DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

octobre 24, 2019

Lecture biblique : Jacques 1: 1-27

«Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, sachant que l’épreuve de votre foi produit la patience. Mais il faut que la patience accomplisse parfaitement son oeuvre, afin que vous soyez parfaits et accomplis, sans faillir en rien. »
(Jacques 1: 2-4).

 


Notre petite-fille de trois ans, Lily, passait une journée avec nous. Au milieu de la matinée, elle annonça de façon assez dramatique: «Grand-mère, j’ai faim !» Décidant qu’un petit casse-croûte ne gâcherait probablement pas son déjeuner, je la fis asseoir à table dans notre cuisine. J’ai sorti un paquet de ses biscuits préférés que j’ai déposé dans une petite assiette devant elle.

Lily est en apprentissage à la maison et mon mari et moi avons reçu des instructions à suivre à chaque période propice pour l’apprentissage.

Je lui ai donc suggéré de compter les biscuits avant de les manger. Elle tendit agréablement le doigt et commença: «Un… deux… trois…»

Remarquant qu’elle a poussé les biscuits cassés de côté et ne les a pas pris en compte, je lui ai fait remarquer les morceaux cassés en lui demandant : «Lily, pourquoi ne comptes-tu pas ceux-là? » Elle fronça ses sourcils et, d’une voix qui indiquait son mécontentement d’avoir à déclarer l’évidence, elle répondit:« Grand-mère, ces biscuits sont cassés ! »

Quelques jours plus tard, j’étais tombée sur les versets du premier chapitre de Jacques. Le mot «compte» m’a fait penser au refus de Lily de compter les biscuits cassés.

Je m’étais demandé: combien de fois faisons-nous la même chose lorsqu’il s’agit de compter toutes les circonstances de la vie comme des sujets de joie ?

Il est facile d’être reconnaissant pour les bienfaits que Dieu nous accorde, mais combien il est difficile de prendre comme sujets de joie les choses qui nous rendent tristes, effrayés, frustrés, découragés ou stressés, comme les «biscuits cassés» dans nos vies!

Pourtant, c’est ce que nous devrions faire.

Quand Jacques écrivait : «Regardez comme un sujet de joie…», il ne faisait pas référence aux aspects agréables de notre existence. Il avait spécifiquement indiqué que nous devons compter comme sujets de joie les «tentations diverses» (ou épreuves) qui nous arrivent.

Maintenant, c’est un défi!

L’Apôtre n’écrivait pas aux personnes dont la vie était sans difficultés, mais aux croyants dispersés à cause de la persécution et confrontés aux difficultés que rencontrent les personnes qui se retrouvent dans un environnement hostile.

Pour expérimenter la joie abondante et débordante de Dieu, nous devons choisir de suivre Ses conseils.

Jacques avait reconnu les circonstances difficiles dans la vie de ses lecteurs.

Dans le même temps, et sans aucune contradiction, il leur conseillait de se réjouir durant ces épreuves.

Il les avait encouragés à faire face à leurs épreuves avec une attitude de joie plutôt que de les considérer comme une punition, une malédiction ou une calamité imprévue.

Son message est applicable à nous aujourd’hui. Notre réaction initiale à un tel conseil pourrait être: «C’est plus facile à dire qu’à faire!». Nous savons ce que nous sommes censés faire, mais comment pouvons-nous compter les moments de tristesse, de frustration, de souffrance ou de stress comme sujets de joie ?

Le secret se trouve peut-être dans la grande caricature. Jacques a poursuivi en expliquant que «l’épreuve de votre foi produit la patience.».

Lorsque nous rencontrons des épreuves, nous devons faire confiance à Dieu pour utiliser ces circonstances pour notre bien spirituel, en nous concentrant sur le résultat final plutôt que sur la souffrance du moment présent.

Être «parfaits et accomplis», être mûrs spirituellement et mener une vie de sainteté cohérente, est un résultat final qui mérite d’être mis en œuvre de manière optimale.

La vraie joie ne dépend pas des circonstances. Cela vient de notre relation avec Jésus-Christ et de l’assurance qu’Il travaille dans notre vie et par tous les événements qui se déroulent sur notre chemin.

Alors acceptons les morceaux cassés avec le tout.

Comptons comme Jacques voudrait que nous comptions, sachant que les épreuves peuvent nous aider à atteindre une plus grande maturité spirituelle et à approfondir notre relation avec Dieu.

Comptons-les tous comme sujets de joie!

Contexte

L’épître de Jacques est l’une des vingt-et-une épîtres ou lettres du Nouveau Testament.

