DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

février 27, 2020

Lecture biblique : 2 Rois 8: 16-29

«Il marcha dans la voie de la maison d’Achab, et il fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel, comme la maison d’Achab, car il était allié par mariage à la maison d’Achab.»

(2 Rois 8:27)

 


Avez-vous remarqué que les petits enfants sont de grands imitateurs?

Leurs premiers mots sont des échos de ce qu’ils entendent. Si nous disons «au revoir», ils le répètent. Même le «non» qu’ils prononcent souvent, vient de ces échos lorsqu’ils entendent un adulte le dire en premier.

Les enfants plus âgés imitent également les adultes.

En raison de certaines racines britanniques dans ma famille, j’ai tendance à dire des mots avec l’accent «wh» en utilisant plus d’air que la plupart des Américains.

Quand j’enseignais en sixième, mes élèves appréciaient ma prononciation et avaient commencé à changer la façon dont ils parlaient pour m’imiter.

L’imitation va bien plus loin que les sons et les mots.

Les enfants imitent les comportements, les manières et même les attitudes.

Deux fois par an, je rencontrais les parents de mes élèves de sixième pour une réunion.

J’entendais les mêmes excuses d’un parent que celles de son enfant lorsque je commentais l’incapacité de l’élève à reprendre le travail au sérieux.

De même, je remarquais souvent le respect d’un parent qui reflète le comportement de son enfant.

Quelle influence avons-nous sur nos enfants dans le domaine spirituel?

Nous ne pouvons pas les faire devenir chrétiens seulement en leur apprenant à mener une bonne vie ou en les emmenant à l’église, mais les exemples que nous leur présentons pourraient faire la différence selon qu’ils trouvent ou non l’Évangile comme une vérité et ils choisiront de l’embrasser eux-mêmes.

De nombreux enfants élevés dans des foyers non chrétiens ont certainement appris la vérité et l’ont choisie.

Je suis la première génération de ma famille à être élevée dans un foyer chrétien, car un cycle de péché a été rompu par mes parents lorsqu’ils sont venus à Christ, par la foi.

Néanmoins, de nombreux enfants suivent les traces de leurs parents.

Les habitudes quotidiennes apprises dans l’enfance forment des attitudes et des comportements qui sont conservés pour le reste de leur vie.

D’après nos exemples, nos enfants penseront-ils qu’il est important d’aller à l’église?

Vont-ils voir en nous la valeur du sacrifice de soi pour les autres?

Vont-ils considérer la prière comme vitale?

Dans le texte d’aujourd’hui, Achazia était un mauvais roi en grande partie à cause de l’influence de sa mère sur lui.

Il avait toujours le choix, bien sûr, mais il était sans aucun doute influencé à faire le mal en s’abandonnant à son mauvais comportement.

En quoi les choses auraient-elles été différentes si le père d’Achazia ne s’était pas marié dans la méchante famille d’Achab?

Quoi qu’il se soit passé, il y a des leçons à tirer de ce récit.

La personne que nous épousons aura un impact significatif sur notre avenir spirituel, et la façon dont nous élevons nos enfants influencera leur avenir, pour le bien ou pour le mal.

Prions pour la sagesse et les conseils pour marcher prudemment et nous conduire d’une manière qui amène ceux que nous influençons à vivre une vie pieuse.

Nos exemples feront la différence pour ceux qui nous regardent!

Contexte

Les règnes de Joram et d’Achazia, rois de Juda, démontrent les conséquences négatives profondes d’un mariage arrangé par Josaphat, un bon roi de Juda, et Achab, un méchant roi d’Israël.

Pour un avantage politique entre Israël et Juda, Josaphat a demandé à son fils Joram d’épouser Athalie, fille d’Achab et de Jézabel.

Athalie a apporté le culte de Baal dans Juda et a aidé à influencer Joram dans son choix de suivre les voies perverses d’Achab plutôt que les voies divines de son père Josaphat.

Joram a tué ses frères et encouragé le peuple de Juda dans l’idolâtrie.

Les Édomites étaient les descendants d’Ésaü et leur terre était au sud-est de Juda.

Juda avait contrôlé Edom, mais dans le texte d’aujourd’hui, les habitants d’Edom se sont révoltés et Joram n’a pas réussi à les dominer de nouveau.

Libna, à l’ouest de Juda, était une forteresse à la frontière entre Juda et Philistin, et elle s’est révoltée au même moment.

La perte de contrôle de ces zones a affaibli Juda.

Avec le temps, les Philistins et les Arabes ont envahi Juda, prenant les biens de Joram, ses fils et ses femmes, de sorte que seul son plus jeune fils, Achazia, a été laissé.

La nation de Juda n’a été épargnée que parce que Dieu était fidèle à son alliance avec David, promettant de «lui donner toujours une lampe parmi ses fils.», préservant ainsi la lignée messianique.

Athalie a influencé son fils Achazia vers la méchanceté, tout comme elle l’avait fait avec son mari.

Elle a été référencée comme la «fille d’Omri» (dans ce cas-ci signifiant petite-fille) pour montrer qu’elle était membre de la dynastie maléfique d’Omri.

Ramoth-Gilead était à la frontière nord-est d’Israël (le Royaume du Nord) et était contrôlée par la Syrie.

Achazia s’est joint à Joram (roi d’Israël) pour regagner ce territoire, et Joram a été blessé dans la bataille.

Le méchant règne d’Achazia n’a duré qu’un an avant sa mort violente aux mains de l’armée de Jéhu (2 Rois 9:27).

Regarder de plus près

Pourquoi Dieu n’a-t-Il pas détruit Juda pendant le méchant règne de Joram?
 
Pourquoi pensez-vous que Joram et Achazia étaient de mauvais rois?
 
Que pouvez-vous faire pour inciter les autres à faire le bien et non pas le mal?

Conclusion

En faisant de Dieu le chef de nos vies, nos enfants et les gens qui nous entourent verront la vérité de l’Évangile en action.

Donnons-leur un bon modèle à imiter.