DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

novembre 2, 2019

Lecture biblique : Galates 5: 1-26


«C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude. »

( Galates 5: 1)


La liberté est une condition de vie de valeur qui, à la base, s’obtient difficilement et souvent par effusion de sang, et qui doit être donc défendue pour être préservée.

«Donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort!» Ces mots sont attribués à Patrick Henry lors de son discours pendant la Deuxième Convention de Virginie, le 23 mars 1775.

Certains de ses auditeurs se réfèrent à lui en ces termes : «La vie est-elle si chère, ou la paix si douce, pour être achetée au prix de chaînes et de l’esclavage? Loin de toi, Dieu Tout-Puissant! Je ne sais pas quel traitement d’autres peuvent prendre; mais comme pour moi, donnez – moi la liberté ou donnez – moi la mort! »1

Ceux qui l’ont entendu ont été persuadés de prendre la résolution de créer une milice dans la colonie de Virginie.

D’autres colonies avaient déjà commencé à rassembler des troupes et, bientôt, la guerre d’indépendance a commencé.

Les paroles de Henry devinrent le cri de guerre de ceux engagés dans les efforts d’indépendance américaine.

Thomas Jefferson a écrit plus tard: «Il n’est pas facile de dire ce que nous aurions dû faire sans Patrick Henry. Il était avant nous tous dans le maintien de l’esprit de la Révolution. » 2

Les paroles de Henry ont déclenché l’action qui a abouti à la politique de liberté du peuple des États-Unis. 

Des siècles avant l’époque de Patrick Henry, l’apôtre Paul a écrit le verset de réflexion d’aujourd’hui, qui constitue également un défi spirituel.

Le but de sa lettre aux Galates était de les aider à comprendre qu’ils pouvaient avoir la liberté spirituelle par la foi en Jésus-Christ et la dédicace de leur vie à Lui.

Certains partisans juifs de la Loi disaient à ces croyants qu’ils devaient être circoncis et observer d’autres exigences qui avaient été établies avant la venue de Jésus.

Paul leur a dit que cela les rendrait esclaves de la loi. Il voulait qu’ils « restent fermes » et préservent leur liberté en Christ.

Aujourd’hui, le pardon du péché apporte encore la liberté spirituelle, mais cette liberté doit être chérie et protégée.

La liberté n’est pas le permis de vivre à notre façon. Paul a exhorté ses lecteurs à vivre sous la direction de l’Esprit de Dieu, ce qui les amènerait à se servir les uns les autres dans l’amour.

C’est la clé de la victoire spirituelle.

Au verset 25, il dit: «Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit. »

Le mot traduit « marchons » est une expression militaire qui signifie «marcher». Si nous marchons spirituellement sous la direction du Saint-Esprit, nous aurons la vraie liberté.  

Contexte

Le texte d’aujourd’hui parle de la liberté dans l’Évangile et met en contraste les œuvres de la chair avec les fruits de l’Esprit.

Le verset 1 résume les déclarations de l’apôtre Paul dans les chapitres précédents: si les Galates choisissaient de suivre la loi, faisant de ce principe le fondement de leur salut, ils prendraient un «joug d’esclavage» et leur liberté en Christ serait fini.

Paul a ensuite abordé la circoncision dans les versets 2 à 12. Il a indiqué que si les Galates chrétiens acceptaient la circoncision comme une étape essentielle du salut, il leur faudrait respecter la loi dans son intégralité

La conséquence serait de ne pas tenir compte de ce que la mort du Christ a apporté.

En clair, Paul leur dit qu’il n’y a pas deux façons d’obtenir la justification; accepter la loi comme moyen de la justification, c’est rejeter Christ. 

Paul a déclaré au verset 6 que le salut vient par «la foi qui est agissante par la charité ».

Cela inciterait une personne à faire ce qui est juste à cause de l’amour, plutôt que d’essayer de faire le bien à cause des règles de la loi.

Les Galates suivaient bien Dieu (verset 7) jusqu’à ce que quelques personnes entrent et les entraînent à suivre des enseignements erronés.

Paul croyait que ces nouveaux chrétiens tiendraient compte de ses avertissements et s’attacheraient au chemin de la foi.

Ceux qui les troublaient recevraient un jugement.

À partir du verset 13, Paul a fait une description de la liberté en Christ. La liberté ne consiste pas à vivre sans contrainte, ce qui donnerait à l’ennemi l’occasion de tenter de ramener une personne au péché.

