DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

octobre 11, 2019

Lecture biblique : Actes 15:36-41; 16:1-40.


« Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les prisonniers les entendaient. » (Actes 16:25)


Pendant la Guerre Civile d’Amérique( la guerre de sécession), lorsque que l’obscurité s’abattait sur la nuit précédant la bataille de Stones River, un groupe de l’Armée Unie commença à jouer doucement la chanson «Home Sweet Home» « Doux Foyer ». 

Après un certain temps, une autre fédération de soldats commença à jouer aussi; puis un autre régiment a rejoint le groupe, puis encore un autre, jusqu’à ce que tous les groupes des deux camps du conflit jouent ensemble.

Les soldats étaient silencieux, se demandant probablement s’ils reverraient encore leur maison.

Alors que les accents de la chanson « Home Sweet Home» ( « Douce Maison » ) commençaient à s’estomper dans l’obscurité, les cœurs des soldats furent touchés et ils se rappelèrent la cause pour laquelle ils se battaient: la maison!

La musique a un pouvoir merveilleux.

Elle peut calmer un petit bébé pour dormir.

Cela peut encourager les personnes découragées à lancer un cri pour la bataille.

Elle peut réconforter au chevet d’un enfant de Dieu mourant.

La musique peut calmer le cœur après une journée de travail ou ajouter un fond moelleux à un repas aux chandelles.

Cela peut nous humilier lorsque nous nous souvenons du prix énorme payé pour la liberté, et nous inciter à adorer lorsque nous considérons le prix énorme payé pour notre délivrance spirituelle.

Bien que les avantages de la musique soient incontestables , il n’est pas toujours facile de chanter.

En période d’épreuve, de douleur ou de crise, il peut sembler impossible de faire entendre notre voix.

Dans le texte d’aujourd’hui, Paul et Silas ont été battus et jetés en prison. Nul doute qu’ils souffraient de douleurs terribles à cause des plaies saignantes sur leur dos et du fait que leurs pieds étaient aussi retenus par des ceps.

Chanter ne serait pas la réponse naturelle dans de telles circonstances! Et pourtant, même si les deux hommes ne savaient pas ce que le lendemain apporterait, ils ont chanté.

Qu’est-ce qui a rendu cela possible?

Notre verset du jour donne peut-être la réponse: avant de «chanter les louanges à Dieu», Paul et Silas ont «prié»!

Le Saint-Esprit a dû ébranler leurs cœurs quand ils communiquaient avec Dieu, les aidant à se concentrer sur Lui pour pouvoir chanter au milieu de la douleur.

Parfois, nous aussi devons prendre la décision de chanter ou de louer Dieu en dépit des circonstances.

Cela peut nous coûter quelque chose, mais ce sera un sacrifice agréable pour le Seigneur.

Nous verrons que chanter ou louer Dieu au milieu des épreuves, nous aidera à porter le fardeau, même s’il parait le plus lourd.

Et quel témoignage notre sacrifice de louange sera pour ceux qui nous entourent!

Comme Paul et Silas, nous ne ferons pas que plaire au Seigneur, mais nous toucherons aussi ceux qui écoutent notre chanson en période des épreuves.

Contexte:

Cette partie du texte décrit le début du deuxième voyage missionnaire de Paul et la propagation du christianisme vers le nord et l’ouest depuis sa base d’Antioche en Syrie.

Dans le premier verset de notre texte, Actes 15:36, Paul proposa à Barnabas qu’ils visitent des endroits où ils avaient implanté des églises lors de leur précédent voyage missionnaire.

Une des significations du mot visite est «vérifier, examiner». Cela indique le désir de Paul de vérifier le bien-être de ces nouveaux croyants et de nourrir leur foi.

Actes 15: 36-41 rapportent qu’une dispute a éclaté entre Paul et Barnabas. Jean Marc les avait quittés au cours de leur premier voyage missionnaire et, à présent, les deux hommes se demandèrent s’il était convenable de le prendre avec eux lors de ce second voyage.

La Bible n’a pas du tout essayé de dissimuler cette polémique; elle montre plutôt que les chrétiens agissent de manière très humaine.

«La dispute était tellement vive entre eux» qu’ils se sont séparés; et Barnabas prenant Marc avec lui, s’embarqua pour Chypre.

Paul s’est réconcilié avec Jean Marc comme indiqué dans Colossiens 4:10; Philémon 1:24; et 2 Timothée 4:11, et le jeune homme finit par écrire le deuxième des quatre évangiles.

Paul a choisi Silas pour l’accompagner à la place de Barnabas.

Silas était membre de l’église de Jérusalem et, comme Paul, était également citoyen romain (voir Actes 16:37).

