DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

novembre 1, 2019

Lecture biblique : Galates 4: 1-31


« Mais, lorsque les temps ont été accomplis, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, né sous la loi, afin qu’il rachetât ceux qui étaient sous la loi, afin que nous reçussions l’adoption. »

(Galates 4: 4-5)


Avez-vous déjà vécu une situation où le timing parfait d’un événement semblait tout simplement miraculeux?

Il y a plusieurs années, un chrétien de Taïwan, Hse-Sheng Kuan, s’est rendu à Portland (Oregon) en tant qu’officier en chef à bord du navire Noble Intégrité .

Il a été invité à des Cultes par les membres de notre église et s’est familiarisé avec plusieurs d’entre eux.

Après que le navire avait quitté Portland et commencé son voyage de retour dans l’océan Pacifique, un membre de l’équipage avait découvert une bombe à bord. Son explosion avait entraîné la mort du capitaine et d’un autre officier.

Frère Kuan avait perdu la vue et avait été gravement brûlé. Plusieurs autres membres de l’équipage avaient également été blessés. 

Frère Kuan était l’officier survivant le plus gradé ayant reçu une formation en navigation; la responsabilité lui était donc revenue de droit .

Il avait demandé à l’autre membre le plus haut gradé de l’équipage de pont, de lui apporter sa Bible.

Mettant ses mains sur la Bible, il pria pour l’aide de Dieu, puis expliqua au responsable comment ramener le navire à quatre cents kilomètres à Astoria, dans l’Oregon, la ville portuaire la plus proche.

Un navire de la Garde côtière avait croisé le navire à cet endroit et les blessés avaient été hospitalisés.

Finalement, frère Kuan fut transféré à Portland pour une opération que les médecins espéraient pouvoir rétablir la vue de son œil. 

Quelques mois plus tard, alors qu’il était en convalescence dans une maison de soins, le siège de l’église avait été informé qu’un autre marin chinois qui avait visité notre église à Tacoma, dans l’État de Washington, se trouvait dans un hôpital de Portland.

Un couple de l’église de Portland avait été invité à rendre visite à cet homme. Ne sachant pas s’il pouvait parler anglais, le couple avait demandé au frère Kuan de les accompagner.

Lorsqu’ils s’approchaient de la porte de la chambre d’hôpital de cet homme, ils avaient remarqué une femme caucasienne aux cheveux blancs en visite au membre d’équipage malade, et elle parlait chinois.

Après avoir écouté quelques instants, le frère Kuan disait avec surprise: «Elle parle mon dialecte!» Lui et la femme avaient commencé par parler, et après un moment, ils s’embrassèrent avec joie.

Plus tard, il avait expliqué que cette femme avait été son professeur dans une école des missionnaires en Chine continentale quand il était un jeune garçon! 

Cette rencontre «fortuite» a changé le cours de la vie du frère Kuan. Son ancien professeur avait travaillé avec le service de l’immigration des États-Unis pour ramener son épouse et leurs trois enfants de Taiwan à Portland.

La famille avait été réunie et elle les avait ensuite aidés à obtenir la nationalité et à trouver du travail à Portland pour le frère Kuan et son épouse.

Pensez au timing étonnant de cet incident.

Quoi d’autre qu’une main divine aurait pu faire en sorte que le frère Kuan aille dans cet hôpital où il n’a jamais été, pour rendre visite à un homme qu’il n’avait jamais rencontré, au moment précis où il rencontrerait une connaissance de plusieurs décennies plus tôt qui avait les relations nécessaires pour aider sa famille à commencer une nouvelle vie aux États-Unis?

Tandis que l’expérience du frère Kuan ait changé sa vie et celle de sa famille, notre verset de réflexion d’aujourd’hui raconte un événement orchestré par Dieu qui n’a pas eu de répercussions sur une seule famille, mais sur toute l’humanité.

Il y a plus de deux mille ans, «lorsque la plénitude du temps fut venue», Dieu envoya son Fils Jésus sur cette terre pour qu’Il soit notre Sauveur.

Pendant des siècles, le peuple juif se demandait quand son Messie viendrait.

Le moment de la naissance de Jésus n’était pas aléatoire. c’était pré-ordonné et chronométré avec précision par Dieu.

Tout était mis en place pour que les prophéties des âges se réalisent.

Jésus est arrivé au bon moment dans le plan divin et son arrivée a ouvert la voie à une nouvelle vie, ici et au-delà, pour tous, partout dans le monde. 

Parfois, on peut se demander pourquoi les événements se passent comme ils se produisent.

Nous ne pouvons pas comprendre les défis qui nous attendent, mais nous pouvons faire confiance à Celui qui connaît chaque détail de notre vie et a le pouvoir d’orchestrer des événements correspondant à son plan divin.

Il est au contrôle et nous pouvons nous reposer avec confiance en sachant que son plan, même lorsque les circonstances sont pénibles ou déroutantes, est un bon plan!

Contexte

Au chapitre 4, Paul poursuit l’explication de la liberté spirituelle qu’il avait commencée au chapitre 3 en décrivant la différence entre esclaves et fils.

