DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

octobre 23, 2019

Lecture biblique : Actes 28: 1-31.

«Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie; Paul, s’étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit. Là-dessus, vinrent les autres malades de l’île, et ils furent guéris. »

(Actes 28: 8-9)

 


Il est important d’être fidèle en utilisant chaque opportunité pour transmettre le message de l’Evangile.

Il y a plusieurs années, certains membres de notre église étaient en visite à Aurangabad, en Inde. En se promenant dans un centre commercial local, ils s’étaient rendus dans un petit magasin.

Là-bas, un homme s’était approché d’eux et leur avait demandé ce qu’ils faisaient en Inde.

Une des femmes avait expliqué qu’elle était en Inde pour parler aux autres de l’amour de Jésus et de la façon dont Il change des vies.

L’homme était si intéressé qu’il lui avait demandé si elle pouvait parler à tous ses employés? Quand elle avait accepté, il avait rassemblé ses ouvriers et avait commencé à expliquer ce dont chacun avait besoin dans sa vie.

Il avait demandé: “Jésus peut-il guérir cet homme?” Pour un autre, “Jésus peut-il arrêter cet homme de fumer?” Ensuite, “Jésus peut-il éliminer les mauvaises attitudes en cette personne ?” Les questions avaient continué encore et encore.

Quelle joie cette femme chrétienne avait ressentie en répondant affirmativement à chaque question et en informant le groupe rassemblé que Jésus sauve, et comment Il est mort sur la croix pour pouvoir les sauver de leurs péchés!

Elle avait expliqué que le salut était le point de départ pour marcher avec Jésus et qu’Il peut résoudre tous les problèmes de leur vie.

Elle avait distribué des traités en langue hindi, sur l’amour de Jésus, son pouvoir de pardonner, tout en expliquant aussi, comment à travers le salut, chacun peut faire du ciel sa demeure éternelle.

Les employés avaient pris les traités avec joie et leurs yeux étaient ouverts lorsqu’ils avaient entendu parler de Jésus pour la première fois.

Lors de sa visite suivante, elle était retournée au centre commercial, mais elle avait constaté que le magasin avait été fermé.

L’impact du message de salut sur ces personnes ne sera connu que lorsque nous aurons atteint le ciel, mais elle avait fait sa part en parlant de Jésus quand elle en avait eu l’occasion.

Dans notre texte d’aujourd’hui, Paul était une autre personne qui a profité d’une occasion inattendue pour partager l’Évangile.

En tant que prisonnier à Rome, l’apôtre avait traversé une tempête féroce qui avait duré au moins deux semaines, puis un naufrage.

Après avoir atterri, il avait été mordu par une vipère venimeuse alors qu’il rassemblait des bois pour raviver le feu.

Cependant, Paul était toujours prêt à témoigner aux autres la puissance qui est dans le nom de Jésus. Lorsqu’il logeait chez le chef de l’île et avait appris que son père était désespérément malade, l’apôtre avait prié pour lui et l’homme avait été guéri.

Ce miracle avait eu pour résultat le fait que de nombreux autres habitants de l’île étaient allés voir Paul pour être guéris.

Nos occasions de partager le message de l’Évangile seront différentes de celles de Paul. Et nous ne parlerons probablement jamais de Jésus dans un grand magasin en Inde.

Mais nous aurons nos propres opportunités!

Lorsque Dieu ouvre une porte, essayons de faire ce que nous pourrons pour planter la graine de l’Évangile.

C’est le travail du Saint-Esprit de faire croître la graine, mais nous pouvons être certains que notre fidélité à tendre la main à ceux qui ne connaissent pas Jésus produira des résultats dans l’éternité.

Contexte

Luc a conclu son récit des Actes des Apôtres en détaillant la fin du voyage de Paul à Rome avec d’autres prisonniers.

Après que leur bateau fut brisé lors de la tempête, ils sont arrivés à terre sur l’île de Malte, connue par les Grecs et les Romains sous le nom de Melita.

Ils y ont rencontré des «barbares», des gens qui n’étaient pas éduqués en grec. En tant que descendants des Phéniciens, les insulaires étaient en réalité très civilisés et instruits.

Etre éduqué ne les empêchait cependant pas d’être superstitieux. Premièrement, ils ont supposé que Paul devait recevoir «vengeance» ou justice des dieux parce qu’il a été mordu par un serpent qu’ils savaient être venimeux.

