DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

octobre 20, 2019

Lecture biblique : Actes 25: 1-27.

«Ils sont donc venus ici, et, sans différer, je m’assis le lendemain sur mon tribunal, et je donnai l’ordre qu’on amenât cet homme.Les accusateurs, s’étant présentés, ne lui imputèrent rien de ce que je supposais; ils avaient avec lui des discussions relatives à leur religion particulière, et à un certain Jésus qui est mort, et que Paul affirmait être vivant. »

(Actes 25 : 17-19).


Certains «moments décisifs » changent radicalement l’avenir d’un individu, d’un mouvement, d’une nation ou même du monde.

Dans nos vies personnelles, le moment pourrait être aussi important que de rencontrer notre futur conjoint ou d’accepter un poste de débutant menant à une carrière à vie.

Cela peut impliquer une décision vitale ou une crise imprévue.

Quels que soient les détails, la plupart d’entre nous, pouvons regarder en arrière et identifier une poignée d’événements dans nos vies qui ont changé notre avenir et notre destin de manière radicale.

En tant que chrétiens, notre expérience du salut serait le premier événement.

Dans un développement plus large, de nombreux moments décisifs historiques ont changé notre monde.

Certains de ces événements se sont produits en un seul jour; d’autres ont duré un siècle ou plus. Certains ne concernaient qu’un ou deux pays, tandis que d’autres touchaient tous les continents et apportaient une façon de penser complètement différente.

La Renaissance, l’invention de l’imprimerie de Gutenberg, la Réforme protestante, la révolution américaine, la révolution française, la révolution industrielle et les deux guerres mondiales sont également des exemples.

S’il est incontestable que tous ces événements ont radicalement affecté notre monde, le moment le plus déterminant de l’histoire a été la résurrection de Jésus-Christ d’entre les morts.

Dans notre texte d’aujourd’hui, les circonstances étaient réunies pour que Paul puisse proclamer la doctrine de la Résurrection devant Festus, Agrippa et Bérénice dans son dernier message enregistré dans Actes.

Festus a décrit la situation de Paul au roi Agrippa en déclarant que les accusations portées contre l’apôtre étaient fondées sur sa prédication d’un « Jésus mort, que Paul affirmait vivant. »

Tout comme des témoins et des archives historiques confirment que des événements mondiaux notables ont eu lieu, des témoins et des archives historiques attestent également de la réalité de la résurrection de Jésus.

Malgré l’incrédulité des chefs religieux juifs, de Festus, d’Agrippa, de Bérénice et d’innombrables autres à travers les âges, Jésus-Christ était mort et est revenu à la vie!

La résurrection est la doctrine fondamentale du christianisme.

Paul l’a audacieusement témoigné, déclarant à plusieurs reprises dans son ministère et ses épîtres que si Jésus-Christ n’est pas ressuscité, la prédication est fausse, notre foi est vaine , nous sommes encore dans nos péchés, les morts périssent sans espoir et les chrétiens vivants sont «les plus malheureux de tous les hommes » (1 Corinthiens 15:19), n’ayant pas d’espérance au-delà de la tombe.

Maintenant, la question est la suivante: que ferons-nous de la réalité de la résurrection?

Certaines personnes, comme les chefs religieux de l’époque de Paul, essaieront d’ignorer ou de négliger l’événement.

D’autres, cependant, reconnaîtront la nature décisive de cet événement étonnant et depuis longtemps prophétisé, et adoreront Jésus-Christ comme leur Seigneur ressuscité.

Prenons la décision de faire partie de ces derniers, veillons( attachons-nous à cela) et défendons la doctrine de la résurrection du Christ et, comme Paul, soyons fidèles en la proclamant!

Contexte

Au chapitre 25, le grand prêtre et les chefs religieux juifs portèrent des accusations contre Paul, cette fois devant Porcius Festus, le gouverneur qui succéda à Félix.

Les versets 1 à 12 racontent le complot et les accusations des Juifs contre Paul, ainsi que la demande de l’apôtre d’être jugé devant César.

Les versets 13 à 22 montrent l’arrivée d’Agrippa à Césarée et l’explication que lui donne Festus du dilemme concernant les accusations portées contre Paul, qu’il savait innocent.

Les cinq derniers versets du chapitre décrivent l’introduction de Festus à Agrippa avant la défense de Paul (consignée au chapitre 26).