C’est lors de ce deuxième voyage, dans la ville de Lystre, que Paul rencontre Timothée (Timothée).

Lystre était l’endroit où la foule avait tenté de couronner Paul et Barnabas en tant que des dieux lors de leur premier voyage missionnaire.

Depuis leur départ, environ cinq ans plus tôt, le jeune homme Timothy avait grandi spirituellement et était très respecté par les chrétiens de la région. Le père de Timothée étant grec, Paul a fait circoncire Timothée, non pas parce que c’était une exigence chrétienne, mais pour pouvoir entrer et prêcher dans les synagogues juives.

Le passage de «ils» au verset 8 à «nous» au verset 10 signifie probablement que Luc s’est joint aux missionnaires à Troas. Luc était un gentil originaire d’Antioche. Il était très instruit en littérature et en sciences grecques et était médecin de profession. Il devint un ami proche et un compagnon de voyage de Paul, devenant peut-être son médecin personnel.

Les versets 9 à 12 décrivent le célèbre appel macédonien, le plaidoyer: «Passe en Macédoine, secours-nous! »

Philippes était une colonie romaine et la plus grande ville de la région de Macédoine.

Là-bas, l’équipe missionnaire a d’abord rencontré un groupe de femmes juives au bord de la rivière. Cela pourrait indiquer que la communauté juive de Philippes était peu nombreuse, car elle n’adorait pas dans une synagogue. (Il devait y avoir au moins dix Juifs dans une ville avant de pouvoir construire une synagogue dans cette ville.)

Lydie(verset 14) était l’une des premières converties et son «foyer» a suivi son exemple (il s’agissait probablement de serviteurs plutôt que d’enfants).

C’était probablement une femme riche et influente, car le drap violet qu’elle portait, était un produit coûteux et luxueux. Les colorants utilisés pour la fabrication du pourpre étaient rares et très appréciés.

La première opposition à Philippes s’est faite par l’intermédiaire d’une servante possédée par un démon. Paul a ordonné à l’esprit pervers de quitter la servante et, lorsque les maîtres de la jeune femme ont compris que leurs gains financiers n’étaient plus d’actualité, ils ont «traîné» Paul et Silas devant les magistrats (préteurs romains).

Dans l’empire romain, il y avait deux ensembles de lois très différents: l’un pour les citoyens de l’empire romain et l’autre pour ceux qui n’étaient pas citoyens.

Les citoyens romains avaient des droits civils spécifiques qui étaient protégés avec rigueur. Les non-citoyens n’avaient pas de droits civils et étaient soumis aux caprices de l’assemblée et des magistrats.

Le peuple de Philippes a supposé que Paul et Barnabas n’étaient pas des citoyens romains et ont été agacés par le fait que ces hommes, manifestement juifs, harceleraient les citoyens romains avec leur étrange religion de Seigneur crucifié.

Les magistrats se sentaient également libres d’abuser de Paul et de Silas pour la même raison.

Les versets 16 à 34 montrent l’incarcération de Paul et Silas et la conversion miraculeuse du geôlier philippin.

Le cachot dans lequel les deux hommes étaient enfermés était probablement un trou souterrain obscur au-dessous de la maison du geôlier, car il les avait fait entrer dans sa propre maison après le tremblement de terre (voir le verset 34).

Lorsque le tremblement de terre le réveilla, il entra dans la prison et trouva les portes ouvertes. Il aurait été silhouetté à l’entrée et ainsi, Paul et Silas ont pu le voir tirer son épée et s’apprêtait à se tuer plutôt que de faire face à la réalité de Celui qui a permis aux prisonniers de s’échapper.

Au verset 37, Paul affirma ses droits en tant que citoyen romain. La raison pour laquelle Paul a attendu pour divulguer sa citoyenneté n’est pas connue, mais il doit avoir été conduit par l’Esprit, comme c’est à travers la souffrance de Paul et Silas en prison que le geôlier et sa famille ont été sauvés.

Regarder de plus près

0. D’après Actes 16: 2, quel rapport les frères de Lystre ont-ils fait sur Timothée?
0. Les paroles de la servante possédée par le démon étaient vraies. Pourquoi pensez-vous que ce qu’elle a dit a si dérangé Paul?
0. Paul a reçu des instructions du Saint-Esprit sous la forme d’une vision d’un homme de Macédoine. De quelles autres manières l’Esprit donne-t-il une direction?

Conclusion

Nous ne pouvons pas toujours choisir nos circonstances, mais comme Paul et Silas, nous pouvons choisir de prier et de chanter pendant nos heures sombres.