DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

mai 16, 2020

Lecture biblique : Lamentations 3: 39-66.
«Au jour où je t’ai invoqué, tu t’es approché, Tu as dit: Ne crains pas! » (Lamentations 3:57)

Au cours des années 1930, une missionnaire en Inde s’était retrouvée à se battre contre le découragement.

Ses réserves physiques, mentales et émotionnelles étaient épuisées, et elle se demandait si elle pouvait avoir le courage de continuer sa mission.

Désespérée, elle avait fait appel à sa seule source de force: Dieu dans le ciel, qui savait exactement à quoi elle était confrontée. Et Dieu avait répondu à sa prière d’une manière remarquable.

Quoiqu’il ne sache pas à quel point ce missionnaire était découragé ou si ses ressources étaient épuisées, l’un de ses ami depuis son pays, s’était senti conduit par l’esprit à envoyer au missionnaire un enregistrement d’une chanson nouvellement publiée: «Il accorde une grâce plus excellente », écrite par Annie Johnson Flint.

Lorsque le disque lui était parvenu, le missionnaire l’avait placé avec enthousiasme sur son lecteur de disques et avait commencé par écouter la chanson. Les paroles de ce chant ont touché son cœur:

« Il accorde une grâce plus excellente lorsque les fardeaux deviennent pesants
Il accorde de la vigueur lorsque le travail s’intensifie. 
Lorsqu’il envoie l’affliction, il accorde sa miséricorde
Et lorsqu’il multiplie nos épreuves, il multiplie également notre paix.

Son amour est insondable
Sa grâce est sans mesure
Sa puissance est sans limite

Car de ses richesses infinies en Jésus,
Il donne, donne, et donne à nouveau. »

Quand le lecteur du disque était arrivé sur la phrase(le vers): «Il donne, donne et donne. . . », l’aiguille sur le disque était restée coincée, et elle entendait encore, encore , et encore…..

Chaque fois que les mots retentissaient dans son humble chambre, son assurance dans la fidélité de Dieu s’approfondissait, jusqu’à ce qu’il y ait une joie absolue dans son cœur.

Dieu s’était approché, et elle réalisa de nouveau que Dieu voulait vraiment qu’elle expérimente Ses provisions illimitées et débordantes pour ses besoins.

Dans le verset d’aujourd’hui, Jérémie se souvient d’une époque où Dieu s’était approché de lui et l’avait encouragé.

À un moment de son ministère auprès de Juda rebelle, le prophète avait été jeté dans une fosse, et laissé pour mort (Jérémie 38: 6-13).

Alors qu’il avait désespérément prié pour être délivré de cette terrible situation, Dieu s’était approché et avait répondu avec les mots rassurants: «Ne crains pas! ».

Bien que la plupart d’entre nous ne se retrouvent peut-être pas dans un pays lointain prêchant l’Évangile, ou dans une fosse à cause de notre foi, nous allons tous faire face à des défis pendant nos vies chrétiennes avec le Seigneur.

En ces temps, cela nous aidera à nous souvenir que Dieu est toujours fidèle pour entendre et répondre aux cris de Son peuple.

Comme le message au missionnaire, Ses paroles pour nous peuvent être: «Il donne plus de grâce. . .  » Cela peut être: «Ne crains pas. . .  » » comme c’était le cas pour le prophète Jérémie.

Quel que soit l’encouragement, nous pouvons être sûrs que Dieu est avec nous et sait exactement ce qui est nécessaire pour relever notre moral.

Cette partie du chapitre 3 s’éloigne du thème du prophète qui est : de la confiance et de l’espérance en Dieu (versets 19-38) pour devenir un appel à la repentance.

Dans les quatre premiers versets du texte, Jérémie a exhorté les gens à reconnaître leurs transgressions et à nouveau crier à Dieu.

Au verset 42, le prophète est revenu sur le thème de l’affliction et ses paroles sont devenues une prière.

Juda avait irrité Dieu, ce qui a entraîné non seulement une punition physique mais aussi un isolement spirituel de Dieu.

Le verset 44 déclare que les prières des gens ne pouvaient pas franchir la barrière que Dieu avait autorisée.

La désolation de Juda a fait couler de nombreuses larmes à Jérémie. Il n’est pas étonnant qu’il était connu comme le prophète pleureur. Ses larmes seraient sans cesse jusqu’à ce que Dieu baisse les yeux du ciel (versets 48-51).

Dans les versets 52-54, le prophète a évoqué une époque où ses ennemis l’avaient pourchassé, l’ont jeté dans une fosse et l’ont laissé dans la boue au fond. Il semble qu’une pierre a ensuite été placée au-dessus de la fosse ou que des pierres ont été jetées sur lui (verset 53).

Jérémie avait réalisé que sa vie était en danger, car dans cette partie de l’Écriture, il se souvenait de sa prière pour être délivré de cette horrible circonstance.

Dans les versets 55-58, Jérémie se souvenait de l’assurance qu’il avait reçue que Dieu avait entendu son cri et le délivrerait et le rachèterait.

Jérémie était confiant, comme indiqué dans les versets 59-66, que Dieu était conscient de la douleur et de l’angoisse subies par Juda et lui-même personnellement. Il sentait que Dieu ferait tout ce qui était nécessaire pour mettre fin à la situation de manière juste et appropriée.

Regarder de plus près

Quels versets indiquent la profondeur du chagrin de Jérémie?
 
Pourquoi pensez-vous que Jérémie était si triste, étant donné qu’il savait à l’avance que Juda serait puni?
 
Comment pouvons-nous rester spirituellement concentrés, comme l’a fait Jérémie, dans un monde qui oublie Dieu?

Conclusion

Lorsque nous sommes confrontés à des défis pendant nos vies chrétiennes, nous pouvons crier au Seigneur et être rassurés qu’Il entend et nous apportera les encouragements dont nous avons besoin.