur pour que l’Évangile de Jésus-Christ trouve une place dans le cœur des gens du monde entier!

Contexte

Au chapitre 10, Paul poursuit son résumé en trois parties du rôle d’Israël dans le plan de Dieu, expliquant que, quand la nation a eu l’occasion de répondre à l’Évangile de Christ, elle l’a rejetée.

Il a souligné que la responsabilité de l’homme en matière de salut repose sur le fait que l’Évangile est offert à tous, Juifs et Gentils.

Bien que Paul fût l’apôtre des païens, son amour pour ses parents juifs était exprimé aux versets 1 à 5, quand il exprimait clairement son chagrin et sa préoccupation pour ses frères non sauvés.

En tant que nation, les Juifs possédaient beaucoup de zèle religieux, mais leur zèle était«sans intelligence», ils rejetaient la justice de Dieu tout en essayant de se faire accepter par la loi de Moïse et les traditions qu’ils avaient eux-mêmes instituées.

Au verset 3, l’ignorance que Paul a mentionnée n’était pas un manque académique, mais un manque de compréhension des juifs quant à l’importance des informations disponibles dans les Écritures qu’ils ont étudiées avec zèle.

Le mot traduit par «établir» dans la déclaration de Paul déclarant qu’ils s’efforçaient «d’établir leur propre justice» indiquait la fierté légitime des Juifs dans leurs propres efforts.

Ils ne cherchaient pas vraiment à respecter les commandements de la loi, mais à prouver leur propre dignité.

Dans les versets 6-13, Paul s’est concentré sur la disponibilité du message de la justice de Dieu. Il a expliqué que pour avoir la justice par Christ, il ne faut pas douter l’incarnation ni la résurrection de Jésus.

Cela ne conduit pas aux questions suivantes: «Qui montera au ciel? . . faire descendre Christ d’en haut? ”(incarnation) ni:“ Qui descendra dans l’abîme? . . faire ressusciter Christ d’entre les morts? ”(résurrection). La foi signifie croire aux deux.

La justice par Christ est offerte à tous ceux qui croient et l’invoquent.

Paul avait précédemment établi la culpabilité universelle de l’humanité en expliquant dans Romains 3:23 que «tous ont péché».

Au verset 13 du chapitre 10, l’apôtre a souligné le salut universel offert à l’humanité en déclarant que «quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. »

Même les différences ethniques n’ont aucun impact sur le salut, car l’apôtre a affirmé qu’il n’y avait« aucune différence »entre Juif et Grec (ou Païens).

Le rejet inexcusable de l’Évangile par Israël est le sujet des derniers versets de ce chapitre.

Bien que la promesse de Dieu ait été faite pour «quiconque», Israël avait, pour la plupart, refusé de «faire appel au nom du Seigneur».

Paul a ensuite posé une série de questions dans les versets 14-15 pour déterminer où se trouvait la faute.

Dieu a fourni des prédicateurs qui ont proclamé l’Évangile et Israël a reçu le message, mais l’échec est dû à l’incrédulité.

Paul a corroboré sa conclusion au verset 16 en citant le prophète Esaïe (voir Esaïe 53: 1).

Prévoyant que certains pourraient se demander si tous les Juifs avaient entendu le message de l’Évangile, dans les versets 18-19, Paul adopta le langage de Psaume 19: 1-4 comme rappel qu’il était allé «jusqu’aux extrémités du monde».

Dans le dernier verset , l’apôtre a décrit l’amour soutenu de Dieu envers le peuple juif, qui continue de refuser obstinément d’accepter la grâce proférée de Dieu.

Regarder de plus près
0. D’après le verset 9, quelles sont les deux conditions requises pour recevoir le salut?
0. De quelles façons les gens d’aujourd’hui tentent-ils «d’établir leur propre justice» (verset 3)?
0. Comment pouvons-nous jouer un rôle dans la réalisation des responsabilités impliquées dans les quatre questions posées dans Romains 10: 14-15?

Conclusion
Dieu travaille toujours dans notre monde aujourd’hui, même dans des civilisations qui semblent être peu réceptives et hostiles à l’Évangile.
 
1 Tom Doyle avec Greg Webster, Rêves et visions: Jésus réveille-t-Il le monde musulman? Nashville: Thomas Nelson, 2012.