Jusqu’à l’arrivée de Festus en Judée, les archives historiques ne le mentionnent pas. Il a succédé à Félix lorsque ce dernier a été rappelé à Rome pour rendre compte des troubles survenus sous sa juridiction; cela se produisit probablement vers 58 ou 59 après J.-C.

Comme Félix n’avait pas réussi à traiter les accusations portées contre Paul, Festus devait prendre une décision concernant le prisonnier après son entrée en fonction comme gouverneur.

Les Juifs voulaient que Paul soit envoyé à Jérusalem, avec l’intention de l’embuscade et de le tuer quand il se rendrait là-bas.

Dans leur demande à Festus, l’affirmation selon laquelle ils «souhaitaient obtenir une faveur de lui» (verset 3) indique qu’ils ont plaidé auprès de Festus de manière urgente et persistante.

Probablement, l’embuscade prévue impliquait les quarante comploteurs dont la première tentative avait échoué (voir Actes 23: 12-24) et qui étaient plus soucieux que jamais d’atteindre leur objectif d’élimination de Paul.

Cependant, Festus a rejeté leur demande et déclaré que Paul resterait à Césarée et que ses accusateurs seraient invités à s’y rendre.

Environ dix jours plus tard, lors de la mise en accusation, les plaintes contre l’apôtre étaient «nombreuses et graves » (littéralement «lourdes»), mais elles ne pouvaient être prouvées parce que Paul n’était coupable ni d’avoir enfreint la loi juive ni la loi romaine.

L’affaire aurait dû être classée à ce moment-là, mais Festus était «disposé à faire plaisir aux Juifs» (verset 9), indiquant que Festus était principalement préoccupé par ce qui servirait le mieux ses intérêts.

Lorsque Festus a demandé à Paul s’il serait disposé à se rendre à Jérusalem pour un procès, l’apôtre a affirmé son droit légal, en tant que citoyen romain, d’être jugé devant un tribunal romain.

Le «conseil» (traduit du mot grec symboulion ) que Festus a conféré au verset 12 n’était pas le Sanhédrin ( synedrion en grec) mais un groupe de conseillers du gouverneur.

Hérode Agrippa II, appelé officiellement Marcus Julius Agrippa (parfois simplement appelé Agrippa), est arrivé au pouvoir en l’an 53 après J.-C. et régissait la plus grande partie de la Judée au moment du procès de Paul.

Fils d’Hérode Agrippa et petit-fils d’Hérode le Grand, il fut le dernier de la dynastie hérodienne et le dernier souverain juif à porter le titre de «roi».

L’empereur avait donné à Agrippa le droit de surveiller le temple de Jérusalem et de nommer son haut prêtre, et il était considéré comme étant parfaitement romain dans les goûts et les sympathies.

Il avait une connaissance proche de l’historien Josèphe, qui lui avait fourni des informations sur son histoire, Antiquités juives . Josèphe a conservé deux des lettres qu’il a reçues d’Agrippa.

Bérénice était une soeur d’Agrippa et, selon les historiens, vivait dans une relation incestueuse avec lui au moment du procès de Paul.

Au verset 19, Festus a reconnu devant Agrippa que la véritable controverse autour de la prédication de Paul concernait la doctrine de la résurrection.

Si la résurrection de «ce Jésus » était acceptée comme un fait, les chefs religieux devraient alors admettre que l’homme qu’ils ont tué était en fait leur propre Messie tant attendu.

Regarder de plus près

0. Au verset 16, quel précédent juridique romain Festus a-t-il énoncé dans son explication à Agrippa?
0. Pourquoi pensez-vous que Paul a affirmé son droit de citoyen romain et fait appel à César?
0. Paul savait qu’il était irréprochable des accusations portées contre lui. Quels sont les avantages d’avoir une conscience claire devant Dieu et devant l’homme?

Conclusion

La prédication de Paul sur la résurrection de Jésus-Christ a créé un conflit entre l’apôtre et les chefs religieux juifs de son époque.

Nous aussi pouvons non seulement faire face à la résistance de ceux qui ne croient pas que Christ est ressuscité, mais aussi, nous devons fermement défendre et enseigner cette vérité, car c’est la doctrine centrale de notre foi chrétienne.