DÉVOTION JOURNALIÈRE

DÉVOTION JOURNALIÈRE

novembre 5, 2019

Lecture biblique : Romains 1:18-32; 2: 1-9.

« La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive, »

(Romains 1:18)


Dans le premier chapitre de l’épître de Paul aux Romains, l’apôtre énonce une vérité fondamentale de l’Évangile de Jésus-Christ: tous ont péché et méritent la colère de Dieu.

Jean-Jacques Rousseau, philosophe et écrivain des années 1700, a trouvé cette vérité dérangeante.

Rousseau était un homme notoirement impie et blasphémateur qui menait ouvertement une vie de débauche pendant des décennies.

Il avait finalement écrit une autobiographie en douze volumes couvrant les cinquante-trois premières années de sa vie, l’intitulant « Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau.. »

Cependant, cette grande«confession» ne constituait un pas un véritable abandon ni remords de son mode de vie abominable. Au contraire, sa tentative était d’expliquer et de justifier ses méfaits.

Son principe était que, malgré son comportement pécheur, il pensait être fondamentalement un être bon et honnête, et meilleur que les autres hommes.

Il s’était même adressé à Dieu lui-même dans ses premiers mots en déclarant: « Être éternel, rassemble autour de moi l’innombrable foule de mes semblables ; qu’ils écoutent mes confessions, qu’ils gémissent de mes indignités, qu’ils rougissent de mes misères. Que chacun d’eux découvre à son tour son cœur au pied de ton trône avec la même sincérité, et puis qu’un seul te dise, s’il l’ose, Je fus meilleur que cet homme-là. » 1

Rousseau n’était que l’un des innombrables impies de l’histoire qui ont fait de leur mieux pour excuser le péché.

Ils ont contesté l’autorité de Dieu, se sont rebellés contre Ses jugements et ont essayé de «retenir la vérité dans l’injustice».

Dieu ne tolérera pas cela! Notre verset de référence indique clairement que la colère de Dieu, une réponse sacrée à ce qui est impie, sera répandue sur tous ceux qui s’opposent à la vérité.

Dans la société d’aujourd’hui, la colère de Dieu est jugée sévère et intolérante.

Les gens demandent: «Comment un bon Dieu peut-Il envoyer des gens en enfer?» Ou «Pourquoi un bon Dieu permettrait-Il le mal que nous voyons dans notre monde?».

Il semble que le caractère de Dieu soit en procès et que les gens se sentent libres de s’ériger en Son juge.

Cependant, les opinions de l’homme ne changent pas la vérité: la colère de Dieu est en parfait accord avec la justice de Dieu.

Comment un Dieu infiniment juste pourrait-Il réagir autrement à l’injustice?

Comment la pureté de Dieu pourrait-elle réagir d’une autre manière à l’impureté?

La nature morale parfaite de Dieu ne peut jamais être souillée par la complicité avec la culpabilité de l’homme.

Paul n’a pas hésité à aborder ce sujet avec les Romains et, dans notre verset de réflexion, il a commencé à jeter les bases de sa thèse contre l’injustice de l’homme.

Il a souligné au verset 20 que l’homme est sans excuse pour son rejet de Dieu, parce que Dieu s’est révélé à l’homme dans sa création.

Il existe certainement, suffisamment de preuves visibles de Dieu dans le monde qui nous entoure pour amener l’humanité à reconnaître et à glorifier le Créateur.

Le refus de le faire équivaut donc à un rejet délibéré.

En conséquence, la colère de Dieu se répand. Dieu a livré les rebelles aux conséquences de leurs péchés, un processus aux répercussions terribles qui se manifeste de plus en plus dans notre société aujourd’hui.

Ne soyons pas déroutés par les voix qui nous entourent et qui mettent en cause l’autorité de Dieu et se rebellent contre Ses jugements.

Notre destin éternel dépend de savoir si nous reconnaissons Dieu ou Le rejetons!

