DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

mai 13, 2020

Lecture biblique : Lamentations 1:1-22.
« Eh quoi! elle est assise solitaire, cette ville si peuplée! Elle est semblable à une veuve! Grande entre les nations, souveraine parmi les états, Elle est réduite à la servitude!» (Lamentations 1:1)

C‘était juste avant l’heure du déjeuner, un jour normal comme les autres jours. Les gens avaient repris leurs activités normales.

Certains préparaient de la nourriture dans leurs villas; d’autres étaient dans le marché.

Les commerces étaient ouverts et les visiteurs avaient rempli les auberges.

Les vendeurs étalaient leurs marchandises et les ouvriers travaillaient sur les canaux qui alimentaient les fontaines et les piscines autour de la ville portuaire animée.

Soudain, il y avait eu un tremblement de terre, puis. . . C’était le chaos ! Le ciel s’assombrit.

En quelques minutes, les rues et les bâtiments étaient profondément recouverts de cendres.

Là où il y’avait juste quelques instants des sourires, de la joie; maintenant, il y a un silence inouï.

Au lieu de l’animation grâce aux activités dans la ville prospère, maintenant tout est calme.

Le Mont Vésuve avait explosé lors de la célèbre éruption volcanique en 79 après JC et la ville de Pompéi n’était plus.

Plus de six cents ans avant la tragédie de Pompéi, le prophète Jérémie se lamentait sur une autre ville solitaire qui était pleine de monde, mais était devenue « comme une veuve».

La ville de Jérusalem, elle aussi, avait été autrefois une métropole florissante et avait de la notoriété parmi les nations.

Cependant, au moment où le prophète écrivait les tristes paroles de notre texte, la ville était vide, détruite et ses habitants emmenés en captivité.

Notre verset de réflexion débute le chant de lamentation de Jérémie, à cause de la destruction de Jérusalem.

Tandis que la dévastation de Pompéi était une catastrophe naturelle, la raison de la terrible calamité qui a frappé Jérusalem était écrite au verset 8: «Jérusalem a multiplié ses péchés ».

Le verset 14 proclame que: «Le Seigneur m’a livrée à des mains auxquelles je ne puis résister.» La destruction de Jérusalem a été causée par sa négligence et sa rébellion contre Dieu, et le châtiment divin était venu.

Quel avertissement pour nous aujourd’hui !

Tout au long de la Parole de Dieu, nous constatons que la conséquence ultime du péché est la destruction éternelle.

Tout comme le jugement était venu sur les habitants de Jérusalem, le jugement viendra un jour sur ce monde à cause de ceux qui défient Dieu.

La Bible le prédit et nous savons que cela va arriver.

Aujourd’hui, écoutons-nous la Parole de Dieu ? Sommes-nous en train de tenir compte des avertissements qu’Elle contient ? Lui obéissons-nous ?

Quoique nous ne puissions pas empêcher le jugement de Dieu de venir sur ce monde, nous pouvons nous assurer de notre relation personnelle avec Dieu.

Écouter, en tenir compte et obéir apporte la bénédiction de Dieu dans nos vies, et permet d’échapper au jugement divin qui est sûr de tomber si nous ne suivons pas Ses instructions !

Contexte

Les armées de Babylone sous Nebucadnetsar avaient envahi Jérusalem, rasé la ville, détruit le Temple et emmené le peuple en captivité.

Les Lamentations de Jérémie, en commençant par le texte d’aujourd’hui, sont une série de chants funèbres.

Par elles, le prophète Jérémie avait profondément déploré la destruction de la grande ville de Jérusalem.

Le chapitre 1 décrit la dévastation de la ville, réitère la raison de la destruction et dépeint la douleur et l’agonie des habitants.

Il se termine par une prière contre les ennemis de Juda, demandant à Dieu de leur infliger le même malheur que celui qui s’était abattu sur Jérusalem.

Ce chapitre, ainsi que les trois autres qui suivent, ont été écrits sous forme acrostiche (Poème dont les premières lettres de chaque vers forment un mot quand elles sont lues verticalement).

Le premier verset commence par la première lettre de l’alphabet hébreu (Aleph), et chaque verset suivant commence par la lettre suivante, se terminant par la dernière lettre de l’alphabet.

Au verset 1, Jérusalem est appelée «veuve». Dans la prose Biblique, les villes sont souvent caractérisées comme la «mère» de leurs habitants.

Les rois sont appelés «maris» et les princes «enfants».

Lorsqu’ils sont déportés, les villes sont considérées comme des veuves sans enfant.

Les versets 2 et 19 décrivent comment ces pays auprès desquels Jérusalem avait demandé de l’aide, ceux qui «l’aimaient » et ses «amis», l’avaient trahie.

Les nations qui avaient autrefois recherché son amitié étaient désormais ses ennemis.

Dans les versets 12 à 22, Jérémie a personnifié la destruction de Jérusalem, décrivant l’effusion de la colère de Dieu comme si cela lui était arrivé personnellement.

Il ressent profondément l’angoisse et le chagrin de la disparition de Jérusalem.

Regarder de plus près

Quelles sont quelques unes des raisons pour lesquelles le peuple de Jérusalem se lamentait ?

La conséquence du péché est finalement le chagrin. Quels sont quelques exemples de cela dans le monde d’aujourd’hui ?

Sur le plan national, nous savons que les chrétiens souffrent aussi des conséquences des péchés. Comment les surmonter malgré un environnement qui rejette Dieu ?

Conclusion

Si nous obéissons à Dieu, nous serons bénis. Si nous désobéissons, nous serons jugés. Prenons garde de l’avertissement et soyons sûrs que nous vivons pour Lui plaire.