Le premier chapitre contient deux sections principales: les versets 1 à 18 concernent la survenance des épreuves, soit par la tentation, soit par la souffrance, et les versets 19 à 27 sont une série d’avertissements liés à l’obéissance à la vérité divine.

Dans la langue d’origine, le mot traduit par épreuve (verset 2) fait référence à des essais, à des preuves ou à des tests.

L’expression «l’épreuve de votre foi » (verset 3) implique une intention de prouver la qualité de quelque chose.

Puisque Jacques a spécifiquement désigné la «cible», il est clair qu’il ne s’adressait pas à ceux qui souffraient du fait d’avoir péché, mais aux disciples de Christ qui éprouvaient des difficultés parce qu’ils servaient le Seigneur.

Au verset 4, Jacques donna la raison de l’endurance patiente dans les épreuves, pour que ceux qui souffrent deviennent «parfaits et accomplis, sans faillir en rien.» Elles les dirigeaient vers une vie spirituellement mûre, complète et cohérente dans une vie sainte.

Les versets 5 à 8 concernent la sagesse divine qui fait un bon usage des épreuves, les considérant comme des opportunités de croissance dans une vie sainte; Jacques a indiqué que cette sagesse est un don divin.

Il a souligné que si quelqu’un n’avait pas la capacité de supporter des épreuves dans la joie, il pouvait «demander avec foi», mais qu’une telle prière devait être sincère et inébranlable, et ne pas masquer un désir secret de trouver un moyen plus facile.

« L’homme irrésolu » (verset 8) est l’individu instable qui ne se livre pas entièrement à Dieu.

Les versets 9 à 11 continuent le thème des épreuves développé aux versets 2 à 4; de nombreux chrétiens de la première église ont été confrontés à des défis liés à la pauvreté et à l’exploitation par les riches et les puissants.

Les étudiants de la Bible considèrent que l’épître de Jacques est typiquement le livre juif du Nouveau Testament.

Un exemple est dans la déclaration de Jacques : « Heureux l’homme qui supporte patiemment la tentation; car, après avoir été éprouvé, il recevra la couronne de vie,» au verset 12; Cela ressemble beaucoup aux béatitudes données par Jésus dans Matthieu 5.

Les Juifs utilisaient une «couronne» pour représenter l’état de bonheur le plus élevé.

Poursuivant jusqu’au verset 18, l’apôtre a développé le thème des épreuves, des souffrances et des tentations, en expliquant la récompense de la fidélité.

Il a donné l’argument de ceux qui excusent l’échec ( la chute) en blâmant Dieu d’avoir envoyé une tentation, soulignant qu’un Dieu saint ne tente pas.

Dans l’affirmation selon laquelle un homme est «attiré (tenté) par sa propre convoitise» (verset 14), le mot convoitise fait référence à tout désir naturel ou susceptibilité et n’implique pas nécessairement des désirs égoïstes ou injustes.

Au verset 22, Jacques a averti: «Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écouter.»

Dans le monde antique, la plupart des instructions étaient données oralement. Il était donc courant d’écouter un enseignant.

Si une personne essayait de vivre selon ce que disait l’enseignant, celle-ci s’appelait un «disciple» de l’enseignant.

Jacques soulignait que Jésus cherche des disciples – des pratiquants, pas seulement des auditeurs( écouteurs).

L’instruction de Jacques au verset 27 faisait allusion au fait que les veuves et les orphelins de cette époque avaient peu de moyens de soutien économique ou social et figuraient donc parmi les plus vulnérables.

Il y avait peu d’opportunités professionnelles pour les femmes dans les anciennes cultures et aucun système de protection sociale.

À moins que les membres de la famille ne fournissent les moyens de subsistance, les veuves et les orphelins sont réduits à la mendicité, à l’esclavage ou à la mort.

Jacques expliquait clairement qu’une véritable marche avec Dieu se manifeste de manière simple et pratique.

Regarder de plus près

0. Quels aspects de la nature Jacques a-t-il utilisés pour illustrer ce qu’il a dit aux versets 9-11?
0. Pourquoi pensez-vous que garder sa langue en bride, référencé au verset 26, est si important pour un chrétien?
0. Quels sont certains domaines spécifiques de votre vie où Dieu vous a mis au défi d’agir et non d’écouter seulement Sa Parole?

Conclusion

En tant que chrétiens, nous savons que les épreuves que nous traversons ont un but.

Comprendre que Dieu les veut pour notre bien peut nous aider à traverser des moments difficiles tout en conservant notre joie.