Contexte

Le verset 18 commence l’explication de Paul sur l’injustice et la culpabilité de toute l’humanité, un thème qui se poursuit tout au long du chapitre 3.

Dans le texte d’aujourd’hui, l’apôtre a décrit la condamnation de Dieu et Sa colère envers les impies, indiquant pourquoi ils étaient sans excuse et décrivant l’inévitable chute spirale du pécheur.

Il a commencé le chapitre 2 par une condamnation du moraliste qui juge les autres.

Paul a déclaré que la colère de Dieu (la sainte révulsion) contre les impies était due au fait qu’ils avaient ignoré la connaissance de Dieu telle qu’elle était révélée dans la nature (versets 18-20).

Le verbe traduit « tient »dans l’affirmation qu’ils « tiennent la vérité dans l’injustice » a le sens de « supprimer », « restreindre » ou « étouffer ».

En outre, les injustes avaient supprimé la révélation de Dieu à leur conscience, et n’étaient pas reconnaissants pour les bonnes choses qui viennent de Sa main (versets 21-23).

Ce rejet de Dieu les a plongés de plus en plus profondément dans les ténèbres, dans lesquelles ils ont exalté leur propre raisonnement et finalement créé leurs propres images de la divinité.

Dans les versets 24 à 32, l’apôtre a décrit la réponse de Dieu à ce rejet de la lumière fondamentale: Il les a «livrés» à l’issue de leurs péchés, à savoir «impureté» (ou aberration sexuelle) et dégradation.

L’expression «les a livrés» est à nouveau utilisée au verset 26, où Paul a expliqué que, parce que les injustes accordaient plus d’honneur aux choses créées qu’à Celui qui les avait créés, Dieu les «livra» à «de viles affections» (ou perversions sexuelles) qui comprenaient l’homosexualité.

Bien que l’homosexualité soit souvent définie dans la société contemporaine comme un choix de vie ou une inclination physiologique, ce passage indique clairement que l’activité homosexuelle est un péché et qu’elle résulte de la négation et de la désobéissance de l’humanité à Dieu.

Au verset 28, Paul répète pour la troisième fois et avec une emphase terrible que Dieu «les a livrés» à un «esprit réprouvé» à cause de leur révolte contre Lui.

Aux versets 29 à 32, il a ensuite dressé un inventaire des comportements vils et dépravés, et conclu que bien que les hommes impies sachent que ceux qui faisaient de tels actes étaient «dignes de la mort», ils cautionnent aussi de telles activités.

Au chapitre 2, Paul développa la condition déplorable des impies pour souligner que le moraliste qui jugeait un autre individu reconnaissait ainsi l’existence d’une norme de justice. Par conséquent, il était lui aussi «inexcusable» et n’échapperait pas au jugement pour avoir rejeté la bonté de Dieu et sa longanimité.

L’apôtre a affirmé que Dieu jugerait «selon la vérité» (verset 2) et «rendrait» (récompenser ou livrer) à chaque homme selon ses oeuvres (verset 6).

Regarder de plus près

0. D’après le verset 21, qu’arrive-t-il aux cœurs insensés de ceux qui ne parviennent pas à glorifier Dieu?
0. Comment devrions-nous répondre à la manifestation de Dieu dans le monde naturel qui nous entoure?
0. Dans le monde d’aujourd’hui, nous sommes entourés de conceptions du monde et de modes de vie impies qui sont en totale contradiction avec les enseignements de la Parole de Dieu. Quelles mesures pouvons-nous prendre pour résister à la pression de se conformer à des perspectives impies?

Conclusion

Paul a été franc dans son exposé du péché et son affirmation de la culpabilité universelle. Nous aussi devons veiller à ne jamais minimiser ni excuser ce que Dieu considère comme une injustice.
 
1 Jean-Jacques Rousseau, Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau, Londres: 1903, consulté via http://www.gutenberg.org/files/3913/3913-3913-h.htm, 12 avril 2019.