DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

avril 23, 2020

Lecture biblique : Jérémie 32: 1-25

«Et Hanameel, fils de mon oncle, vint auprès de moi, selon la parole de l’Éternel, dans la cour de la prison, et il me dit: Achète mon champ, qui est à Anathoth, dans le pays de Benjamin, car tu as le droit d’héritage et de rachat, achète-le! Je reconnus que c’était la parole de l’Éternel.» (Jérémie 32: 8)

Il y a plusieurs années, j’avais un bon emploi dans une banque du centre-ville de Portland. Je venais d’avoir une promotion et j’étais rassuré que je resterais dans cette agence et continuerais à y évoluer.

Cependant, Dieu insistait dans mon cœur que je devais postuler pour un poste dans une agence beaucoup plus petite.

Ma femme et moi avions prié sur ce sujet, et nous étions convaincus que c’était ce que le Seigneur voulait que je fasse; alors j’avais postulé pour un emploi dans cette petite agence.

Mon patron à l’époque était déboussolé par ma décision et avait fait de son mieux pour me convaincre que ce que j’avais déjà sous la main était une très bonne carrière.

Il ne pouvait pas comprendre pourquoi je choisirais de quitter ce qu’il pensait être une très bonne opportunité avec plusieurs potentialités d’évolution.

Son opinion sur la situation semblait être confirmée environ un mois plus tard quand j’avais pris fonction au nouveau poste et quand j’avais découvert sans tarder qu’elle allait être fermée!

J’avais commencé à me demander: Dieu, pourquoi m’as-tu envoyé ici? J’étais tellement sûr que Tu voulais que je prenne ce poste.

Environ une semaine plus tard, j’avais reçu des instructions pour aller encore travailler dans une autre agence, et finalement, j’avais connu plusieurs affectations qui m’avaient permis d’être promu d’une manière inhabituelle.

Je regarde en arrière comment tout cela c’était passé, et c’était juste merveilleux. Dieu l’avait rendu plus explicite tout au long de ma carrière. Tout ce que j’avais à faire était de Lui faire confiance et de Lui obéir.

Dans notre verset de réflexion, le prophète Jérémie s’était senti conduit par Dieu à faire un pas inhabituel.

Dieu avait dit à Jérémie que son cousin Hanameel viendrait lui demander d’acheter un terrain à Anathoth, une région déjà saisie par les ennemis Chaldéens.

Étant donné que Jérémie était en prison et qu’il savait que la captivité de Juda durerait soixante-dix ans, l’instruction en effet semblerait illogique et inappropriée.

Cependant, Jérémie était rassuré que cette instruction venait bien de Dieu, et il l’avait suivie dans l’obéissance.

L’acte de foi du prophète avait démontré concrètement au peuple de Juda que Dieu restaurerait un jour sa terre et reconstruirait Jérusalem.

Pareillement de nos jours, nous pourrons être appelés par le Seigneur à Le suivre d’une certaine manière que nous n’allons pas comprendre.

Bien que le moment et les circonstances puissent nous sembler étranges, nous devons obéir.

Nous pouvons avoir confiance que le Dieu qui avait accompli Ses promesses «impossibles» à Jérémie, est également au contrôle de notre avenir.

Il travaillera dans nos vies si seulement si nous Le suivons dans l’obéissance.

Contexte

Le texte d’aujourd’hui raconte que Jérémie a acheté un champ dans sa ville natale, qui était une leçon symbolique illustrant la promesse de Dieu de restaurer la terre du peuple juif.

Les événements du chapitre ont eu lieu la dixième année de Sédécias. Jérusalem était assiégée par Babylone depuis l’année précédente.

Les versets 3 à 5 pourraient être entre parenthèses car ils expliquent pourquoi Jérémie était en prison.

Selon la loi, Jérémie remplissait les conditions pour racheter la propriété spécifiée à Anathoth. Son achat de la terre était une démonstration de sa foi que Dieu tiendrait Sa promesse de restaurer le peuple juif dans sa patrie.

La transaction a été réalisée par le respect de toutes les étapes juridiques et commerciales de l’époque.

L’or et l’argent avaient été pesés car il n’y avait pas encore de pièces juives.

Bien que la valeur du shekel à cette époque ne soit pas connue, il semble que le montant était faible.

Cependant, les savants pensent que Jérémie avait payé ce qui était considéré comme le prix fort.

Un acte avait été signé et attesté, puis il avait été stocké dans un récipient en poterie qui était probablement scellé avec du brai, qui était une méthode courante de conservation des documents importants.

Un acte en double était disponible pour examen par les internautes.

Baruc était un scribe et il avait enregistré de nombreuses prophéties de Jérémie. C’est la première fois que son nom est mentionné dans le livre de Jérémie.

Les versets 16-25 contiennent la prière de Jérémie après avoir acheté la propriété.

Il avait besoin d’être rassuré et sa prière est exemplaire. Il avait considéré la grandeur et l’omniscience de Dieu, et avait raconté les miracles passés.

Il avait ensuite mentionné les «terrasses» (verset 24), qui étaient des montures que l’ennemi avait construites à l’extérieur du mur de Jérusalem pour obtenir un meilleur angle de tir pour atteindre l’intérieur du mur.

L’obéissance de Jérémie avait démontré sa foi en la parole de Dieu, puisque la famine et la peste qui avaient été prophétisées avaient déjà commencé.

Regarder de plus près

Qui était responsable de la détention de Jérémie en prison?
 
Pourquoi pensez-vous que Jérémie était allé de l’avant et avait obéi au commandement de Dieu d’acquérir des biens, même si cela ne semblait pas une chose logique à faire?
 
De quelles manières Dieu vous a-t-il rassuré à une époque où Il vous a amené à faire un pas de foi?

Conclusion

Il faut de la confiance et de la foi en Dieu pour faire ce qu’Il nous a appelés à faire même lorsque nous ne comprenons pas, mais nous serons bénis si nous le faisons.