DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

avril 29, 2020

Lecture biblique : Jérémie 37: 1-21; 38:1-28

«Ébed Mélec sortit de la maison du roi, et parla ainsi au roi: O roi, mon seigneur, ces hommes ont mal agi en traitant de la sorte Jérémie, le prophète, en le jetant dans la citerne; il mourra de faim là où il est, car il n’y a plus de pain dans la ville.» (Jérémie 38: 8-9)

Parfois, Dieu donne aux gens l’occasion de mener des actions héroïques. Harriet Tubman en faisait partie.

Née esclave en 1820, elle était affectée aux travaux ménagers à l’âge de cinq ans, puis avait ensuite travaillé dans des champs.

À quinze ans, elle était blessée par un poids lourd qui lui avait frappé la tête quand elle bloquait un surveillant qui visait un autre esclave.

En 1849, elle s’était échappée de Maryland pour Philadelphie, gagnant ainsi la liberté.

Mais peu de temps après, Harriet était retournée aider certains des membres de sa famille à s’échapper.

Au grand risque pour elle-même, elle était devenue «la conductrice » sur le «chemin de fer sous-terrain», effectuant dix-huit ou dix-neuf voyages de plus pour aider les esclaves à se libérer.

Cela était réalisé par l’emprunt des routes secrètes et en restant dans des «maisons sûres» des abolitionnistes.

Lorsque la loi sur les esclaves fugitifs a été adoptée, Harriet Tubman avait de nouveau perdu sa liberté officielle et devrait donc opérer plus secrètement.

À un moment donné, une récompense de quarante mille dollars avait été promis à quiconque la livrerait, mais personne ne l’avait trahie.

Elle était réputée avoir aidé plus de deux cents esclaves à se libérer. La femme courageuse était prête à risquer sa vie à plusieurs reprises pour profiter au maximum de ses opportunités.

Le texte d’aujourd’hui parle d’un homme qui avait également pris de grands risques personnels pour la vie d’une autre personne.

Quand Ébed Mélec a appris que Jérémie était mis dans la citerne et y mourrait, il était prêt à chercher le roi Sédécias et à plaider la cause de Jérémie.

Ébed Mélec connaissait la haine que les fonctionnaires de la cour avaient envers Jérémie, il était donc conscient des conséquences que ses actions pouvaient provoquer. Pourtant, il avait eu le courage de parler au roi, puis d’aller secourir le prophète.

Et nous? Peut-être que nous n’avons jamais aidé un esclave à se libérer ou sauvé un prophète d’une citerne.

Cependant, nous sommes tous appelés à être fidèles à Dieu et à défendre Sa Parole et Ses principes.
Parfois, cela peut entraîner des risques personnels.

Sommes-nous prêts à être comme Harriet Tubman et Ébed Mélec et à avoir le courage de suivre nos convictions?

Dieu a promis d’être avec nous et de nous donner Sa grâce si nous voulons dans nos cœurs Le suivre pleinement.

Il peut nous aider à être forts pour Sa cause.

Contexte

Ces deux chapitres détaillent les événements qui s’étaient produits peu de temps avant la chute de Jérusalem.

Sédécias, le dernier roi de Juda, était provocateur, désobéissant, méchant et lâche.

Il était contre les avertissements prophétiques de Jérémie et la pression du peuple et celle de ses fonctionnaires de justice.

En raison de ces influences politiques, la vie même de Jérémie était parfois en danger.

Au chapitre 37 verset 3, le roi Sédécias a envoyé Jucal et Sophonie à Jérémie, demandant une prière pour lui-même et pour la nation.

Juda était soumise à Babylone, mais l’armée égyptienne dirigée par Pharaon-hophra avançait vers le nord.

En entendant ces nouvelles, les Chaldéens s’étaient retirés de Jérusalem (verset 5), ce qui avait attiré le peuple de Juda dans un faux sentiment de sécurité.

La réponse de Jérémie au roi Sédécias était restée la même. Le message était que même si toute l’armée chaldéenne était blessée, Jérusalem serait toujours détruite (verset 10).

Jérémie avait tenté de quitter Jérusalem quand les Chaldéens étaient temporairement partis (verset 12), mais avait été arrêté par un garde qui l’avait accusé de déserter et l’avait emmené chez les princes.

Ces fonctionnaires détestaient Jérémie, ils l’avaient donc battu puis emprisonné. Les mots prison et cabines pourraient être traduits par «prison et dans les cachots ».

Jérémie avait séjourné dans cette prison ignoble et insalubre « pendant plusieurs jours », ce qui avait commencé à nuire à sa santé.

Une fois de plus, le roi Sédécias s’était approché de Jérémie pour voir s’il avait une parole de Dieu concernant Juda (verset 17).

Il semble que le roi espérait que Dieu avait changé d’avis, mais le message est resté le même. Sédécias avait dû ressentir une certaine sympathie pour Jérémie, car il l’avait fait placer dans la cour de la prison.

Dans ce domaine, Jérémie pouvait se déplacer et ses amis pouvaient venir le voir. De plus, le roi avait ordonné qu’on lui donne de la nourriture.

Au tribunal de la prison, Jérémie pouvait continuer de donner ses avertissements. Certains fonctionnaires en avaient entendu parler (chapitre 38) et avaient demandé au roi la permission de mettre à mort le prophète, l’accusant de tenter d’affaiblir le peuple.

Le roi Sédécias avait remis Jérémie entre les mains des princes, et ils l’avaient mis dans une citerne.
Utilisée pour recueillir l’eau lorsqu’il pleuvait, cette citerne n’avait que de la boue au fond.

Le verset 6 dit: «Jérémie enfonça dans la boue»; l’historien Joseph dit qu’il avait coulé jusqu’au cou. Les princes s’attendaient à ce qu’il y meure.

Ébed Mélec, un eunuque de l’état-major du roi, avait découvert la situation de Jérémie. Il était allé voir Sédécias à la porte de Benjamin.

Après avoir reçu la permission du roi, Ébed Mélec avait pris un groupe de personnes et avait sauvé le prophète de la citerne, en utilisant des chiffons pour amortir ses bras pendant qu’il était tiré de la citerne du bourbier. Il était renvoyé dans la cour de la prison.

Le roi Sédécias avait de nouveau approché Jérémie pour obtenir des conseils (verset 14).

Jérémie n’avait répondu que lorsque le roi avait juré de le protéger. Dans ce qui était probablement sa dernière rencontre avec ce roi, le message de Jérémie est resté cohérent.

Il avait dit à Sédécias de se rendre aux Chaldéens pour survivre, ou de désobéir à Dieu et de faire face à des conséquences désastreuses.

Sédécias avait exprimé sa peur des Juifs, mais Jérémie lui avait dit avec insistance qu’il valait bien mieux se rendre. Le roi voulait que cette interview reste secrète, et Jérémie avait coopéré à sa demande.

Jérémie avait vécu dans la cour de la prison jusqu’à la prise de la ville de Jérusalem.

Regarder de plus près

Pourquoi les princes de Juda ont-ils demandé au roi de faire mettre à mort Jérémie?
 
Comment le roi Sédécias aurait-il dû répondre au message de Jérémie?
 
Que pouvons-nous apprendre de la réticence de Sédécias à obéir aux instructions de Dieu?

Conclusion

Nous voulons être prêts à tenir bon pour Dieu dans toutes les situations qu’Il permet dans nos vies. Il nous donnera le courage si nous le demandons.