DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

mai 28, 2020

Lecture biblique : Proverbes 4: 1-27; 5:1-23
«Retiens l’instruction, ne t’en dessaisis pas; Garde-la, car elle est ta vie. » (Proverbes 4:13)

Vera Maksimova est née en Ukraine le 1er janvier 1930. Quand elle avait trois ans, sa mère l’avait abandonnée, elle était donc laissée avec son père et sa grand-mère.

Dix ans plus tard, elle et sa grand-mère avaient été informées que son père, qui servait dans l’armée, était porté disparu et présumé mort.

Bien que Vera ait grandi pendant une période politique difficile en Union soviétique, sa grand-mère lui avait enseigné le christianisme.

Les services religieux se tenaient dans les maisons des croyants qui risquaient de tout perdre: leurs maisons, leurs emplois, leurs familles et leur liberté, à cause de leur croyance en Dieu.

À l’âge de dix-sept ans, Vera rentrait chez elle après l’un de ces services et priait silencieusement quand une paix et un amour profonds avaient rempli son cœur.

Elle savait à ce moment qu’elle était sauvée. Elle avait continué avec le Seigneur, puis avait été sanctifiée et baptisée du Saint-Esprit.

En raison de la persécution religieuse, elle était baptisée d’eau dans une rivière la nuit en automne, bien qu’il soit tard et qu’il faisait froid.

Dieu avait permis à Vera de faire la médecine quand elle était à l’université et d’obtenir son diplôme; elle avait pu travailler comme infirmière praticienne aux urgences pendant quarante-sept ans. Elle avait épousé un chrétien et ils avaient eu quatre enfants, mais à cinquante-cinq ans, son mari a été tué dans un accident de voiture.

Vera continuait à faire confiance à Dieu et, en 1997, elle avait immigré à Portland, en Oregon, où elle maîtrisait l’anglais. Elle avait fait la connaissance de notre église et aimait faire du bénévolat dans notre service courrier. Elle appréciait également l’école du dimanche et les services religieux.

Cependant, les défis de la vie n’étaient pas tous derrière elle; elle avait eu une crise de cancer. Face à la souffrance et à la douleur, elle avait conservé ce qui lui avait été enseigné.

Elle avait une attitude paisible et un sourire radieux, et était aimée de tous ceux qui la connaissaient jusqu’à ce que Dieu la prenne avec Lui en 2011.

Vera avait « retenu très tôt l’instruction» et en effet, c’était sa vie.

Elle tenait compte des enseignements de sa pieuse grand-mère, et avait transmis cet héritage à ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants.

Elle avait compris qu’il y avait des directives spirituelles que nous devons observer pour le bien-être ou la protection de notre âme.

Dans le texte d’aujourd’hui, Salomon fait allusion à l’importance d’apprendre ces vérités, qu’il a qualifiées de «sagesse», de «bonne doctrine» et d’ «intelligence », de la part de nos parents et d’autres anciens pieux.

Il a réfléchi aux encouragements de son propre père à rechercher la sagesse avant tout et a clairement voulu transmettre ce même principe à ses auditeurs.

Obtenir la sagesse exigera de la résolution et de la détermination.

Nous devons avoir l’intention d’entendre les instructions, puis de les mettre en pratique. Nous devons aussi considérer que l’acquisition de l’intelligence vaut une vie d’efforts et une vigilance permanente. Selon Solomon, les avantages qui en découlent sont énormes.

Dans notre texte, il souligne que la sagesse nous préservera, nous gardera, et nous apportera la faveur de Dieu et de l’homme.

Elle se forgera une réputation de bon jugement, offrira une protection, favorisera la santé et la vitalité et se traduira par une longue et heureuse vie.

Certes, ces résultats valent la peine d’être recherchés, et Vera les avait expérimentés.

Nous aussi, nous pouvons avoir l’intention d’écouter et d’apprendre, puis de créer un héritage de sagesse divine que nous pourrons transmettre aux générations qui nous suivront.

Contexte

L’instruction du chapitre 4 est divisée en deux sections distinctes, chacune traitant de l’importance suprême de la sagesse.

Dans la première section, aux versets 1 à 9, l’auteur a analysé les enseignements de son père et a rappelé les conseils et la doctrine de ses parents, qu’il avait reçus dans un environnement familial aimant.

Tout en présentant la nécessité pour les parents d’instruire la jeune génération, l’accent est mis sur les jeunes, dans le but de leur faire comprendre l’importance d’acquérir la sagesse.

La répétition du verbe «acquérir» dans les versets 5 et 7, est importante; car le double usage rend l’injonction plus catégorique.

Dans la deuxième section, aux versets 10-27, l’une des métaphores les plus dominantes des Proverbes est employée: l’illustration d’une voie. Deux voies de vie possibles sont tracées en contraste frappant l’une avec l’autre: la voie de la sagesse et la voie ruineuse des injustes.

L’image est développée à travers une variété de mots soigneusement choisis qui étendent la métaphore. Ceux-ci incluent des verbes tels que mener, marcher, courir, chanceler, entrer, passer, détourner et tomber.

Selon le thème en cours l’une des voies contient deux pièges spécifiques qui sont mis en évidence: la violence (versets 10-17) et la malhonnêteté (versets 20-27).

Toujours dans ce deuxième groupe de versets, l’enseignant supplie ses auditeurs d’embrasser de tout leur cœur, la pureté de la vie, en soulignant comment chaque membre du corps doit coopérer pour y parvenir.

Le rôle des oreilles, des yeux, du cœur, de la bouche, des paupières, des pieds et des mains sont tous mentionnés.

Il a affirmé que la sagesse mènerait à la promotion, à l’honneur, à la grâce, à une couronne de gloire, à la durée de vie et à la stabilité spirituelle: une liste qui comprend à la fois des avantages temporels et éternels.

Le chapitre 5 traite du sujet de la fidélité conjugale et de l’application de la sagesse à la relation entre les sexes.

Dans cette section, Salomon décrit les types d’individus et de comportements qui attireraient quelqu’un sur la voie de la perdition, puis il apporte la réponse appropriée pour nous garder sur la bonne voie.

La «femme étrangère » décrite au verset 3 est une femme moralement lâche ou adultère qui représente les attraits du péché.

Salomon avertit que ses paroles sont flatteuses et séduisantes, mais le résultat de l’association avec elle serait «amère comme l’absinthe, Aiguë comme un glaive à deux tranchants.» (verset 4).

Il indique que ce n’était que par l’instruction, l’intelligence et l’application de la sagesse que de bons choix pourraient être faits pour éviter d’être embarqué dans son réseau de tromperie, de folie et de mort certaine.

«Garde ton coeur plus que toute autre chose, Car de lui viennent les sources de la vie. »(Proverbes 4:23) est le thème central de ces deux chapitres.

Ils soulignent que l’assiduité pour l’obtention de la sagesse est primordiale, et l’assiduité dans la vigilance et la stabilité est nécessaire pour la conserver.

Regarder de plus près

Quels sont les résultats cités dans ces chapitres de la voie des justes et ceux de la voie des méchants?
 
Quelles instructions fondamentales sont données dans Proverbes 4: 20-27?
 
De quelles manières spécifiques pouvons-nous conserver les enseignements acquis par une éducation divine?

Conclusion

Il est vital pour les parents et les grands-parents de transmettre un amour pour Dieu et Ses voies à leurs enfants, mais il est également nécessaire que les enfants fassent preuve d’assiduité afin de les acquérir et de les conserver.