DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

mars 25, 2020

Lecture biblique : Jérémie 4: 5-31

«Voici, le destructeur s’avance comme les nuées; Ses chars sont comme un tourbillon, Ses chevaux sont plus légers que les aigles. -Malheur à nous, car nous sommes détruits! » (Jérémie 4:13)

Les tourbillons sont fréquents et destructeurs dans de nombreuses régions du monde, mais ici à Portland, en Oregon, où j’habite, ils sont moins fréquents.

Cependant, nous avons parfois de fortes tempêtes de vent. Mon esprit remonte à la plus grande tempête dont je me souviens : le jour de la tempête de Columbus de 1962.

Elle est classée parmi les plus intenses tempêtes à frapper les États-Unis pendant de nombreuses décennies.

Quand j’étais jeune, avant que cette tempête ne se produise, je prêtais peu d’attention aux prévisions données par les médias avant ce jour-là. Mais après cela, je faisais très attention au vent!

La « grande tempête » est gravée dans ma mémoire. Notre famille vivait à côté de notre terrain de camping de l’église, et je me souviens avoir vu les sapins imposants à quelques pieds de notre maison se pencher presque à angle droit.

Des branches cassées et des débris volaient dans l’air; lorsque la tempête a finalement pris fin, les décombres atteignaient presque la taille de nombreuses parties du terrain du camp.

Cinquante-cinq grands arbres s’étaient cassés et tomber par terre, brisant dans de nombreux cas les petites cabines utilisées pour accueillir les visiteurs pendant nos conventions.

Aussi dévastateurs que soient les résultats de cette explosion d’octobre, elles sont minimes par rapport à la destruction prédite par Jérémie dans le texte d’aujourd’hui.

Le prophète a prédit une invasion à venir en utilisant l’image d’un «vent sec» – se référant au sirocco, un vent chaud de l’est qui surgissaient parfois dans la région.

Étant donné que la violence de ces tempêtes cause une grande détresse aux populations et également anéantît leurs récoltes, les habitants de l’époque de Jérémie auraient facilement compris ce que représentait une terrible dévastation.

Leur cri, après que les armées envahissantes furent propagées comme un tourbillon, serait: «Malheur à nous! car nous sommes perdus. »

Leur seule délivrance de la destruction imminente, serait de purifier leur cœur de la méchanceté (verset 14).

Tandis que l’avertissement du prophète indiquait que le jugement était certain, Dieu a quand même promis que certains fidèles seraient épargnés(voir le verset 27).

Aujourd’hui aussi, le jugement de ceux qui persistent dans l’injustice est sûr, mais une voie d’échappatoire est encore ouverte pour ceux qui se repentent et donnent leur vie à Jésus.

Nous pouvons échapper à la dévastation qui, selon Dieu, arrivera sur ce monde.

Remercions Dieu pour Sa miséricorde et Son plan pour la délivrance de ceux qui l’honorent et Lui font confiance!

Contexte

Dans ce passage, qui fait partie du deuxième sermon de Jérémie, le prophète a tourné son attention vers le jugement imminent qui arriverait si Juda ne se repentait pas.

Le son de trompette était la façon habituelle d’avertir les gens que le danger approchait.

« Établir la norme» signifiait tracer une voie d’évasion et indiquer un lieu de refuge. Bien que Jérémie n’ait pas directement nommé l’ennemi «du nord», l’histoire indique qu’il faisait référence à Nebucadnetsar et à l’armée babylonienne, qui a conquis Juda en 586 av. Jésus Christ.

Certains étudiants de la Bible ne s’accordent pas dans leur interprétation du verset 10.

Une interprétation dit que Dieu avait permis aux faux prophètes de tromper le peuple en lui faisant croire qu’il y aurait la paix.

D’autres interprétations disent que cela est un cri de désespoir de Jérémie alors qu’il tentait d’énumérer les grandes promesses de Dieu concernant Israël et leur Terre Promise avec la terrible détresse qui les attendait maintenant.

Dans les versets 11-13, le prophète a utilisé une métaphore du vent sec redouté, ou sirocco, qui soufflait généralement sur la Palestine au printemps et à l’automne, et pouvait durer de trois à sept jours. L’impact dévastateur sur les cultures, les moyens de subsistance et la vie était une image de la grande destruction qui allait venir de l’ennemi du nord.

Ému par ce qu’il avait prédit dans les versets 14-18, Jérémie implora une fois de plus le peuple de Juda à se repentir, soulignant qu’ils étaient seuls responsables de leur rébellion, ce qui entraînerait un jugement définitif et la destruction.

Dans les versets 19-22, Jérémie a exprimé sa profonde angoisse devant la vision qu’il avait vue et le refus de Juda de se repentir.

Dans les versets 23-26, le prophète a prédit que la terre fertile qui avait été promise à Israël deviendrait l’inverse: un désert.

Dans la vision de Jérémie, partout où il regardait était une désolation totale. La terre était vide et sans lumière; les montagnes tremblaient; tous les êtres vivants avaient disparus; toutes les villes ont été détruites.

Pourtant, même au milieu de cette dévastation, Jérémie a offert une lueur d’espoir au verset 27, «. . . Mais je ne ferai pas une entière destruction.»

La miséricorde de Dieu serait disponible lorsque la vraie repentance se produirait.

Dans les derniers versets, Jérémie a réitéré que le jugement était sûr et que Dieu ne s’en détournerait pas.

Le verset 30 se rapporte à Jérusalem, qui avait agi comme une prostituée immorale qui s’était parée de cramoisi, d’ornements d’or et avait agrandi ses yeux avec de la coloration.

Toute cette vanité ne dissuaderait pas ses ennemis de chercher sa destruction.

En fin de compte, elle serait comme une femme éprouvant des douleurs d’accouchement insupportables et désertée par tous.

Regarder de plus près

Qu’est-ce que le prophète a dit qu’il arriverait au cœur du roi, des princes et des prêtres?
 
Quels types de jugements arriveront sur ceux qui refusent aujourd’hui de tenir compte des avertissements de Dieu de revenir à Lui ?
 
De quelles manières avez-vous expérimenté la miséricorde et la préservation de Dieu dans votre propre vie?

Conclusion

Si la destruction des méchants est certaine, une voie d’évasion est toujours ouverte.

Si nous prêtons une attention particulière aux avertissements donnés dans la Parole de Dieu, nous échapperons à cette période de terrible dévastation.