Toujours dans ce verset 13, il a aussi fait référence à un terme militaire qui signifie «service ». Il a été expliqué que la protection contre les tentatives de l’ennemi consistait en une soumission volontaire réciproque dans l’amour, un amour  agape soucieux du bien-être d’autrui.

Les exigences de la loi sont remplies en donnant l’exemple de l’amour de Dieu dans la vie d’un chrétien. 

Dans les versets 16-18, Paul exhorta les Galates à «marcher selon l’Esprit», en voulant dire qu’ils devaient vivre et agir sous le contrôle du Saint-Esprit.

En raison de la marche selon l’Esprit, ils « n’accompliront pas le désir de la chair. » Les mots désir et convoitise dans ce passage signifient « fort désir » qui ne sont pas nécessairement une dégradation morale, mais plutôt se réfèrent à tout désir humain .

Cependant, une personne conduite par l’Esprit a une pensée spirituelle et vit pour plaire à Dieu, pas à la chair. 

À partir du verset 19, l’apôtre a comparé les «œuvres de la chair» et le «fruit de l’Esprit».

Les quatre premières œuvres de la chair: l’impudicité, l’impureté, la dissolution,l’idolâtrie, font référence à des pratiques sensuelles.

Au moment d’écrire ces lignes, tous ces types d’immoralité étaient tolérés et se pratiquaient ouvertement par de nombreux nobles, universitaires, chefs religieux et gens du peuple. 

Les deux suivantes: la magie, les inimitiés ont trait à des pratiques religieuses.

L’idolâtre adore autre chose que Dieu.

À l’époque de Paul, il était courant que les gens vénèrent des images, ainsi que les dieux symbolisés par ces images, et le culte était souvent accompagné d’immoralité.

Le mot pharmakeia a été traduit par «sorcellerie». C’était une pratique de la magie comprenant l’utilisation de drogues et de médicaments pour tromper et contrôler.

Les huit œuvres suivantes de la chair traitent des relations entre les peuples: les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes,l’envie.

Le mot haine pourrait être traduit par «inimitié» et dénote l’hostilité.

La variance signifie conflit ou querelle. Les émulations dans ce texte font référence à la jalousie et au désir de surpasser les autres.

Les sédition peuvent être traduites par «divisions» ou «dissensions» et les hérésies font référence à des factions ou à des groupes dissidents.

L’envie indique une mauvaise volonté ou une amertume qui priverait les autres de bonnes choses. 

Les trois derniers énumérés sont l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables.

Dans ce contexte, le terme «excès » fait référence à la gaieté ou à la recherche de plaisir excessif.

L’expression «les choses semblables» indique que Paul aurait pu énumérer de nombreuses autres œuvres de la chair, mais celle-ci suffisaient à démontrer que ces maux ne seraient pas dans la vie de ceux qui marchent selon l’Esprit. 

Au contraire, les versets 22-23 donnent l’évidence qui se développe dans la vie de ceux qui sont contrôlés par l’Esprit.

Les fruits de l’Esprit ne peuvent être produits par la puissance humaine. Les trois premiers: l’amour, la joie et la paix, sont des caractéristiques intérieures reflétant la relation d’une personne avec Dieu.

Les trois suivants : la patience,la bonté, la bénignité sont des qualités liées aux relations du croyant avec les autres.

Les trois derniers: fidélité, douceur et tempérance, sont des attitudes intérieures.

La «douceur» dans ce texte indique une force contrôlée, de l’humilité et de la douceur. La «tempérance» est la maîtrise de soi rendue possible par l’Esprit.

La loi n’est pas contre les fruits de l’Esprit et aucune loi ne peut les produire dans une vie. Cela provient de vivre selon l’Esprit de Dieu.

Regarder de plus près

0. Quelles sont les neuf caractéristiques des fruits de l’Esprit?
0. Qu’est-ce que Paul voulait dire quand il a dit que les Galates devaient «être conduits selon l’Esprit»?
0. Comment avez-vous été témoin de la manifestation des fruits de l’Esprit ? 

Conclusion

L’épître de Paul nous met aujourd’hui au défi de nous laisser conduire par l’Esprit de Dieu.

Si nous le sommes, Son amour se manifestera à travers nous envers les autres et les fruits de l’Esprit seront évidents dans nos vies. 

 
1 Colonial Williamsburg, «Donnez-moi la liberté ou donnez-moi la mort», http://www.history.org/Almanack/life/politics/giveme.cfm 
2 Evan Andrews, «Discours de Patrick Henry sur la liberté ou la mort» HISTORY, https : //www.history.com/news/patrick-henrys-liberty-or-death-speech-240-years-ago