Il rappelle aux Galates qu’ils avaient déjà été promus de la servitude à la filiation (versets 1 à 7) et il décrie leur choix de retourner en esclavage (versets 8 à 11).

Il a ensuite lancé un appel personnel pour qu’ils adoptent une attitude semblable à la sienne vis-à-vis de la loi (versets 12-20), et a conclu en illustrant les deux fils d’Abraham – Ismaël, né d’un esclave (Hagar), et Isaac, né de d’une femme libre (Sarah). 

Paul a fait référence à une coutume familière pour illustrer l’esclavage des Juifs en vertu de la loi.

À cette époque, il était de coutume de placer un garçon mineur sous la surveillance d’un serviteur principal jusqu’à une heure désignée par le père.

La position de l’enfant au cours de cette période n’était pas différente de celle d’un serviteur en ce sens qu’il recevait des instructions et des corrections de la part du principal responsable.

Dans les cultures juive et grecque, il y avait des cérémonies spécifiques qu’on fait quand un enfant devient majeur, pendant lesquelles un garçon est reconnu comme un homme ayant des droits légaux en tant qu’héritier.

Dans la culture romaine, toutefois, le père avait toute latitude pour décider du moment où le garçon serait mûr et disposerait des connaissances suffisantes pour assumer ses responsabilités d’adulte.

La «plénitude du temps» au verset 4 fait référence à ce temps désigné par le père.

Le temps était venu où la loi, allégoriquement ce pédagogue, avait achevé l’instruction de l’enfant.

Désormais, l’humanité devait être amenée à établir une relation plus mûre avec Dieu, bien qu’elle fût construite sur ce qui avait été appris sous la tutelle de la loi.

La célébration de la filiation décrite aux versets 6 et 7 est mise en évidence par l’utilisation du mot «Abba» en relation avec Dieu le Père.

« Abba » était un terme affectueux araméen pour « père » qui avait été adopté dans le vocabulaire des chrétiens de langue grecque. Il a été utilisé dans le cadre intime de la maison et reflète l’étroite union entre Dieu et ses enfants.

Le temps présent du verbe «retourner» dans la question de Paul au verset 9 indique que les Galates étaient en train de changer de direction et révèle la crainte de l’apôtre qu’ils pourraient souhaiter revenir aux aspects asservissants de la Loi.

Les aspects spécifiques de la loi à laquelle les Galates retournaient se rapportaient à la circoncision, ainsi qu’à l’observation des fêtes juives et des jeûnes prescrits (verset 10). 

La déclaration de Paul selon laquelle «Vous ne m’avez fait aucun tort.» (verset 13) visait à rectifier toute hypothèse voulant que ses paroles énergiques aient été proférées par un préjudice personnel causé par le rejet de son enseignement antérieur.

Ce n’était pas le cas; Paul voulait que les Galates comprennent le danger pour eux de faire demi-tour, pas pour lui.

Dans les versets 17 à 20, l’apôtre souligne que tout leur zèle religieux ne vient pas de Dieu( n’est pas pur).

Il les avertit que les faux docteurs qui affirmaient l’autorité religieuse, les «excluraient, s’ils les affectaient».
Le mot traduit par exclure signifie littéralement «enfermer».

Paul voulait que les convertis Galates sachent que le mobile des faux docteurs était d’être à leur propre service.

Si les Galates se détournaient de la liberté du véritable évangile, ils seraient de nouveau en esclavage religieux.

Les versets 21 à 31 sont une allégorie instructive basée sur les deux fils d’Abraham, avec les deux mères, Hagar et Sarah, représentant les deux alliances.

Paul a développé l’allégorie en présentant un ensemble de contrastes.

L’ancienne alliance, qui est née au mont Sinaï, était caractérisé par l’esclavage (illustré par Hagar);

la nouvelle alliance, issue de «la Jérusalem céleste » (verset 26), est caractérisée par la liberté (illustrée par Sarah).

Ismaël est né «selon la chair» selon les moyens naturels de la conception humaine;

La naissance miraculeuse d’Isaac l’a établi comme l’enfant de la promesse.

La servante et son fils (représentant ceux qui dépendent des œuvres de la loi) n’hériteront de rien;

l’héritier de la femme libre (représentant ceux délivrés des exigences de la loi par la foi en Christ) hériterait de toutes choses.

Paul a conclu son illustration au verset 31 en déclarant que «nous ne sommes pas enfants de l’esclave, mais de la femme libre.»

Regarder de plus près
0. D’après les versets 4 et 5, quel était le but de Dieu en envoyant son Fils?
0. Au verset 5, Paul fait référence à «l’adoption de fils». Quelles sont les implications juridiques de l’adoption et quels sont les droits des enfants adoptés?
0. Quelles sont les bénédictions et les privilèges dont vous bénéficiez en tant qu’enfant de Dieu et l’héritier d’union avec son propre fils?

Conclusion

Paul s’inquiétait de ce que les Galates s’éloignaient de la liberté de l’Évangile, aussi utilisa-t-il tous les pouvoirs de persuasion dont il disposait pour les encourager à vivre dans la liberté qui était la leur et à ne pas se réorganiser en faisant confiance aux règles strictes de la loi.