DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

avril 19, 2020

Lecture biblique : Jérémie 28: 1-17

« Et Jérémie, le prophète, dit à Hanania, le prophète: Écoute, Hanania! L’Éternel ne t’a point envoyé, et tu inspires à ce peuple une fausse confiance. » (Jérémie 28:15)

Un vieux adage dit: « Ce que vous ne savez pas ne vous fera pas mal. »

Bien que cela puisse être vrai pour certaines choses banales, ce n’est pas toujours le cas pour des sujets importants.

Quoiqu’il puisse être plus agréable ou plus convenable de vivre en pensant que tout va bien, ce ne serait que lorsque nous connaissons la vérité, même si elle est désagréable, et que nous soyons motivés à faire quelque chose à propos.

Pour illustrer mon propos, je me souviens d’un samedi, il y a plusieurs années, lorsque mon jeune fils et moi étions préparés à repeindre notre salle de bain qui était au sous-sol, prévoyant que les travaux ne nous prendraient pas plus de deux heures.

Quand nous avions débuté les travaux préliminaires, j’avais gratté une grande couche de peinture puis j’étais malheureusement surpris de constater que la plaque de plâtre sous la couche était humide.

En retirant un peu du plâtre de la plaque, puis encore un peu plus, j’avais découvert l’horrible vérité.

Non seulement une grande partie de la substance rocheuse était en ruine, mais aussi la moitié de la structure fondamentale en dessous était également pourrie.

Ce qui avait été autrefois des morceaux de bois massifs était devenu comme de la poussière d’écorce détrempée.

Notre belle cabine de douche en carreaux de céramique fuyait apparemment depuis très, très longtemps.

À la fin de cette journée, ce qui avait été une cabine de douche avait été arraché. Ce qu’on avait commencé comme travaux de deux heures, avait fini par prendre plus de deux mois et environ deux mille dollars.

Ce projet d’un «samedi» est maintenant suffisamment loin dans le passé pour que l’on puisse en rigoler, même s’il était un peu décourageant à l’époque.

Je me souviens encore du bon sentiment que nous avions eu à la fin de ces deux mois de travaux lorsque la pourriture sèche avait été enlevée et la salle de bain reconstruite avec un bon matériau solide.

Connaître la vérité sur l’état de notre salle de bain avait été le point de départ pour réparer les dégâts.

Dans le texte d’aujourd’hui, Hanania avait dit une prophétie qui avait apporté au peuple la tranquillité d’esprit et un sentiment de confort et de sécurité.

Cependant, la prophétie n’était pas vraie, et dans notre verset, Jérémie avait réprimandé Hanania pour avoir fait croire au peuple un mensonge.

Le fait était que le jugement allait certainement venir.

Qui sait ce qui aurait pu arriver si le peuple avait agi selon le rapport de Jérémie et s’était tourné vers Dieu dans un repentir sincère?

Croire à la vérité aurait pu être un nouveau point de départ dans la relation de Juda avec Dieu.

Malheureusement, ils n’avaient pas accepté les paroles de Jérémie, mais avaient fait confiance au mensonge de Hanania et avaient poursuivi leur désobéissance et leur rébellion.

Aujourd’hui, nous devons faire attention et rejeter les conseils spirituels qui ne s’alignent pas complètement avec la Parole de Dieu.

Comme au temps de Jérémie, il y a aujourd’hui des «Hanania» dans le monde religieux qui égarent les gens.

Certains peuvent apprendre à leurs auditeurs à accepter le Christ sans donner aucune instruction sur la nécessité de se repentir et de se détourner de leurs péchés.

Ils peuvent dire que personne ne peut jamais s’attendre à mener une vie sans péché dans ce monde, ou que l’on ne peut pas savoir avec certitude si on est prêt pour passer l’éternité avec Dieu tant qu’on est dans ce monde.

