DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

octobre 28, 2019

Lecture biblique : Jacques 5: 1-20

« Prenez, mes frères, pour modèles de souffrance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur.
Voici, nous disons bienheureux ceux qui ont souffert patiemment. Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion.»

(Jacques 5: 10-11)


Les exemples de persévérance pendant les épreuves, encouragent toujours les autres chrétiens.

En 1874, l’évangéliste américain Dwight L. Moody avait rendu visite à un homme de Dundee, en Écosse, cloué au lit depuis quarante ans à la suite d’une chute qui lui avait brisé le dos.

Pendant toutes ces années, cet homme avait enduré patiemment une souffrance aiguë, chaque mouvement entraînant une douleur considérable. 

Cependant, Dieu était présent dans cette chambre.

Quand Maugrey avait rencontré l’homme et observé son esprit doux et confiant, il lui semblait que la petite chambre à coucher était aussi proche du ciel que l’on pouvait l’être sur la terre.

Il commenta plus tard:  « Je pouvais imaginer que lorsque les anges passaient au-dessus de Dundee, ils s’arrêtaient là pour le rafraîchissement. »

Au cours de sa visite, l’évangéliste avait demandé à l’homme cloué au lit: «Satan ne vous tente-t-il jamais de douter de Dieu et de penser qu’Il est un dur maître?»

L’homme avait reconnu que, oui, Satan essayait de le tenter, surtout quand il voyait des anciens amis d’ école passer dans leur voiture ou quand un jeune homme en bonne santé se promener dans la rue, que Satan murmurait: « Si Dieu t’aimait, n’aurait-Il pas pu t’empêcher de te casser le dos? »

Moody demanda: «Que fais-tu quand Satan te tente?»

L’homme invalide répondit: «Ah, je l’amène juste au Calvaire et je lui montre Christ. Je montre les blessures dans Ses mains et dans Ses pieds et je lui dis: « Ne m’a-t-Il pas aimé? »

Le fait est qu’il L’a ainsi tellement intimidé il y a mille huit cents ans qu’il ne peut plus me résister. Il me quitte à chaque fois. « 

Par la suite, Moody parlait souvent de cet homme aux autres. Il racontait: «Ce saint cloué au lit n’avait pas beaucoup de problèmes avec les doutes. Il était trop plein de la grâce de Dieu! » 1

Comme Job, que Jacques a mentionné dans nos principaux versets du jour, l’homme de Dundee était un exemple persévérance dans les épreuves.

Lui aussi était déterminé à résister aux épreuves qui se présentaient à lui sans perdre sa foi en Dieu.

Et aujourd’hui, près de 150 ans plus tard, nous sommes également touchés et inspirés par sa confiance sans faille.

La plupart d’entre nous ne souffrirons probablement jamais de la même manière que Job et l’homme cloué au lit de Dundee, mais nous ferons également face à des défis et à des souffrances dans la vie.

Suivons le conseil de Jacques et examinons des exemples de personnes qui ont patiemment résisté à l’affliction.

Ils nous encourageront à supporter nos propres épreuves afin que nous puissions nous aussi être comptés parmi les bien-heureux qui ont résisté.

Contexte

L’épître de Jacques se termine par une série d’instructions axées principalement sur un avertissement aux riches (versets 1 à 6), sur la nécessité de faire preuve de patience en cas de souffrance (versets 7 à 12) et sur des exhortations finales sur la foi, la prière la restauration des croyants égarés (versets 13-20). 

Aux versets 1 à 6, Jacques avait peut-être eu l’intention d’encourager les pauvres destinataires de son épître ou de les avertir de ne pas envier ceux qui étaient riches.

Comme dans d’autres enseignements du Nouveau Testament, Jacques n’a pas dénoncé les riches pour leur richesse, mais plutôt mis en garde contre les tentations auxquelles les riches peuvent facilement devenir la proie, telles que l’accumulation, malhonnête et la satisfaction égoïste, les sujets abordés dans ces versets.

Dans les versets 7 à 12, le discours de Jacques était centré sur la providence suprême de Dieu.

Il a mentionné la venue du Seigneur au verset 7 sans présenter ni expliquer cet événement; Il était clair que, dans l’Église primitive, l’espoir était tel qu’aucun commentaire n’était nécessaire.

Le laboureur mentionné dans ce verset était un agriculteur et le «fruit de la terre» était une récolte de céréales. La récolte a été jugée «précieuse» car c’est ce qui a soutenu le fermier et sa famille.

Le mot se plaindre au verset 9 signifie «se plaindre ou se plaindre».

L’apôtre a reconnu que les pressions et les afflictions pouvaient gêner la patience des croyants et les inciter ainsi à murmurer les uns contre les autres. 

Les derniers versets de cette épître (versets 13-20) sont une série d’avertissements, commençant par une exhortation à la prière en période d’épreuve.

Jacques expliqua comment réagir face à l’affliction (n’importe quel type d’assaut du diable) et aux moments où le cœur est joyeux.

L’instruction pour les joyeux de «chanter des psaumes» pourrait être traduite par «chanter des louanges».
À partir du verset 14, Jacques a spécifiquement abordé les problèmes de santé et la doctrine de la guérison divine.

Il a noté que, dans ces circonstances, le privilège du chrétien était de «faire appel aux anciens de l’église» (des chefs spirituels étaient reconnus ou nommés dans des congrégations locales dès 40 ou 50 ap. J.-C.).

La pratique de l’onction avec de l’huile est également mentionnée dans Marc 6:13.

Jacques n’a pas nuancé sa déclaration concernant les résultats qui seraient obtenus. Il était tacitement compris que, même si on ne savait pas comment Dieu répondrait dans chaque cas, des guérisons extraordinaires se produiraient.

Dans Jacques 5:17, nous lisons qu’Elie était «un homme de mêmes nature que nous» et Dieu a répondu à sa prière.

Ainsi, alors «que ta volonté soit faite» était conforme à l’écriture antérieure de Jacques et impliquée ici, cela impliquait également que Dieu donnerait des résultats inhabituels aux personnes qui prient avec une foi fervente. 

La dernière exhortation de l’apôtre s’adresse également aux «frères» et traite de l’importance de la restauration de ceux qui ont été rétrogradés.

L’expression «convertissez-le» n’implique pas que le chrétien provoque le pardon du péché, mais qu’il persuade celui qui est égaré de revenir à la vérité. Bien que chaque individu soit responsable de ses propres choix, l’instruction de Jacques indique clairement que les efforts visant à restaurer le rétrogradé sont des efforts spirituellement valables. 
 

Regarder de plus près

0. Que pensez-vous que Jacques voulait dire au verset 2 lorsqu’il a dit: «Vos richesses sont corrompues»?
0. Quel exemple de la nature Jacques donne-t-il au verset 7 pour illustrer le besoin de patience?
0. Considérez qui vous regardez dans votre vie comme un exemple d’endurance de patience. Quelles leçons de vie avez-vous apprises de cette personne et que vous souhaiteriez appliquer dans votre propre vie?

Conclusion

Les personnes qui ont patiemment supporté l’affliction nous donnent un exemple et nous encouragent à rester ferme et à continuer à faire confiance à Dieu lorsque nous sommes confrontés à des circonstances difficiles.