Puis, en quelques minutes, leurs soupçons se transformèrent en admiration pour sa protection divine et ils conclurent qu’il devait être lui-même un dieu.

Publius était un nom ou un titre romain donné au principal responsable de Malte. Les membres de l’élite de l’île étaient probablement des citoyens romains connaissant le latin et le grec.

Le «flux sanguin» était très probablement la dysenterie, une maladie des intestins très douloureuse, accompagnée d’une fièvre et souvent mortelle.

Paul et ses compagnons lors de ce voyage en mer ont attendu trois mois à Malte pour pouvoir voyager en toute sécurité. La saison de navigation a commencé au début de février, mais la plupart des voyages commencent à la fin de février ou au début de mars.

Luc continua son carnet de route en répertoriant les endroits où ils s’étaient arrêtés après comme avant le naufrage. La distance entre Malte et Syracuse était presque cent soixante et un kilomètres. Située sur la côte est, c’était la principale ville de l’île de Sicile.

Rhegium était une ville située sur le territoire italien, près du détroit qui séparait la Sicile de l’Italie. C’était une escale courante pour les voyageurs entre la Sicile et Rome. De là, il ne fallut qu’un jour pour que le navire de Paul arrive à Puteoli, à cause du vent favorable du sud. À cet endroit, Paul et Luc ont rencontré des confrères chrétiens qui avaient entendu parler de leur venue. Ils ont pu rester là-bas une semaine, preuve que le capitaine du navire avait accueilli favorablement Paul.

Le voyage à l’intérieur des terres de Puteoli à Rome s’est étendu sur une distance de plus de cent kilomètres et a pris environ une semaine.

Le forum d’Appius était une petite ville située à quarante-trois kilomètres de Rome. Certains chrétiens romains sont venus jusqu’ici pour rencontrer Paul.

Plus grande ville de l’ancien monde méditerranéen et capitale de l’empire romain, Rome comptait près d’un million d’habitants. Là, Paul a été autorisé à vivre dans sa propre maison louée plutôt que d’être en prison. Il a profité de cette «liberté conditionnelle» pour rencontrer toute personne qui venait lui demander son témoignage sur Jésus, ses conseils ou ses encouragements.

Apparemment, le décret pris par l’empereur Claude d’expulser les Juifs de Rome (voir Actes 18: 2) avait expiré et certains Juifs étaient revenus à Rome.

Plusieurs de leurs dirigeants sont venus voir Paul, ayant entendu parler des événements de Jérusalem concernant Jésus et voulant entendre la version de Paul.

Paul a conclu sa présentation en déclarant que le salut de Dieu avait été envoyé aux païens, ce qui était un thème principal du livre des Actes.

Le livre des actes se termine par le premier emprisonnement de Paul en Rome; Luc déclare que Paul a vécu deux ans en résidence surveillée.

Selon la tradition, Paul fut libéré pour un temps après cela. Les historiens ont indiqué que des enquêtes devaient être menées dans un délai de deux ans. Il a donc probablement été relâché une fois ce délai écoulé.

Sa lettre à l’église de Philippes, rédigée lors de cette première incarcération, raconte l’attente de Paul d’être libéré sous peu (Philippiens 2:24). Plus tard, Paul fut à nouveau emprisonné, probablement à Rome, et dans des conditions beaucoup plus strictes. C’est alors qu’il a écrit sa dernière épître, 2 Timothée.

Le Nouveau Testament ne dit pas quand ni comment Paul est mort, mais les historiens pensent qu’il a été martyrisé peu après le grand incendie de Rome en 64 après JC et avant la dernière année du règne de Néron en 68.

Regarder de plus près

0. Quelle a été la réaction initiale des indigènes de l’île lorsque le serpent a mordu Paul? Comment cela a-t-il changé quand il n’en est pas mort?
0. Pourquoi pensez-vous que le capitaine du navire a permis une telle liberté à Paul? 
0. De quelles façons pouvez-vous servir les autres au jour le jour?

Conclusion

Des occasions de partager l’évangile se présenteront à chacun de nous, parfois de manière inattendue.

Faisons en sorte que nous soyons vigilants dans ces moments-là et soyons fidèles pour les utiliser à des fins d’avancement du Royaume de Dieu.