DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

mai 14, 2020

Lecture biblique : Lamentations 2: 1-22.
« Il a, dans son ardente colère, abattu toute la force d’Israël; Il a retiré sa droite en présence de l’ennemi; Il a allumé dans Jacob des flammes de feu, Qui dévorent de tous côtés. » (Lamentations 2: 3)

Une étincelle dans un après-midi chaud d’août 1933 a changé à jamais la vie des gens, le paysage et l’avenir de ce que l’on appelle aujourd’hui la forêt d’État de Tillamook.

Le 14 août, à cause du vent, un câble d’acier traînant un sapin de Douglas, était tombé puis s’était frotté contre l’écorce sèche d’un arbre, provoquant un incendie.

Le nœud s’était enflammé, et la traînée de poudre que cela a provoqué a brûlé 971 245 541 mètres carrés, transformant la forêt d’origine en une friche virtuelle.

Il avait détruit plusieurs milliers d’hectares de bois, précisément de bois pour construire plus d’un million de maisons de cinq pièces.

Des incendies subséquents également dans les régions voisines au cours des dix-huit années suivantes, y inclu celui titré : «Tillamook Burn», ont causé un total combiné de 143 637,50 hectares de destruction. (*1)

Je me souviens avoir conduit dans la zone décimée quand j’étais enfant.

Bien qu’une grande partie de la brûlure de Tillamook sur la chaîne côtière entre Portland et la côte du Pacifique ait été reboisée à ce moment-là, les espaces noircis des arbres calcinés se dressaient encore de manière frappante contre l’horizon dans certaines régions.

Je n’avais jamais vu un feu de forêt, mais dans mon esprit enfantin, j’imaginais l’incendie bondissant d’arbre en arbre, rugissant de puissance et dévorant tout sur son passage.

Le feu est un élément naturel dangereux et dévorant. Il a eu d’impact sur plusieurs grandes forêts du monde.

Parfois, les vielles forêts sont totalement brûlées. Pourtant, aussi destructeur qu’il soit, le feu joue également un rôle bénéfique et purificateur dans le processus écologique.

Peu de temps après que le feu ait décimé une zone, une nouvelle végétation commence à se développer à partir des restes brûlés.

Aujourd’hui, il est généralement admis que les incendies de forêt font partie intégrante de l’écosystème de nombreuses zones sauvages. La fumée et le bois carbonisé stimulent la germination des graines.

Notre verset de réflexion dit que Dieu a allumé dans Jacob des flammes de feu, qui dévorent de tous côtés.

Dans notre texte, nous constatons que Dieu a vu le besoin de purger Son peuple à cause de sa rébellion contre Lui et, comme un feu de forêt de notre temps, la destruction s’en est ensuivie.

Dieu brûlait avec fureur une nation qui L’avait oublié.

Plusieurs fois dans la Bible, la colère et le jugement de Dieu sont comparés au feu.

Quand nous considérons les effets visuels d’un grand feu, nous voyons une image de la puissance terrible de la colère de Dieu.

Cependant, tout comme cela se produit après un immense incendie physique, la vie peut émerger après la dévastation.

En fait, le feu lui-même peut éliminer les impuretés et stimuler une nouvelle croissance.

La flambée de la colère de Dieu contre le peuple de Jérusalem devrait être à la fois un avertissement et un espoir pour nous.

Quelle précaution devons-nous prendre pour obéir à Dieu au lieu de résister et de se rebeller contre Lui!

Lorsque nous expérimentons le pardon de Dieu pour nos péchés, il y a de la vie et de la bénédiction; un nouveau départ spirituel, même si notre vie avant le salut semblait être une dévastation et une ruine.

Oui, Dieu est un Dieu de colère et de jugement. Mais aujourd’hui, Il est aussi un Dieu de miséricorde et de restauration!

Contexte

Dans Sa colère contre une nation désobéissante, Dieu avait répandu le jugement sur Jérusalem.

Le chapitre 2 poursuit le thème général du prophète, présentant le deuxième de ses lamentations funèbres pour la ville déchue.

Cependant, ce chapitre élargit la description donnée au chapitre 1 pour présenter un compte rendu détaillé de la colère de Dieu contre Son peuple et les résultats de Sa colère, donnant environ quarante aspects de la rétribution divine.

Cela appelle également le peuple de Dieu à se tourner vers Lui dans le repentir s’ils veulent recevoir miséricorde de Sa part.

Le «tabernacle» mentionné au verset 6 est le temple du roi Salomon à Jérusalem. En tant que lieu de culte central, il représentait la présence de Dieu avec Son peuple.

Ainsi, sa destruction et le fait que toutes les activités spirituelles avaient été interrompues, étaient une indication que Dieu avait retiré Sa présence d’un peuple qui L’avait rejeté.

Les quatre symboles mentionnés au verset 9 révèlent que même de nos jours, la colère de Dieu s’est également répandue sur les structures politiques et spirituelles.

Les «portes» de la ville symbolisent sa protection, de sorte que le fait qu’elles soient «enfoncées dans le sol» indique que la sécurité sur laquelle les gens comptaient a été supprimée.

«Son roi et ses princes », symbolisant la monarchie et la direction politique de la ville, étaient en exil.

La «loi» du pays qui avait été constituée par Dieu Lui-même a été détruite.

Les «prophètes», symboles de la direction spirituelle de Dieu, étaient sans vision; cette révélation de Dieu était essentielle pour que les prophètes puissent diriger spirituellement le peuple.

Ce chapitre donne également une image du prophète comme un homme abattu émotionnellement, mentalement et spirituellement à cause des péchés du peuple.

Le verset 11 donne un aperçu des sentiments de Jérémie: il avait pleuré jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de larmes. Ses larmes n’étaient pas des larmes égoïstes résultant d’un traumatisme ou d’une perte personnelle; le prophète a pleuré la douleur et l’humiliation du peuple, et parce que Dieu avait rejeté le peuple pour sa rébellion obstinée contre Lui.

Son cœur était brisé quand il a été témoin des conséquences du péché: une ville qui avait été dévastée et laissée en ruines, et un peuple dispersé.

L’expression «Ma bile se répand sur la terre» symbolise la déchirure émotionnelle du prophète. Dans cette culture et cette époque, la bile était associé à l’aspect émotionnel de la vie.

Le verset 15 révèle l’étendue de la colère de Dieu. Les gens ont été amenés si bas que lorsque d’autres personnes et nations les ont vus, ils ont été ridiculisés.

Regarder de plus près

Avec quel élément destructeur le prophète a-t-il comparé la fureur de Dieu?
 
Pourquoi Jérémie a-t-il pleuré si amèrement pour Jérusalem et son peuple?
 
Comment devons-nous réagir vis à vis des comportements qui prouvent la dégradation de la crainte et du respect dûs à Dieu, et contre la dégradation morale dans notre société ?

Conclusion

Il y a la restauration et la bénédiction lorsqu’une nouvelle vie commence en Christ.

______________________________________________________________________________________________________
*1. Tillamook County Online, The Tillamook Burn, 25 septembre 2008.