Bien que de tels enseignements puissent sembler réconfortants ou pratiques pour les auditeurs, ils ne sont pas conformes à la Parole de Dieu et entraîneront des conséquences éternelles.

Nous devons être ancrés dans la vérité afin d’éviter d’être confus ou mal orientés en matière spirituelle.

Essayons de chercher la vérité, de la chérir et de la maintenir dans nos propres vies!

Contexte

Le texte d’aujourd’hui raconte un incident spécifique lié au joug en bois et aux faux prophètes mentionnés dans le chapitre précédent.

Hanania était l’un de ces faux prophètes.

En raison du péché continu de Juda contre Dieu, Il allait permettre que la nation soit soumise au roi Nebucadnetsar de Babylone.

Le pays avait déjà été envahi à deux reprises par les armées chaldéennes (605 et 597 av.J.-C.), et le pire était à venir. (L’invasion finale a eu lieu en 586 avant JC)

Comme une leçon d’illustration non seulement pour les dirigeants mais pour la population en général, Jérémie avait reçu l’ordre de fabriquer des jougs de bois.

Les jougs représentent la soumission, car les bœufs sous un joug doivent se soumettre à l’agriculteur.

Dieu avait dit au prophète de porter lui-même un joug et d’envoyer des jougs aux rois de certains pays environnants.

Le message était que s’ils se soumettaient volontiers au jugement qui allait sûrement arriver, alors ce serait relativement doux. Si, cependant, les dirigeants refusaient de se soumettre, alors leur fin serait terrible.

Hanania s’était montré arrogant et avait réprimandé publiquement Jérémie.

Il avait prophétisé que Dieu Lui-même lui avait montré que d’ici deux ans, qu’Il briserait le joug de Babylone du cou de Juda.

À cette déclaration, Jérémie avait répondu au verset 6 avec ironie: «Jérémie, le prophète, dit: Amen! que l’Éternel fasse ainsi! que l’Éternel accomplisse les paroles que tu as prophétisées. »

Alors que Jérémie souhaitait que cette prophétie soit vraie, il savait que ce n’était pas le cas. Il avait rappelé aux gens que le véritable test de la validité d’une prophétie était de savoir si elle se réalisait ou non.

Jérémie avait prophétisé la domination totale de Babylone, la seule lueur d’espoir étant que s’ils se soumettaient volontairement, cela irait beaucoup plus facilement avec eux.

Hanania, en revanche, avait prophétisé la paix et la prospérité en deux ans. Le choix était devant le peuple. Malheureusement, la majorité de la population avait choisi d’ignorer Jérémie et de croire aux mensonges de Hanania.

Hanania avait encore insulté Jérémie en cassant le joug en bois, celui qu’il avait porté à son cou en obéissance à la parole de Dieu. Il espérait que cette action ferait croire au peuple plus fermement qu’il avait raison.
Mais Jérémie avait répondu en s’éloignant. «Et le prophète Jérémie a poursuivi son chemin.»

Plus tard, Dieu avait renvoyé Jérémie à Hanania. Le message de Dieu était que, bien que Hanania ait physiquement cassé le joug en bois, Dieu créerait un jour de fer à sa place, signifiant des jougs qui ne pourraient pas être cassés par l’homme.

Jérémie avait également dit à Hanania au verset 16 que pour son péché en représentant faussement Dieu, il mourrait cette année-là.

La parole de Jérémie était accomplie; Hanania était décédé juste après deux mois, ce qui avait renforcé la crédibilité des prophéties de Jérémie.

Regarder de plus près

Quel était le message de Hanania à Jérémie?
 
Que pensez-vous qu’Hanania espérait gagner de ses fausses prophéties?
 
Quelles mesures pouvons-nous prendre pour être sûrs que nos oreilles spirituelles sont à l’écoute de la seule vérité?

Conclusion

Puisse chacun de nous s’accrocher à la vérité afin de ne pas croire au mensonge.